AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020122535
115 pages
Seuil (10/10/1990)
2.25/5   2 notes
Résumé :
Un champion cycliste : "En avance sur son temps, il était allé trop loin." Un amoureux transi : "Je t'aimerai jusqu'à ce que les pierres fondent." Un écrivain en proie au doute et en butte aux médecins : "Ecrivain parce que malheureux, malheureux car écrivain. Je ne vois qu'une alternative : ou bien... ou mal." Un artiste peintre, barbouilleur de quelque chef-d'oeuvre inconnu : "C'est raté, il y a une femme là-dessous." Un musicien en quête du silence infini : "Je s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
helhiv
  21 janvier 2016
Je suis restée complètement indifférente à cette succession d'histoires de formes et de sujets très divers et parsemées de "bons mots" comme si ces histoires n'étaient qu'un prétexte pour les placer. Ce livre a obtenu le Grand prix de l'humour noir en 1987. Je crois que ma vision de l'humour noir est plus restrictive que celle du jury ou alors ce type d'humour évolue avec le temps ... Heureusement pour moi, ce petit livre ne fait qu'une centaine de pages. C'est toujours pénible d'avoir l'impression de passer à côté d'un auteur ...
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   08 décembre 2017
J’ai tellement eu faim…


Extrait 2

  Un véritable métier que de chercher du travail ; une sorte de
profession libérale avancée. Mais quelle occupation harassante !
vraiment pas payée pour le boulot que çà donnait… Et aucune
garantie sur l’avenir…
  Chaque jour levé de bonne heure.
  Lecture des petites annonces.
  Lettres avec curriculum vitae.
  Coups de téléphone – « occupé/occupé/occupé » : la place est
libre ;
   « libre » : la place est prise.
  Métro ou à pied le plus souvent.
  Se présenter à.
  Salle d’attente.

  Bureau de l’employeur :
  - V’z’ êtes trop jeune, mon vieux !
  Les années ayant passé, la chance a tourné. C’est devenu :
  - V’z’ êtes trop vieux, mon p’tit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   08 décembre 2017
Extrait 6
 
 
           je ne reverrai plus le jour.
          Aussi dès que la douleur se manifeste, je me sens
 plus tranquille (!) - rassuré...

J'ai envie de crier. Mais le cri ‒ enfoncé profondément ‒ vissé;
 toutes les fibres d'une velléité de cri se resserrent se referment
 avec force, et rien n'existe plus que le désir coincé de cri étranglé
 par lui-même.

Mais je m'accroche à cette présence "qui ressemble à la grâce en
 ce qu'elle est une élection gratuite...".
Je retiens mon souffle (dangereux ?)

Je ferme les yeux (risqué ?

Je la savoure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   07 décembre 2017
Extrait 5
 
 
Par moments, ne sentant plus mon corps bourré de sédatifs, je tends tout ce qui me reste d'énergie afin de rester éveillé, sachant bien que, si je m'endors,

         Dans mon sommeil, cette créature
          De rêve me disait : " Je n'ai DIEU
          Que pour toi. "  Et au réveil, quel VIDE
          Tu fais !... pour jamais aider personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   07 décembre 2017
Extrait 3
 
 
Maintenant, il attend son heure ‒ la dernière.. Il ne peut,
avant de clamser, clamer son innocence ni demander grâce
(de toute façon, il est aphone), non plus que de rédiger une
supplique pour faire réviser un procès ou réclamer une sen-
tence moratoire (pas le temps et il ne voit plus clair)/ Atteint,
au dire des médecins, d'un mal incurable autant que merveil-
leux qu'il ressent jusque dans le mot désignant ce mal, il ne
souffre pas de souffrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   07 décembre 2017
Extrait 2
 
 
Jour après jour, je rêvais mes ténèbres ; au fur de mes nuits blanches, j'imaginais le grand sommeil ‒ la camarde ayant eu le dernier mot de la fin.   Le terme   (achèvement  dénouement catastrophe conclusion ) ; le terme : point final redouté (?), point d'exclamation de surprise (.), point d'interrogation angoissant (!), point d'orgue sur le futur  le silence du vide infini (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17449 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre