Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Frédéric Weinmann (Traducteur)

ISBN : 2264051574
Éditeur : 10-18 (2010)


Note moyenne : 3/5 (sur 5 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

La visite de l'empereur François-Joseph et de son épouse Elisabeth est attendue dans la Cité des Doges, sous domination autrichienne.

Dans le plus grand secret, afin de faire fléchir le Parlement qui compte réduire les dépenses militaires, Françoi... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par umezzu, le 05 mai 2015

    umezzu
    Cette série policière, qui fait revivre les années 1860, est rendue délicieuse par le charme de Venise en cette fin d'occupation autrichienne et par la truculence des personnages. le commissaire Tron se passionne plus pour la poésie et les desserts servi chez son amante de princesse que pour ses enquêtes qu'il mène malgré tout à terme. En bonne partie du fait de son adjoint Bossi, toujours au fait des avancées de la science en cette fin de dix neuvième siècle. Cet opus y ajoute quelques beaux portraits, comme celui du comte Königsegg, joueur invétéré, grand buveur et qui se découvre une passion pour les chiens de combat.
    L'intrigue est finalement secondaire. Elle tourne autour d'une pseudo tentative d'assassinat de l'Empereur François-Joseph Ier pendant une visite qu'il a mené à Venise avec son épouse, la célèbre Sissi. Qui mène la danse dans ce complot, où on découvre tour à tour de vrais – faux patriotes italiens, une hiérarchie militaire autrichienne dépassée et un Empereur qui se pâme pour un rien ?
    Le tueur choisi parviendra t-il à avoir François-Joseph dans son viseur... ? Finalement cela n'a pas grande importance...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Bigmammy, le 28 août 2011

    Bigmammy
    Me voici entichée d'un nouveau héros récurrent : le commissaire Alvise Tron, comte vénitien, responsable de la police de la cité des Doges, fiancé avec une princesse femme d'affaires, terriblement gourmand de desserts et très élégant...Vous l'aurez compris, on trouve dans cette description quelques clins d'oeil à l'oeuvre de Donna Leon et au Commissaire Brunetti, ce qui n'est pas pour me déplaire...
    Mais si l'on retrouve avec plaisir l'atmosphère brumeuse de Venise, on est en revanche transporté dans une autre époque. Dans ce roman, nous sommes en 1867 : un peu après la défaite autrichienne de Sadowa, et avant la fin tragique de Maximilien, frère de François-Joseph, au Mexique. François-Joseph et son épouse Elizabeth viennent en visite officielle en Vénétie. Et l'Empereur a une idée machiavélique pour regagner un peu de popularité : il demande à ses sbires de lui organiser un attentat-bidon. Toute ressemblance avec un homme d'Etat en manque de notoriété serait totalement déplacée...)
    Sauf que rien, comme à l'accoutumée, ne se passera vraiment comme prévu, car le Commissaire Tron, secondé par son inspecteur Bossi, un fondu de romans d'aventures, veille et procède à des déductions très pertinentes.
    Qui trompe qui ? Comment l'armée autrichienne et ses services secrets se défient de la police locale, comment les mouvements favorables au rattachement de la Vénétie au royaume de Piémont se marchent sur les pieds, qui trompe qui ...Ainsi que le dit la fiancée du Commissaire, de retour du bal donné par le couple impérial :
    "Sans malentendus, le chaos serait encore pire."
    L'auteur, Nicolas Remin, est un allemand de ma génération (né en 1948). La traduction est fluide et pleine d'humour, il y a de la castagne, des situations et des personnages amusants et inquiétants. L'étude psychologique intéressante. Me voilà partie pour lire les trois précédents livres du même auteur pour retrouver mon nouveau héros...en attendant l'adaptation pour le petit écran car le décor se prête bien à une série TV. Un peu chère, cependant pour les costumes...et difficile de ne pas se représenter Sissi sous d'autres traits que ceux de Romy Schneider...


    Lien : http://www.bigmammy.fr
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

  • Par Fantine, le 06 septembre 2010

    Fantine
    A peine acheter que je n'ai pas resister à l'envie de découvrir la nouvelle enquête du Commissaire Tron.
    Chose que j'ai faite avec déléctation !!!!
    C'est tellement passionnant que j'ai lu ce polar pratiquement en 2 après midis.
    Comme dans les trois précédents romans, la recherche historique menée par l'auteur est précise, fouillée, détaillée. On sent qu'il sait de quoi il parle.
    Pourquoi suis-je autant emballée par cette série policière historique ? le mieux est de la commencer sans tarder par n'importe quel titre afin de se faire une petite idée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par rkhettaoui, le 21 février 2015

    Dans ses habits moulants – une courte tunique et un pantalon en cachemire d’une extrême finesse –, on aurait presque dit qu’elle était nue. Elle constata avec satisfaction que son corps restait sans défaut : elle avait le ventre plat, des jambes et des bras à la musculature élégante et une taille incomparable.
    Sissi n’était pas sans savoir que l’empereur avait un faible pour les femmes de chambre bien en chair ; parfois, elle se demandait si sa pratique obsessionnelle de la gymnastique ne visait pas à contenir les tentatives d’approche de son mari dans les limites du raisonnable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 21 février 2015

    Bien entendu, une foule immense les attendrait sur le quai car la presse avait annoncé de manière circonstanciée le voyage de l’empereur à Venise. Mon Dieu, pensa Sissi, comme elle haïssait cette curiosité malsaine ! Surtout quand les gens avaient le toupet de les dévisager à l’aide de jumelles et de lorgnettes.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 21 février 2015

    — À quoi joue-t-on dans ce casino ?
    — On parie. C’est une sorte de course de chiens pour laquelle il faut beaucoup de place. Cela étant, les courses ne sont pas publiques. Les parieurs préfèrent rester entre eux. D’autant que les autorités n’aiment pas trop ce genre de compétition.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 21 février 2015

    On pourrait interpréter l’introduction de nouvelles taxes douanières comme un affront envers la Vénétie. Cette affaire ne représente pas seulement un enjeu économique, mais aussi politique.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 21 février 2015

    Tomber sur le bon époux. Ou rester célibataire. Quoi qu’il en soit, elle nous admire de vivre ensemble sans être mariés. Elle nous a comparés à Chopin et George Sand.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,50 € (neuf)
3,09 € (occasion)

   

Faire découvrir Les masques de Saint-Marc par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz