AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,58

sur 207 notes
cascasimir
  27 juillet 2019
Ne me regardez pas avec des yeux de merlan frit, si je vous dis que je n'ai que 9 secondes d'attention, comme un poisson rouge, à cause du smartphone et des réseaux sociaux...


L'auteur démontre que nous sommes dépendants du smartphone, comme un joueur au Casino, à cause du modèle de la récompense aléatoire mis en évidence par le psychologue Burrhus Frédéric Skinner( travaux à partir de ceux de Pavlov et de John Watson, pas le docteur, mais le comportementaliste John Watson!)
Euh, vous me suivez ou vous avez décroché ?


Comment ça marche?
Je serai muet comme une carpe, mais il est question de rongeur appuyant sur un bouton pour avoir de la nourriture. Le cobaye ne l'actionne que quand il a faim, puis les règles changent...
Pas de nourriture parfois et la quantité change, alors, l'animal appuie de façon compulsive, même quand il est rassasié !


Comme pour une machine à sous!
Comme sur "Tinder" ( avouez que vous avez essayé de pécho, de pêcher... une fille, une jolie sirène sur "Tinder!") Les profils proposés tendent vers vos désirs, et cela vous oblige à rester connecté.
L'hameçon est là !


Comme pour Babelio, avec ses médailles (qui a pensé à moi, m'a écrit, m'a liké... Non?)
Et quel nouveau livre vais-je découvrir ?
N'oubliez pas d'apprécier mon billet, hein!


Pourtant au départ, Internet devait déboucher sur un monde meilleur. Si tous les marins du monde se donnaient la main...
Mais moi, qui suis un grand pêcheur... devant l'Éternel, je sais qu'on ne peut appâter sans leurre...


Les requins de Google, et les autres, ont trouvé un modèle gratuit qui se finance grâce à la Pub. Pour attirer les annonceurs, les plateformes doivent capter l'attention en stimulant les utilisateurs, les navigateurs, afin qu'ils voient les messages publicitaires, sans le comprendre...
Et hop dans le filet, la nasse aux poissons.


De quoi je parlais? Euh, souvenez vous:
En 2004, Patrick le Lay à TF1, déclarait :
- Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau disponible!
Vous pouvez éteindre le téléviseur, mais le téléphone est plus intrusif...
Nous pensons économiser du temps, grâce à nos applis, mais non! Et, je ne veux pas noyer le poisson...🐡


Le temps passé sur le téléphone a doublé entre 2012 et 2016. D'où la capacité de concentration des "Millenials" (ceux nés entre 1980 et 1990) de 9 secondes, comme un poisson rouge.
Au delà, leur esprit vagabonde...


Il y a anguille sous roche! Selon le "Journal of Social ans Clinical Psychology, il peut y avoir une menace pour la santé mentale, au delà de 30 minutes d'exposition sur les réseaux sociaux (Irritabilité, anxiété...)
Il y a un article terrible du Huffington Post, fin 2013, sur Casey 14 ans , dépendante des réseaux sociaux, de Facebook et consciente de l'être :
" Ce qui se passe vraiment dans l'IPhone d'une teen-ager." 🐳


Mais, le poisson rouge, des tests l'ont prouvé, peut apprendre à reconnaitre les couleurs (surtout le rouge :-) , à pousser une balle et à naviguer dans un labyrinthe.
S'il utilise son portable, c'est pour trouver la sortie grâce à Google Maps, ou parce qu'il s'ennuie, en tournant en rond, dans son bocal.🐬


Bon, ça va finir en queue de poisson, mais si vous avez aimé ma chronique, n'oubliez pas de liker et de vous abonner! 🐠
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8532
Krout
  13 août 2020
Faites gaffe aux GAFA *!


Le chemin de l'enfer est pavé de bonnes intentions et celui du Web d'un pervers capitalisme débridé. Voici un petit traité bien documenté qui vous permettra de retrouver le vôtre de chemin dans cette jungle virtuelle où sévissent ces grands prédateurs de nos libertés que sont les GAFA.


"Nous savons désormais que le Web a échoué. Il devait servir l'humanité, c'est raté. La centralisation accrue du Web a fini par produire un phénomène émergent de grande ampleur qui attaque l'humanité entière." p.54 Berners-Lee père de l'internet
"Le véritable objectif des géants de la tech est de rendre les gens dépendants, en profitant de leur vulnérabilité psychologique." p.53 Tristan Harris ancien designer en charge de l'éthique chez Google
"Etre pris d'une peur panique face à l'éloignement même éphémère de son portable porte le nom de nomophobie (no mobile phone phobia)." p.23
Etes-vous déjà devenu un dormeur sentinelle ?


Qu'un danger mental guette les autosoumis à une addiction tout sauf anecdotique, soit : c'est leur choix déraisonnable après tout. Mais que ceux-là en viennent très insidieusement par leur auto-asservissement irréfléchi à créer des tsunamis émotionnels balayant toute raison voilà qui met en grave danger une société démocratique déjà vacillante car désormais "tous s'affrontent en ligne sur un champ de bataille malaxé par les algorithmes, et redonnent vie à la sentence de Jonathan Swift, "le mensonge et le faux volent, la vérité rampe loin derrière."" p.129

Après cette lecture m'est clairement apparu le bocal de plus en plus petit dans lequel je suis enfermé.
Ô
Ô
Ô
ô
ô


*Google Apple Facebook Amazon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
jmb33320
  03 janvier 2020
"Nous sommes devenus les mines à ciel ouvert que forent les outils numériques à chaque fois que nous les utilisons. Et ce forage devient de plus en plus profond. La surveillance de nos vies est l'extension "naturelle" de la publicité ciblée."

Difficile de ne pas approuver ce constat, inimaginable il y a encore deux décennies. Cet essai, plutôt brillant, m'a d'abord intéressé par la force de sa démonstration. Il ne reste en effet pas grand chose de nos vies privées si l'on accepte d'utiliser les outils gratuits de la plupart des géants du net.

Pour autant Bruno Patino, à l'origine particulièrement investi dans un internet démocratique et libre, ne se résout pas à jeter le bébé avec l'eau du bain. Et s'il appelle de ses voeux une refondation radicale, il pense quand même possible l'émergence d'un nouvel humanisme numérique. Ce dont je doute.

Cet essai m'a au final laissé sur ma faim. Mais il vaut tout de même d'être lu.
Commenter  J’apprécie          251
Bazart
  08 juin 2020
Bruno Patino, directeur éditorial d'Arte France et directeur de l'école de journalisme de Science Po nous cite en exemple de son dernier essai, nous parle du poisson rouge incapable dans son bocal de fixer son attention au dela de 8 secondes.

Il cite aussi en exemple un autre animal, la souris de Skinner que les plateformes numériques utilisent en exemple

Ils créent ainsi un marché de l'attention pour des entreprises mondiales comme les GAFAM.
Les écrans sont paramétrés par tout un système qui noient l'homme sous notifications et les sollicitations de tous genres. Tel le poisson, nous pensons découvrir un univers à chaque instant, sans nous rendre compte de la répétition dans lequel les interfaces numériques nous enfermes.

Une démonstration implacable,, qui manque certes parfois sans doute un peu de nuance sur les hommes-machines que nous sommes devenus et qui met à mal l'êre de l'utopie numérique .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          230
sultanne
  12 juillet 2019
Un essai qui a au moins le mérite de toucher du doigt une problématique terriblement actuelle, et de le mettre à la portée de tous, dans un langage à la fois simple et méthodique : premier bon point, ça, c'est fait !

Dans un premier temps, l'auteur s'attache à nous révéler les grandes théories qui permettent aux géants du web de mettre en place un véritable "marché de l'attention" ; des théories très scientifiques et éprouvées dont les GAFA n'ont ni la primeur, ni l'exclusivité, n'en déplaise à ceux qui crient haro sur le web... les jeux d'argent et de hasard, le commerce et la grande distribution, et bien d'autres encore, jouissent depuis très longtemps de ces connaissances sur le fonctionnement de l'esprit humain, alors pourquoi pointer du doigt tout particulièrement les géants du web ?

Dans un second temps, l'auteur se perd dans un dédale de considérations, pas toujours dénuées d'intérêt, il faut le dire, mais trop souvent désorganisées, dans lesquelles il s'évertue à montrer que le "marché de l'attention" déstabilise la machine journalistique, crée de l'information parallèle de très mauvaise qualité et embrigade le cerveau humain dans de nouvelles formes d'addictions... certes, mais au final, il ne nous en apprend pas plus que ça, je n'avais pas besoin de cette lecture pour avoir conscience du problème que représente le contenu web sur l'attention de mes enfants, de mes élèves, de mon conjoint et, peut-être aussi, sur ma propre personne...

Qu'en est-il alors lorsqu'il propose des solutions ? Et bien, Bruno Patino n'innove pas tellement en nous proposant une méfiance accrue, en nous encourageant à vérifier les informations croisées sur le web avant de les tenir pour vraies et en conseillant aux parents de limiter son accès à leurs enfants... on tourne en rond, comme un poisson dans son bocal (Tiens, l'image me dit quelque chose, mais quoi ?) et finalement, passé l'amusement des premières pages, j'ai attendu jusqu'à la dernière goutte un choc, une révélation ou une analyse flamboyante...

A bien y réfléchir, il ferait presque naître en moi un soupçon de révolte face à cette description d'un humain dénué de tout regard critique, qu'il décrit comme un animal aussi bête que mes pieds, qui ne demande qu'à se perdre, à se faire berner et se méprendre. Bruno Patino oublie que l'Homme est un animal pensant qui peut couper son téléphone s'il le souhaite, que tous ne se précipitent pas sur les notifications facebook au moindre gong, que l'on passe tous encore des soirées entre amis en oubliant le son de la télé en arrière-plan et que, il faut le dire tout de même, même conscients des dangers de l'internet, nous sommes, pour beaucoup, tout à fait capables d'en reconnaître l'utilité... Non mais...

Et à bien y regarder, ce Bruno Patino n'est pas en reste en ce qui concerne ce fameux "marché de l'attention" : son livre est disponible gratuitement à qui veut bien faire un simple saut sur les plate-formes d'e-book, et ce depuis sa sortie, sans que l'auteur n'ait visiblement levé le petit doigt pour réagir contre ce qu'il aurait du considérer comme une ignominieuse manoeuvre pour le déposséder de sa précieuse création... Je deviens incisive, je m'en excuse, mais aurait-il compris que la commercialisation classique de son livre ne lui aurait pas rapporté plus de quelques Kopecks, et qu'une telle manoeuvre, visant à le rendre gratuitement disponible en ligne, assurerait à sa production une visibilité quasi illimitée, et que les réactions qu'elle génèrerait se retrouveraient à coup sûr sur quelques réseaux sociaux bien choisis, sur quelques plates-formes littéraires comme celle-ci et sur le blog d'"influent people" prêts à consacrer un article à son oeuvre d'art si percutante ???

'fallait pas m'prendre pour un poisson...

Pour encore plus d'échanges, rejoignez-moi aussi sur instagram !
Lien : http://www.instagram.com/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Flaubauski
  10 juillet 2019
Dans cet ouvrage, Bruno Patino dresse le portrait d'une société qui a de plus en plus de mal à rester concentrée longtemps sur une même chose, faisant le parallèle avec une étude qui aurait permis de se rendre compte du temps d'attention du poisson rouge, temps d'attention qui serait finalement plus long que celui d'un ado actuellement. En soi, à voir, à entendre, et à discuter avec mes élèves chaque jour, je ne peux que, pour un certain nombre d'entre eux, confirmer malheureusement ce portrait – c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je m'intéresse à ce sujet depuis bien longtemps -.

Après avoir dressé ce portrait alarmiste, l'auteur en passe par un historique expliquant cette situation qui, selon lui, peut porter le nom de « capitalisme de l'attention », et par laquelle les grosses entreprises du Net – Facebook et Google principalement – ont fait main basse sur les données et les cerveaux de ceux qui utilisent leurs applis : où, par exemple, l'on fait jouer la dépendance aux écrans par l'utilisation des notifications qui rappellent sans cesse à l'utilisateur l'impérieuse nécessité d'aller regarder de quoi il est question. Il revient également sur la place du journalisme au milieu de ce fatras que sont par exemple Facebook ou Twitter, et de leur façon de placer aux premières loges la news la plus partagée, et pas la plus véridique, créant des places à fake news qui nuisent aux véritables journalistes, déconsidérés comme tels.

Enfin, une présentation de diverses solutions est proposée pour un retour à une navigation sur le Net plus libre et plus autonome, qui permettrait de se libérer de ce capitalisme de l'attention qui gangrène notre société.

Comme le montre ce que j'ai précédemment développé, le traité de Bruno Patino est bien construit, progressant en différents points qu'il est très facile de suivre. de plus, son argumentation, riche d'exemples et renvoyant à des sources précises indiquées en bibliographie, est accessible à tous. Qui plus est, elle prend exemple sur son cas personnel, montrant ainsi que tout le monde ou presque est concerné par ce problème de société qui ne risque que d'aller en s'accentuant, et que pour lui, il n'est pas question de juger, mais bien de s'alarmer à ce sujet.

Malgré tout, étant déjà au fait de tout ce qui est énoncé dans ce traité, je n'ai rien appris de plus que ce que je connaissais déjà sur le sujet, et j'ai en plus trouvé les solutions proposées peu pertinentes, même si bien développées. En dépit de la brièveté, je m'attendais à quelque chose de plus poussé, qui m'aurait permis de mener plus loin ma réflexion. Tant pis, j'ai tout de même trouvé ma lecture agréable !

Je remercie Netgalley et les éditions Grasset de m'avoir permis de découvrir cet essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Cyelle
  07 juillet 2019
Dans notre société hyperconnectée et marquée par l'infobésité nous devenons des poissons rouges enfermés dans le bocal de nos écrans.

Nous tournons en rond au grès de multinationales et de leurs algorithmes basés sur nos données comportementales.

Nous noyons notre temps et notre concentration dans un empire de croyances médiatiques et publicitaites.

