AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Balzac et la petite tailleuse chinoise (160)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Errant
29 mars 2017
★★★★★
★★★★★
Petite lecture sympathique avec comme toile de fond la Révolution Culturelle et ses fous projets de « rééducation » . On y suit deux jeunes adultes envoyés dans un village de paysans qui devront s'adapter à leur nouvelle vie. le livre s'attache à leur évolution plutôt qu'à une critique acerbe de la Révolution culturelle, qu'on déduit facilement de toute façon. Il s'agit d'une histoire d'amour mais aussi du pouvoir des livres, objets sacrés dans un monde où ils sont bannis. Les personnages sont attachants, les différentes composantes bien équilibrés, le rythme soutenu et une sérénité certaine flotte au-dessus de toutes les épreuves rencontrées. C'est relativement léger et définitivement plaisant.
Commenter  J’apprécie          140
Chookie
05 février 2017
★★★★★
★★★★★
Dans la Chine communiste du début des années 1970, deux jeunes garçons de 17 et 18 ans, le narrateur et Luo, sont envoyés dans les montagnes pour être rééduqués par des paysans pauvres. Durant cette période de « révolution culturelle », les enfants des intellectuels qualifiés d'« ennemis du peuple ». C'est ainsi que le narrateur et Luo arrivent dans la montagne du Phoenix du ciel. Ils ont alors « trois chances sur mille » de rentrer un jour chez eux et effectuent un travail forcené dans les mines et les champs. Jusqu'au jour où ils découvrent chez le Binoclard, un autre rééduqué, une valise contenant des oeuvres de grands écrivains occidentaux tels Balzac, Hugo, Stendhal, … Luo entreprend alors d'instruire la Petite tailleuse chinoise, la plus belle des jeunes filles de la montagne, en lui faisant la lecture de l’œuvre de Balzac.
Il s'agit à la fois d'un beau roman initiatique, où deux adolescents découvrent, en même temps, l'amour et la littérature européenne, et d'un roman instructif où j'ai découvert avec effarement l'absurdité des lois qui avaient cours en Chine sous Mao Zedong. Avec une plume simple, Dai Sijie fait preuve, comme ses deux personnages, d’un talent de conteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AnGeeErsatz
05 février 2017
Balzac et la petite tailleuse chinoise est un roman très bien écrit, assez court et qui se lit bien. Il s'agit du premier roman de Dai Sijie, connu également pour son travail en tant que cinéaste. le roman a également été adapté au cinéma, une adaptation que je n'ai pas encore eu l'occasion de voir.

Ce roman est un hommage à la littérature et aux pouvoirs de la lecture, qui n'est pas un passe-temps mais représentée ici comme un acte controversé, presque rebelle, mais aussi comme un moyen de changer pleinement sa vie. Un très beau message.

Lien : http://livroscope.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          40
frconstant
02 février 2017
★★★★★
★★★★★
Balzac et la Petite Tailleuse chinoise" (ED.: Folio, n° 3565) de Dai SIJIE est un livre qui m'a fait du bien!

Étudiant, fin des études secondaires dans le début des années 70, j'ai lu, sous l'impulsion de mon professeur de français, le "petit livre rouge" de Mao! Une découverte pour "l'aduslescent" que j'étais, sans le savoir (le mot n'existait pas encore!). Quelles libertés s'offraient au peuple! Quel souffle puissant sur la poussiéreuse bourgeoisie que je croyais être au pouvoir de mon petit monde intellectuel belge!... Quelques 45 ans plus tard, ouvrir un livre, m'ouvrir à la réalité des camps de rééducation des intellectuels sous la période de Mao m'a fait du bien!

On entre dans ce premier roman de Dai SIJIE, auteur français d'origine chinoise, avec une soif de goûter à cette poésie de l'écriture tout autant qu'avec celle d'apprendre les conditions de cette 'révolution culturelle maoïste" qui a été magnifiée alors qu'elle a généré des milliers et des milliers de victimes! Sous MAO, être cultivé ou apparenté à une famille cultivée était une tare à 'rééduquer' de force, sans complaisance, sans pitié et avec la complaisance de 'serviteurs du peuple' recrutés de manière populiste comme c'est encore, malheureusement, si souvent le cas un peu partout dans notre monde !. La condamnation de tout passé culturel, de tout savoir et de toute maîtrise intellectuelle, engendrant des camps, dits de rééducation, dans les campagnes et montagnes chinoises est une horreur humanitaire et une négation de l'Histoire et de le Culture aussi injuste et inacceptable que les destructions actuelles des cités patrimoines de l'humanité par les djihadiste de l'état islamique...
Et, dans ce cruel récit, historiquement inspiré par la triste réalité, Dai SIJIE nous entraîne dans une histoire de deux jeunes adolescents qui, l'amour naissant, dépassent leur condition infrahumaine de rééduqués pour se donner la mission de transformer la petite tailleuse chinoise à coup de pages De Balzac! Quel beau programme! Quel beau combat que celui de faire exister le livre là où il est proscrit! Quel magnifique combat que celui d'une pensée qui peut se montrer plus forte que les humiliations que la vie impose!

Plusieurs lecteurs semblent avoir regretté la fin du livre. Reprochant à l'auteur de changer de point de vue. Ils regrettent que ce soit la petite tailleuse, personnage somme toute, a priori secondaire, et non les adolescent qui aient le dernier mot! Et si, justement, c'était là un des messages que veut nous faire passer Dai SIJIE? Quand vous libérez, par l'éducation, une personne, elle ne vous est redevable d'aucune servilité. Vous l'avez libérée pour qu'elle puisse être elle-même et non le rêve qui vous habitait... Parents, éducateurs, enseignants,... nous pouvons tous méditer sur ce cadeau qu'il nous est donné de faire à ceux que nous prenons en charge. Les avoir au coeur, les accompagner pour un bout de chemin ... et leur permettre de devenir eux-mêmes!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Cissi
01 février 2017
★★★★★
★★★★★
Il est important de connaître le contexte politique de la Chine à la fin des années soixante pour comprendre le roman.
L'auteur nous rappelle d'ailleurs ce contexte au début du livre :
En 1966, Mao Zedong, le président Chinois communiste a imposé à son peuple une Grande Révolution Culturelle Prolétarienne (populaire) qui a duré dix ans => Toute personne appartenant à l'élite intellectuelle ou à la bourgeoisie était considérée comme ennemi du peuple. Elle était alors torturée, devait faire quotidiennement son auto critique en public et était, soit emprisonnée, soit envoyée en camp de rééducation à la campagne.
L'auteur nous explique : « Les universités furent fermées et les jeunes intellectuels, c'est-à-dire les lycéens qui avaient fini leurs études secondaires, furent envoyés à la campagne pour être rééduqués par les paysans pauvres. »
Dans ces camps, tout le monde était logé à la même enseigne, les jeunes gens des villes devaient vivre au contact de la dure réalité en effectuant de pénibles travaux manuels et agricoles. Plus personne n'avait de liberté individuelle, le seul livre autorisé était le fameux « Petit Livre Rouge » de Mao où était développé sa doctrine, et chacun devait vénérer le portrait du président chinois.

