AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791027801695
Éditeur : Le Castor Astral (16/05/2018)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Les ronces convoquent le souvenir de mollets griffés, de vêtements déchirés, mais aussi des mûres, qu'on cueille avec ses parents dans la lumière d'une fin de journée d'été, alors que la rentrée scolaire, littéraire, approche.
Entre les caresses et les crocs, Les ronces de Cécile Coulon nous tendent la main pour nous emmener balader du côté de chez Raymond Carver. Sur ces chemins, elle croise des vendeurs de pantoufles, des chiens longilignes, un inconnu qui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  01 février 2019
Je découvre la plume de Cécile Coulon avec ce recueil qui m'a été offert de façon inattendue car jusqu'à présent je ne connaissais pas l'auteure et je lis très peu - vraiment très peu - de poésie.
J'ai découvert une âme sensible à travers les poèmes en prose qui traitent du quotidien dans ce qu'il a soit de plus touchant soit de plus ingrat. L'auteure se livre avec pudeur et elle manipule les mots de façon très fluide, ça coule de source.
Parfois on tarde à comprendre où elle veut nous emmener mais on se prête au voyage avec facilité puis plaisir. C'est d'ailleurs ce qu'on attend d'un poète, n'est-ce pas ? réussir à sublimer des détails qui semblent insignifiants, changer notre regard sur ce qui nous entoure et dénicher la beauté derrière la banalité.
Une jolie découverte qui m'incitera à me pencher sur ses romans.

Challenge PLUMES FÉMININES 2019
Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Commenter  J’apprécie          450
berni_29
  19 mai 2019
J'écarte les pages du paysage pour entrer dans un chemin de ronces. J'ai toujours pensé que la poésie était une manière d'apporter de la lenteur dans notre façon de cheminer dans les mots.
Les Ronces ont cette vertu de nous aider à nous frayer un chemin difficile, ne pas l'offrir facilement à nous. Les Ronces nous aident à cheminer avec lenteur dans le paysage.
Ici, dans ce recueil de poèmes, Cécile Coulon convoque le désir à la manière d'une voyageuse.
Ses vers nous invitent à une forme de voyage, mais nous disent aussi de ne jamais se résigner.
Ici les ronces s'écartent peu à peu dans le paysage des pages, celles-ci nous laissent entrer dans le chemin des phrases, il faut marcher, s'éloigner, regarder plus haut que cela nos vies d'en bas.
À notre tour, nous entrons comme un voyageur dans ce dédale de mots.
Les ronces s'ouvrent parfois sur les lèvres des arbres, sur les ailes alourdies des oiseaux par la pluie,
Dire que l'être aimé est le plus bel endroit où choir enfin.
J'écarte les pages du paysage et je chemine parmi les ronces.
Aimer quelqu'un qui ne vous aime pas. Se heurter à son mur.
La quête d'un visage, d'une voix, les mots qui viennent ou ne viennent plus.
Les ronces sont des feuilles et il nous faut les apprivoiser.
Faire les choses pour ne pas oublier l'autre.
Les nuits blanches débarquent comme des wagons dans une gare fantôme.
Cécile Coulon, à travers ces chroniques poétiques, nous parle de sa passion d'écrire, de cette difficulté d'écrire aussi. Elle convoque son quotidien et des forêts peuplées d'enchantements.
Parfois il faut quitter les montagnes. Descendre. La poésie de Cécile Coulon nous tend la main dans un sentier qui côtoie le vertige quand on aime encore.
Le quotidien est là, celui de nos vies, Cécile Coulon a décidé de lui donner une lumière. C'est une lumière qui égratigne, faite de ronces. Aimer, c'est aussi éprouver la difficulté d'aimer. L'absence.
Cécile Coulon jette du sel dans nos yeux et de l'orage dans nos cœurs, quand ce n'est pas l'inverse.
Sa poésie incite à ressembler à nous-mêmes.
Parfois, lorsqu'on rentre dans nos tanières, il reste encore un peu de lumière dans le corps recroquevillé. D'où vient-elle ?
Ce que j'aime dans la poésie, c'est cette manière de poser de la lenteur dans nos manières trop lourdes. La poésie de Cécile Coulon ressemble à cela. Elle réussit à entrer dans nos tanières, caresser nos corps recroquevillés. Faire entrer de la lumière là où nos gestes sont empesés, enfermés.
Longtemps encore, je voudrais continuer d'être griffé par Les ronces de Cécile Coulon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
montmartin
  15 décembre 2018
« La poésie, c'est le joli surnom qu'on donne à la vie. » Jacques Prévert
C'est bien de la vie dont nous parle Cécile Coulon dans ce beau recueil de poésie, les choses simples de la vie. Un kebab avec une barquette de frites, la première cigarette, la table du petit déjeuner, la course à pied, les troupeaux les rivières, l'enfance qui s'éloigne, Dieu. Comme elles sont belles les choses de la vie sous la plume de Cécile Coulon.
« Ne garde rien de ce qui t'a fait tant de mal, les lettres, les photos, les listes de courses, les partitions, les marque-pages,
ne garde rien, ne jette rien non plus,
fais-en cadeau à quelqu'un qui trouvera ça beau. »
L'amour tient une grande place dans ces quelques pages, l'amour pour une grande dame, sa grand-mère, la difficulté d'aimer, l'absence, l'amour qui s'en va, est-ce que tu m'aimes encore ? Mais aussi l'amour de sa terre Eyzahut, la maison, son âme, sa montagne, son volcan, son pays.
« Je fus aimée si longtemps qu'aujourd'hui mon coeur,
chanceux cavalier, vit chichement de ses rentes. »
J'ai fait la connaissance de la beauté de l'écriture de Cécile Coulon avec « Trois saisons d'orage », ensuite ce fut ces quelques poèmes parsemés de temps en temps sur sa page Facebook. Quel bonheur de les voir aujourd'hui réunis dans un recueil ! Il n'est pas facile de parler de poésie, car la poésie, ça ne se raconte pas, ça s'écoute avec son coeur. Alors laissez-vous porter par les mots de Cécile Coulon une jeune femme libre, amoureuse et attachée à ses racines.
« Un poème c'est quelque chose
d'éphémère et joli
comme la signature d'un doigt
sur la buée d'une vitre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Stelphique
  13 juillet 2019


Je lis Les Ronces. Et c'est bien.
Je découvre Cécile Coulon avec ce recueil de poésie et il me pousserai presque des ronces à l'intérieur et des poèmes vagabonds, à laisser s'envoler dans le vent de l'été.
Je lis Les Ronces. Et c'est bien.
Je n'aime rien tant de moins que le mistral, et comme il souffle pendant ma lecture, ça se marie bien avec les mots épineux de Cécile. Entre fureur et douceur, les poèmes resplendissent, la créativité se glisse, les mots guérissent. J'ai soif de sa force, je me repère dans ces champs lexicaux, je m'accroche à ses piquants, je sourie à son abandon.
Je lis Les Ronces. Et c'est bien.
Je laisse le calme de l'après-midi mourir un peu, en vibrant au doux son de Poésie, en crevant un temps-Soi peu, juste un peu...Je rêve un peu plus grand, je pense à la fragilité, je visualise son petit coin du monde tranquille.
Je lis Les Ronces. Et c'est bien.
Et il y a des moments que l'on doit partager. Des moments de fluidité, où s'évade la sensation de liberté, de touts petits instants de sérénité parfaite où l'émotion prend sa place, des micro-secondes de bonheur où Les Ronces ont l'audace de te griffer.
J'ai lu Les Ronces. Et c'était bien.
——————————————————-
« Mes poèmes sont cannibales
mais ils ne mentent pas »
Cécile Coulon, Les Ronces.


Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
QPerissinotto
  20 juin 2018
Ah la poésie. On dit qu'on peut en trouver dans les orages d'été, sur le sourire des enfants, dans le rap, dans les paysaes underground. Mais chose étonnante, on en trouve beaucoup moins en librairie et surtout dans les bibliothèques des lecteurs. C'est la sorte de pierre philosophale de la lecture ; il est de légende commune que cela existe, mais peu d'âmes courageuses ont l'outrecuidance de s'y frotter. Pourtant la création poétique contemporaine est bien vivante ! Pensée trop hermétique, repliée sur soi, trop réflexive, la poésie fait peur. Ces préjugés-là sont les fléaux de la poésie contemporaine – avec Delerm, mais ça c'est une autre histoire. Bien souvent, la poésie actuelle se contente de rejouer les mêmes vers, les mêmes strophes que les poètes marquants. C'est souvent très bien ficelé, parfois même frappant, mais rarement original. Un recueil vient contredire tout cela : Les Ronces, de Cécile Coulon. La jeune auteure (car elle est romancière, Les Ronces est son premier recueil) se place justement en marge de cette poésie-là. Elle joue avec les codes du récit poétique et du récit narratif. Elle ne va pas puiser ailleurs pour construire une poésie factice ; elle s'arrange avec le quotidien. C'est extrêmement moderne, audacieux et agile, très direct et touchant ; la poésie de Cécile Coulon, c'est le réel et le fugitif qui se rencontrent, sans jamais vraiment se trouver.

La trivialité chantante

« Ma force c'est d'avoir enfoncé mon poing sanglant
dans la gorge du passé
Ma force n'a pas d'ailes
Ni de griffes
Ni de longues pattes
Ma force a toujours soif
Ma force n'est pas fidèle
Pourtant ma force n'est pas faite
Pour quelqu'un d'autre que moi. »

Ma force

Les poèmes ont pour la plupart du temps comme décor des scènes du quotidien (l'attente devant un kebab, le café de la gare, la première cigarette, le réveil par le chat) qui servent à la fois de prétexte pour lentement dériver vers un fond plus réflexif et plus introspectif. Mais si les situations sont bien souvent personnelles, avec un je marqué, il n'y a pourtant rien d'intimiste. Elle brosse des portraits ou des scènes qui ont une portée globalisante, sinon universelle. Ses poèmes sont parsemés d'éléments triviaux qui agissent comme des récurrences sensorielles en convoquant des souvenirs que tout lecteur a en lui. le recueil s'ouvre avec un poème intitulé « J'aimerais vous offrir des frites » : alors qu'on pourrait craindre quelque chose de volontairement un peu trop informel, provocant, Cécile Coulon se sert d'une situation absolument banale pour verser dans des questionnements presque existentiels, comme si ces images du quotidien se déposaient devant ses yeux et lui rendaient cette hyperconscience du réel. de ces poèmes se dégage un agencement sobre, concret, mais qui dégage une foule d'odeurs, de sensations, de visions ; c'est la grande force de Cécile Coulon qui arrive à s'arranger avec le réel pour lui faire dire autre chose sans pour autant changer ses atours.

« A vrai dire j'ai de la chance d'avoir un très bel avenir derrière
moi
avec de grandes maisons
hautes
blanches
des toits d'ardoise et des nids de plumes d'oie
sous les combles
où des hommes et des femmes ont fait l'amour
pour la première fois
d'abord avec des ombres
d'abord avec des fantômes »

Les ronces

Les Ronces c'est aussi une poésie très narrative, et c'est ce qui donne de la force et de la vitalité à ces instants glanés au quotidien. On ne trouve pas chez Cécile Coulon de longs lamentos ou de longues descriptions. Ce sont bien de longs poèmes, mais qui se déroulent comme des fragments d'histoire, ouvrant sur d'autres perspectives, d'autres questionnements. Ce ne sont en aucun cas des poèmes romancés, ni des narrations poétiques ; c'est un basculement entre les deux. Questionnant des moments de vie, l'écriture de Cécile Coulon questionne aussi le rapport même à la poésie en jouant avec les codes narratifs – mise en place d'une situation – et les codes poétiques – presque tous les poèmes sont écrits en vers. Les Ronces est en définitive un recueil très original et qui aborde de manière très moderne la relation entre poésie et quotidien. Mettez un peu de poésie dans votre été et offrez-vous ce petit opuscule. Et sinon, achetez quand même le livre car il est venu emballé dans un plastique et remplace donc merveilleusement la traditionnelle bouée flamant rose dans votre piscine !
Lien : https://eterneltransitoire.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
GabySenseiGabySensei   28 mai 2018
UNE FOIS PAR JOUR