Une technologie qui se voulait utopique et libertaire et finalement dégrade l'humain. Et maintenant que fait-on ?

Cet essai a le mérite de proposer des perspectives d'aménagement qui n'a de sens que si terrain et politique s'allient. Ça vous rappelle pas un autre sujet ?

Bon les gens, il y a du boulot sérieusement !!!
A nous de jouer pour que nos enfants et nous-même ayons le regard porté plus haut que nos écrans et veiller à rester dans nos états humains.
Commenter  J’apprécie          100
Haulle
  14 avril 2021
Tim Berners-Lee, le père d'Internet, le dit haut et fort lui-même, c'est un échec. Oui les promesses révolutionnaires d'un réseau qui permettrait de connecter l'humanité tout entière afin de lui permettre d'accéder à l'ensemble des savoirs de manière égale pour tous, ce qui devait être la nouvelle révolution équivalente à l'invention de l'imprimerie, est un échec. Pourquoi ? Et bien parce le ver est dans la pomme, celui des profits sans limites et sans règles.
Les dits géants d'Internet n'existent que par une émergence exacerbée d'une économie de l'attention, régie par des algorithmes qui exploitent toutes nos failles et biais congnitifs pour capter notre attention et nous abreuver de publiciter, qui laisse la part belle aux manipulateurs et complotistes de tout bord et dont les premières victimes sont les plus jeunes générations qui ne savent plus porter une attention moyenne supérieure à 8 secondes, approximativement celle d'un poisson rouge bridé dans un bocale.
Il est donc temps de réagir et de porter sur le devant de la scène des règles, des impôts, des formations et de nouveaux projets d'un Internet plus proche de celui imaginé au départ. Et pourquoi pas un réseau public, sans visée économique ? Tout est encore possible. Les actes des hommes ne sont jamais parfaits, leurs intentions le sont parfois, comme dit l'adage.
Un bel ouvrage, simple et riche d'informations, facile d'accès, en poche et donc facile à emmener partout. C'est une lecture salutaire.
Peut-être y a t il dans Babelio, les bribes de ces nouveaux réseaux appelés de ses voeux par Bruno Patino ? Je vous laisse réagir sur ce point mais il me semble que oui. Bonne lecture à toutes et à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
fanfan50
  30 septembre 2019
Je pense que j'adore les traités surtout quand ils parlent de nous et de notre attirance vers le GAFA. J'ai lu attentivement ce petit essai et j'avoue qu'il a su réveiller en moi toutes les terreurs liées à l'accélération des connaissances dans notre petit monde. Heureusement que l'auteur a truffé son ouvrage de beaucoup de références à des personnalités connues du monde d'Internet, à des auteurs du passé assez visionnaires (pour Philip K. Dick, je cautionne l'ayant lu avec délectation mais Pierre Teilhard de Chardin, j'ai plus de mal à comprendre sa théorie de l'évolution et sa révélation finale sur l'éternité de la christosphère, ne l'ayant jamais lu), à trois films-cultes : Rashomon, Avatar et L'homme qui tua Liberty Valance. Il évoque aussi des séries dont la très célèbre X-files – Aux frontières du réel achevée avant le numérique mais qui parle bien de manipulation. Pour finir, j'ai bien aimé son évocation des deux livres-cultes : 1984 et le Meilleur des Mondes. Aldous Huxley a dit qu'il n'y a plus de raison d'interdire un livre, car plus personne ne veut en lire. Espérons que cela n'arrive jamais !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fabricel
  06 août 2019
Je remercie les éditions Grasset et Masse critique pour la lecture de ce livre.
J'ai d'abord été intrigué par cette comparaison avec le poisson le rouge dans son bocal même si je pouvais en avoir une petite idée.
Cette lecture m'a appris un certain nombre de choses et surtout la mise en évidence de ce marché de l'attention tant convoité par les maîtres de l'internet et le fait que de moins en moins nous sommes libres de choisir ce que nous voulons faire au moment où nous voulons le faire tellement nous sommes happés par les réseaux sociaux, les médias de l'internet, les mails que nous recevons sans cesse pour attirer notre attention.
C'est à une véritable reprise en main de notre vie que nous sommes confronté en sortant de cette manipulation car il s'agit bien de cela mais également de notre choix personnel .
Ce que j'ai redécouvert dans ce livre car, comme beaucoup d'entre nous, je l'avais oublié, c'est qu'internet était à l'origine un formidable outil de communication et de partage d'informations gratuites (les vraies informations, celles qui élèvent notre niveau de culture et ne ramène pas l'être humain à un consommateur idiot). L'auteur nous le rappelle bien et il n'est peut-être pas trop tard pour revenir à une version humaniste d'un internet bienveillant.
Une découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
608 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

.. ..