AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Comme une respiration... (64)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
ninosairosse
  29 octobre 2017
♫Approche-toi petit, écoute-moi gamin,
Je vais te raconter l'histoire de l'être humain
Au début y avait rien au début c'était bien
La nature avançait y avait pas de chemin
Puis l'homme a débarqué avec ses gros souliers
Des coups de pieds dans la gueule pour se faire respecter
Des routes à sens unique il s'est mis à tracer
Les flèches dans la plaine se sont multipliées
Et tous les éléments se sont vus maîtrisés
En deux temps trois mouvements l'histoire était pliée
C'est pas demain la veille qu'on fera marche arrière
On a même commencé à polluer le désert.

Il faut que tu respires, et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire
Il faut que tu respires, c'est demain que tout empire ...♫

Mickey 3D, Respire, 2003

Anecdoctes bucoliques, qu'il a glané ici et là
Comme dans son "François Villon, Je" déjà,
sans prétention, style particulier
voire première personne très singulier.
Hou la vache ! une fois passé, le pré fait
que voulez vous qu'on fasse !?
Eloignons les empêcheurs d'aimer en paix
Apprécions , Carpé diem , sera ma préface...
Sois l'automate qui aspire à la vie perpétuelle et fantaisiste, remonte régulièrement le temps à la clé et Respire à pleins poumons une fois arrivé à la surface , avec cette sensation du plongeur qui a tranché les sangles qui le retenaient au fond, et qui d'un coup de talon, s'élève in extrémis vers la surface alors que sa bouteille est presque vide... trois petits points de suspension, comme une respiration
Après avoir lu "Bord Cadre", vu l'épaisseur de l'ouvrage qu'un ami Hervé me tendait,
j'avais refusé d'entreprendre la lecture de "Héloïse ...ouille"
Je suis maintenant réconcillié, Jean Teulé m'a reconforté
je peux reprendre l'ouvrage abandonné, je n'ai plus la trouille.

Du train de la vie, pensez à descendre.
Penser à des cendres en décembre. p133



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          735
Jolap
  04 mars 2019
Une balade au bras de Jean Teulé un jour de printemps. Tout est vert tendre. Tout est promesse. Il ouvre les yeux, tend l'oreille, marche et raconte la vie. C'est un peu un carnet de voyage, des esquisses croquées sur le vif.
Ces petites histoires légères, presqu'anecdotiques racontent cette vie de tous les jours. Et elles font du bien
Jean Teulé ajoute sa patte, un brin d'humour et d'espièglerie, un bon mot, une tournure cadencée et tout de suite l'histoire a de l'allure. Elle s'envole parce que justement elle s'est délestée de toute violence et surtout elle finit toujours sur une note positive…

Je mets 5 étoiles parce que je sais maintenant qu'il n'y a pas que des échanges virtuels, des couples aux terrasses ou au restaurant branchés sur leurs portables respectifs, pianotant d'une manière effrénée. 5 étoiles en guise de pied de nez au manque de communication dont souffrent tant de contemporains.

Je mets 5 étoiles parce qu'autour de nous il n'y a pas que des mauvaises nouvelles. et tous les jours, si nous voulons bien fixer notre attention, nous serons témoins de tas de petites aventures sympathiques. Une aubaine, une surprise, une vague positive, un visage qui s'éclaire, des yeux qui pétillent, une serveuse qui remet gentiment un client désagréable à sa place. 5 étoiles parce que la vie se raconte dans ce qu'elle a de plus banal et que ces événements banals peuvent avoir un charme fou.

Je mets 5 étoiles parce que la vie offre des tas de nouveautés à savourer, des tas d'échanges à espérer, des souvenirs à collectionner, en tout lieu, de tout temps, avec tout à chacun.
La preuve…. En lisant ce livre plein de fraîcheur, en me promenant au bras de Jean Teulé, j'ai vécu une belle récréation au milieu de gens que nous avons tous croisés.
C'était comme une respiration….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6819
TheWind
  18 septembre 2017
Il y a des jours où en classe je me sens bien seule.
Les élèves ne sont pas réveillés, jouent avec leurs stylos, bâillent à s'en décrocher la mâchoire et moi, je suis là, devant eux, à tenter de capter leur attention, à m'essayer à quelques pointes d'humour, à chercher désespérément la petite étincelle dans le regard de ces chers bambins, à déambuler dans la classe avec de grands gestes mélodramatiques, à questionner encore et encore :
" Oui, mais encore ?"
En vain, la réponse attendue n'arrive jamais..Il y a des jours comme ça mais heureusement, ce n'est pas tous les jours.

Jean..c'était plutôt une bonne idée ce recueil de nouvelles, cette respiration qui s'annonçait merveilleusement bien avec cette maison bleue même pas bleue...mais là, tu vois, après avoir enchaîné ces historiettes les unes après les autres, j'ai bien envie de te dire aussi :

"Oui, mais encore... ?"

Commenter  J’apprécie          462
isabelleisapure
  05 avril 2017
Inspirez ! Expirez ! Respirez ! Et lisez !

Dans cet exercice respiratoire que nous propose Jean Teulé tout est douceur et poésie.
Dans la première nouvelle, ma préférée, l'auteur nous invite à découvrir une maison, qui n'est ni bleue, ni adossée à la colline, mais qui fait « cui-cui » grâce aux dizaines de petits oiseaux y ont élu domicile.

Les histoires se suivent, belles, simples, optimistes et se posent sur nous comme un souffle de brise printanière.

Me voilà réconciliée avec Jean Teulé, que j'avais décidé de ne plus lire, lasse de ces faits divers revisités toujours plus glauques et sanguinolents.

J'ai adoré !



Commenter  J’apprécie          441
zabeth55
  30 octobre 2016
Mitigée pour Fleur de tonnerre, j'avais zappé Héloïse ouille ! parce qu'un peu lassée de ces textes un peu glauques.
Et puis j'ai entendu Jean Teulé à la radio parler de son nouveau livre, et j'ai beaucoup aimé sa bonne humeur, son nouvel état d'esprit.
Alors voilà. Effectivement, plus rien à voir avec ses autres écrits, sauf l'humour, toujours présent. Plein de très courtes nouvelles, mignonnes, rafraîchissantes, souvent tendres. Plein de lieux différents. C'est très agréable à lire, surtout avec les illustrations qui accompagnent certains textes.
D'accord, si ça avait été le premier Teulé que je lisais, je n'aurais certainement pas trouvé que c'est un grand auteur original, comme le Teulé que je connais.. Mais il a bien fait d'écrire ça, ça repose un peu entre deux de sa part un peu plus étoffés et délirants.
Commenter  J’apprécie          364
stokely
  19 décembre 2016
Je trouve l'exercice des nouvelles plutôt risqué, si quatre ou cinq nouvelles (très courtes) sortent ici du lot, la majorité m'ont laissées de marbre.

Un livre très court que j'ai lu en un aller-retour dans les transports parisiens, j'ai retrouvé l'écriture si spécifique de Jean Teulé mais je ne garderai pas ces nouvelles en mémoire.
Commenter  J’apprécie          250
Pachy
  03 octobre 2016
Le nouveau Jean Teulé est avancé. Oui, nouveau titre chez les libraires mais uussi et surtout, nouveau Jean Teulé qui prend une grande goulée d'air frais et nous rafraîchit. Un nouvel écrivain que je n'irais pas jusqu'à qualifier de poète mais qui colporte des petits bonheurs. Faire une pause en cette période de remous intenses. Allez, on respire.
Au revoir, Héloïse et Abélard, adieu « Mangez-moi… ». On passe du rire de la petite boutique, du Montespan pour sourire de ces moments qui, pour la majorité avaient bien mal démarré. Et ouf, tout va bien. Tout va mieux.
Des contes ? Non. On pourrait pourtant y croire. Mais des récits basés sur du vécu. Et si nous nous montrons un peu curieux, de belles surprises. Un conifère qui donne des merises. Impossible sauf chez Disney ! Pas du tout, ça existe bel et bien. Un if du XIIIe siècle, à Saint-Laumeuc dans les Côtes d'Armor, qui héberge en son tronc un cerisier sauvage.
Je ne vais vous gâter le plaisir de découvrir vous-même ces quarante petites respiration et encore moins la dix-neuvième.

