AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757842269
Éditeur : Points (04/09/2014)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 28 notes)
Résumé :

A l'heure où les grands programmes d'étude du génome humain drainent la majeure partie des crédits de la biologie, où les biologistes, en somme, " se regardent le nombril ", un botaniste tente de rétablir un salutaire équilibre. À l'exact opposé d'une vision anthropocentrée recherchant une explication déterministe, voire mécaniste, du vivant, Francis Hallé propose ici d'élargir l'horizo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
clodig
17 avril 2009
Pour inviter non seulement la communauté scientifique mais aussi un vaste lectorat non spécialisé à visiter ces nouvelles pistes, il fallait un auteur d'exception, alliant à une longue expérience de terrain une faculté de conceptualisation permanente et un esprit de synthèse plein de hardiesse. Ainsi, le végétal est appréhendé depuis l'échelle paysagère jusqu'à celle du gène dans ses aspects les plus innovants. L'auteur nous montre la fécondité d'un comparaison animal-végétal (en termes de volume et surface développés par exemple) et tous les risques d'erreurs de certaines assimilations (que reste-t-il de la théorie des hormones végétales ? ). Quelles éblouissantes images que celles données par le "temps mesuré par les plantes" : non seulement le mouvement (d'une liane par exemple) est indissociable de sa croissance, mais si, dans un film accéléré, 200 ans sont remplacés par une seconde, c'est toute la vie tumultueuse et en perpétuel renouvellement de la forêt tropicale qui surgit sous nos yeux. L'essentiel n'est jamais oublié : le fonctionnement, potentiellement indéfini des méristèmes n'est plus un lieu commun mais toutes ses implications sont des ouvertures pour mieux comprendre la plante. Nous voici bousculés sur la notion d'individu, qui, après analyse, n'est plus du tout évidente chez le végétal. Et si l'arbre était coloniaire ? Une oeuvre qu'on lit, relit ou consulte au fil des mois, avec, chaque fois le même enrichissement et le même plaisir. Maryse Tort (Digitalis n°5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
liberliger
25 janvier 2017
Même si le style est agréable, il faut cependant dire que l'ouvrage est à réserver à un public averti ayant une bonne maîtrise de la biologie et de son vocabulaire. Bref, le jardinier que je suis a jeté rapidement l'éponge.
Commenter  J’apprécie          40
labson
16 février 2011
public averti
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
clodigclodig17 avril 2009
Je voudrais une science unifiée, ouverte au monde entier mais refusant l'obscurantisme, rigoureuse mais sans jargon, accueillante aux compétences de l'amateur, capable de satisfaire aux passions de la jeunesse, réhabilitant l'observation, associant le travail de terrain aux recherches en laboratoire...
Quel meilleur témoignage que celui des plantes, belles et utiles, discrètes et autonomes, silencieuses et d'une totale non-violence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
liberligerliberliger25 décembre 2014
Elles [les plantes] sont, presque partout, d'une extrême banalité, et c'est pourquoi je prétends qu’elles nous sont trop familières pour que nous leur accordions une attention suffisante. Comment les admirer alors qu'on les voit chaque jour, à la même place, année après année ?[...] Leur omniprésence et leur ubiquité les desservent ; on ne les aime vraiment que lorsqu'elles ont disparu et c'est la raison pour laquelle les citadins en raffolent. Voyez les balcons chargés de Pélargonium, leurs appartements où les Philodendron disputent la place aux Diffenbachia. C'est dans les grandes villes que des fleuristes parfaitement honorables font leurs affaires en vendant des pots de jolies mauvaises herbes exotiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liberligerliberliger25 janvier 2017
Observer un animal crée une tension, car nous savons à quel point cet instant est fugace ; observer une plante engendre la sérenité : c'est le temps lui-même qui apparaît. Sa croissance est très lente, mais cependant perceptible avec de l'attention, nous permet de renouer avec le rythme temporel paisible qui était celui de notre enfance.
Commenter  J’apprécie          30
liberligerliberliger25 décembre 2014
S'intéresser aux plantes, c'est aussi se situer dans une tradition : on éprouve spontanément une attirance envers les animaux, mais on apprend à aimer les plantes.
Commenter  J’apprécie          40
Dans la catégorie : Peinture françaiseVoir plus
>La peinture et les peintres>Histoire et géo. de la peinture>Peinture française (256)
autres livres classés : Biologie végétaleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
212 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre