Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Andrée Nordon-Gerard (Collaborateur)
> François Tollu (Collaborateur)

ISBN : 2221057600
Éditeur : Robert Laffont (1990)


Note moyenne : 4.08/5 (sur 13 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Où se trouve Guethsémani ? Et la porte de Bat-Rabbim ? Qui étaient Onân, Maccabée ? Connaissez-vous l’histoire de Judith, celle de Dalila ? La vie et la doctrine de saint Paul ? Que nous révèlent les manuscrits de la mer Morte ? A toutes ces questions - et à beaucoup d’... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Rodin_Marcel, le 06 février 2015

    Rodin_Marcel
    Gérard André-Marie – Dictionnaire de la Bible – éd. Robert Laffont, 1989 (coll Bouquins) (ISBN 2-221-05760-0) environ 1500 pages – rééditions en 1990, 1991, 1996 et 1998 ; reliure souple relativement solide.
    Ce dictionnaire se présente sous la forme d'un gros volume souple ; il fut longtemps commercialisé sous boîtier rigide, accompagné de la «Bible» dans l'édition dite «de Port-Royal» ou de «Le Maistre de Sacy» publiée en 1667. André-Marie Gérard n'était pas un théologien « professionnel » mais plutôt un (grand) amateur (très) éclairé en matière biblique : il a donc conçu son dictionnaire précisément pour un public de non-spécialistes allant bien au-delà du seul cercle des biblistes.
    En effet, ce dictionnaire s'avère précieux non seulement pour les lectrices et lecteurs de la Bible, mais aussi (et peut-être principalement) pour les amateurs de littérature, d'histoire de l'art ou d'histoire tout court, domaines dans lesquels les références au texte biblique sont innombrables aujourd'hui encore et à plus forte raison jusqu'au début du vingtième siècle. Même s'il respecte « l'orthodoxie papiste » (que n'ai-je écrit là !), ce dictionnaire est tout à fait fréquentable pour des «laïcs» sourcilleux.
    Sa présentation matérielle le rend facilement manipulable, ses dimensions étant à peine supérieures à celle d'un gros livre de poche, son poids restant raisonnable, sa mise en page et sa calligraphie garantissant une lecture bien plus facile qu'un volume de la collection « la pléïade » par exemple. Lors de sa sortie, il présentait la faiblesse d'être dépourvu de toute bibliographie ; aujourd'hui, ce n'est plus un handicap puisqu'elle serait de toute façon obsolète.
    Ce type d'ouvrage de référence présente-t-il encore un intérêt à l'heure de Wikipedia et d'Internet ? Me servant couramment de ces deux supports, je vois au moins deux avantages au maintien de la fréquentation du dictionnaire d'André-Marie Gérard : d'une part l'unité de ton et d'écriture ainsi que la cohérence du projet d'ensemble, d'autre part le niveau intellectuel constant des notices ainsi que leur maintien dans une dimension quantitative raisonnable. En somme, la lecture de l'un des articles de ce dictionnaire vous fournira une bonne introduction à l'article analogue souvent beaucoup plus fouillé et complet de «Wikipedia» (comparez par exemple les articles «arbre de Jessé», «roi David», «Abraham» etc).
    Sans oublier l'aspect bêtement pratique : il reste tout de même plus humain d'emporter un livre dans son lit, sur la plage ou dans le pré, plutôt qu'un engin connecté (dont la batterie va vous lâcher au moment le plus inopportun)…
    Même s'il existe aujourd'hui de nombreux outils accessibles via Internet, l'idéal consisterait à rendre ce dictionnaire lui-aussi accessible sur le Web, en respectant sa cohérence et son intégrité, sans le noyer dans d'autres produits… une telle opération se heurte probablement au respect du droit d'auteur (qui est en fait le droit de l'éditeur, mais bon…).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par sheperdvibration, le 25 mars 2012

    sheperdvibration
    Excellent pour le chercheur et le curieux!

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par gteisseire2, le 19 septembre 2008

    Anges : Le terme hébreux malâkim aussi bien que le grec aggeloï, dont nous avons fait « anges » à travers le latin angeli, signifie « messagers »,
    « envoyés ». Les anges sont d'abord en effet les messagers divins, les envoyés de Dieu, qui transmettent ses volontés ou les exécutent. Tels les deux anges envoyés à Lot avant la destruction de Sodome ou les anges de l'Apocalypse qui par exemple " retiennent les quatre vents de la terre " tandis qu'un autre " monte du soleil " pour marquer les justes du sceau de Dieu. Leurs missions d'assistance auprès des hommes sont maintes fois affirmées. Jamais sans doute de manière aussi touchante que dans la parole du Christ à propos des faibles et des humbles que symbolise l'enfance : " Gardez-vous de mépriser ces petits : [...] leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père ". Ils constituent enfin " l'armée des cieux " toujours aux ordres du Tout-Puissant, une part importante de la cour céleste : " myriades de myriades qui se tiennent devant lui ". Créatures spirituelles, ils prennent parfois forme humaine tels précisemment les visiteurs de Lot dans le passage de la Genèse précédemment cité qui les appelle tantôt « anges » tantôt « hommes » ; tel encore le guide en qui le jeune Tobie " ne reconnut pas un ange ".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
28,00 € (neuf)
23,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Dictionnaire de la Bible par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (19)

> voir plus

Quiz