AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842283570
Éditeur : Le Pré aux Clercs (05/03/2009)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 356 notes)
Résumé :
Lorsque sa collègue Aurore l'appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d'une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort.

Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d'un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (145) Voir plus Ajouter une critique
lehane-fan
29 mai 2013
★★★★★
★★★★★
Dans la série thriller fantastico-mystique , le gars s'y connait diablement !
Une série de meurtres inexpliqués vient titiller la curiosité des deux journalistes toujours sur la brèche que sont Aurore et son pote photographe David . Là , vous vous dites fort justement que des cadavres + possible tueur en série = lu et relu ! Théorème de blasos . On résout l'enquête , plie les gaules pour aller se poser légitimement devant le désormais cultissime Les Anges de la télé réalité . Spéciale cacedédi à Nabilla : mon pote bécherel et moi-même serions prêts à débourser une coquette - j'ai dit coquette ! - somme à la lecture de ta première critique sur le site . Gribouillis autorisés...
Là je dis stop , halte au feu les balles sont creuses ! Ce serait mal connaître Sire Cédric et son goût prononcé , je suppute – tu te calmes Nabilla , y a pas d'offense – pour les films de genre du type L'Enfant du Diable , Esther sans oublier l'incontournable La Malédiction...
Un méchant foutant réellement les jetons et pourtant j'suis courageux . Pas plus tard qu'hier , j'ai encore usé de ma personne en m'interposant fort courageusement dans une vilaine rixe qui aurait pu très vite tourner au carnage ! Une énième guerre de gangs se massacrant à coups de shifumi pour la conquête d'un territoire .OK , les protagonistes avaient 6-7 ans mais ils en paraissaient facilement 8 !
Bref , un bouquin d'ambiance qui se déguste au rythme des nombreux cadavres démembrés – yerk , yerk - parsemant ce petit bijou de thriller gothique .
Osé mais surtout casse-gueule le mélange des genres car dans le domaine , l'on tourne très vite en rond . Mais lorsque la sauce prend , l'on se retrouve rapidement en présence d'un excellent page-turner-faster-mixeur , l'auteur étant visiblement passé maître dans l'art de vous concocter une recette horrifique aux petits moignons ! de courts chapitres rythmés et nerveux . Une écriture intrigante qui vous mène par le bout du nez . Des personnages consistants toujours sur le fil du rasoir . La tension est palpable du début à la fin pour , et là petit fa dièse d'amertume , conclure cette course contre-la-montre sans véritable inventivité d'où ce 4.12 en notation qui eût pu frôler le 4.58 dans le cas contraire...Dommage...
J'ai des couverts Sire Cédric et son magistral coup de fourchette ésotérique , la table fût plaisante , alors occu-te , occu-lte , occulte hésitation quant à une rapide et totale nouvelle immersion en son univers si...nistre à souhait !
L'Enfant des Cimetières : J'suis tombé sur un os...et j'ai aimé ça !
http://www.youtube.com/watch?v=v¤££¤20Gribouillis 21¤££¤8
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          597
Ptitgateau
02 novembre 2016
★★★★★
★★★★★
Ouaaaaaaaaahhhhhhhhhh ! Que j'étais bien dans ce livre !!!!! Tout ce que j'aime : d'abord un thriller avec un commandant de police comme je les aime : effronté, dynamique, à la personnalité bien affirmée, qui se moque de ce que peuvent décréter ses supérieurs, et ensuite, au risque de paraître sans coeur, insensible voir sadique, des crimes, des vrais crimes bien mystérieux, et puis le plus : du surnaturel, de celui contre lequel un humble humain ne peut rien, et qui vous titille parce que vous vous dites qu'il doit bien y avoir un dénouement, vous vous demandez comment on va s'en sortir, et ça vous maintient dans le roman à ne plus pouvoir le refermer, à vous rationner dans la lecture pour faire durer le plaisir du suspens, allez pas plus de trois pages par jour, mais vous tenez pas, faut que vous sachiez …
Et puis vous regrettez de l'avoir lu parce que maintenant que vous connaissez la fin, y a plus de mystère alors…
Il y a des fois ou je me surprends moi-même, moi, la sensible Ptitgateau qui ai facilement les larmes aux yeux quand l'occasion s'en présente dans une lecture… et bien là, point de cauchemars suite à ce roman, point de terreur, juste un peu d'angoisse malgré tout lors des scènes ou le surnaturel prend les commandes et que vous savez qu'il n'y a pas d'issue pour la victime et que le méchant est vraiment très méchant.
Il faut croire que je ne prends pas ces scènes terribles pour argent comptant !
Ce que j'ai particulièrement apprécié également, c'est le contraste entre forces de police incrédules et rationnelles et les forces surnaturelles puissante et pratiquement invincibles.
Sire Cédric, dans ses remerciement affirme que ce roman lui a donné du fil à retordre, ce que je veux bien croire .
Je n'avais jamais lu de roman de cet auteur , et je me disais qu'il fallait que je m'y intéresse, ça y est, c'est fait, et je ne le regrette pas !
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          601
belette2911
02 février 2014
★★★★★
★★★★★
Amis du Fantastique et de l'Irrationnel, bonjour ! Amis ayant les pieds sur terre et allergiques aux romans qui flirtent avec le fantastique, "Passez votre chemin de ce livre"... Mais pas de ma critique.
Si je n'ai rien contre les polars ou les thrillers aux effluves "fantastique" c'est parce que bien souvent, derrière ce qui nous semble démoniaque de prime abord, se cache du concret, comme dans "Le chien des Baskerville" où aucun chien de l'Enfer ne rôde vraiment sur la lande.
Dans ce roman, il n'en est rien ! Les faits étranges que je pensais être expliqué par du concret sentent en fait le souffre. le vrai souffre... Ici, si on était sur la lande, on éviterait réellement de se promener à l'heure à laquelle les forces démoniaques s'exaltent ! Mhouhahaha.
Bon, vu que le fantastique mélangé à notre monde ne m'a jamais dérangé et que j'aime ça, le roman est passé tout seul, avalé en deux traites assez rapide parce que c'est ce qu'on peut appeler un "page turner".
Mon seul point négatif est que j'ai trouvé le personnage principal, David, manquait un peu d'étoffe au départ alors que sur la fin, il devenait presque un surhomme. Malgré tout, j'ai eu peur pour lui, surtout à la fin, quand l'adrénaline et le suspense sont à leur comble.
Pour ce qui est su personnage du flic Alexandre Vauvert, je l'ai apprécié et j'ai hâte de lire la suite de ses aventures.
Malgré ce petit défaut avec un personnage - qui n'en est pas vraiment un - j'ai passé un bon moment de lecture et dévoré les 580 pages en deux jours.
Une écriture qui pulse, des démons qui s'échappent des pages, des cadavres pas toujours en un seul morceau, de la cervelle qui adhère aux murs, des ombres qui vous grignotent par petits morceaux, des signes cabalistiques tracés au sol, c'était la recette qu'il me fallait pour m'évader dans un autre monde.
Les personnages, que se soit David aidé d'Aurore ou de Vauvert, le flic, ont tous bien remonté la piste du tueur, croisant les données, et bien que Vauvert soit un homme avec les pieds sur terre, il a quand même compris, tel un Fox Mulder, que "nous n'étions pas seuls".
Un roman qui nous transporte ailleurs, une enquête bien rodée, un meurtrier bien vicieux et un joli petit coup de pied au cul sur la fin.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
Tostaky61
09 février 2017
★★★★★
★★★★★
Une famille massacrée par le père qui se suicide, une femme assassinée dans un hôpital, des morts suspectes, mon premier Sire Cédric démarre sur les chapeaux de roue.
L'enfant des cimetières est une légende urbaine, une histoire de fantôme qui hante ces lieux de repos éternel.
Un photographe, ami de l'une des victimes et un policier que plus rien n'étonne mènent, chacun de leur coté, une enquête au péril de leur vie.
Ça commence comme un thriller policier, mais bien vite les démons apparaissent, ça vire au fantastique. Il est fort ce Sire Cédric, il nous embrouille. Entre réel et irréel, deux mondes s'affrontent pour le plus grand bonheur du lecteur.
Quand on commence à croire aux ombres maléfiques, quand on saigne avec les personnages agressés par des créatures invisibles, quand on ne s'interroge même pas sur la vie après la mort, ou quand on ne s'étonne plus de voir des êtres vivants s'entretenir avec des spectres, ben moi je dis que .... la camisole vous guette.
Sauf que là, ne soyez pas inquiet, l'écriture de l'auteur fait son effet. Il vous embarque dans sa folie créative, il a l'imagination débordante et ça tient la route.
Un récit sans temps mort (décidément, ce mot est à la mode...). Une belle découverte pour moi. A suivre....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
ange77
24 février 2017
★★★★★
★★★★★
« Personne ne doit savoir. »

Sire Cédric ?
Je connaissais, seulement de nom - jusqu'ici du moins... (un pseudo qui, pour être franche, manquait un peu de sérieux à mon goût ; j'ai largement changé de point de vue depuis!)
Certes, j'avais eu l'occasion de croiser quelques citations et même de lire plusieurs extraits pour tout dire, mais je ne m'étais pas encore jetée dans la gueule du loup, ce malgré presque tous ces romans hantant ma (titanesque) PAL. Je savais le style et l'écriture susceptibles de beaucoup me plaire. En revanche, j'étais très loin d'imaginer l'impact qu'un récit entier pourrait avoir sur moi...
Je voulais une confirmation ; j'ai eu une révelation !
Ses mots ont percutés mon esprit avec une telle puissance, une telle assurance, que d'en parler ici fait renaître les fameux papillons qui grouillent dans le bas du ventre, telle ceux d'une amoureuse transie...
Mais que n'avais-je donc lu cet auteur plus tôt ?!?
Quelle claque !
De fait, j'ai littéralement engloutti la première moitié en une seule après-midi, quasiment sans voir le temps passer. Suite et fin furent avalées dès le lendemain, à la même enseigne !
Préciser qu'à aucun moment, je ne me suis ennuyée ou égarée, que du contraire, serait presque blasphématoire ^^
Je me suis retrouvée soumise à un effet attractif et transcendant tel qu'à la fin du roman, il m'a fallu un certain temps d'adaptation pour revenir parmi les vivants, si j'ose dire.
J'étais comme hypnotisée, engourdie par l'atmosphère délétère qui en émane du début à la fin ; l'écrivain, se la jouant grand 'saigneur', ne laisse que peu de marge de répit à son lecteur, déjà au supplice.
Le suspense brillament entretenu, avec talent, vous met tous les sens aux aguets ; votre attention est maintenue jusque chaque fin de chapitre, comme pour vous laisser respirer un peu, le temps de reprendre votre souffle...
Oui, pour mieux vous aculer à la reprise du suivant.
L'ambiance angoissante, palpable, vous hérisse les poils de la nuque aussi sûrement que si vous vous promeniez seul(e) dans un cimetière - tiens, justrement! - à l'abandon et de nuit...
Pourtant, l'envie viscérale de tourner les pages pour en savoir plus vous prend à la gorge, malgré le sentiment de peur latente engendré par l'horreur sous-jacente.
C'est en apnée que le voyage se poursuit, sans quoi vous risquez la suffocation ; le rythme irrésistible de la danse macabre s'intensifie sous une plume des plus machiavéliques, vous prend aux tripes, vous crucifiant l'âme sans aucun scrupules.
Funeste fantasmagorie.

« J'ai rêvé de cet endroit. »
« Ce qui effraie le plus, ce n'est pas la réalité, mais ce qu'on imagine qu'elle cache. »
[David Lynch]

Des personnages authentiques, auxquels on s'attache irrémediablement - les "gentils" comme les "méchants", sans distinctions par ailleurs : bien que m'inspirant instinctivement méfiance et crainte, je ne pouvais m'empêcher de trouver charismatique l'ombrageux Nathaniel (je ne l'ai pourtant pas regardé dans les yeux, juré!).
Frissons garantis !
Tout ce que je peux affirmer, au sortir de ce thriller fantastique sur fond de légende urbaine, c'est que, bien que relativement habituée à ce genre de littérature, je n'aurais jamais cru avoir un jour à nouveau peur du noir et des ombres qui l'habitent...
Je vous conseillerai donc de prendre quelques précautions avant d'entamer ce récit, comme de laisser toutes vos lumières allumées et d'éviter toutes visites nocturnes de catacombes ou de charniers, par exemple.
Si malgré cela, vous décidiez quand-même de vous attaquer à l'enfant des cimetières, surtout ne plongez jamais votre regard dans le sien, au grand jamais !
Vous êtes prévenu(e)s désormais...
***
Prix Masterton 2010 du roman francophone.
Son nouveau roman, "Du feu de l'enfer", est à paraître aux éditions Presses de la Cité en mars 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2310
Citations & extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
PtitgateauPtitgateau31 octobre 2016
Je suis sincèrement désolé Madame la procureur.
La femme balaya l'air d'un geste las.
- Pas de ça entre nous. Je sais bien que ce n'est pas de votre faute. Mais soyons clairs, c'est le sixième décès en quelques jours dans cette ville. Ce qui fait exactement six de trop. Çà s'agite en haut lieu. Mes fesses commencent à chauffer, c'est une sensation dont je ne suis pas friande. De vous à moi, est-ce que vous avez la moindre idée de ce qui se trame ?
Vauvert haussa les épaules.
-juste des suspicions personnelles. Je préfère creuser ces pistes avant de vous soumettre quelque hypothèse que ce soit. A ce stade, je crains de vous dire des conneries. Et je ne tiens pas à ce que ces conneries finissent en haut lieu avec mon nom en dessous, acheva-t-il, un sourire se dessinant sur son visage couturé.
La procureur éclata de rire.
-Vous ne changerez jamais hein ? c'est pour ça que vous restez le meilleur. Vous êtes saisi de cette enquête, cela va sans dire. Mais ne vous y trompez pas. Si mes fesses prennent feu, les vôtres seront carbonisées. Question de chaîne alimentaire. Ce que je vous demande cette fois, c'est de faire un miracle. Trouvez-moi un coupable, Alexandre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
ange77ange7731 janvier 2017
— Tu es encore sorti.

— Il le fallait.

— Tu avais promis.

— Je ne veux pas rester ici tout le temps. Les autres sortent bien de chez eux.

— Les autres ne sont pas comme toi. Toi, tu ne peux plus faire ça. Pas après ce qui s'est passé.

— Personne ne m'a vu. Je fais attention.

— Ils finiront pas te voir, et tu le sais. Ils ne comprennent pas. Pas comme moi je te comprends. Tu as déjà vu ce qu'ils font, quand ils se rendent compte à quel point tu es différent.

— Oui.

— Ce n'est pas ce que tu veux, n'est-ce pas ?

— Oh, non.

— La seule solution, c'est que tu restes ici. Que tu ne sortes plus. Plus jamais.

— Et si je les tuais ? Tous ces gens qui me veulent du mal ?

— Non. Tu ne peux pas faire ça.

— C'est facile pourtant. Si je mange leurs esprits.

— Ne dis pas ça. Arrête.

— Ensuite ils nous ennuient plus. C'est vrai.

— S'il te plaît, ne parle plus jamais de ça. Il faut que tu apprennes. Viens par ici.

— Je ne veux pas être attaché.

— Il le faut.

— Je les tuerai quand même, tu sais.

— Tais-toi. Tais-toi donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
brouillardbrouillard03 mars 2011
- Mes bien-aimés, leur dit le démon.
Ce sont les uniques mots du langage des mortels que prononce Naemah cette nuit-là.
Sa voix évoque ensuite le vent du large et le réconfort des flammes, un souffle chaleureux et doux à travers le rideau de la pluie.
L'assemblée de ses adorateurs se referme sur elle comme un manteau de chair, les mains décharnées s'approchent, effleurent sa poitrine aux mamelons tendus de désir. Elle sent des baisers humides sur sa peau, des langues qui s'insinuent entre ses orteils, le long de ses jambes, partout où les bouches peuvent venir déposer leur dévotion, et ses cheveux blancs s'enroulent fiévreusement autour des cadavres, pour les attirer plus près d'elle encore. Son sexe brûle comme un soleil liquide, ses hanches se soulèvent pour venir à la rencontre des bouches, des mains. Des membres masculins miraculeusement revenus à la vie glissent en elle, dans sa matrice de lave t de lumière, aussi bien qu'entre ses fesses, dans le siège de l'immondice et du plaisir.
Sous la pluie battante, à la lueur des éclairs, la vie et la mort se mêlent, cathédrale de chair mouvante, de corps enlacés, qui ne semblent plus appartenir qu'à une seule entité avide et frémissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
dravendraven12 février 2013
Voila j'ai terminé de lire mon premier Sire Cedric eh ben je ne m'attendais pas à ça wouaa quelle imagination ! écriture parfaite, aucun temps mort, rien à jeter, des chapitres ultra courts et efficaces ! On est plongé dans un véritable film d'horreur avec un mélange d'Exorciste, The Grudge, La malédiction, the mirrors et une touche française (pour le commissaire grr). Une très bonne intrigue qui nous malmène du début à la fin en nous terrorisant littéralement ! J'ai bien aimé aussi la relation de David avec Kristelle cette si belle histoire d'amour décrite avec pudeur mais avec un réalisme vraiment rare de beauté et de subtilité très touchante.
Bon mon conseil lisez le c est clair mais ne lisez pas la quatrième de couverture je trouve qu'elle spoile un passage important du livre c est dommage. 2ème conseil : il faut le lire le soir avec une faible lumière et si possible une musique d'ambiance genre film d'horreur pour plus d'effets :-),
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
brouillardbrouillard03 mars 2011
Aux premières lueurs de l'aube, elle perd les eaux - rouge profond - et l'enfant glisse enfin hors de son corps, sans le moindre son, tel un mort lui-même. Il ne crie pas, ni ne pleure. Il ouvre seulement ses grands yeux bleus, et la dévisage en silence. Ses cheveux sont déjà assez longs, et blancs, à l'image de ceux de sa mère. Souillés par les sécrétions du placenta.
Naemah arrache le cordon ombilical de ses entrailles, et le tranche d'un coup de dent à la base du ventre de son enfant. Un chagrin infini brille dans les yeux du nouveau-né. Elle le serre contre elle, l'embrasse une unique fois sur la bouche, puis elle le dépose dans les bras d'un gisant de marbre à l'air circonspect.
Alors qu'elle se tient ainsi penchée sur lui, une ultime larme roule sur sa joue, une goutte de parfaite noirceur.
Une larme pour le pardon.
Elle éclate sur le front de l'enfant, y imprimant la forme d'une étoile noire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : thriller gothiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'enfant des cimetière" de Sire Cédric.

Comment s'appelle la femme de David ?

Kristel
Aurore
Leïla

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfant des cimetières de Sire CédricCréer un quiz sur ce livre
. .