Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253022667
Éditeur : Le Livre de Poche (2014)


Note moyenne : 4.12/5 (sur 26 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le monde est en guerre.
Aekir, la cité ramusienne, vient de tomber aux mains des armées du sultan Aurungzeb. Partout, les intégrismes religieux progressent, et la magie même est menacée. Débarqué au port d'Abrusio, le noble Hawkwood, qui a vu une partie de son éq... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Slava, le 04 août 2013

    Slava
    Au début réticente de cette fantasy, j'ai osée voyager à l'intérieur et finalement, j'ai bien aimée.
    Dans une époque troublé par la montée d'une Eglise fanatique et d'une guerre contre les Medruks (peuple qui m'à fait penser étrangement aux Ottomans mais en plus sauvage et en plus violent alors que les Ottomans étaient un peu plus respectueux et raffinés), un noble marin, Richark Hawkwood décide d'entreprendre une expédition à la mer avec son équipage, pour découvrir un continent occidentale énigmatique. Les surprise au cours du voyage seront à la hauteur. Pendant ce temps, un roi doit régler ses problèmes entre la guerre, les fanatiques religieux et sa maîtresse.
    Il y beaucoup d'intrigue dans ce roman que je ne peux pas réduire en simple résumé telle ils sont laborieux. Dés lé début, nous sommes jetés dans l'action, sans quelques repères, directement lâchés dans ce contexte barbare.
    Ce roman ne fait pas la dentelle et tous les personnages subissent des horreurs qu'on ne peut imaginer. Mais malgré ces débauches de violences, on y voit aussi une bonne reprise d'une part de notre histoire : celle ou la guerre contre les Ottomans avaient pris son ampleur après qu'ils aient envahit Constantinople.
    Loups-garous, magiciens, lutin peuplent ce roman. Tout comme les histoires d'amours.
    En bref, un bon roman certes pas extraordinaire mais à voir pour la suite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Munin, le 07 septembre 2011

    Munin
    Tiens ! Une pseudo-Europe, avec ses guerres de religion, mise en scène dans un cycle mal traduit : un coup je te traduis les noms propres, un coup non, et vas-y que je t'invente des expressions en faisant des barbarismes... ("le reflet de la mer se gondolait dans ses orbites" ou un truc du style...) le côté "gritty" est exagéré (le vieux loup de mer encule les mousses, le soldat vaincu piétine dans sa fuite des cadavres d'enfants, le pseudo-pape se fait violer par un loup-garou en forme Crinos, ça se torture, s'éviscère et s'empale à tout va), mais cette violence est tellement mal utilisée qu'elle n'est ni crédible, ni choquante. Les personnages, à peu près inintéressants, sont, dans la soif de l'auteur de n'en faire ni des gentils, ni des méchants, totalement transparents. Si on ajoute à cela que, dans la grande tradition des livres "choraux" qui fleurissent en ce moment, aucune description autre que les adjectifs utilisés dans le cours du récit n'est proposée pour les personnages, on obtient les aventures inintéressantes de personnages fades dans un monde sans charme. Ah ! Et n'oublions un récit basé sur le développement de deux intrigues parallèles (le choc des civilisations et la découverte d'un nouveau continent), entre lesquelles l'auteur n'arrive pas à garder l'équilibre, et on obtient une belle perle de la fantasy. Seule originalité du style : l'utilisation abondante de termes techniques maritimes ou militaires, donnant un vernis de crédibilité aux scènes décrites. Il parait que l'auteur a été lâché par l'éditeur au moment de publier son second cycle. Quelle perte pour la littérature. Finalement, la seule chose intriguante, c'est la raison pour laquelle Robert Silverberg a écrit : "Une voie nouvelle dans la fantasy, audacieuse et puissante."... Robert !!! Que t'ont-ils fait ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par frankgth, le 07 décembre 2011

    frankgth
    Un siège, une déroute, une ultime résistance, la Torunnie est sous la menace de l'invasion des Medruks du sultanat d'Ostrabar. Et les autres royaumes des monarchies divines, divisés notamment à cause de luttes de pouvoir au sommet de l'église ne semble pas s'en préoccuper sérieusement. A l'autre extrémité du continent, alors que commence une purge digne de l'inquisition, quelques personnes choisies vont tenter une traversée à la recherche du mythique continent de l'ouest pour éviter une mort certaine.
    Pas mal d'action, de bruit et de batailles dans ce premier épisode, le tout agrémenté d'une pointe de magie, mais on sent bien qu'il reste beaucoup d'inconnues dans ce monde où un équilibre fragile est sur le point d'être rompu.
    Espérons que la suite, Les Monarchies divines, Tome 2 : Les Rois hérétiques, confirme cette première très bonne impression.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Aslak, le 12 janvier 2012

    Aslak
    Univers sombre, inspiré de plusieurs époques de notre réalité (inquisition, croisades...) avec une petite place pour la magie.
    Les Monarchies divines raviront tous les amateurs d'une fantasy sombre et ténébreuse.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Guitou, le 13 mai 2011

    Guitou
    Un excellent souvenir avec des personnages intéressants et une écriture captivante. J'avais l'impression de lire autre chose que de la fantasy "classique". Un bon souffle d'air frais !

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Slava, le 12 avril 2014

    Murad n'avait jamais manqué de la compagnie du sexe opposé. Il dégageait une espèce de magnétisme qui attirait les femmes comme la flamme d'une bougie attire les papillons de nuit, jusqu'à ce que, brûlés, ils repartent mal en point. Bon nombre de leurs époux, pères et frères scandalisés avaient défié Murad de se battre en duel. Aucun n'avait survécu.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Slava, le 07 août 2013

    La cathédrale de Carcasson, la plus belle au monde, se dressait, forte et obscure parmi les flammes, sentinelles solitaires encornée de flèches épaissie de dômes.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,50 € (neuf)
2,95 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Monarchies divines, tome 1 : Le voyage d'Hawkwood par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (59)

> voir plus

Quiz