AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marina Boraso (Traducteur)
ISBN : 222617592X
Éditeur : Albin Michel (25/01/2007)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Monumental et captivant, un essai révolutionnaire qui bouleverse notre vision historique et culturelle des Amériques avant Christophe Colomb. Synthèse des découvertes les plus récentes, fruit du travail colossal d'archéologues, d'anthropologues, de scientifiques et d'historiens, le livre de Charles C. Mann nous montre pour première fois le vrai visage des mondes précolombiens. Une mosaïque de peuples, de langues, de cultures, d'empires, de cités puissantes, souvent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
12 avril 2017
Avec "1493" qui lui fait écho, le livre d'histoire économique, écologique, agricole, biologique et humaine "1491" propose une vision globale des Amériques avant leur découverte par les Européens. L'auteur fait face à des problèmes complexes de méthode, plus difficiles qu'avec 1493, car il doit nous donner l'idée de sociétés anciennes dont presque aucune (Méso-Américains et Incas exceptés) ne disposait de l'écriture, et il lui faut s'appuyer presque uniquement sur l'archéologie. Cette science dévoile des faits matériels, mais ensuite, il faut les interpréter et dans le cas des Amériques, les problèmes d'interprétation sont immenses. Certains, par le passé, justifiant la colonisation, ont prétendu que le continent était presque vide d'habitants et laissé à la seule nature sauvage. Cette thèse aujourd'hui battue en brèche par les auteurs que Mann utilise, revient aujourd'hui à la mode sous la forme d'une certaine mythologie écologiste, paternaliste, qui ignore, ou choisit d'ignorer, ce que l'archéologie (et quelques autres sciences) démontrent. D'autres se sont violemment affrontés sur la question de la date du peuplement des Amériques et sur la naissance locale du Néolithique : il vaut mieux se voir comme le conquérant d'un continent vierge ou presque, peuplé de primitifs à peine sortis de l'âge de pierre, que comme le destructeur d'un ordre écologique et humain sagement bâti. Ce sera donc une des originalités du livre : non seulement il a les qualités de "1493", dans la variété, l'intelligence des descriptions et des analyses, et l'aisance du style (malgré les trop nombreuses facilités journalistiques), mais il nous introduit dans les débats scientifiques et idéologiques qui agitent les savants américains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Walktapus
01 janvier 2010
L'auteur est journaliste. Un touche à tout avec un grand intérêt sur le sujet et le détachement nécessaire pour une approche interdisciplinaire. Il aborde divers sujets, dans un ordre souvent difficile à suivre. Sur toutes ces choses il expose l'évolution des idées, les conceptions actuelles, les hypothèses et les désaccords. Quand il prend parti il le dit clairement. le livre n'est ni un livre partisan pro indien ni un livre partisan pro écologiste (qu'il adore démonter).
C'est construit comme une sorte de promenade un peu désordonnée, tantôt exposant l'histoire de peuples, tantôt celle de conceptions et de découvertes archéologiques, passant des Andes au Mississipi avant de revenir au Mexique et d'aller en Bolivie. C'est un livre révolutionnaire, mais sans révélation sensationnelle. C'est juste l'exposition de découvertes récentes et moins récentes, multi disciplinaire (je l'ai déjà dit), et tout ça ensemble brosse un tableau qui donne de gros coups de pieds dans nos idées.
L'idée forte qui se dégage du livre – mais ça parle de bien plus que ça - c'est celle d'un continent beaucoup plus peuplé qu'on ne se l'imagine, très riche et très divers, avec des gens transformant leur milieu, loin de l'image d'un continent à l'état de nature. Les épidémies ravageront le continent, souvent même avant même que n'apparaisse le premier Européen. le continent sauvage ouvert à l'exploration est un accident de l'histoire, et des certitudes, comme celle de la virginité de la forêt vierge s'écroulent soudain.
Les sujets abordés sont très divers, en vrac, des problèmes écologiques aux querelles d'universitaires bornés, de l'origine du maïs à l'invention du zéro, du développement des Mexicas aux troupeaux de bisons, du déclin des Mayas à la constitution américaine, de l'écriture à noeuds des Incas à Thanksgiving, etc., etc.
C'est un ouvrage très accessible aussi, et c'est aussi passionnant qu'un roman. Bref, j'ai aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
picaflor
11 juillet 2012
Plutôt que d'ajouter inutilement des lignes à ce qui a déjà été (bien) dit, je me contenterai de dire à propos de ce livre que je partage totalement notation et critique postées par Walktapus à son sujet le 1er janvier 2010.
Commenter  J’apprécie          10
Lady_K
04 janvier 2011
Il est bien rare que j'abandonne une lecture. Mais là, je ne pouvais vraiment pas faire autrement. le sujet est très intéressant, l'auteur révèle pleins d'informations, fruits de ses recherches. Mais ce n'est pas écrit d'une manière agréable. Je n'étais absolument pas motivée pour rouvrir le livre. Je préférais mille fois faire autre chose que lire ! C'est dommage ! J'avais l'impression d'être au supplice, j'ai donc préféré arrêter et lire autre chose !
Pour ceux que ça intéresse, il faut être vraiment motivé, et très intéressé par le sujet. On y apprend notamment que l'on a transformé la réalité. le nombre officiel d'Indiens d'Amérique à l'arrivée de Christophe Colomb aurait été volontairement sous évalué, les indiens n'était pas à la merci de la nature comme on essaye de nous le faire croire, mais « dominaient » la nature … etc.
En conclusion, il y a des révélations intéressantes, mais il faut s'accrocher pour arriver à la fin du bouquin. Ce que moi je n'ai pas réussi à faire. J'ai bien trop d'autres livres intéressants à lire dans ma PAL ! =P
Lien : http://antredeslivres.hautet..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Corto333
04 février 2016
Lu en anglais, certaines subtilités peuvent m'échapper mais l'essentiel est là : ce livre se lit comme un roman.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur12 avril 2017
Dans l'Amérique pré-colombienne, les Indiens constituaient une espèce clé pour la quasi totalité de l'hémisphère. Les indigènes géraient en effet leur environnement depuis des millénaires : brûlage annuel des broussailles, défrichage et reboisement des forêts, construction de canaux et de champs surélevés, chasse au bison et pêche au saumon, récolte du maïs, du manioc et des autres plantes formant le Complexe Agricole de l'Est ...
Après 1492, l'espace américain se vida de ses occupants - l'historien Francis Jennings parle à ce propos de paysages "endeuillés". Le brutal dérèglement écologique eut l'effet d'un tremblement de terre sur une tasse de thé. A côté des espèces invasives, telles la chicorée ou le rat, les populations locales, libérées du contrôle des Indiens, se déchaînèrent avec une égale vigueur. Le paysage que les premiers colons prenaient pour une forêt primaire et immuable était en fait la proie de violents chamboulements et d'un effondrement démographique.

p. 357
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur12 avril 2017
La technologie européenne éblouit peut-être les Indiens de prime abord, mais le rapport de forces entre les deux parties était moins déséquilibré qu'il n'y paraît. Des recherches récentes tendent à prouver que les indigènes de Nouvelle-Angleterre n'étaient pas technologiquement inférieurs aux Britanniques, ou, plus précisément, que les termes de supériorité ou d'infériorité sont impropres à qualifier la relation entre les deux technologies.

p. 75
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur12 avril 2017
(Amazonie). Certains scientifiques ont conclu depuis à une sous-évaluation. "Je suis persuadé, me disent Clement, que l'ensemble de la forêt a été façonné par l'homme." C'est également l'avis d'Erickson, l'archéologue de l'université de Pennsylvanie qui m'a déclaré lors de notre voyage en Bolivie que les forêts tropicales des basses terres d'Amérique du Sud comptaient parmi les plus belles oeuvres d'art de l'humanité. "Plusieurs de mes confrères me jugeraient bien catégorique", a-t-il néanmoins reconnu. Au dire de Peter Stahl, anthropologue à l'université de New York, une foule de chercheurs pensent que ce que "la mythologie écologiste se plaît à considérer comme un univers primitif, pur et intouché, est en réalité le résultat plurimillénaire d'une gestion humaine." D'après Erickson, la notion d'"environnement construit" s'applique à la plupart des paysages néotropicaux, sinon à tous.

p. 347
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
StemilouStemilou17 janvier 2015
A en juger par le contenu de Nomads of the Longbow, Holmberg ignorait tout de cette culture antérieure - celle à qui l'on doit les chaussées, les tertres et les bordigues. Il ne s'aperçut pas que les Sirionós évoluaient dans un paysage que d'autres avaient modelé. Avant Holmberg, une poignée d'observateurs européens s'étaient interrogés sur la présence des ouvrages en terre, même si certains hésitaient à attribuer une origine humaine aux chaussées et aux îlots boisés. Cela dit, ils n'attirèrent massivement l'attention des chercheurs qu'en 1961, avec la venue en Bolivie de William Denevan. Préparant un doctorat, il avait entendu parler des singularités du paysage de la région lors d'un séjour au Pérou en tant que journaliste stagiaire, et s'était dit qu'il pourrait en tirer un sujet de thèse intéressant. A son arrivée, les géologues envoyés par les compagnies pétrolières, seuls scientifiques présents dans la région, lui apprirent que le Beni regorgeait probablement de vestiges d'une civilisation inconnue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dans la catégorie : Histoire--->1806Voir plus
>Histoire de l'Amérique du sud>Histoire générale de l'Amérique du Sud>Histoire--->1806 (11)
autres livres classés : civilisation pré-colombienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle






Quiz Voir plus

Uchronies

Dans quel conflit les dragons du cycle « Téméraire » de N. Novik constituent-ils un corps d'armée officiel?

La guerre d'indépendance américaine
Les guerres napoléoniennes
La première guerre mondiale
La seconde guerre mondiale

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , histoire , uchronieCréer un quiz sur ce livre