AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.67 /5 (sur 5012 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Clermont-Ferrand , le 13/06/1990
Biographie :

Cécile Coulon est une romancière, nouvelliste et poétesse française.

À l'âge de 16 ans, elle publie son premier roman intitulé "Le voleur de vie" (2007). Elle passe un baccalauréat option Cinéma. Après des études en hypokhâgne et khâgne à Clermont-Ferrand, elle poursuit des études de Lettres Modernes. En 2016, elle prépare sa thèse dont le sujet est "Le Sport et le corps dans la littérature française contemporaine".

Son premier recueil de nouvelles, "Sauvages", est paru aux Éditions Revoir en 2008. Elle publiera ensuite "Méfiez-vous des enfants sages" (2010), "Le roi n’a pas sommeil" (2012), prix Mauvais Genres France Culture / Le Nouvel Observateur, "Le rire du grand blessé" (2013), "Le cœur du pélican" (2015).

À 26 ans, elle publie son huitième livre, "Trois saisons d'orage", qui obtient le prix des libraires 2017. Son premier recueil de poèmes "Les Ronces", paru en 2018 au Castor Astral, a reçu le Prix Guillaume-Apollinaire, ainsi que le prix de la Révélation de la poésie de la Société des gens de lettres. La jeune poétesse est alors considérée dans la presse comme "l'une des plus prometteuses nouvelles voix de la littérature française".

"Une bête au paradis" reçoit, en 2019, le prix littéraire du Monde .
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Cécile Coulon   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (73) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Cécile Coulon - Les romantiques

Podcasts (20) Voir tous


Citations et extraits (868) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   24 janvier 2015
Le Coeur du pélican de Cécile Coulon
Le monde ne comprendra jamais que les grands hommes ne sont pas ceux qui gagnent mais ceux qui n'abandonnent pas quand ils ont perdu.p.154
Commenter  J’apprécie          580
Fandol   14 juin 2022
Seule en sa demeure de Cécile Coulon
L’air était froid, déjà le gel dessinait sur la pelouse une pellicule qui adoucissait le vert profond des brins. Deux oiseaux s’enfuirent à l’approche d’Aimée ; debout, devant les parterres de rosiers sans fleurs et de taillis sans couleurs, elle avala une grande bouffée d’air qui courut en elle de la gorge aux entrailles. L’odeur des sapins, prisonnière de ce froid nouveau, paraissait plus âpre, pénétrante, elle raidissait les bronches, gonflait les narines.

(page 302)
Commenter  J’apprécie          500
Cancie   03 février 2020
Une bête au paradis de Cécile Coulon
Au centre de la cour, un arbre centenaire, aux branches assez hautes pour y pendre un homme ou un pneu, arrose de son ombre le sol, si bien qu'en automne, lorsque Blanche sort de la maison pour faire le tour du domaine, la quantité de feuilles mortes et la profondeur du rouge qui les habille lui donnent l'impression d'avancer sur une terre qui aurait saigné toute la nuit.
Commenter  J’apprécie          490
CoccinelleDesLivres   21 septembre 2019
Le Coeur du pélican de Cécile Coulon
Personne ne peut sauver personne, les gens doivent s’extirper d’eux-mêmes, sans attendre qu’une main vienne fouiller en eux pour en sortir le meilleur.
Commenter  J’apprécie          450
Cancie   04 février 2020
Une bête au paradis de Cécile Coulon
La famille d'Alexandre vivait chichement sans être pauvre, ils s'exprimaient avec des mots simples sans être idiots, existaient sans vivre.
Commenter  J’apprécie          440
marina53   22 mai 2017
Trois saisons d'orage de Cécile Coulon
La forêt crache les hommes comme des pépins, les bois bruissent, des traînées de brume couronnent leurs faîtes au lever du soleil, la lumière les habille. À l'automne, des vents furieux secouent les arbres. Les racines émergent alors du sol, les cimes retournent à la poussière, le sable, les branches et la boue séchée s'enlacent en tourbillons au-dessus des toits. Les fourmis s'abritent dans le ventre des collines, les renards trouent le sol, les cerfs s'enfuient ; les corbeaux, eux, résistent toujours à la violence des éléments.

Les hommes, pourtant, estiment pouvoir dominer la nature, discipliner ses turbulences, ils pensent la connaître. Ils s'y engouffrent pour la combler de leur présence, en oubliant, dans un terrible excès d'orgueil, qu'elle était là avant eux, qu'elle ne leur appartient pas, mais qu'ils lui appartiennent. Elle peut les broyer à la seule force de sa respiration, elle n'a qu'à frémir pour qu'ils disparaissent.
Commenter  J’apprécie          422
Fandol   08 juin 2022
Seule en sa demeure de Cécile Coulon
Candre, au deuxième rang, régnait sur sa femme : Claude la protégeait, lui la domestiquait.

(page 187)
Commenter  J’apprécie          430
Fandol   28 mai 2022
Seule en sa demeure de Cécile Coulon
Le domaine Marchère lui apparaîtrait nettement, comme un paysage après la brume. Une fois le brouillard des sapins levé sur la colline, Aimée retiendrait dans sa gorge un hoquet de surprise : jamais elle n’aurait vu un lieu pareil, jamais elle n’aurait pensé y vivre.

Une bâtisse de pierre et de bois, aussi large qu’un couvent, aussi haute qu’une église, trônait au cœur du paysage.

(page 35)
Commenter  J’apprécie          410
Fandol   05 juin 2022
Seule en sa demeure de Cécile Coulon
C’était une maison à vif, soumise au deuil et à la perte, indolente dans ce paysage où la forêt ne grignotait pas les hommes. Aimée se sentait défaite ; son père l’avait quittée, et l’amour des lieux avec lui.

(page 178)
Commenter  J’apprécie          391
Fandol   31 mai 2022
Seule en sa demeure de Cécile Coulon
Elle apprenait la flûte à de jeunes élèves de première et deuxième année qui n’étaient point nombreuses. Les petites de familles bourgeoises se succédaient, envoyées là par leurs parents pour qu’elles sachent divertir les invités, lors de soirées mondaines ou de repas familiaux. Les jeunes femmes capables de maîtriser un instrument, en général le piano ou la flûte, trouvaient plus facilement un mari. De bonnes élèves feraient de bonnes épouses et, la plupart du temps, une fois mariées, elles abandonneraient l’instrument, poussant, à leur tour, leurs enfants à apprendre la musique, comme on apprend à multiplier des chiffres, à monter à cheval, à lire à haute voix des romans moraux.

(page 97)
Commenter  J’apprécie          372

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Dans les maisons closes

A que auteur français doit-on une exploration des bas-fonds de la société parisienne intitulée Filles, lorettes et courtisanes?

Charles Baudelaire
Alexandre Dumas
Gustave Flaubert

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : maison close , prostitution , prostituées , proxénétisme , Proxénètes , littérature , roman , adapté au cinéma , adaptation , cinemaCréer un quiz sur cet auteur