AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Baptiste Morizot (Autre)
EAN : 9782381140049
200 pages
Wildproject (10/09/2021)
4.67/5   3 notes
Résumé :
En février 1985, la philosophe écologiste Val Plumwood survécut – contre toute probabilité – à une attaque de crocodile dans le parc national de Kakadu, en Australie.

Aux yeux de Plumwood, qui s’inspire sur ce point des récits mythologiques des Aborigènes australiens et des Égyptiens de l’Antiquité, le crocodile est un trickster, une créature qui juge sévèrement la prétention des êtres humains à s’extraire du cycle de la vie.

Inachevé a... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  14 septembre 2021
En 1985, la philosophe écologiste Val Plumwood survit à l'attaque d'un crocodile marin. Cette expérience qui l'a placée en situation de « nourriture » et de proie, l'a incitée à s'interroger sur l'arrogance humaine à s'extraire de la chaîne alimentaire. Dès lors, elle n'a cessé de dénoncer l'idéologie dualiste et anthropocentriste qui accorde un état inférieur à la nature, par opposition à la raison, et justifie sa domination.
(...)
En liant intimement ses réflexions à son vécu, Val Plumwood ne pouvait que toucher ses lecteurs. Sa contribution à l'écologie déplace les frontières et interroge la place de l'humanité dans une nature à laquelle elle s'obstine à refuser de reconnaître appartenir.
Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          221
Muguf
  14 avril 2022
Ce livre est un hybride car Val Plumwood, philosophe écoféministe australienne, est morte avant d'avoir achevé le manuscrit. Il s'agit donc des trois premiers chapitres et de plusieurs articles précédemment écrits. Val Plumwood remet en question l'illusion qui consiste à se vivre comme au-dessus des lois de la nature. Se vivre comme proie signifie se vivre au milieu du monde (et éventuellement entre les mâchoires d'un crocodile marin).
L'autrice démontre les limites de la pensée dualiste qui consiste à tout réduire à deux options, qu'on oppose la plupart du temps : nature et culture, humain et animal, pensée et matière... Elle établit des liens avec les luttes féministes, décoloniales et aborde aussi la question du véganisme militant. Elle livre une interprétation du film "Babe", sur lequel elle s'appuie pour démontrer l'artificiel distinction faite entre chair (corporéité) et viande (comestible) pour alimenter (ahah) notre déni de la sensibilité et de l'intelligence animale. Cette partie du livre m'a collé des frissons parce que je me suis brutalement souvenue de cette expression odieuse entendue un soir dans un bar : un sale type avait qualifié une femme présente de "viande à viol"... Bref, de quoi réfléchir sur les avantages à se penser comme proie, ce qui n'est pas donné à tout le monde et modifie, Ô combien, la manière dont en envisage le monde, les autres et sa vie...
L'autrice nous rappelle que "la nature" a des ressources qui nous dépassent et que l'humilité nous mènera à l'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RShaka
  04 mai 2022
C'est plus un livre philosophique vis-à-vis de nos rapports avec les animaux qu'une biographie. Je préfère le préciser car d'après le titre et le quatrième de couverture, on pourrait croire que le livre va nous narrer la mésaventure de Val Plumwood, qui a failli se faire tuer et dévorée par un crocodile.
Le livre en parle, mais très rapidement, et l'auteure va plus développer nos rapports avec la vie, la mort, les animaux et leurs utilisations, notamment niveau alimentation. le livre, sur ce sujet, est très intéressant et offre de nouvelles pistes de réflexions qui vont au delà du végétarisme et du vegan. Si vous êtes ouvert et/ou si vous êtes un tant soit peu écologique, ce livre va vous faire voir de nouveaux horizons, très intéressants pour la vie... Et la mort.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   14 septembre 2021
La marche permet de tisser un lien intense, intime et physique avec la Terre, ouvrant pour ainsi dire la possibilité d'une conversation avec le grand corps de la Terre, au sein duquel il n'est possible de pénétrer qu'à travers les efforts fournis par nos propres corps humains. 
Commenter  J’apprécie          100
ErnestLONDONErnestLONDON   10 septembre 2021
Le point de vue critique que le crocodile incarne nous remet à notre place, il fait fi de nos prétentions à être une espèce supérieure, extérieure à la chaîne alimentaire, et nous incite à reconnaître que nous sommes une espèce animale parmi d'autres et une source de nourriture qui n’est singulière qu'en raison de son arrogance.
Commenter  J’apprécie          70
ErnestLONDONErnestLONDON   10 septembre 2021
Être de la nourriture, voilà qui nous confronte brutalement à la réalité de notre corporéité, voilà qui nous oblige à admettre que nous faisons partie du règne animal dans la mesure où nous sommes de la chair, que nous sommes en quelque sorte parents de que ce que nous mangeons.
Commenter  J’apprécie          10
ErnestLONDONErnestLONDON   10 septembre 2021
Le fait que nous soyons de la nourriture, que nous ayons des corps juteux et nourrissants, n'est pas une caractéristique mineure ou négligeable de l'existence humaine. Pourtant, au moment où je regardais le crocodile droit dans les yeux, je me suis rendu compte qu’en me préparant pour cette journée sur la rivière, je n'avais pas accordé suffisamment d'attention à cet aspect important de la vie humaine ; j'avais négligé ma propre vulnérabilité en tant qu'animal comestible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDONErnestLONDON   10 septembre 2021
Pendant des milliers d'années, les religions et les philosophies de l'Occident ont soutenu que les humains étaient différents des autres animaux et de la nature, qu’ils étaient eux seuls créés à l'image de Dieu. Croire qu'une autre espèce puisse être sauvée et aller au paradis était une hérésie, car il s'agissait d'un lieu sacré et parfait exclusivement réservé aux humains.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Val Plumwood (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Val Plumwood
Féminisme et maîtrise de la nature par Val Plumwood | Discours de livre
The Black Ponderer
autres livres classés : écologie politiqueVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus

Autres livres de Val Plumwood (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
213 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre