Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Anne Perry (Traducteur)

ISBN : 226612515X
Éditeur : Pocket (2004)


Note moyenne : 3.86/5 (sur 2534 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pédiatre, David Beck exerce dans une clinique pour le compte de Medicaid, structure sociale qui prend en charge les pauvres sans couverture sociale. Il aime son métier et l'exerce avec passion.

Mais sa vie a été brisée lorsque son épouse, Elizabeth, qu'i... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (151)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par darkmoon, le 31 octobre 2013

    darkmoon
    Un thriller haletant avec des changements de rythme assez spectaculaires: de la lenteur tristesse /mélancolie dues à un deuil on passe à de l'action pure et dure : l'espoir, la peur, l'envie de comprendre, mêlé d'une dose d’humour. C'est assez trépident, angoissant et rapide. On se laisse facilement emporter jusqu'au bout.
    J'ai pratiquement lu d'une traite "Ne le dis à personne", en ce sens le roman remplit son contrat. Tout a commencé avec un coup de foudre pour l'intrigue. Un homme qui découvre huit ans après la mort de sa femme que cette dernière est toujours en vie, une traque impitoyable, le FBI qui s'en mêle, des énigmes... tout étant réuni pour donner un polar haletant. Commence alors une course dangereuse pour connaitre la vérité autour de ce nouveau mystère. Tueurs et voyous, rendez-vous manqués, suspicions, doutes, bagarres, dangers mais aussi amitiés et humour sont les ingrédients de ce thriller.
    J'ai trouvé le personnage principal assez réussi, dans le sens où on sent que c'est un personnage assez ordinaire qui se trouve tout d'un coup catapulter dans l'extraordinaire. Pas une seconde de répit pour Alex, malmené physiquement et psychologiquement de bout en bout mais qui continue de rechercher coûte que coûte la vérité pour pouvoir retrouver sa femme. Alex véhicule extrêmement d'émotions ne laissant personne indifférent. Il est rempli d'amour pour sa femme, d'espoir, il fait preuve d'une obstination sans nom pour la retrouver, il n'abandonne jamais. De plus, ses réactions sont crédibles, ses décisions de même. Talonné par le danger, il ne se révèle pas soudain ultra intelligent, ne se découvre pas des réflexes d'agent secret. Et dans la galerie de personnages, ils sont nombreux à être plutôt bien esquissés.
    Le début ne m'a pas déçue, j'ai dévoré les pages pour avancer dans l'histoire et puis petit à petit, ma lecture est devenue plus automatique, toujours aussi curieuse mais moins exaltée. Le FBI toujours aussi lourdaud, le beau-père qui a des secrets qu'on devine rapidement, le médecin qui fiche le camp en étant innocent... Bref, quelques détails qui m'ont agacée. Mais le reste est surprenant, le suspens faisant son œuvre : on échafaude des hypothèses dans notre petite tête, on essaie de trouver un sens à l’avalanche d’événements qui entourent le narrateur. Mais quoi qu’on imagine, on est loin du compte…
    J’ai été totalement conquise par ce thriller nerveux, brutal, tendre et captivant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 52         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par DBC-Anais, le 25 juillet 2013

    DBC-Anais
    Je suis fière de poster cette centième critique sur la fiche Babelio de ce fabuleux roman d'Harlan Coben. Une nouvelle fois, l'auteur a réussi à m'embarquer dans son univers, à me faire tressaillir et surtout, à me faire tourner en rond. Chapeau l'artiste !
    Comme dans tout bon thriller qui se respecte, le début du livre est un énorme point d'interrogation pour le lecteur. Certes, les faits sont là, bien exposés, écrits et souvent décrits tels qu'ils se sont passés. Mais le lecteur sait pertinemment qu'il y a aiguille sous roche ; un thriller aussi calme et simple, ce n'est pas banal. Et effectivement, peu de temps après, une nouvelle intrigue vient relancer cette mystérieuse entrée d'histoire. Mais pas n'importe quelle intrigue ; celle que nous découvrons est telle qu'elle nous cloue sur place, nous terrifie, et renouvelle notre lot de questions. Ne vous leurrez pas : le lecteur n'est pas au bout de ses peines... du mystère, il y en aura jusqu'à la fin. Du flou ? Ne m'en parlez pas, vous serez perdu tout au long du livre. Et le dénouement ? Ne soyez pas trop pressé. Tout se résout à la fin, nos questions trouvent des réponses cohérentes, et les intrigues pèles-mêles arrivent enfin à se délier.
    Le protagoniste est un personnage typique de roman. Il n'a rien d'extraordinaire, pas de signe particulier d'originalité, et se glisse aisément dans le moule des personnages types de thriller. Par contre, les personnages secondaires qui n'interviennent que périodiquement dans le déroulement de l'intrigue, attirent l'oeil. Le couple Linda/Shauna est original, elles sont drôles, atypiques, bienveillantes... en plus, Harlan Coben approuve la mixité, et n'hésite pas à ajouter un couple d'homosexuel dans son récit, avec en plus, un enfant naît de cet union. Le père de la jeune fille "disparue", Hoyt Parker, aurait également pu passer pour un personnage banal sans grand intérêt, mais son ancien statut de policier, son caractère sec, droit et horrifiant, font de ce retraité quelqu'un qui sort du lot. Il est également mystérieux au plus haut point (comme presque tous les personnages présents dans ce roman), et c'est dur de déceler ses vraies pensées.
    L'intrigue en elle-même est plutôt cohérente, quoique exagérée à certains moments. Elle est néanmoins très bien menée et se dévoile au fur et à mesure de l'avancée de notre lecture. Harlan Coben a fait une nouvelle fois preuve d'une grande originalité dans son récit. Comme toujours, le lecteur est laissé sur la touche, à des années-lumières de découvrir le pot-aux-roses.
    Ne le dis à personne... est un thriller psychologique, certes, avec maintes mystérieuses intrigues, mais il est également rempli d'actions et d'aventures qui font que le lecteur ne s'ennuie pas un instant au court de sa lecture. Tout s'enchaîne rapidement, à notre plus grand plaisir.
    Le lecteur, quant à lui, retient son souffle jusqu'aux dernières lignes de ce polar. Le dénouement est très attendu, et surprend aussi beaucoup les idées que se faisaient chaque personne en lisant ce livre.
    J'ai passé un très bon moment en compagnie de ce roman. Une nouvelle fois, je suis tombé sous le charme d'Harlan Coben, qui a su me retourner le cerveau à plusieurs reprises. Ne le dis à personne... a reçu un prix ; celui des lectrices du magazine ELLE, et je trouve que ce prix est mérité.
    Adapté au cinéma en 2006 par Guillaume Canet, c'est le très célèbre acteur d'Intouchables, François Cluzet, qui adopte le rôle principal de David Beck. Après avoir lu le livre, je pense me jeter sur le film sans plus tarder...


    Lien : http://addictbooks.skyrock.com/3176116321-posted-on-2013-07-25.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 32         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Wiitoo, le 17 juillet 2013

    Wiitoo
    Inutile après une centaine de critiques de revenir sur l'histoire de ce thriller alors je serais bref.
    Pour ma part ça a été une lecture plaisante, un bon thriller, sans Temps morts, du suspens, de la tension, les pages qui s'enchaînent à grande vitesse.
    L'histoire n'est au final pas la plus originale du genre mais les personnages tiennent le roman à bout de bras (contrairement au film). j'ai particulièrement aimé Linda et Shauna dont la personnalité ajoute du piment et de l'humour à cette sympathique lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 39         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Eric75, le 29 janvier 2011

    Eric75
    Le premier Harlan Coben que j'ai lu, et à mon avis le meilleur (dans tous les autres romans qui suivront, Coben utilisera peu ou prou les mêmes ficelles, avec effets de surprise en moins et style bâclé). J'ai lu ce livre bien avant sa transposition (plutôt réussie) en région parisienne et sur grand écran par Guillaume Canet.
    Tous les éléments d'un polar made in US sont au rendez-vous : le narrateur bonne pâte et un peu naïf contraint de prendre son destin en main, la copine fidèle, la femme perdue et jamais retrouvée, les tueurs plus effrayants les uns que les autres lancés sur la piste du héros, l'ange gardien qui reste dans l'ombre, les secrets de famille, les fédéraux lourdingues à souhait, l'industriel milliardaire véreux, l'avocate médiatique, le dealer repenti… Mais ici, ce sont les ficelles du scénario qui se nouent, se dénouent, s'entortillent, s'entrecroisent, de façon machiavélique (attention aux nuits blanches… commencez votre lecture le vendredi soir). le lecteur, qui est tenu en haleine jusqu'au bout par une intrigue implacable, examine chaque pièce du puzzle et découvre qu'elle finit par trouver sa place, apparemment sans aucun effort, pour former un tableau totalement différent de ce qu'il avait pu imaginer.
    L'histoire commence par un mail impossible et une image capturée en temps réel par une webcam, où le narrateur pense reconnaître dans la foule sa femme qu'un tueur en série a assassinée huit ans plus tôt… A vous de lire la suite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Shenandoah, le 20 janvier 2015

    Shenandoah
    Je le jure, je ne fais pas exprès ! Mais il faut croire que mon esprit de contradiction a pris des vitamines, parce qu'après Le fléau de Stephen King, chef d'œuvre qui m'a laissé dubitative, voilà que je récidive avec ce livre conseillé par ma mère, et que beaucoup ont adoré...
    Nous suivons David Beck, un pédiatre dont la femme et amour d'enfance a été tuée 8 ans plus tôt. Alors qu'il n'est toujours pas remis de ce drame, il reçoit un e-mail anonyme contenant un lien vers une vidéo de surveillance où apparaît sa femme, apparemment bien vivante...
    Le gros problème que j'ai eu avec ce livre, c'est que j'ai passé toute ma lecture à attendre le moment où l'histoire allait commencer, où j'allais avoir ce moment de stupéfaction devant ce que je lisais... et j'attends toujours. J'ai peut-être des exigences trop élevées, mais je n'ai pas trouvé la révélation finale à la hauteur de ce que j'avais pu m'imaginer. Après, je ne peux pas dire que ce soit vraiment une déception dans la mesure où j'ai déjà trouvé toute l'intrigue assez moyenne, et la fin est du coup dans la continuité.
    En effet, malgré quelques passages relativement intenses, je n'ai rien trouvé ici de vraiment surprenant. Il est souvent facile de deviner la suite des événements, et certaines ficelles sont tout de même très grosses, notamment un personnage qui devient une facilité scénaristique des plus improbables... de plus, il est assez difficile de croire, après tous les passages où on nous expose l'amour extraordinaire que partagent David et Elizabeth, que cette dernière lui ait caché un tel secret.
    Si encore j'avais éprouvé un quelconque attachement pour le héros, j'aurais peut-être pu rentrer davantage dans l'histoire, mais malgré toutes les tentatives de l'auteur pour nous faire éprouver de la sympathie pour ce veuf éploré, ça n'a jamais vraiment pris sur moi.
    Bon, j'ai tout de même lu ce livre sans déplaisir, mais il ne me laissera pas un souvenir impérissable. L'extrait de critique du Figaro à l'arrière du livre nous indique que "Le dénouement laissera pantois même le plus blasé des lecteurs de romans policiers" ; j'en déduis donc que je dois être plus blasée que blasée !
    Challenge Variétés 2015
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 21         Page de la critique

> voir toutes (80)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Kindness, le 24 janvier 2015

    J'aurais aimé vous raconter que le drame m'a fait découvrir quelques vérité absolue, qui vous change radicalement la vie et que je pourrais vous transmettre. Mais ce serait faux. Les clichés n'ont pas tort, ce qui compte, c'est l'homme, la vie est précieuse, on accorde trop de valeur au matérialisme, les petites choses ont aussi leur importance, il faut vivre le moment présent-; et je peux vous les répéter jusqu'à plus soif. Vous écouterez peut-être, mais vous n'intérioriserez pas. Vivre un drame enfonce le clou. Le drame le grave dans votre âme. Si vous n'en sortez pas plus heureux, vous serez probablement meilleur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Kindness, le 22 janvier 2015

    ... Je ne pouvais pas les jeter et ne voulais pas les donner à quelqu'un d'autre. Pourquoi, je n'en sais trop rien. Il y a des choses qu'on range, qu'on colle au fond d'un placard, qu'on pense ne plus revoir- mais qu'on ne se résout pas à mettre à la poubelle. Un peu comme les rêves, quoi.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par Olnapac, le 21 mai 2012

    Je suis, comme tout le monde, enclin à juger sur les apparences - ou, pour employer une expression plus actuelle, le profil racial.On le fait tous. Si vous traversez la rue pour éviter une bande d'adolescents noirs, c'est de profilage racial ; si vous ne traversez pas de peur de passer pour un raciste, c'est du profilage racial ; si vous croisez la bande et qu'elle ne vous inspire aucune réaction, c'est que vous venez d'une autre planète où je n'ai jamais mis les pieds.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 40         Page de la citation

  • Par darkmoon, le 13 octobre 2013

    ...quand on y pense, c’est la télé qui nous enseigne les plus grandes leçons de la vie. L’immense majorité de nos connaissances sur les interrogatoires, les droits du prévenu, l’autoaccusation, les contre-interrogatoires, les listes de témoins, le système du jury, nous les puisons dans « New York Police Blue » et compagnie. Si je vous jetais une arme et vous demandais de vous en servir, vous feriez ce que vous avez vu faire à la télé. Si je vous disais : « Attention à la filoche », vous sauriez de quoi je parle pour avoir entendu ça dans Mannix ou Magnum.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la citation

  • Par la_fleur_des_mots, le 08 janvier 2013

    Il y a cinquante ans et des poussières, le lac Charmaine avait abrité une colo pour gosses de riches. Le propriétaire avait fait faillite, et grand-père avait racheté le plan d'eau et le terrain environnant pour une bouchée de pain. Il avait retapé la maison du directeur et abattu la plupart des constructions qui bordaient le lac. Mais au-delà, dans les bois, où plus personne ne s'aventurait de toute façon, il avait laissé pourrir les dortoirs des mômes. Ma soeur Linda et moi, on partait les explorer, fouillant les ruines à la recherche d'un trésor, jouant à cache-cache, bravant le croque-mitaine, qui, nous en étions sûrs, nous épiait et guettait le moment propice. Elizabeth se joignait rarement à nous. Elle aimait que chaque chose soit à sa place. Se cacher lui faisait peur.
    En descendant de voiture, j'ai entendu les fantômes. Plein de fantômes - trop -, qui tournoyaient et se disputaient mon atten­tion. C'est celui de mon père qui a gagné. Le lac était immobile, lisse comme un miroir, mais je jure que j'ai perçu le hurlement triomphal de papa tandis qu'il se catapultait du ponton, les genoux contre la poitrine, le sourire jusqu'aux oreilles, faisant naître une gerbe d'eau pareille à un véritable raz-de-marée aux yeux de son fils unique. Papa aimait bien atterrir à côté du radeau où ma mère prenait ses bains de soleil. Elle le réprimandait, sans pouvoir s'empêcher de rire.
    J'ai cligné des paupières, les images se sont évanouies. Je me suis rappelé cependant comment le cri, les rires, le bruit du plongeon se réverbéraient dans le silence de notre lac, et je me suis demandé si l'écho de ces bruits et de ces rires-là avait vraiment disparu, si quelque part dans les bois les joyeux ululements de mon père ne continuaient pas à ricocher d'arbre en arbre. C'était bête comme idée, mais que voulez-vous.
    Les souvenirs, ça fait mal. Surtout les bons.
    - Ça va, Beck ? a demandé Elizabeth. Je me suis tourné vers elle.
    - Je pourrai m'envoyer en l'air, hein ?
    - Vieux pervers va.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (48)

Videos de Harlan Coben

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Harlan Coben

A quelques secondes près Harlan Coben aux Editions Fleuve Noir








Sur Amazon
à partir de :
8,00 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Ne le dis à personne par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (7041)

> voir plus

Quiz