AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Petits crimes conjugaux (52)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
lyoko
  24 avril 2017
Un couple réapprend a se découvrir suite à l'amnésie du mari.

J'avoue avoir été déçue par cette petite pièce de théatre. J'avais espéré quelque chose de plus piquant et de plus acerbe. du coup j'ai survolé ma lecture, qui n'a pas été déplaisante, sans l'apprecié réellement. Je suis restée sur du basique.
Dommage parce que j'aime beaucoup l'auteur.
Commenter  J’apprécie          410
cicou45
  02 octobre 2013
J'espère que vous n'allez pas être comme mes profs de fac qui nous répétaient sans cesse que lire des auteurs à grand succès était en quelque sorte de la sous-littérature. Je me rappelle, nous avions engagé ce sujet de conversation à propos de Christian Jack et cela avait dérivé sur Eric-Emmanuel Schmitt. Je ne dis pas que je lis que de cela (vous pouvez d'ailleurs en juger pas vous-même en consultant ma "bibliothèque") mais je n'ai pas honte de dire que j'aime beaucoup ces deux auteurs (restons sur Eric-Emmanuel Schmitt ici puisque c'est le sujet dont il est question et surtout, qu'est-ce que cela fait du bien de temps en temps de lire ce genre de littérature un peu plus légère mais lins d'être bas de gamme !

Dans cette pièce, où il n'y a en réalité que deux acteurs, Gilles et sa femme Lisa, mariés depuis quinze ans, le lecteur en vient à se poser des questions sur ce qu'il faut faire afin que l'amour entre deux êtres ne ternisse jamais. Hommes et femmes sommes différents, cela va de soi mais nous avons tous les mêmes angoisses, nous ressentons tous des émotions, différentes selon chacun bien sûr, mais le fait est là : nous ne somme que des Hommes (j'entends en tant qu'êtres humains). Nous sommes donc loin d'être parfaits et parfois, (c'est le cas ici), il ne fait pas avoir peur de démolir un peu pour repartir sur des bases plus solides. Gilles, après quinze jours d'hospitalisation, revient chez lui, raccompagné par sa femme Lisa dont il ne se rappelle pas. Suite à un choc, Gilles est en effet devenu complètement amnésique. Comme chacun le sait, cela peut durer des semaines voire des mois ou même des années ou encore seulement quelques heures, qui sait ? Toujours est-il que dans cette pièce, Gilles, auteur de métier, va non seulement réapprendre à découvrir les lieux qui lui sont familiers, sa propre femme mais aussi lui-même !

Mais si, ce n'était pas un simple choc physique qui l'avait rendu partiellement amnésique mais bel et bien un traumatisme émotionnel ? Gilles serait-il prêt à pardonner et à tout recommencer ?

Une pièce vraiment très bien écrite, légère, agréable à lire et que je vous recommande vivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
lecassin
  03 avril 2018
Je suis toujours un peu perplexe devant ce genre de texte un peu « hybride » : pièce de théâtre, plan de nouvelle, les deux ?
J'avais déjà eu ce sentiment à la lecture de « Hôtel des deux mondes », également envahi par d'imposantes didascalies, ne laissant que peu de place au jeu des acteurs…

« Petits crimes conjugaux » : Une pièce en un acte qui se lit comme une nouvelle : un vocabulaire simple qui va droit au but, des thèmes chers à l'auteur : la vie, la mort, l'amour, la vanité de l'être…Pas de doute, c'est du Schmitt.
Une heure et demie de lecture agréable qui ouvre de nombreuses pistes de réflexion : le couple et ses petites (voire grandes) trahisons… Malgré tout, la méthode finit par me fatiguer un peu, et Eric-Emmanuel Schmitt ne m'intéresse jamais autant que quand il sort de la fameuse recette qui l'amena au succès qu'on connaît…

La pièce fut donnée pour la première fois le 12 septembre 2003 au Théâtre Édouard VII ; mise en scène de Bernard Murat, avec Bernard Giraudeau et Charlotte Rampling.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
missmolko1
  13 septembre 2015
Les pièces de théâtre d'Eric-Emmanuel Schmitt me plaisent très souvent : j'avais adoré La Nuit de Valognes ou encore le libertin mais Petits crimes conjugaux est selon moi un peu en dessous. Il s'agit d'un échange entre Lisa et Gilles, un couple qui va apprendre a se redécouvrir après l'accident qui a laissé Gilles amnésique. Un couple qui s'aime, qui se déchire, qui se ment.....

Les dialogues sont tres bien écrits :
"GILLES. Les femmes ont vraiment tendance à transformer les hommes en mendiants. Lorsque j'essaie de te faire comprendre que je voudrais coucher avec toi, j'ai l'impression de te demander l'aumône. Et du coup, lorsque tu me l'accordes, la charité, j'ai le sentiment fugace de me retrouver devant une bonne soeur, ce qui n'est pas du tout l'image souhaitée à cet instant-là.
LISA (raillant). Comment ? Vous n'aimez pas mes seins, on fils ?
GILLES (échauffé). Pourquoi une femme ne prend-elle jamais l'initiative ?
LISA. Parce qu'elle est suffisamment maligne pour donner l'impression a l'homme que c'est lui qui a envie.
GILLES. Alors, en ce moment, qui manipule qui ?
LISA. Bonne question. Petits crimes conjugaux

Ils rient, presque complice

GILLES . Et, qui va gagner ?
LISA. Celle qui peut céder. Elle seule contrôle le jeu.
GILLES (avec admiration). Garce !
LISA. Merci. Petits crimes conjugaux."

Mais malgré tout, je ne suis pas conquise, il manque un peu de dynamisme pour que la lecture soit agréable.

J'ai visionné après la lecture, la pièce mis en scène par H. Ghazi, Compagnie théâtrale du CPF (voir vidéo de la première partie ci-dessous ). La encore, j'ai trouvé que le texte manqué de dynamique. Par contre coté mise en scène rien a redire, la pièce est très fidèle au livre et les acteurs sont très bons.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Macha_Loubrun
  02 octobre 2013
Amnésique suite à une chute, Gilles rentre à la maison en compagnie de Lisa, sa femme depuis quinze ans, pour tenter de reprendre la vie commune. Durant toute une soirée, ils vont parler, s'affronter, se redécouvrir. Ce tête-à-tête plein de rebondissements sera-t-il le dernier ?

Eric-Emmanuel Schmitt enfonce des portes ouvertes, multiplie les clichés sur l'amour et le couple et cette pièce manque de souffle, d'humour, d'émotions authentiques. Lisa et Gilles n'entreront pas dans le panthéon des couples mythiques sortis de l'imaginaire des écrivains. Mais il faut bien du talent pour parler « des salades de l'amour» comme les appelait joliment FrançoisTruffaut.

Commenter  J’apprécie          260
araucaria
  11 juillet 2015
Je découvre Eric-Emmanuel Schmitt en tant qu'auteur de pièce de théâtre et je suis moyennement emballée, je le préfère comme auteur de romans. Cette comédie dramatique où n'apparaissent que deux personnages est dure et plutôt déprimante. Je ne suis pas totalement entrée dans l'oeuvre et n'adhère pas forcément aux dialogues. Ce fut une expérience de lecture parmi d'autres.
Commenter  J’apprécie          251
Bazart
  04 novembre 2016
Vu lors de mon dernier séjour parisien au Théâtre Rive Gauche, la pièce "Petits Crimes Conjugaux" d'Eric-Emmanuel Schmitt ( que j'avais eu l'immense chance de rencontrer il ya deux ans) .

Cette pièce écrite par Éric-Emmanuel Schmitt il y a plus de dix ans est une de ses rares oeuvre s, parmi l'immense bibliographie d'Eric Emmanuel Schmitt, qui sonde les vissicitudes conjugales.

Petits Crimes Conjuguaux est construit comme une sorte de thriller conjugal : on se demande pendant toute la pièce qui manipule qui?

Sam Karmann y incarne un personnage amnésique qui doit se fier à sa femme, Fanny Cottençon, pour l'aider à retrouver la mémoire. Et cette amnésie- réelle ou pas- permet également , c'est une des jolies idées de Schmitt, de se réinventer une vie de couple, celle que l'on a tant rêvé avoir...
Tout au long de cette soirée de retrouvailles, des tas de vérités plus ou moins inavouables vont éclater ainsi que des réflexions profondes ou moins sur les mystères d'un couple qui dure.

Une pièce qui questionne l'amour, la relation, le temps et une analyse clinique, parfois au scalpel des relations de couple avec une histoire assez rocambolesque qui fait vaciller les certitudes du lecteur, malgré quelques aphorismes - péchés mignons de Schmitt - qui font un peu plaqués....
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Epictete
  24 avril 2018
E.E. Schmitt nous offre une pièce de théâtre au texte court, qui se lit facilement et rapidement.

Il n'est pas toujours facile, ni passionnant, de lire du théâtre, mais là, le jeu des acteurs est tellement encadré qu'on les voit sur scène, qu'on les imagine.

La question qui se pose est « Peut-on, ou doit-on recommencer à zéro quand les problèmes, les désaccords se sont construits au fil du temps ? »

La réponse ?
Je ne crois pas qu'elle se trouve dans ces pages.
Commenter  J’apprécie          200
Meps
  12 novembre 2016
Petite pièce agréable à lire, petit bonbon plutôt acidulé mais qui garde toute sa douceur.

Le talent de Schmitt est dans les petites phrases (68 citations sur Babelio pour 117 pages aérées, qui dit mieux !).
Ses personnages ont donc plutôt tendances à être désincarnés, à n'être que les porteurs de la pensée de l'auteur. Mais ils restent touchants, sans doute parce qu'ils nous rappellent ces gens que l'on croise très régulièrement... le matin dans le miroir, par exemple...

Rien de révolutionnaire dans cette pièce, mais il est bon de se rappeler parfois ce qui fait de nous des êtres qui ne peuvent vivre seuls et ont bien du mal à vivre en couple.

Commenter  J’apprécie          141
Seraphita
  19 mai 2009
La nuit, dans un appartement, un couple dialogue, tantôt complice, tantôt sur le point de rompre. Gilles revient d'un séjour à l'hôpital suite à un choc cérébral qui l'a rendu amnésique. Lisa essaie de lui faire recouvrer sa mémoire. Ce long cheminement vers la quête de soi (et en filigrane, du couple) est émaillé de nombreux rebondissements…

Il s'agit du premier ouvrage d'Eric-Emmanuel Schmitt que je lis. Je l'ai beaucoup apprécié ; j'ai en particulier aimé l'analyse psychologique que l'on peut inférer des dialogues de Lisa et Gilles, de leur complicité alternant avec de la distance, voire de la rupture. le titre du livre vient du titre d'un ouvrage que Gilles a écrit : « Petits crimes conjugaux », dans lequel il décrit le couple comme une association d'assassins qui s'en prennent l'un à l'autre vers la fin de leur vie : « voilà la vie conjugale, une association de tueurs qui s'en prennent aux autres avant de s'en prendre à eux, un long chemin vers la mort qui laisse des cadavres sur la route » (p. 61.). Une belle étude introspective du couple en questionnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

la vie rêvée d'Hitler...

Par quoi commence le récit et la vie d'Adolf H.?

par sa réussite au concours d’entrée à l’Ecole des Beaux-Arts de Vienne.
par son mariage avec Sarah
par son coming out

9 questions
407 lecteurs ont répondu
Thème : La Part de l'autre de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur ce livre