Une fois par jour quelqu'un que je ne connais pas
me demande mon avis sur des choses
qui ne me regardent pas,
- comment faire pour se remettre d'une rupture -
- est-ce que je dois avoir honte de ce que je suis -
- Peut-on tout pardonner -
des questions de ce genre, des questions comme des briques
sur le coin de la figure et une fois par jour je réponds
que personne ne peut répondre à la place de celui
ou celle qui pose la question
et pourtant ça continue, plus j'écris des romans
et plus je raconte
des histoires idiotes en soirées plus on me demande des conseils
sur des passages difficiles du quotidien :
c'est la première et la dernière fois que je dis ce que j'ai à dire
là-dessus après je retournerai couper la tête des poules
dans la basse-cour
ou jouer aux cartes.
Si tu veux te remettre d'une rupture, d'un deuil, cesse d'avoir
honte de ce que tu es et pardonner au monde extérieur
ses innombrables trahisons, mensonges
et croche-pattes,
travaille comme un âne du dix-huitième siècle,
avec acharnement et en silence,
bois souvent mais jamais seul,
fais-toi jouir une fois par jour au moins,
pour que ton corps se souvienne de ce que ça fait,
de plus jouir est excellent pour le sommeil
et contre les mauvaises pensées,
ouvre les fenêtres en plein hiver le froid ça occupe la tête
et ça empêche de pleurer
ne garde rien de ce qui t'a fait tant de mal, les lettres,
les photos, les listes de courses,
les partitions, les marque-pages,
ne garde rien, ne jette rien non plus,
fais-en cadeau à quelqu'un qui trouvera ça beau,
travaille comme un cheval du moyen-âge,
mange une seule fois dans la journée,
la faim ça occupe la tête et ça empêche de pleurer,
vois tes amis mais jamais chez toi
vois tes familles mais jamais chez toi
vois tes collègues mais jamais chez toi
répète que ce n'est pas grave, tu as atrocement mal
et ton sourire est une plaie ouverte
mais ce n'est pas grave, ça ne le sera jamais
répète que ça n'a pas d'importance, ne réponds pas
au téléphone, ne réponds pas aux messages sur le répondeur,
ne réponds pas aux lettres, ne réponds pas à toutes
ces formes de signaux lancés à travers les autres,
les sites internet et les inscriptions sur les murs dans l'entrée,
claque tout ton pognon, achète des objets inutiles et très chers,
fais-toi jouir une fois par jour au moins,
pour que ton corps se rappelle que tu en es capable,
fume, mais pas dans ton lit
fume, mais pas dans les toilettes
fume, mais pas en regardant les voisins
qui s'embrassent sur la terrasse
si tu veux t'en sortir, nom de dieu,
fais absolument ce que tu veux de ta vie mais cesse donc
de poser la question à quelqu'un qui a mis du temps
avant de trouver ses propres réponses.

(P41-43)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
GabySenseiGabySensei   28 mai 2018
LA SURFACE, POÈME POUR CEUX QUI ONT MAL

dans ces moment où tu cesses de tourner avec le monde
quand tu ne comprends pas
que les autres ne puissent pas comprendre
que tu es blessée
que tu es cassée
qu'il y a dans ta tête
la voix insupportable du passé
qui répète
"je te l'avais bien dit
je te l'avais bien dit"
dans ces moment où tu ne peux pas
aller plus loin que la porte de ta chambre
où ta colère est une valise pleine impossible à fermer
quand tu saute sur ton cœur pour qu'il cesse d'aboyer
les autres ne comprennent pas
non
ils ne comprennent pas
que c'est comme être punie après un long voyage
qu'on t'a renvoyée
qu'on t'a humiliée
les autres ne peuvent pas faire autrement
que de te prendre dans leurs bras
en murmurant "ça va aller"
l'amour est un naufrage
et la voix du passé s'agace
"je te l'avais bien dit
je te l'avais bien dit
tu ne m'as pas écoutée"
ne t'inquiète pas
tu auras longtemps mal
ça peut prendre une semaine
un mois une année
jusqu'à ce que le prochain bateau passe
ne t'inquiète pas
il faudra du temps
avant que tu puisse enfin
remonter à la surface
dans ces moments où tu te demandes si tu as mérité
cette plaie grande ouverte qui bat comme un tambour
quand tu ne sais plus
si tu te détestes ou non d'y avoir cru
Personne ne devrait s'en vouloir d'avoir cru en l'amour
c'est un enfant farceur, c'est un mauvais joueur
qui est parti avec les meilleures cartes
et la voix du passé dans ton corps tout entier
Brisé de larmes et de fatigue
qui répète
"je te l'avais bien dit
je te l'avais bien dit
tu ne m'as pas écoutée"
ne t'inquiète pas
Il faut que tu apprennes à vivre de nouveau
à retrouver ta place
ta tristesse est un enclos
ouvert
Il faudra du temps
mais un jour
tu sauras comment
remonter à la surface.
Il n'y a pas de justice en amour
il n'y a pas de victime, de coupable
seulement des corps tendus, des promesses murmurées
des ronds de sueur sur vos deux oreillers
il n'y a pas de route nationales qui permette de contourner
les pires moments
il n'y a pas de bourreau, de responsables
il n'y a pas de passion plus respectable
que celle d'aimer
tu voudrais croire que ça ne recommencera pas
que tu as vécu assez
il n'y a pas d'expérience en amour
seulement des tremblements soudains
et des sourires navrés
et des valises fermées
ton cœur n'a pas manqué d'audace
il n'y a pas de chants sacrés
seulement le souvenir des bouches qui s’embrassent
il ne faudra pas les oublier
la vie ne se tait pas
il faudra l'écouter
si tu veux remonter
bientôt
à la surface.

(P76-79)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
coco4649coco4649   20 juin 2018
DEPUIS LA FENÊTRE OUVERTE…


Extrait 3

je cesserai d’écrire des poèmes le jour où l’on cessera
de considérer
les hommes sincères
comme des hommes malades
en attendant la rivière continue
elle
la pluie continue
elle
demain matin les ronces vont griffer les renards dans les bois
le ciel ce grand poumon sauvage a jeté ses filets
sur les hommes tout en bas
seul le bruit de la terre arrive depuis la fenêtre ouverte.

p.72
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
coco4649coco4649   21 mai 2018
LA PARTIE


Il y a des jours comme ça
où je me demande si
la partie est terminée
ou si, au contraire,
elle vient juste de commencer.
Aujourd'hui est un de ces jours-là
sauf qu'il dure depuis dix ans,
déjà.
Je commence à trouver le temps
long.
En plus de ça, depuis ce matin
je me demande si un poème
est le début, ou la fin
d'un énième chapitre.
J'en suis arrivée à la conclusion suivante :
un poème c'est quelque chose
d'éphémère et joli
comme la signature d'un doigt
sur la buée d'une vitre.

p.134
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gwen21Gwen21   01 janvier 2019
LE DEPART

[...]
ce soir je ne me comprends pas,
ce serait pourtant simple : il suffirait d'écrire,
au moins une fois,
un très bon roman,
pas quelque chose qu'on lit uniquement
quand on a le temps,
non,
une déflagration,
qui m'emporterait, jusqu'à la fin, dans les montagnes.
[...]
Commenter  J’apprécie          111
Videos de Cécile Coulon (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Coulon
http://www.librairiedialogues.fr/ Romain nous propose ses coups de c?ur du rayon Littérature : "Une bête au paradis" de Cécile Coulon (L'Iconoclaste), "Par les routes" de Sylvain Prudhomme (L'arbalète Gallimard) et "Cadavre exquis" d'Agustina Bazterrica (Flammarion). Réalisation : Ronan Loup. Questions posées par : Laure-Anne Cappellesso.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues/
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..