Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Critiques de Julia Kristeva


Classer par:       Titrecroissant     Datecroissant     Les plus appréciéescroissant
    • Livres 4.00/5
    Par peloignon, le 05/01/2013


    Le langage, cet inconnu Le langage, cet inconnu de Julia Kristeva

    Ce livre offre un compte rendu exhaustif et sommaire du questionnement humain sur le langage. Il s’amorce en nous donnant les outils terminologiques essentiels pour nous orienter, avant de brosser un portrait historique des pensées sur le langage à travers les diverses civilisations jusqu’aux derniers aboutissements de la linguistique moderne et il aboutit sur la nécessité que nous imposerait la psychanalyse et la sémiotique de disposer d’une conception plus englobante du langage que celle qu'englobe la linguistique.
    Personnellement, j’y ai trouvé le livre dont j’avais besoin pour avoir un point de vue général sur la linguistique, en plus de pouvoir m’initier à l’auteure qu’est Kristeva et dont la réputation un tant soi peu sulfureuse de « féministe-postmoderne » m’intriguait.
    En fait, comme la plupart des auteurs qui lui sont associés à tord et à travers en tant que « postmodernes », que ce soit Lyotard, Foucault, Derrida ou encore Deleuze, elle expose ses idées brillamment, précisément, avec une irréprochable rigueur. Pour ce qui est de son positionnement féministe, il n’apparaît jamais dans ce livre.
    Par contre, elle assume très clairement, et de manière même un peu insistante, un impératif de « matérialisme », à partir duquel elle semble repousser toute tentative de réflexion d’ordre philosophique vers l’idéologie, et elle m’apparaît aussi avoir une sorte de foi religieuse envers le postulat psychanalytique que l’individualité consciente n’est qu’une illusion et que la vérité demeure dans l’inconscient. Ces deux positionnements ne sont jamais défendus. Ils sont simplement donnés et répétés avec constance. Mais, la situation est peut-être moins due à une naïveté de sa part qu’à la conséquence d’assumer l’absence de conscience individuelle de même que tout recours aux idéologies philosophiques...

    Critique de qualité ? (30 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par Nadael, le 16/11/2011


    Colette : Un génie féminin Colette : Un génie féminin de Julia Kristeva

    Je connais assez mal Colette. Alors, commencer mes déambulations à travers son œuvre avec cet essai m'a semblé pertinent pour appréhender la femme qu'elle était. Ce texte de Julia Kristeva n'est pas d'un abord facile – du moins en ce qui me concerne – , certaines analyses psychologiques ont échappé à ma compréhension, mais le visage de Colette a surgi tout de même parmi les mots.
    J'ai découvert une femme obstinée et persévérante, dôtée d'une incroyable volonté. Aucun obstacle sur son chemin ne la décourage. Sans cesse, elle a ce désir de s'élever, d'aller au-delà.
    De nature curieuse, elle tente de nouvelles expériences d'ordre professionnelle ; romancière, journaliste, collaboration à des projets musicaux. En quête des sens, elle explore également l'amour et ses affres.
    En ce début de vingtième siècle, on dit qu'elle est volage et libertine. Mais les liens amoureux qu'elles tissent avec les hommes et les femmes tout au long de sa vie sont plus complexes qu'un simple libertinage semble-t-il. Colette est une femme libre. Ce qu'elle désire atteindre est ce que Kristeva nomme une liberté sensuelle, façonnant ainsi une nouvelle conception de l'amour, opérant une métamorphose dans les relations amoureuses.
    L'image d'une femme indépendante lui colle à la peau d'où le glissement de génie féminin à féministe ; qu'elle ne cautionnait pas d'ailleurs.
    Colette se veut libre, mais malgré elle, elle est entravée par l'attachement qu'elle a avec sa mère, par l'enivrement du sentiment amoureux, par ses origines paysannes et les roulements de « r » qui emplissent sa voix.
    Etonnamment, elle semble complètement hermétique aux événements politiques et sociaux de l'époque. Les conflits armés ne l'intéressent pas outre mesure préférant les plaisirs de la vie, les lumières, l'apparence. La joie de vivre qu'elle préconise choque bon nombre de gens.
    J'ai beaucoup aimé l'étude que fait Julia Kristeva d'un texte de l'écrivain : Les vrilles de la vigne. On prend la mesure de l'immense écriture de Colette, la musicalité de ses phrases, la puissance de ses mots, les différents degrés de lecture employés... L'image d'un rossignol chantant – l'écrivain qu'on admire – entravé par les vrilles, qui poussent qui poussent, de la vigne – symbolisant l'ivresse, l'extase, la volupté – .
    Maintenant que j'en sais un peu plus sur la femme qu'elle était, la lecture de ses ouvrages s'annonce riche et agréable.


    Lien : http://lesmotsdelafin.wordpress.com/2011/11/16/colette-un-genie-feminin-julia...

    Critique de qualité ? (8 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par lutinielle, le 18/11/2012


    Histoires d'amour Histoires d'amour de Julia Kristeva

    C'est toujours un plaisir de plonger dans la pensée luxuriante de cette grande dame. Voir les figures mythiques culturelles faire écho à nos histoires et schémas psychologiques, c'est un peu poursuivre le travail de mythodologie de Durand en terres de psychanalyse. Lisez-le, vous ne vous percevrez plus de la même manière ! Quels rapports au lien, à l'amour, au don de soi créons nous ? Quels sont les chemins et matériaux culturels à notre disposition ? Ce livre est bien utile pour choisir ou créer de nouveaux axes de vie ainsi que comprendre nos rapports aux autres.

    Critique de qualité ? (7 l'ont appréciée)


    • Livres 1.00/5
    Par madameduberry, le 29/01/2014


    Colette : Un génie féminin Colette : Un génie féminin de Julia Kristeva

    Mince opuscule, que je trouve mal écrit et décevant. Je connais bien Colette, et mal Kristeva, cette situation va perdurer. Faut-il vraiment publier les fonds de tiroir des universitaires de renom? Qu'est-ce que cela ajoute à leur gloire? De plus, j'ai relevé deux erreurs grossières dans l'orthographe des noms propres, dont celui d'Henry Gauthier- Villars.Que sont les correcteurs devenus? Petits éditeurs, encore un effort pour devenir grands!

    Critique de qualité ? (6 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par chartel, le 03/11/2012


    Le temps sensible Le temps sensible de Julia Kristeva

    Certes, il est préférable d’avoir lu À la Recherche du temps perdu avant de s’attaquer à ce Temps sensible de Kristeva. Cet essai est bien entendu complémentaire de l’œuvre de Proust. Pourtant, si l’aventurier-lecteur n’est pas armé d’une érudition certaine tant en psychanalyse qu’en philosophie, il sortira quelque peu groggy de sa lecture. Si le premier chapitre consacré à l’analyse des caractères d’À la Recherche est passionnant, tout se complique à partir de la troisième partie du deuxième chapitre. Julia Kristeva s’adresse alors à un public éclairé en traitant de la perception et de la conscience freudienne. On se dit alors que ce n’est qu’une difficile étape avant la traversée du champ philosophique, mais, là encore, le novice est laissé sur le bas du chemin. De la volonté schopenhauerienne aux théories heideggériennes, Julia Kristeva s’en donne à cœur joie. Le pauvre amateur, dépité, voit alors défiler sous ses yeux un sabir incompréhensible qui le laisse quelque peu amer. Mais il retrouve quelques couleurs vers la fin, dans la partie consacrée à la remarquable analyse de la phrase proustienne, sentant alors qu’il n’a pas tout à fait perdu son temps.

    Critique de qualité ? (4 l'ont appréciée)


    • Livres 1.00/5
    Par charlottelit, le 20/03/2012


    Le Génie féminin, tome 3 : Colette Le Génie féminin, tome 3 : Colette de Julia Kristeva

    du mal à entrer dans ce enième livre sur cette prodigieuse Colette ... trop psychanalitique.

    Critique de qualité ? (3 l'ont appréciée)


    • Livres 2.00/5
    Par miriam, le 05/06/2012


    Meurtre à Byzance Meurtre à Byzance de Julia Kristeva

    Une déception : j'attendais trop de ce livre. Un sujet passionnant, un auteur originaire de la région. Une sommité littéraire. Pourtant c'est bâclé, écrit à la va-vite, avec des tics verbaux à la mode, des anglicismes, un thriller historique conventionnel, une sorte de Da Vinci code...


    Lien : http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/

    Critique de qualité ? (1 l'ont appréciée)


    • Livres 0.00/5
    Par sophiamoulinovna, le 18/12/2011


    Les samouraïs Les samouraïs de Julia Kristeva

    Je n'ai pas du tout aimé ce livre et n'ai même pas pu le finir. L'auteure ne cesse de se mettre en valeur, de raconter des détails "croustillants" sur sa relation avec Sollers.

    Critique de qualité ? (1 l'ont appréciée)


    • Livres 1.00/5
    Par ohvanille, le 30/01/2008


    Possessions Possessions de Julia Kristeva

    Indigeste !
    http://mademoiselleo.spaces.live.com

    Critique de qualité ? (1 l'ont appréciée)


    • Livres 0.00/5
    Par Zoreillivre, le 15/08/2014


    Leur regard perce nos ombres Leur regard perce nos ombres de Julia Kristeva

    Dialogue épistolaire entre deux regards différents sur le monde, Julia Kristeva, la psychanalyste et mère d'un enfant handicapé et le croyant et Jean Vanier, fondateur de l'Arche et mu par la foi . Les auteurs se rejoignent sur la valeur et les ressources largement ignorées de la vulnérabilité humaine et des personnes en situation de handicap en particulier.

    L'intéressant est sans doute le constat de Julia Kristeva sur l'impossibilité constatée de notre monde rationnel de dépasser le point de vue d'une "prise en charge", souvent minimale des personnes en situation de handicap (pour elles) alors qu'à l'Arche, un autre paradigme (avec elles) semble toucher à une certaine harmonie via un chemin spirituel.

    C'est très poli et très consensuel, cela débat peu, voire pas du tout. D'où l'impression parfois que deux livres ont été imbriqué l'un dans l'autre...

    Critique de qualité ? (0 l'ont appréciée)


    • Livres 1.00/5
    Par miriam, le 25/11/2013


    Seule, une femme Seule, une femme de Julia Kristeva

    je n'y arrive vraiment pas....pourtant le sujet m'intéresse.


    Lien : http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/

    Critique de qualité ? (0 l'ont appréciée)


    • Livres 0.00/5
    Par makizares, le 30/07/2013


    Leur regard perce nos ombres Leur regard perce nos ombres de Julia Kristeva

    "Témoignage de la rencontre d'une psychanalyste et mère de famille, Julia Christeva, avec un philosophe, écrivain, Jean Vannier. La vie des autres est un miroir; le combat des uns peut devenir un secours, un voie de salut et de libération pour les autres"

    Critique de qualité ? (0 l'ont appréciée)




Faire découvrir Julia Kristeva par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 106 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur cet auteur.