AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2210754712
Éditeur : Magnard (18/05/2004)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 310 notes)
Résumé :
Par une nuit orageuse, quatre femmes se retrouvent dans le château de la Duchesse de Vaubricourt. Don Juan, qui les a bafouées autrefois, sera jugé et devra réparer ses torts en épousant Angélique, filleule de la duchesse. À la surprise générale, le séducteur mythique accepte ! Éric-Emmanuel Schmitt revisite le célèbre mythe de Don Juan. Reprenant d'anciens traits empruntés à d'autres auteurs, en particulier à Molière, il donne à voir un processus de réécriture et p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
isabelleisapure
  04 février 2015
Quelques femmes sont réunies un soir d'orage dans le vieux manoir de la Duchesse de Vaubricourt.
Qu'ont-elles en commun ? Un immense amour pour Don Juan qui les a toutes séduites et abandonnées et un grand désir de vengeance.
En revisitant le mythe de Don Juan, Eric-Emmanuel Schmitt brosse un aspect plus humain et plus sensible du héros de Molière, capable pour une fois de tomber amoureux.
Je connaissais bien sûr le romancier, et le nouvelliste, et j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir l'autre facette de l'immense talent d'Eric-Emmanuel Schmitt, celle d'auteur de théâtre.
Le style d'écriture est toujours aussi agréable, fluide et facile à lire.
Une découverte que j'ai bien l'intention de poursuivre.
Commenter  J’apprécie          290
lilimarylene
  03 mai 2010
Dans cette pièce de théâtre, Eric-Emmanuel Schmitt s'amuse à revisiter le mythe de Don Juan. Ici, le célèbre séducteur prend une dimension humaine alors qu'il tombe vraiment amoureux pour la première fois. Une ombre de nostalgie plane sur ce texte parsemé de bribes savoureuses d'humour. le texte se déguste lentement et c'est à regret qu'on quitte cet univers très particulier.
Commenter  J’apprécie          140
EffyMathers
  30 mai 2015
Sur le mode de l'intertextualité, Schmitt nous offre une réécriture du célèbre Don Juan, légende espagnole rendue célèbre par le dramaturge Molière. le résultat de l'oeuvre, lorsqu'elle est écrite à sa manière, est un mélange explosif d'amour, d'humour, de sensibilité et de dérision. Une pièce qui m'a beaucoup plu !
Je me doute que, ayant du lire rapidement cette pièce, j'ai du passer à coté de nombreux détails qui en font son originalité. Cependant, j'ai beaucoup apprécié, et beaucoup ri, en lisant cette nouvelle version de Dom Juan. Tout d'abord, parce-que Don Juan n'est plus exactement Dom Juan. Plus sensible, il accepte le mariage imposé comme sentence à son procès. Serait-il amoureux ? Serait-ce même possible d'imaginer un Dom Juan amoureux ? Non. Impensable…
Mais alors, qu'est-ce donc ? Comment toutes ces femmes, réunies dans un château pour faire le « procès de don Juan », et ne voulant que leur vengeance, ont-elles pu dompter ainsi ce « chasseur » de femmes ? Serait-ce encore de la comédie ?
Ce qui me plait, dans ce livre, est justement le fait que l'on passe une grande partie du temps, à se demander comment Don Juan peut être si soumis à la loi féminine. Bien sur, il n'a que ce qu'il mérite, et on doit imaginer que nous sommes dans le futur, que Don Juan n'est pas mort (puisque nous avons affaire à un nouveau livre, un autre Don Juan), et qu'il a continué, comme a son habitude, à avoir femme sur femme. On doit imaginer la colère de ces femmes, qui croyaient avoir son amour, n'ont été que trompées.
En Bref, on ne devrait qu'être heureux pour elle. Mais ce qui est ironique, c'est la manière dont Don Juan décrit sa rencontre avec les femmes. Presque de la même manière. Ainsi, les femmes seraient toutes fragiles, toutes prêtes à tomber sous son charme, et il les aurait toutes eues au cours de sa vie. Elles qui se veulent fortes face à lui, prêtes à lui donner la peine capitale (et donc à le marier), nous donnent finalement une version stéréotypée de la femme tombant sous le charme du beau jeune homme. En effet, dès qu'il s'approche d'elles, elles ne peuvent s'empêcher de se pâmer….
 C'est donc très comique, et ce, tout au long de la pièce. L'art de Schmitt est d'avoir placé intrigue sur intrigue : dans la question du procès intervient le problème du mariage et de l'amour de Don Juan, et à travers ce mariage intervient un récit enchâssé qui évoque le passé de Don Juan. (attention, risque de Spoil… Ainsi, on découvre avec étonnement comment Don Juan a rencontré, un jour, un chevalier. Un homme avec qui il a passé du temps, et un homme… Avec qui il a tissé des liens. )
C'est donc une interrogation nouvelle que ce livre porte sur Don Juan : il s'intéresse sur la sexualité de notre héros. Que se passe-t-il si Don Juan rencontre un homme. Qui est véritablement Don Juan ? Car le point fort d'une réécriture, c'est qu'une oeuvre n'a plus de frontières. Bien sur, Don Juan a inspiré Schmitt. Mais si l'on oublie un peu les dates, on pourrait très bien imaginer le Don Juan de Schmitt avant celui de Molière. Car rien n'est défini. le livre n'est pas cloisonné, mais le texte sort de ses frontières temporelles, et Don Juan est redécouvert, redéfini, et soulève de nouvelles questions.
C'est pourquoi j'ai beaucoup apprécié cette pièce, parce-qu'elle donne un regard différent sur le personnage de Don Juan, et que, une fois cette pièce lue, on ne peut plus lire Molière de la même manière. En outre, on peut se poser ce type de questions sur d'autres personnages classiques et connus. La réécriture est donc un thème très intéressant, que Schmitt a manié avec aisance, et qui ouvre une infinité de portes au lecteurs.

Lien : http://lettresevanescentes.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Malivriotheque
  26 avril 2013
La Duchesse de Vaubricourt réunit dans sa maison de campagne Don Juan ainsi que quelques-unes de ses victimes afin de lui faire procès. Elle prévoit de lui faire épouser sa jeune filleule qu'il a insidieusement déflorée, ou ce sera la prison. Contre toute attente, Don Juan accepte sans broncher. Qu'est-ce que cela peut bien cacher ?
La réécriture du mythe est exquise, bien ficelée. J'ai particulièrement aimé le tribunal féminin qui a du mal à garder son objectivité face au charme démesuré du rebelle sexuel qu'est Don Juan.
En revanche, la part homophile du personnage, ainsi que sa nouvelle naissance, donnent tout d'abord comme un goût amer à ce conte revisité, le nappant d'une sauce peut-être trop contemporaine qui casse complètement la fable, lui donne un aspect certes intéressant, mais peut-être trop brutal car inattendu ; ensuite, l'achevant sur une rédemption assez malvenue vu le "cas" légendaire.
En somme, c'est une pièce que j'aimerais voir, et il me semble essentiel de revenir au classique avant d'aborder le moderne.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
maylibel
  20 avril 2013
Un soir, dans une propriété normande poussiéreuse, cinq femmes se retrouvent à la demande de la Duchesse : ensemble, elles vont juger et condamner Don Juan, dont elles ont toutes été victimes à un moment ou un autre. Mais Don Juan acceptera-t-il de se rendre sans combattre ?
La Nuit de Valognes est la première pièce écrite par le philosophe Éric-Emmanuel Schmitt. Elle propose un regard inédit sur un être que la littérature nous avait fait connaître sous un aspect beaucoup plus reluisant. Ce personnage qui incarne la séduction et le mouvement perpétuel semble ici vouloir se poser, être fatigué. Ou la vieillesse, le désir de retraite (dans le mariage) d'un homme connu pour vouloir le contraire de cela. Et pourtant… Cette vision de Don Juan complexifie le mythe de manière particulièrement intéressante, d'autant que les autres personnages de la pièce sont également moins caricaturaux qu'ils ne semblent l'être au premier regard.
Pour autant, une bonne idée ne suffit pas à faire un chef d'oeuvre. Car la pièce n'est pas sans longueurs. Quant au style de son auteur, il n'évite pas tout à fait les facilités. Mais La Nuit de Valognes, plus de vingt ans après sa première création sur scène, reste une pièce étonnamment originale et réussie sur un mythe et des thèmes qui auraient pu souffrir d'avoir été trop rebattus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
HairnetparadiseHairnetparadise   30 novembre 2008
DON JUAN (sarcastique). Eh bien qui es-tu? Je t'écoute.

SGANARELLE. Je suis moi, et cela me va bien, car quand je m'examine, je me trouve toutes les raisons de m'apprécier. La nature a parfois donné plus de finesse à un visage et plus d'élégance à un corps, mais elle m'a donné à moi une physionomie qui inspire la confiance et un physique qui donne de l'attachement. Quant à l'intelligence, j'en sais plus qu'il n'en faut pour être valet, mais point trop pour souffrir de ma condition. Aucun des mystères de l'humanité ne m'est totalement inconnu, et cependant je ne donne pas dans l'obscur et dans l'impénétrable comme vous: lorsque ma tête a bien travaillé, je la repose, je ne la soumet pas à des exercices trop intensifs qui risquerait de la déranger plus que la satisfaire.

DON JUAN. En somme, tout va bien?

SGANARELLE. On ne peut mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SachenkaSachenka   27 novembre 2013
LA COMTESSE. Laisse-les, aucune ne te comprend. Elles se prennent toutes pour des victimes, moi seule ai reconnu le maître. Lorsque tu es parti, je ne me suis pas mouchée, non, j'ai réfléchi, puis j'ai appris, règle par règle, ton catéchisme. J'ai appris qu'en amour il n'y avait pas d'amour, mais des vainqueurs et des vaincus… J'ai appris que la victoire n'avait d'autre but que la victoire, qu'il n'y avait pas d'après. J'ai appris que le plaisir est fade s'il n'a pas le goût du mal, que la caresse toujours préfigure la gifle et le baiser ébauche la morsure. J'ai appris qu'on attrape les hommes par la queue mais qu'on les saigne au coeur… Tout cela, je te le dois, c'est ma fidélité. Viens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
blogocultureblogoculture   31 janvier 2011
Posez vos pioches et vos aiguilles ! Notre monnaie c’est le plaisir ; prenez le, ici, et sans vergogne, ici, maintenant, et encore et encore ! “ Que se passerait-il ? Plus personne pour travailler, pour suer, pour se battre. Des hommes inactifs, vacant à leurs seuls plaisirs. Plus d’enfants légitimes ou illégitimes, mais une joyeuse marmaille avec trente-six mères et cent vingt pères ! Plus de propriété, plus d’héritage, plus de transmission des biens ou privilèges par le sang, car le sang désormais est brouillé, il coule partout, et le sperme aussi. La vie comme un joyeux bordel, mais sans clients, sans maquerelles, avec rien que des filles ! Vous imaginez la pagaille ? Et l’industrie ? Et le commerce ? Et la famille ? Et les fortunes ? Il n’y aurait plus de pauvres, car la richesse ne serait plus d’argent, mais de plaisir, et tout homme est suffisamment bien doté pour connaître le plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NaweelNaweel   04 avril 2013
Pourquoi voudriez-vous que le loup change quand les agneaux restent les mêmes?
Commenter  J’apprécie          180
zazimuthzazimuth   27 août 2010
Non, il parle trop bien, dès qu'il ouvre la bouche, il vous tient. Les femmes, c'est comme les lapins, ça s'attrape par les oreilles. (p.39)
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Eric-Emmanuel Schmitt (88) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric-Emmanuel Schmitt
Bonjour à tous ! Nous ne vous avons pas oublié pour Octobre, malgré un peu de retard, retrouvez les animations de votre librairie ?
1 Octobre - Soirée de l?imaginaire 3 Octobre - Rencontre avec Romain Puertolas (annulée) 5 Octobre - Rencontres imaginaires avec Marie Caillet & Annie Bacon 5 Octobre - Partenariat avec Créanim Sherlock Géant dans Amiens 5 Octobre - Atelier/Signature avec Sandra le Guen, Maureen Poignonec (Jeunesse) 12 Octobre - Démonstration "A Song of Ice and Fire", thème Trône de Fer 15 Octobre - Rencontre avec Eric-Emmanuel Schmitt à la Maison de la Culture 17 Octobre - Rencontre avec Philippe Lacoche 17 Octobre au 20 Novembre - Opération "Donnez à lire" (Jeunesse) 19 Octobre - Semaine Gauloise avec Samara 22 Octobre - Rencontre avec Marie de Hennezel & Philippe Gutton 26 Octobre - Lecture/signature avec Bruno Bonvalet (Jeunesse) 31 Octobre - Nocturne Necronomicon (Jeux) 31 Octobre - Halloween "À la conquête des six-trouilles" (Jeunesse)
+ Lire la suite
autres livres classés : dom juanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie rêvée d'Hitler...

Par quoi commence le récit et la vie d'Adolf H.?

par sa réussite au concours d’entrée à l’Ecole des Beaux-Arts de Vienne.
par son mariage avec Sarah
par son coming out

9 questions
413 lecteurs ont répondu
Thème : La Part de l'autre de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur ce livre
.. ..