AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2907681109
Éditeur : Tristram (31/01/1997)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Compact - premier roman de Maurice Roche paru dans les années soixante, et traduit dans une dizaine de langues - est considéré par beaucoup comme une œuvre littéraire majeure. Multiple dans ses thèmes et ses registres d’écritures (de l’humour noir à la cocasserie, du déchirement intime à la description méthodique de phénomènes physiques), c’est un roman unique par sa composition, empreinte des liens de Maurice Roche avec l’écriture musicale.

Ici,sept ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   01 juillet 2015
Tu perdras le sommeil au fur que tu perdras la vue.
Tandis que tu pénétreras la nuit, tu pénétreras dans
la nuit de plus en plus profonde ; ta mémoire, labile
déjà, s’amenuisant à mesure que ­ au sortir d’une
longue léthargie ­ tu prendras conscience de ton état.
(Comment désormais faire le départ du jour et de la nuit ?)
Commenter  J’apprécie          50
coco4649coco4649   07 décembre 2017
Extrait 4
 
 
    Sans faire un geste, ta mâchoire restant calée contre ta poitrine, tu
reprendras lentement ton souffle : ta respiration d’abord précipitée se
fera régulière.



  Désert, ton regard. Tout un passé inexprimable à présent. Tu attendras
les yeux béants, vides, sur cette absence… (comment savoir si quelqu’un
si personne dans cette chambre de plus en plus vaste ? auras-tu peur d’être
seul ?)

    Tu tourneras
                            lentement la tête


à gauche                                                      à droite
avant de laisser aller ta nuque sur l’oreiller humide ; le contact glacé de la
taie te feras frissonner. Tu toucheras ton visage, tu le palperas lentement
(une présence çà !) ; et cet objet (quel ?) que – ayant tendu le bras – tu
déplaceras sur la tablette à la droite du lit, sans rien changer au paysage
nocturne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   07 décembre 2017
Extrait 2
 
 
  Mnémopolis que tu pourras hanter sous ton crâne sera une ville seule
et obscure. Pas de rues pas de canaux nul labour alentour  (çà ? – les
circonvolutions de ta cervelle), mais des vestiges auxquels tu tenteras
de te raccrocher : ce seront lambeaux de souvenirs (ou hallucinations ?)
et débris sonores te parvenant de l’extérieur en quelque sorte et n’évoquant
la plupart du temps strictement rien ; autant d’objets ou de fragments que
patiemment, et non sans hésitations, tu voudras lier les uns aux autres –
leur donner un sens en les raccordant –

dans l’espoir peut-être de retrouver cette fissure par où le soleil t’aura
pénétré de son ombre et l’oubli se sera insinué infiltré (et depuis quand ?),
la veille enrichissant ton sommeil, jusqu’à submerger ton esprit ;
pour, ce trou de mémoire éblouie, t’y faufiler, en quête d’abord d’un nom
(quel ?) dont tu épouserais les sinuosités… afin de faire corps avec la
calligraphie
                                 puis t’assoupir enfin dans ce mot…
et dormir – reposer en paix – dormir le plus loin possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   07 décembre 2017
Extrait 5
 
 
    Tu te pelotonneras …
                            … en chien de fusil (aux aguets ?)…




    Alors cette nuit ouverte, tu l’abandonneras pour une nuit fermée :
doucement – tu la rapprocheras de toi, tu l’attireras à toi – tu baisseras
les paupières pour la réduire à une petite nuit qui t’appartienne (où tu
te réfugieras espérant retrouver la mémoire de
    , et la trace d’un songe qui vint troubler l’ombre sans fin…). Les
yeux clos tu t’obstineras à resserrer l’obscurité ; de toutes tes forces,
ton front dans tes mains les paumes appliquées en ventouse sur tes orbites…

… provoquer une lueur entoptique, quelque déchirure : point de fuite dans
la ténèbre. Tout ton être concentré, ramassé dans ce geste, tu comprimeras
tes yeux et ainsi On se réveille –
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   07 décembre 2017
Extrait 3
 
 
        Mais tu ne dormiras pas.

        T’aidant des coudes et des avant-bras avec peine – sentiras-tu
ces craquements à tes articulations, et les entendras-tu comme aussi
les grincements du sommier ? – tu te mettras (en t’efforçant de faire
pivoter ton buste) sur ton séant ; rejetant les jambes hors des couvertures,
tu amorceras en même temps un mouvement rotatif vers la droite, au
terme de quoi tu devrais te retrouver assis sur le bord du lit. Mais malgré
tes efforts tu n’y parviendra pas.

Après une seconde tentative, puis une troisième – ayant légèrement basculé,
tu retomberas en arrière
et resteras à demi allongé, en équilibre sur les coudes, les mains crispées
sur les draps, les jambes un peu repliées, haletant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : poésie contemporaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
718 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre