Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Éric Diacon (Traducteur)

ISBN : 2253138312
Éditeur : Le Livre de Poche (1995)


Note moyenne : 3.28/5 (sur 87 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
La romancière délaisse ici le roman criminel, et met sa science de l’intrigue et du suspense au service de la science-fiction. Dans l’Angleterre de 2021, frappée de stérilité comme le reste de la planète, plus aucun bébé n’a vu le jour depuis un quart de siècle. La popu... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Allantvers, le 05 juillet 2013

    Allantvers
    Très attirée par le thème de ce livre : que peut devenir l'humanité quand elle sait qu'elle va disparaître? j'ai été un peu déçue par le traitement qui en est fait.
    Certes, le cadre est posé de façon plausible : nous sommes dans une Grande-Bretagne dans laquelle le dernier enfant est né il y a trop longtemps pour qu'on espère encore une naissance.
    Certes, les questionnements, prises de positions individuelles comme les implications sociales et psychologiques induites par ce drame définitif sont (plus ou moins finement) abordés.
    Certes, la trame romanesque est efficace, puisque reposant (évidemment) sur le fait qu'une femme va tomber enceinte, et de ce fait devient l'objet de toutes les convoitises.
    Dommage pourtant que cette fiction pêche par son traitement mécanique, convenu, et par des personnages stéréotypés auxquels on peine à s'attacher.
    Je garde de ce roman un souvenir mitigé : celui d'une réflexion subtile sur l'essence de l'humanité, mais desservie par une trame romanesque trop visiblement grossière.
    Pardon pour les fans de PD James! un auteur que je ne connais pas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Hildebald, le 31 octobre 2009

    Hildebald
    1995, le dernier homme nait sur terre. 2021, plus aucun espoir de voir la race humaine survivre : suicides collectifs, campagnes abandonnées, esclaves, dictateur en Angleterre. Théo, historien, est le cousin de ce tyran. Et c'est grâce ou peut-être à cause de ce lien qu'il est contacté par un groupe de rebelles.
    Mais qui voudrait se battre lorsqu'il n'y a plus aucun espoir?

    Voilà une première et semble-t-il une dernière pour P.D. James : l'écriture d'un roman de science-fiction. Et moi, ça me fait plaisir. Il me faudra quand même, un jour, lire un de ses romans policiers pour ne pas me coucher plus bête que je ne suis.
    Bref, l'histoire :
    déjà, j'ai découvert cet univers avec le film, et que voulez-vous, j'adore les romans de science-fiction et plus particulièrement ceux d'anticipation.
    Là, il n'y a eu aucun flop! Les personnages sont intéressants, l'histoire entrainante bien qu'il ne se produise pas grand chose. Mais c'est la découverte de cet univers qui entraine le lecteur.
    Voilà, au final, mon sentiment est vite décrit, j'ai passé un très bon moment de lecture et je ne me suis pas ennuyée.
    Mais si vous le voulez bien, je reviens un quart de demi-seconde sur l'arnaque du siècle.
    J'étais persuadée de retrouver la même histoire dans le film et dans le livre. Que nenni! Et je dirais presque qu'il n'y avait aucun rapport si ce n'est le fil conducteur de base!
    Bref, un film avec des personnages changés, des rajouts à n'en plus finir, des scènes en moins..en fait aucune scène en commun d'après mes souvenirs, juste des lieux et des personnages. Mais il faudrait que je revoie l'adaptation (très libre) pour confirmer tout ça!
    Bref, le film et le livre sont biens, mais ne vous attendez pas à retrouver la même chose.
    J'ai aimé le film pour son côté suspens, aventure et course à la mort.
    J'ai aimé le livre pour sa réflexion un peu philosophique, pour ses personnages, ses descriptions.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par BVIALLET, le 06 mai 2012

    BVIALLET
    Dans l'Angleterre de 2021, frappée de stérilité totale comme d'ailleurs tout l'ensemble de la planète, plus aucun bébé n'a vu le jour depuis un quart de siècle. La population vieillissante s'enfonce dans le désespoir. Les derniers « jeunes », surnommés les « Omégas », jouissent de tous les droits et font régner la terreur en toute impunité. Les gens survivent dans une ambiance digne de « 1984 » d'Orwell, sous l'autorité tyrannique du dictateur Xan Lyppiatt. Professeur d'Histoire désabusé et cousin de Xan, Théo Faron rencontre un soir une jeune femme, Julian, dont il tombe amoureux. Elle est membre d'un groupuscule clandestin, « les Cinq Poissons », qui défie naïvement le pouvoir et tente d'empêcher par des attentats l'organisation de « Quiétus », ces suicides collectifs et organisés de vieillards. Et soudain, elle lui apprend une nouvelle stupéfiante…
    Pour une fois, P d'James abandonne le registre du policier ou du thriller au profit du roman d'anticipation. le résultat est assez réussi. Un thème porteur : la stérilité et la disparition de la surface de la planète comme avenir inéluctable de l'Humanité. La baisse de la fertilité des hommes est déjà scientifiquement prouvée et cette vision de l'avenir n'a rien d'improbable. Après la surpopulation, la dépopulation et à terme l'extinction. Son exploitation semble toutefois un peu légère, les personnages peu intéressants et la fin décevante. L'intérêt réside plus dans le côté « conte philosophique » du livre. Il faut rendre justice au courage de l'auteure qui ne craint pas d'aborder les thèmes difficiles de l'eugénisme, de l'euthanasie, du totalitarisme et de la pensée unique. Cette situation catastrophique remet en selle toutes les horreurs nazies ! le style un peu vieillot de celle qu'on a présentée en son temps comme la nouvelle Agatha Christie s'encombre de lourdeurs, de longueurs et de tunnels descriptifs qui n'apportent rien à l'histoire si ce n'est de la faire manquer parfois de rythme et de punch. Il n'en demeure pas moins que les catastrophes annoncées demeurent très plausibles et que ce bouquin oblige le lecteur à réfléchir à notre si fragile condition humaine.

    Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Gwenaweb, le 07 août 2013

    Gwenaweb
    Le film m'a complètement dévastée, j'ai adoré et je le regarde encore régulièrement. Quelle imagination ! Ca ça me plait. Mais le livre est extrêmement décevant par rapport à la force du film. Quel dommage. J'aurais aimé avoir une version longue de mon plaisir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par emmabis, le 09 septembre 2009

    emmabis
    je l'avais adoré à sa sortie (il y a une éternité, non?). Mais pourquoi diable ont-ils attendu si longtemps pour en faire un film (excellent par-dessus le marché)? Est-ce que Miss James pourrait nous en faire un autre comme cela, entre deux polars?

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cielvariable, le 31 janvier 2013

    L’ignorant lui aussi, Rolf reprit : “Il y a des choses qu’il pourrait faire sans attendre une nouvelle élection. Il pourrait supprimer les examens de sperme. C’est du temps perdu, c’est dégradant, ça ne sert à rien. Et il pourrait laisser les conseils régionaux et locaux choisir leurs propres présidents. Ce serait au moins un début de démocratie. - Il n’y a pas seulement les examens de sperme, intervint Luke. Les examens gynécologiques obligatoires ne sont pas moins dégradants. Et puis il faudrait mettre fin aussi aux Quietus. Je sais que tous les vieux qui s’y soumettent sont censés être volontaires. Au début, c’était peut-être le cas. Et peut-être qu’il y en a toujours. Mais souhaiteraient-ils mourir si on leur donnait de l’espoir ?” “Quel espoir ?” fut tenté de demander Theo.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par pierre56250, le 10 mars 2013

    lorsque dès le berceau les enfants sont traités comme des dieux, il faut s'attendre à les voir se comporter en tyrans devenus adultes

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 31 janvier 2013

    Ce matin, 1er janvier 2001, trois minutes après minuit, le dernier humain né sur terre s’est fait tué au cours d’une rixe dans une banlieue de Buenos Aires, à l’âge de vingt-cinq ans, deux mois et douze jours.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de P.D. James

>Ajouter une vidéo
Vidéo de P.D. James

Bande annonce de "Death comes to Pemberley", mini série de trois épisodes diffusée sur BBC one.








Sur Amazon
à partir de :
5,80 € (neuf)
1,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Fils de l'homme par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (2) > voir plus

> voir plus

Quiz