AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782844543264
253 pages
Éditeur : Dervy (09/05/2006)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Plus de 1000 ans avant sa conversion à l'islam, l'Iran adopte le mazdéisme, religion monothéiste qu'enseigne un prophète inspiré : Zoroastre (vers le VII, siècle avant notre ère). La renommée de celui-ci fut grande en dehors des frontières de l'Empire perse ; on en trouve des traces chez Platon, dans l'Evangile (les Mages venus à Bethléem), et en Occident durant tout le Moyen-Age jusqu'au cél... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
finitysend
  13 août 2014
C'est l'actuelle tragédie que traversent les populations kurdes yezidis ( yazidis ou ezidis .... ) d'Irak qui m'a replongé dans l'univers des religions iraniennes . Ce commentaire sera donc mon effort personnel pour contribuer au témoignage de leur malheur actuel et ces quelques lignes tendront à promouvoir la sensibilité du public à l'incroyable mystère de la pérennité du fond religieux iranien à travers les siècles .
Les yazidis pratiquent une religion iranienne qui possède des fondements analogues à ceux du zoroastrisme bien que faisant une plus large aux vieux fond iranien non reformé , et bien que s'appuyant une autre symbolique . Leur tradition est principalement orale et comme le zoroastrisme , il s'agit d'un monothéisme exigent et d'un dualisme tempéré à forte tendance eschatologique , utilisant le feu sacré comme médiateur entre les mondes sacrés et profanes . C'est la principale religion iranienne préislamique du point de vue du nombre de fidèles , mais elle est très peu documentée . le Zoroastrisme lui est encore une religion vivante dans l'est de l'Iran (à Yazd) , à Bombay et à Londres , mais ses effectifs sont dérisoirement faibles .
Un de mes plus grandioses souvenir de fac en histoire est le constant débat que j'ai pu avoir avec des camarades catholiques sur le premier testament et sur le nouveau testament .
Ces débats se situaient dans deux registres différents : sur le plan de l'exégèse comparée et sur le plan de l'histoire comparée des religions . Avec ce riche positionnement intellectuel , légèrement schizophrénique , où l'on traite des textes comme d'un espace sacrée de révélation , en devant maitriser intiment le fait que les canons et les méthodes exégétiques ne sont pas les mêmes en fonction des différentes traditions religieuses . Ensuite et dans un autre registre ( histoire comparée des religions ) , il faut se situer dans une dynamique historique , en traitant les systèmes sacrés judéo-chrétiens comme des constructions , parfaitement intégrées dans des contextes originels culturels et politiques spécifiques et variables au grés du temps . Des systèmes souvent interdépendants et liés par de véritables dynamiques de filiations entrecroisées , mais ayant leur vie et leurs logiques propres .
J'ai eu du mal à admettre que le crédo catholique était réellement monothéiste . j'avoue que maintenant encore , je l'admet uniquement intellectuellement dans la mesure ou les christianismes font du monothéisme le fondement de leur credo et que personne ne peut nier ce fait intimement ressentis par les chrétiens . Mais je ne le ressent pas intimement , malgré une compréhension assez correcte de certaines visions de théologie .
Par contre le monothéisme sunnite ou chiite en islam , ne me pose aucun problème , c'est un monothéisme absolu , clair et exigent que je comprends instinctivement , de même pour la doctrine copte . Je précise cela pour poser le fait que nos cadres culturels nous influencent , limitent , voir sur-déterminent nos possibilités de compréhensions du numineux ....
La question du bien et du mal est traité de manière excessivement variée dans l'univers des religions monothéistes cousines du bassin méditerranéen .
La défiance contre le dualisme potentiel est une préoccupation commune à toutes les religions du livre . de même se pose la question de savoir quel statut donner au mal en soit .
Cette question passionnante m'a poussé dans le cadre d'une démarche comparative , à creuser du côté des religions iraniennes et notamment du zoroastrisme , dont je pensais intuitivement qu'il était à la source des surgissements cycliques du dualisme , dans l'univers chrétien antique et médiéval , de par le vecteur de la religion manichéenne , des gnoses et des hérésies chrétiennes dérivée du manichéisme . Pour ce qui est du catharisme en pays d'oc , comparez la structure cléricale et la pensée cathare avec celle du zoroastrisme et je suis certain que vous m'en direz des nouvelles ...
La première de mes découvertes fut que le Mazdéisme était complètement hostile au dualisme et que finalement je me retrouvais avec sur les bras , un monothéisme mitigé de plus à appréhender ! (sourires) . Mais sachez que si le mazdéisme n'avait pas conquis l'Iran , les religions monothéistes du bassin méditerranéen serait totalement différentes ( judaïsme , islams , christianismes ). Cela n'a l'air de rien mais poser la question en ces termes , laisse entrevoir la possibilité que l'histoire des mentalités de l'occident et de l'orient musulman eut pu être totalement différente , sans certains apports cruciaux de l'univers religieux iranien ...
Comment ce sont opérés ces transferts de matières entre le zoroastrisme vers le monde judéo-chrétien et selon quelles modalités chronologiques ou bien selon quels vecteurs , n'est pas le sujet de cet ouvrage , mais constamment au grès de ces pages dédiées à cette religion iranienne et si vous avez un minimum de culture biblique ( ancien et nouveau testament ) , vous serez sidérés à plusieurs reprises par les concepts émergents de l'analyse de ce système religieux zoroastrien et de son substrat de naissance : les religions iraniennes ...
Mêmes les attributs divins du dieu de la bible présentent quelquefois des analogies troublantes avec l'univers iranien , je pense notamment à ce caractère de dieu des armées ( Adonaï Tsébaoth-seigneur des armées ) que présente souvent la divinité exigeante du premier testament . Cette vision guerrière de la divinité ne manque pas d'avoir des conséquences métaphysiques particulières qui ne manque pas d'êtres analogues aux exigeantes exigences du dieu de Zoroastre .
......................................................................................................................................................
Explorer les religions iraniennes et la reforme zoroastrienne revient à s'immerger dans les civilisations Indiques (Inde védique et Iran avestique) . Ce sont deux univers absolument inter intelligibles ( inde –Iran ) qui finissent par diverger assez inexplicablement dès le deuxième tiers du premier millénaire avant l'être commune . du point de vue des rituels les deux mondes restent assez proches au niveaux des symboliques . Mais les panthéons s'inversent en valeurs pour ce qui concerne les attributs des deux « familles » divines principales . En Iran ensuite , la reforme zoroastrienne va promouvoir un monothéisme assez net mais soumis à un éternel affrontement du bien et du mal dans le cadre d'un affrontement cyclique et cosmique de ces deux valeurs incarnées dans êtres semi divins , subordonnées à Ahura-Mazda le dieu suprême et omnipotent . Dans le même élan la pensée iranienne valorise le monde tangible qui étant une création de lumière , est bon et pur . Il faut s'efforcer de ne pas corrompre la création .
Le dieu de l'Iran est le créateur et le sauveur , le garant de la justice (qui est définie comme la somme des nécessités qui maintiennent et garantissent l'instable conformité morale du cosmos , qui elle-même pérennise le monde qui est le nôtre ) . le feu est le medium de communication entre les univers divins et le reste de la création . le feu est sacré . Cette religion prône une guerre sacrée permanente . Chaque individu doit tenter de se préserver des souillures ( morales et rituelles ) , c'est la guerre intérieure . Par ailleurs le prophète légitime une attitude conquérante de la religion, qui doit conquérir et s'imposer par la force du bras séculier au reste du monde iranien non reformé .
Mais détail important , cette religion qui prêche la croisade , n'estime pas avoir vocation à conquérir le monde et elle se pose d'ailleurs , comme aspirant très fortement à l'endogamie la plus stricte .
Le clergé est principalement originaire d'une même tribu iranienne et non d'une caste comme en Inde . La religion comprend des rituels collectifs et domestiques à forte connotations morales et rituelles ( les deux dimensions étant inextricablement liées ) . Chaque homme possède en lui-même la possibilité d'affiner et de diriger son âme vers le bien . C'est son principal devoir que de rester pur et juste . le rituel donc est indispensable malgré son caractère très spiritualisé . L'efficacité et l'efficience des rituels sont des prérequis au culte zoroastrien . Les rites sont donc absolument indispensables . La moralisation des rituels n'a donc pas conduit à la diminution de leur valeur ontologique ou bien à leur relativisation .
L'âme est immortelle et l'enfer la guette . C'est une religion aussi spirituelle que ritualiste et technique , en fait c'est largement une orthopraxie spiritualisée comme le judaïsme ...
Le mazdéisme est tourné vers la parousie , donc vers un affrontement apocalyptique du bien et du mal , vers la fin de ce monde tangible destiné à sombrer dans un chaos apocalyptique avant de renaître . Cependant sa conception cosmogonique est cyclique , un cycle ne faisant que succéder à un autre et ainsi de suite ( à la manière des cycles hindous dans le shivaïsme ) .
C'est une religion révélée , avec des textes révélés et inspirés par la divinité suprême elle-même . Des textes livrés au prophète Zoroastre qui est le vecteur de la révélation , de la réforme ( qui se pense comme un retour aux sources ) , et dont le rôle prophétique est absolument conforme à la définition stricte de ce vocable .
L'Iran antique est resté très fortement indo-européen ethniquement , alors que l'inde elle , est plus mélangée et plus cosmopolite, bien que l'hindouisme reste très proche du fond védique indo-européen originel . le monothéisme n'est pas absent de la pensée hindoue mais il n'est pas clairement victorieux dans cet univers religieux , où les cultes et les dévotions se superposent sans véritables exigences d'exclusivité . le salut y demeure principalement une recherche individuelle , que ce soit celle ses shadous ou bien celle de ceux qui tentent d'affiner leur âme par le culte , les rituels et les prières .
Alors que l'Iran se réforme autour de la promotion du salut individuel et autour d'un clergé armé d'un bras séculier , qui a en charge les destinés du cosmos , l'Inde elle s'éparpille dans les quêtes individuelles de salut . La seule véritable grande réforme quelle connu , fut intégralement pacifique et individuelle . C'est le bouddhisme qui rejette les dieux et les sacrifices , pour promouvoir l'éveil individuel et la « mort au monde » pour briser l'infatigable chaîne des cycles pour l'individu éveillé .
Le bouddhisme échoua en Inde , où comme en Iran , même si c'est selon des modalités différentes , c'est le rituel , l'action divine , mais surtout la quête très personnelle qui triomphera . Celle-ci n'ayant qu'une valeur à peine éventuellement cosmique collective ( encore que cela dépende des traditions religieuses hindoues ) . Enfin l'hindouisme comme les religions de l'Iran n'est pas vraiment une religion universelle , en ce sens elle n'est pas ( comme le zoroastrisme ) réellement pour le prosélytisme et elle n'accepte que rarement les conversions ( sauf cas particulier pour l'Inde ) , ceci vaut également pour la prédication du prophète de l'Iran .
Le zoroastrisme et Zoroastre rejettent le véritable dualisme . Il n'y a qu'un seul dieu et la lutte cosmique et cosmogonique que se livrent le bien et mal se font par le biais d'archanges qui lui sont subordonnés . Ils n'y a donc pas véritablement de double principe divin . le mal fait partie de la création et il s'active à triompher du bien . L'histoire est tendue vers un affrontement final entres les armés du bien avec celles du mal . Dans cette affaire l'homme dispose du libre arbitre pour promouvoir individuellement le bien et la justice . Il doit s'engager dans ce qui est pensé comme une lutte de chaque instant qui dure depuis l'achèvement relatif du cosmos . L'homme est destiné à la résurrection des justes dont la résurrection est la récompense pour la bonne pensée et la bonne action .
C'est de ce versant eschatologique de la religion reformée de l'Iran antique que viennent à la foi le libre arbitre d'Adam dans la genèse et le statut redoutable et obsessionnel de Satan dans les univers chrétiens et musulmans . La seul différence étant que dans ces trois religions la parousie finale qui doit voir le bien triompher du mal (islam et christianisme) ou plutôt s'accomplir et aboutir (judaïsme) , se fait une fois pour toute à la fin des temps . Alors que dans les religions indiques (Iran-Inde) , il s 'agit plutôt d'une éternelle succession d'univers qui se succèdent et qui tendent à s'accomplir en se réformant éternellement , mais les cycles zoroastriens et la résurrection des justes exclus des enfers , est assez compliquée à saisir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3916
Tounet
  14 septembre 2014
Une lecture complexe mais très instructive. Pour moi le zoroastrisme était une ancienne religion d'Iran, dualiste, reposant sur le principe d'un éternel combat entre le Bien et le Mal afin de dominer le Monde...Et bien, en fait s'il s'agit bien d'une religion ancienne, antérieure à l'Islam actuellement largement dominant en Iran, cette religion est toujours actuellement vivante dans les petites communautés Parsies de Londres ou Bombay; et ce n'est pas du tout une religion dualiste, mais bien monothéiste: surprise! Et oui, pour Zarathustra il n'existe qu'un seul Dieu; le Seigneur Sage qui a créé le monde et les archanges qui combattent pour le bien sous la direction de Spenta Mainyu contre les daevas et Angra Mainyu qui sont aussi des créatures du Seigneur Sage mais qui n'ont pas fait le choix des bonnes pensées, des bonnes paroles et des bonnes actions. Les hommes quant a eux, ont leur libre arbitre pour choisir l'un ou l'autre camps et recevront après leur mort la récompense en fonction de leur choix: la Maison des Chants puis la résurrection dans un Monde rénové et un nouvel âge d'or pour les bons, l'enfer pour les méchants.
Un livre instructif mais plutôt complexe et un peu alourdi par des coquilles qui ci qui là vous oblige parfois à revenir en arrière pour comprendre. Néanmoins j'ai beaucoup appris donc 3 étoiles!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


autres livres classés : religionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1355 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre