Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070448630
Éditeur : Gallimard (2013)


Note moyenne : 4.02/5 (sur 87 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont avides de pouvoir et décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspi... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (29)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par boudicca, le 12 avril 2012

    boudicca
    On retrouve notre groupe de choc là où on l'avait quitté à la fin du premier tome. La menace des dragons et de leur société secrète la Griffe noire pèse plus que jamais sur la France alors qu'un nouveau complot est ourdi contre la reine. L'intrigue repart sur les chapeaux de roue avec, pour pimenter un peu l'histoire, l'arrivée d'une mystérieuse espionne italienne qui va en faire voire de toute les couleurs à nos Lames. Pierre Pevel nous plonge à nouveau avec talent dans ce Paris du XVIIe siècle en multipliant les petites anecdotes amusantes ou instructives à propos de tel pont, telle rue, telle maison... Les personnages demeurent toujours aussi attachants et c'est un vrai plaisir de tous les retrouver. Un second tome qui tient toutes ses promesses et qui promet un très beau final.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Davalian, le 10 février 2013

    Davalian
    Après un premier tome marqué par une bonne dose de légèreté, partie intégrante de l'hommage rendu au genre du roman de cape et d'épée, Pierre Pevel réussit ici l'exploit de se renouveler tout en ne changeant rien à l'essentiel.
    Par certains côtés, L'Alchimiste des Ombres ressemble à Vingt ans après. Les Lames vont devoir entamer une curieuse passe d'arme qui va profondément les marquer et entraîner des évolutions personnelles plutôt intéressantes. Les intrigues (qu'elles se situent au niveau de la Griffe Noire, du sommet de l'État, ou des gardes de son Éminence) n'épargneront personne. Les personnages sont toujours aussi sympathiques : si certains sont en proie aux doutes, d'autres dévoilent une complexité insoupçonné. C'en est une torture de les perdre de vue ne serait-ce que pendant une petite. En parlant d'alchimie celle-ci est réussite ! Certaines connaissances sont temporairement mises de côtés... pour mieux mettre un valeur de nouveaux arrivants ô combien envoûtants (L'Italienne et la Duchesse de Chevreuse en tête d'affiche, dans un registre rarement exploité).
    Certaines révélations seront faites (La Rochelle) et exploitées avec brio. Avec un plaisir et un talent certain, l'écrivain lorrain parvient à dérouter son lecteur. Jusqu'à la fin, il est impossible de prévoir qui est vraiment un ennemi et qui ne l'est pas vraiment (ou à peine). Les derniers chapitres, bien loin de se contenter de mettre un point final à l'intrigue, lancent un tome 3 qui promet d'être explosif... et qui débutera dans la tourmente !
    Ce tome 2 est une confirmation : Les Lames du Cardinal est une référence à lire d'urgence. Pour les adeptes de Dumas, attention : vous allez vous précipitez dans une nouvelle relecture de la trilogie classique d'ici peu !

    Lien : http://kriticon.over-blog.com/article-l-alchimiste-des-ombres-pierre..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par basileusa, le 13 novembre 2013

    basileusa
    Second tome des aventures des Lames du Cardinal Richelieu ,tout aussi merveilleux que le premier ,voir plus encore.
    La joyeuse bande se retrouve pour une nouvelle mission ,il semble qu'un complot se prépare contre Louis XIII ! Et une fois de plus ,ils vont rassembler leurs talents et leur intelligence pour déjouer ce complot.
    Quel plaisir de retrouver chacun d'entre-eux ,une petite note spéciale pour Marciac ,qui en plus est vraiment marrant.
    Ce tome se termine cependant sur un cliffhanger qui ne présage rien de bon pour les Lames !! du coup il me faut la suite et attendre la sortie poche risque d'être un supplice. Faut que j'arrête de lire des livres sans avoir la suite à porter de mains ....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par tassedeculture, le 23 juin 2014

    tassedeculture
    Le mois dernier, je découvrais le premier tome des Lames du Cardinal et la plume de Pierre Pevel. Séduite par les deux, je voulais absolument découvrir la suite de cette trilogie.
    L'Alchimiste des Ombres débute un mois après les événements du premier opus de la série. Alessandra di Santi, surnommé l'Italienne, une espionne aussi belle que dangereuse, prévient Richelieu d'un complot contre la couronne. Elle refuse cependant d'en livrer les détails tant que le Cardinal ne l'assure pas de sa protection. C'est donc La Fargue et ses hommes qui sont chargés d'enquêter, aussi discrètement que possible. Très vite, ils comprennent qu'au centre du complot se trouve l'Alchimiste des Ombres, le dragon responsable de leur dissolution cinq ans plus tôt…
    Au début de ma lecture, j'ai eu du mal à situer certains personnages par rapport au tome précédent. Je ne me souvenais plus, notamment, du rôle d'Arnaud de Laincourt. Toutefois, très rapidement, j'ai pu me rappeler de son rôle dans l'intrigue et suivre pleinement ses nouvelles aventures.
    Ce que j'ai aimé retrouvé dans ce tome, c'est qu'on a toujours des doutes sur les personnages. On n'est jamais complètement sûr (à quelques exceptions près) de savoir de quels côtés ils sont.
    J'ai apprécié l'évolution des personnages principaux dans ce tome. On découvre un peu plus La Fargue et ses Lames. J'ai aimé découvrir un peu plus le passé d'Agnès de Vaudreuil, seule femme de l'équipe, qui a manqué de devenir une soeur châtelaine, c'est-à-dire, une religieuse capable de faire face aux dragons et chargée de protéger le royaume de France de leur menace.
    J'ai d'ailleurs trouvé qu'il y avait un peu plus d'aspects imaginaires dans ce deuxième tome que dans le premier. Bien entendu, on retrouve les dragonnets, les vyvernes, les dracs et les dragons. On découvre aussi de nouvelles créatures comme les syles (sorte de grosses salamandres guère sympathiques) mais également plus de magie avec la présence des soeurs châtelaines et des maîtres de magie.
    L'aspect historique est quand même toujours bien présent avec de très beaux combats à l'épée, la description de la vie quotidienne des parisiens, nantis ou pauvres, de l'époque. On sent que l'auteur s'est bien renseigné sur l'époque et c'est un plaisir de le suivre dans les rues nauséabondes de l'été 1633.
    Pour finir, je tiens à souligner cette fois encore, à quel point j'apprécie la plume de Pierre Pevel. C'est un plaisir de lire ses mots. Son vocabulaire est riche, ses descriptions sont à la fois détaillées, précises et concises. Quand, j'ai lu la première phrase, je me suis dit que ça faisait du bien de lire un roman aussi bien écrit.
    En bref, j'ai trouvé que L'alchimiste des ombres était un très bon deuxième tome. L'histoire est rythmée, les intrigues intéressantes et la fin pleine de suspens. Il me tarde de lire le dernier tome de cette trilogie, le dragon des arcanes (tout un programme), le mois prochain !

    Lien : http://tassedeculture.wordpress.com/2014/06/23/les-lames-du-cardinal..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Walktapus, le 13 juin 2012

    Walktapus
    Ce deuxième tome transforme l'essai du premier. C'est du roman d'aventure de haute volée. Il y est toujours question de la griffe noire, et d'un complot, habilement mêlé à des faits historiques. L'auteur en profite pour développer l'univers, tant historique que parallèle (les dragons et la magie).
    Côté Lames, certains personnages sont beaucoup plus attachants (Leprat) ou intrigants (Saint-Lucq) que d'autres. Almadès par exemple, est tellement transparent que j'espère que l'auteur projette de le développer dans un prochain tome. Car on sent qu'il en a encore beaucoup sous le capot, tant sur les personnages et leur passé, que sur l'univers (en particulier tout ce qui est draconique) et que la série pourrait durer assez longtemps. Ce tome 2 se termine d'ailleurs sur un cliffhanger monstrueux.
    Il y a un léger début de répétitions qui agacent un peu. Ah la fameuse mèche rebelle d'Agnès ! Et puis ces itinéraires rue après rue, de grâce ! A noter une apparition fugace de d'Artagnan.
    Je vais donc acheter le tome 3. Belle réussite de Bragelonne, soit dit en passant. le tome 1 acheté pour voir 1 euro lors de la promo du 1er avril 2012 (en ebook) qui m'a bien hameçonné sur toute la série.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Walktapus, le 12 juin 2012

    La maison civile du Cardinal rassemblait tous ceux qui n'étaient pas des gens de guerre. Outre la multitude de domestiques et autres garçons de cuisine ou d'écurie, outre nombre de petits employés aussi nécessaires qu'anonymes elle comptait : un maître de chambre et grand aumônier remplissant les fonctions d'intendant général, à qui revenait donc de tenir les cordons de la bourse ; un confesseur ; trois aumôniers ; des secrétaires ; des écuyers et gentilshommes servants, tous bien nés, les premiers ayant le soin des chevaux et des équipages du Cardinal, les seconds l'accompagnant et s'acquittant de missions de confiance ; cinq valets de chambre qui commandaient aux laquais en livrée ; un maître d'hôtel qui régnait sur le personnel ordinaire et traitait avec les fournisseurs ; un argentier ; trois chefs, assistés de cuisiniers ; quatre sommeliers ; un panetier ; deux cochers et quatre postillons ; un muletier ; des portefaix.
    Auxquels s'ajoutaient un médecin, un apothicaire, deux chirurgiens.
    Et un maître de magie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Deuzenn, le 05 avril 2012

    Juin 1633

    C'est l'heure fragile d'avant l'aube, celles des derniers calmes et des nouvelles brumes, quand le matin n'est qu'une promesse blafarde à la lisière de la nuit. Aux confins de l'Alsace et de la Lorraine, à l'entour d'un manoir solitaire, un voile de rosée recouvre déjà la campagne. Et cependant que de longs nuages déchirés paressent dans un ciel piqueté d'étoiles pâlissantes, un grand silence règne.
    Depuis l'orée d'un bois, un élégant gentilhomme observe le manoir et les quelques lueurs qui le hantent. Ombre parmi les ombres sous les ramures, il se tient bien droit, les jambes légèrement écartées, un pouce passé dans la boucle du ceinturon et une main en conque sur le pommeau de l'épée. Grand, bel homme, jeune encore, il se nomme François Reynault d'Ombreuse.
    Aujourd'hui, selon toute vraisemblance, il aura tué un dragon ou un dragon l'aura tué.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Davalian, le 10 février 2013

    - Les intrigues. Les cavalcades. Et même les coups d'épée... Tu as toujours aimé cela, Marie-Agnès...
    - Et les garçons. Vous oubliez les garçons, ma mère.
    La mère supérieure gloussa.
    _ Oui. les garçons... Sais-tu que le lierre du mur nord est encore appelé le "lierre d'Agnès", par certaines anciennes ?
    - Je ne l'ai pas pourtant pas grimpé si souvent...
    - Disons plutôt que tu n'as pas été attrapée chaque fois...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par TeaSpoon, le 20 mars 2013

    - Je trouve cette Italienne bien capricieuse. Et je dis qu'il suffirait sans doute d'une bonne fessée pour la ramener à la raison. Le Cardinal ne la ménage que trop, si vous voulez mon avis.
    Les autres s'entre-regardèrent en trouvant un certain bon sens aux paroles du vieux soldat. Marciac, cependant, fut le seul à réellement imaginer la fessée.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par TeaSpoon, le 17 mars 2013

    Comme hypnotisé, le jeune drac ne pouvait plus quitter Saint-Lucq des yeux. Tout bouillonnait en lui. Ses deux congénères qui l'encadraient perçurent son trouble. Ils n'en comprirent pas la cause mais commencèrent à s'agiter.
    Alors le sang-mêlé porta le coup de grâce: un discret clin d'oeil et un baiser esquissé.
    Le jeune drac poussa un cri de rage et se rue soudain à l'assaut.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (12)

Videos de Pierre Pevel

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pevel


Pierre Pevel chez les deblogueurs juin 2013
Pierre Pevel était à Saint Maur en poche en 2013. Il est passé chez les deblogueurs pour nous parler de ses romans fantastiques et historiques et de son poch...








Sur Amazon
à partir de :
7,13 € (neuf)

   

Faire découvrir Les Lames du Cardinal, Tome 2 : L'Alchimiste des Ombres par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (149)

> voir plus

Quiz