Ce Teulé ressemble à ces livres d'histoires de notre enfance : une histoire par jour avant de dormir. Comme la tarte aux pommes de Mamie. Une part pour goûter, une seconde pour confirmer, une troisième pour la gourmandise, une quatrième et stop…. de la tarte, il ne reste plus que l'assiette…. On referme ce livre que l'on vient d'avaler avec gourmandise. Promis on va relire chaque respiration au jour le jour avant de s'endormir. Il faut toujours respirer avant de se jeter dans les bras de Morphée et oublier ainsi les soucis et les peurs du jour.

Je recommande cette thérapie qui va de cui-cui à Sophiiie.

PS :
Joli-Thorax ou Joli joli clin d’œil à Goscinny et Uderzo ? Au célèbre tavernier Jolitorax d' '"Astérix chez les Bretons" ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
MissSherlock
  05 février 2017
Le nouveau livre de Jean Teulé porte bien son nom car il est Comme une respiration. Il est léger mais nourrissant.
Léger car les récits sont très courts mais nourrissant car ces petites histoires émeuvent, font rire ou sourire.

Le style de Jean Teulé me plaît décidément beaucoup, j'adore sa musique. Et il a souvent su me cueillir avec ces historiettes.
La dernière, Sophiiie, m'a fait pleurer. J'ai senti les larmes couler sur mes joues, ma gorge se serrer et j'ai refermé le livre en disant « Mais quel salaud ! C'est la dernière histoire et il me fait ce coup-là ! »
En quelques mots tendres, il m'a fait chavirer. Chapeau Monsieur !

Comme une respiration n'est peut-être pas le livre le plus profond de l'auteur mais c'est sûrement le plus doux et le plus réconfortant.
J'en redemande.
Commenter  J’apprécie          190
Sandau
  17 février 2017
Mais que s'est-il passé?!
Qu'est devenu le Jean Teulé que je connais?
L'exercice de la nouvelle est toujours difficile, mais ces quarante histoires m'ont vraiment parue peu abouties.
Je ne conserve pas grand chose en mémoire dans l'ensemble, hormis trois situations que j'ai trouvées tendres, ironiques et mordantes :
"Le petit compagnon de madame Verbeque", où on jubile devant le cynisme d'un taxidermiste;
"Chevreuil à tribord!", lors du sauvetage d'une chevrette s'égarant, affolée par une partie de chasse, dans la Manche;
enfin "Lui", avec un petit garçon qui découvre son prénom à l'école.

Malgré ces préférences, je reconnais que le style Teulé demeure et comprends que l'auteur ait eu envie d'écrire à travers ce livre des tranches de vie, des moments passagers, des émotions quelconques...
Mais peut-être eut-il été plus sage de se concentrer sur moins de nouvelles et plus de personnages et de situations construits.
Commenter  J’apprécie          180
blandine5674
  12 novembre 2016
En 40 mignardises, Teulé nous promène dans des lieux variés (fonds de tiroir ?). J'en ai pioché quelques unes entre deux pavés. Il ne m'en reste pas grand-chose. J'ai aimé ‘Gare Saint-Lazare ‘ qui montre que tous les jours beaucoup de jeunes font des choses bien, contrairement aux reportages. Celle de ‘Vanessa dans le métro' ressemble étrangement à la chanson de R_wan du groupe Java. A picorer ça et là.
Commenter  J’apprécie          160


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jean Teulé

Comment se prénomme le personnage principal du roman "Rainbow pour Rimbaud"?

Roger
Robert
Ronan

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Jean TeuléCréer un quiz sur ce livre