AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3.5/5   1 notes
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
coco4649coco4649   17 février 2019
La langue de l’hôte réfugié est silence…


Extrait 2

Les noms s’exilent
Et les mots restent à terre.

Non
Non
La tente ne vaut pas un baiser…
Monsieur.

Blanc
Le sel des larmes

Pas d’identité dans les tentes
Pas d’identité pour les tentes…

Mirage…
La toile blanche de l’hospitalité
Imperméable au rire
Imperméable au toucher
Imperméable
Aux larmes

Blancheur du linceul

Et sort l’enfant vers l’extérieur
Et entre l’enfant vers l’intérieur
Quel vertige…
Cette ardente nostalgie
Du seuil.

Chut…lui dit l’absolu
Chut…lui dit le soleil
Chut…lui dit la vérité
Chut…lui dit son nom
Chut…dit-il à son nom

Et se noie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   17 février 2019
La langue de l’hôte réfugié est silence…


Extrait 1

La langue de l’hôte réfugié est silence
Pas de voix pour le réfugié…
Il ferme la porte de sa maison sur sa voix
Et sort
Par la porte de l’Histoire
Sans une poussière de géographie.

Les mots
Tombent des baluchons de vêtements,
De fatigue…
Des trous dans les poches.
Ils bondissent des bouches des enfants… endormis,
Ils se roulent par terre… s’agrippent à la terre
Les mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Hala Mohammad (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hala Mohammad
Avec Noma Omran & Bruno Doucey
La poésie de la syrienne Hala Mohammad tient à jamais le cap de l'espérance. Elle ne dit pas l'effroi des bombardements, les corps démembrés, la route boueuse de l'exil ; elle dit l'arbre et l'oiseau, le chagrin des maisons, le miroir de l'absence. Elle ne filme pas les colonnes de soldats en route pour la guerre, ne fait pas le procès des monstres, ne pleure ni Alep ni Damas ; elle dit simplement que « l'aube n'abandonne pas la terre », que les hirondelles font leur nid « avec la paille du silence », que l'amour demeure le premier alphabet. Bien sûr, le fleuve de la vie ne sait plus ce qui lui arrive, les chansons roulent sur les chemins, la lune est la maison de l'exilé. Mais une femme, assise sur la rive de la poésie, fait entendre sa voix.
Hala Mohammad sera accompagnée pour cette soirée par la chanteuse lyrique et compositrice syrienne Noma Omran. L'une est née à Lattaquié, l'autre à Homs, mais toutes deux se connaissent depuis bien longtemps. Leur exil en France a renforcé leur complicité en un combat commun pour leur pays. Elle sera également sur scène en duo avec son éditeur, Bruno Doucey.
À lire – Hala Mohammad, Les Hirondelles se sont envolées avant nous, trad. de l'arabe (Syrie) par Antoine Jockey, éd. Bruno Doucey, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : poésie syrienneVoir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1062 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre