AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Sentinelle de la pluie (120)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
jeannalbertina
  11 mars 2018
Déception en lisant le nouveau roman de Tatiana de Rosnay : Paris submergé par une crue historique de la Seine est certes un cadre intéressant. A ceci s'ajoute le huis-clos d'une famille d'abord dans l'hôtel puis dans la chambre d'hôpital. Mais l'auteur ne fait qu'aligner des clichés : le fils homosexuel, la fille seule survivante d'un accident, le gendre alcoolique,la tante suicidée par dépit amoureux, l'AVC du père, le secrets ... Trop c'est trop ! Aucune surprise quant à la fin, cousue de fil blanc. L'écriture est plate, voire laborieuse.
Commenter  J’apprécie          7014
jeunejane
  26 mars 2018
Paul Malegarde et Lauren, son épouse, ont donné rendez-vous à leurs deux enfants, Tilia et Linden, à Paris pour fêter leurs 40 ans de mariage et les 70 ans de Paul.
Les parents vivent dans la Drôme où Paul , célèbre connaisseur des arbres, n'hésite pas à parcourir le monde pour la défense d'arbres précieux. Ils utilisent le mot "arboriste" dans le livre. Il aime particulièrement les tilleuls: il en a planté de nombreux dans son domaine et a baptisé ses enfants Linden et Tilia, noms des tilleuls dans une autre langue.
Nous en connaîtrons la raison à la toute fin du livre.
Paul arrive dans Paris et ses enfants voient qu'il a perdu son dynamisme. Il semble tout désorienté.
Paris est envahi par des pluies diluviennes et la crue de la Seine est plus que menaçante. Cela ajoute de la lourdeur à l'ambiance.
A chaque étape de la montée des eaux, l'auteur nous décrit le niveau sur la statue du zouave du pont de l'Alma. Je suppose que le titre "Sentinelle de la pluie" vient de la célèbre statue toujours prise comme référence dès que la Seine monte.
Linden, célèbre photographe professionnel a une vie privée qui ne plaît pas à son père mais jamais il n'a osé lui avouer son secret.
Tilia a été victime d'un accident terrible dans sa jeunesse et en traîne encore les séquelles physiques et psychologiques.
Lauren porte un secret dans sa vie personnelle et amoureuse.
Au début de chaque partie du roman, figure une jolie feuille avec dessous un extrait célèbre de la littérature et directement après un extrait de deux, trois pages bien mystérieuses en italique qui déboucheront sur un autre secret, je ne vais pas le dévoiler. D'ailleurs, l'auteure ne dit pas tout ouvertement à ce sujet. A nous d'amener nous-mêmes nos conclusions.
On l'a compris : Tatiana de Rosnay nous livre un roman où chaque membre de la famille porte ou un drame ou un secret avec comme cadre pour révéler tout cela un Paris envahi par la Seine comme au tout début de cette année 2018.
J'ai lu tous les romans de l'auteure et celui-ci s'approche de l'intensité de ses premiers ouvrages.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          638
Annette55
  11 mai 2019
J'ai lu « Rose, » « Boomerang, » «  Elle s’appelait Sarah»,( mon préféré ) , Le Voisin » et « Son-carnet-rouge » de Tatiana de Rosnay .

C'est l'histoire d'une famille : les Malegarde plus que celle des inondations , des pluies diluviennes qui s'abattent sur la ville Lumière.

L'auteur décrit avec minutie le zouave immergé jusqu'à la taille, le fleuve indocile , la Seine qui s'est transformée en un monstre boueux à l'appétit insatiable, les berges englouties , les poubelles et autres troncs d'arbres qui défilent , caracolants , heurtant des fondations, le Pont Royal tronqué enjambant de justesse le courant rugissant, les hordes de photographes qui braquent leurs appareils vers les flots ....

Elle décrit les hôpitaux évacués et l' hélitreuillage des personnes comme le père de notre héros Linden qui lui rend visite ...

Pour l'anniversaire de son père Paul , 70 ans , et l'anniversaire de leurs quarante ans de mariage , Lauren d'origine américaine , réunit sa famille à Paris , Linden est venu de San Francisco pour l'occasion et Tilia , leur fille de Londres...
Dans ce Paris menacé par la crue l'auteur explore avec talent le drame familial, chaque détail est travaillé , la tension monte comme les eaux...

Failles béantes, secrets , douleur cachées sont mises à jour : l'amour inconditionnel de Paul pour les arbres, sa passion dévorante ....son admiration pour Jean Giono .

Blessures et révélations en cascade: Linden raconte son histoire , revisite son enfance auprès d'un père assez mutique ..
Brillant photographe à San Francisco où il vit avec Sacha , son amour, il a longtemps caché son homosexualité sauf à sa tante tant aimée Candy qu'il perd tragiquement
Sa soeur Tilia revit un traumatisme grave et ancien qui la ronge ...
Comme toujours l'auteur fait la part belle à la nature , la splendeur des arbres , ce qui les différencie ,le friselis du feuillage, le gazouillis des oiseaux....et bien d'autres merveilles ...

Un roman dense , émouvant , aux nombreuses révélations sociales et familiales , dédié à la nature , aux dangers des phénomènes et catastrophes naturelles, à la non communication, aux réminiscences , à la compréhension de l'autre et / où à son acceptation , où l'urgence va bientôt délier les langues , le journal intime de cette famille fera revivre un passé occulté ....

Une espèce de remise à plat en grand de la cellule familiale, surtout l’image d’une fratrie, captivante, pétrie de rebondissements, bien travaillée que l'on a du mal à lâcher ...
Peut être que les nombreuses descriptions des quartiers de Paris atteints par la crue peuvent lasser ou ennuyer certains lecteurs , les évocations du vacarme assourdissant de Manhattan ....la tempête de 1999 ...
«Quand je suis parmi vous
Arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m'entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi- même ,
Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute
Et qui m'aime . »
Victor-Hugo, Aux arbres »


.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4611
Jeanfrancoislemoine
  22 juillet 2018
Le roman "Sentinelle de la pluie",de Tatiana de Rosnay relate la rencontre,à Paris,de Paul Malegarde dont on va fêter les soixante dix ans,son épouse Lauren,américaine de soixante et un ans,leur fils,Linden,brillant photographe de New York et leur fille Tilia,vivant à Londres,aux crochets d'un mari riche mais alcoolique.
Paris,la ville lumière, connaît au même moment la crue du siècle et c'est dans un décor apocalyptique que Paul va être victime d'un AVC qui va bien entendu,bousculer tous les beaux projets.
Pris au piège, par l'eau et l'état de santé du père, les protagonistes de l'histoire vont alors revivre un passé qu'ils s'étaient efforcés d'occulter jusqu'alors.
Dès lors s'engage un combat violent:au fur et à mesure de la dramatique montée des eaux dévastatrices, les barrages se fissurent et laissent peu à peu remonter à la surface,les mensonges,les non-dits,les trahisons,les regrets,les remords,les confessions.....
Tatiana de Rosnay excelle dans l'art de mettre en avant les thèmes qui lui sont chers,les relations familiales,sociales,la compréhension, l'acceptation de l'autre....
C'est avec le talent qu'on lui connaît qu'elle nous amène sur son terrain.Il y aura des révélations, de l'émotion dans ce roman où le sourire se fait rare.L'être humain est complexe et T de Rosnay aime à fouiller le tréfonds des âmes.
La construction est bien maîtrisée ,fluide et offre,en parallèle, une autre histoire dont on connaîtra l'explication à la fin.
le style de l'auteure est toujours aussi efficace .Un petit reproche cependant:à mon sens,certaines situations,certaines descriptions sont un peu longues,voire peu utiles donc un peu ennuyeuses.Heureusement,le dénouement final,bien que prévisible,est à la hauteur.
Un bon livre pour réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Jeanmarc30
  25 août 2019
Tatiana de Rosnay : une auteure à succès dont le nom est souvent affiché dans les librairies et dont je n'avais pas lu un seul ouvrage jusqu'à présent. "Sentinelle de la pluie " est donc une première approche de l'univers de cette écrivain, de son style.

Sur fond de huis clos familial du clan Malegarde (dans une suite d'hôtel) et de suivi météorologique de la crue de la Seine, il nous est livré une histoire bouleversante et captivante qui a la manière d'une crue va crescendo … Pourtant, on est un peu trop noyé dans le détail des descriptions et de secrets de famille un peu trop convenus : le mariage qui tourne au vinaigre (et plus exactement à l'alcool mauvais du mari), le photographe homosexuel, etc.
Je me suis un peu ennuyé même si les personnages principaux ne laissent pas indifférents, ont beaucoup de complicité entre eux et que l'auteur dresse le portrait d'une famille contemporaine avec ses tracas et ses moments de bonheur (conflits familiaux, acceptation de l'homosexualité, faire face à la maladie soudaine d'un proche par exemple).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
llamy89
  27 août 2019
Lauren Malegarde souhaite réunir sa famille autour de son mari Paul, pour ses 70 ans. Sa fille Tilia réside à Londres, son fils Linden réside aux USA. Ce sera donc Paris !

Paris en crue capte la tension, les eaux montent, les secrets de famille trop longtemps restés enfouis reviennent en surface.

Ce roman est construit entre présent et passé, un drame est survenu dans la propriété des Malegarde lorsque Linden était enfant. Paul est tombé sous le charme de Lauren, la belle américaine mais n'a jamais vraiment été amoureux que des arbres dont il est le spécialiste incontesté. Les non-dits tissent des silences entre père et fils.

Au gré des crues, les secrets se dévoilent et l'on apprend à connaître les Malegarde.

Un roman tendu dont la fin m'a laissé sur ma faim. Bien écrit, poétique, un peu long parfois, mais avec des personnages riches, touchants comme Linden et Mistral. Trop de drames n'ont pas réussi à souder cette famille hors norme.

L'histoire est touchante, facile, à lire sans se poser de questions.

Lien : https://mespetitesetagerespa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
spleen
  25 avril 2018
C'est sans doute cette pluie incessante depuis de si nombreuses semaines qui a inspiré le thème du nouveau roman de Tatiana de Rosnay , quoique j'imagine qu'il lui a fallu sans doute plus qu'une fin d'hiver pluvieuse pour en venir à bout !

Il pleut sur Paris, on scrute les pieds du Zouave du pont de l'Alma et la crue de 1910 est dans toutes les mémoires .

Pas de chance pour Paul et Lauren Malegarde qui avaient décidé de fêter les 70 ans de Paul et leur anniversaire de mariage avec leurs deux enfants : Linden , photographe à New-York et Tillia , artiste peintre à Londres .
Et il n'y a pas que les dérangements climatiques qui vont perturber ce séjour, car la famille Malegarde va vraiment devoir faire face à de dramatiques incidents , en même temps ces événements seront comme une remise à plat des non-dits inévitables dans une cellule familiale avec des personnalités hors du commun et aboutirons à la révélation des secrets ...

J'ai aimé les délicats dessins de feuilles rappelant la passion et le métier du patriarche Paul , une sorte de forestier comme Peter Wohlleben , l'auteur de la vie secrète des arbres , et le petit texte du début de chaque chapitre mais j'ai trouvé un peu lourde l'accumulation des ennuis arrivant à cette famille !

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Paul Verlaine
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Verdure35
  03 juillet 2019
C'est en décembre, alors que Paris subit une crue terrible de la Seine, qu'une famille franco-américaineBCBG s'y retrouve pour fêter deux anniversaires.
Les parents habitent dans le Midi où le père est un spécialistes reconnu des arbres et en particulier des tilleuls.
Le fils,Linden, photographe vedette, beau gosse, vit avec son ami aux USA.
La fille vit à Londres un second mariage avec un gentleman ivrogne invétéré.
La petite fille de 18 ans est apparemment indemne.
Le week end sera mouvementé, AVC, grippe entre autres joyeusetés et toujours la Seine qui déborde.
Et puis surtout, Linden donc, le glorieux fils gay qui est au centre du roman, avec ses états d'âme quant à la reconnaissance poussive par ses parents de son orientation sexuelle.
Du déjà vu, du déjà lu.Les beaux sentiments sont poussés à l'extrême, ainsi que les leçons de bien penser.
Commenter  J’apprécie          170
Coventgarden
  20 avril 2018
Très déçue par cet opus. Il faut dire qu'il arrive après " Manderley for ever".
Est-ce parce que le dernier Joël Dicker était encore présent dans mon esprit...Je ne le pense pas mais j'avoue ne pas avoir accroché voire m'être ennuyée.
En effet, pour moi, il ne se passe rien.
Nous sommes sur un écoulement de la Seine sur un soupçon d'homosexualité, de problèmes conjugaux, de relations fraternelles comme si l'auteure avait voulu réunir tous les ingrédients d'une bonne recette mais le gâteau est trop cuit et même les arbres au printemps, ne font pas toujours de belles pousses.
Commenter  J’apprécie          170
krol-franca
  10 mars 2018
Il pleut, il pleut, il pleut à Paris. La Seine est en crue, inonde les rues, les hôpitaux, les magasins, les immeubles. Vision apocalyptique de la capitale. le tableau est inquiétant parce qu'on se dit que ça pourrait arriver un jour…

La famille Malegarde se retrouve à Paris pour fêter les soixante-dix ans du père, arboriste à la réputation mondiale. le fils, lui aussi, est célèbre mais dans le domaine de la photographie. le drame familial arrive très vite, les souvenirs resurgissent, les révélations émergent, bref ! Tout part à vau-l'eau. Et en même temps, cela permet à chacun de prendre conscience de l'essentiel, c'est-à-dire de l'importance de la communication entre les êtres.

Le sujet n'est pas original mais le roman se lit facilement, c'est fluide, ça coule tout seul (normal avec autant d'eau), on a envie d'en connaître toujours davantage, les informations sont distillées au compte-goutte, au gré de la montée des flots.

Mais.

J'ai tiqué plus d'une fois sur l'écriture. Trop de bons sentiments, trop de propos explicatifs, une écriture qui manque d'aspérité, c'est trop lisse pour moi ou pas assez poétique, ça manque de personnalité. Certaines phrases à la limite du cliché ou de la bien-pensance m'ont affligée.

C'était la première fois que je lisais cette auteure, je ne savais pas qu'elle écrivait en anglais, j'aurais bien envie d'en lire un autre pour infirmer ou confirmer ce premier ressenti en demi-teinte.
Lien : https://krolfranca.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tatiana de Rosnay (assez difficile)

Quel est le titre de son premier roman ?

L'appartement vide
L'appartement témoin
L'appartement voisin
L'appartement secret

10 questions
146 lecteurs ont répondu
Thème : Tatiana de RosnayCréer un quiz sur ce livre
.. ..