Luo et le narrateur sont envoyés en rééducation dans la Montagne du Phénix du Ciel, au centre-est de la Chine... Les paysages sont sauvages. Au bord d'un lac, dans une minuscule vallée perdue, ils vont devoir vivre dans un minuscule village au milieu de paysans rustres, méfiants et illettrés, à l'image de leur chef.
Le roman commence par la scène de l'arrivée des jeunes gens. Les villageois regardent d'un air méfiant le violon du narrateur. Ils décident de détruire ce « jouet de bourgeois ». Heureusement, Luo leur explique qu'il s'agit d'un instrument de musique, que son ami sait très bien en jouer et il n'hésite pas à rebaptiser une sonate de Mozart, « Mozart pense au président Mao » ! Tout le village tombe sous le charme de la sonate soi-disant révolutionnaire !
Le ton du roman est donné, malgré la dureté du contexte, les jeunes gens feront preuve de débrouillardise, de solidarité, de ruse, et d'humour pour résister aux dures conditions de vie et ne pas sombrer dans la dépression.
Jour après jour, ils s'épuisent dans les rizières et à la mine infestée de paludisme. Ils savent qu'ils n'ont que peu de chance de retourner un jour à la vie normale. « Trois pour mille », selon les statistiques. Leurs seules distractions sont le violon dont joue le narrateur et les histoires qu'ils savent conter.
En effet, de temps en temps, les deux amis racontent un film qu'ils ont vu au chef du village. Fasciné par leur talent de conteurs, celui-ci les envoie regarder des films chinois et nord-coréens dans la ville la plus proche, à deux jours de marche, pour ensuite les raconter en détail aux villageois.
Un jour, Luo et Ma font la connaissance du tailleur de la région, puis de sa fille, la ravissante « Petite Tailleuse ». Luo tombe fou amoureux d'elle et ils deviennent bientôt amants.
Les deux garçons vont souvent, dans le village voisin, rendre visite à un ancien ami de leur ville, surnommé « le binoclard » qui est lui aussi en rééducation.
Un jour, ils s'aperçoivent que le Binoclard cache une valise sous son lit. Les deux amis devinent vite que des livres interdits sont dissimulés à l'intérieur. Contre un service rendu, ils obligent le Binoclard à leur prêter un de ces livres et c'est ainsi qu'il découvre Balzac et son roman : « Ursule Mirouët ».
Leur vie est bouleversée. Ils découvrent qu'un ailleurs existe et qu'il est possible de rêver.
Le narrateur recopie des passages entiers du livre sur sa veste… passages que lira Luo à sa Petite Tailleuse car il désire la cultiver… C'est ainsi que commence l'éducation culturelle et sentimentale de la jeune fille qui se passionne pour Balzac.
Les deux amis décident alors sur les conseils de la Petite Tailleuse, de voler la valise du Binoclard qui a l'immense chance de pouvoir retourner en ville. Ils découvrent un vrai trésor : des livres de Flaubert, Hugo, Tolstoï, Dumas, Rousseau, etc. et, bien sûr, De Balzac. Toute une littérature interdite qu'ils lisent la nuit...
Livre après livre, ils découvrent non seulement la littérature étrangère, mais aussi le « monde extérieur ». Ils s'initient à la liberté de penser et à l'amour. Enfin, grâce à la lecture, ils peuvent s'évader le leur montagne-prison.
Peu à peu, la Petite Tailleuse change, grâce aux livres et à Balzac, son auteur préféré, elle n'est plus une simple montagnarde inculte. Elle apprend à penser par elle-même.
Une nuit, le chef du village, surprend les deux adolescents racontant au Vieux Tailleur, le comte de Monte-Cristo, un roman d'Alexandre Dumas. le chef, stupide, décrète que ce comte est forcément un réactionnaire. Il menace de les dénoncer, sauf si Luo et le narrateur accepte de le soigner une carie qui le fait terriblement souffrir.
Pour veiller sa mère hospitalisée, Luo doit quitter le village pour un mois. Il ignore que la Petite Tailleuse est enceinte. C'est Ma, le narrateur, qui l'aime en secret, qui convainc un médecin de l'avorter et lui promettant un livre de Romain Rolland en échange de ses services et de sa discrétion.
Le temps passe, la Petite Tailleuse s'est transformée, comme le rêvait Luo. Elle est libre, instruite, Balzac lui a donné des ailes, elle ne rêve que de voler. La chute du livre, inattendue, nous dévoilera comment.


J'ai bien aimé ce livre parce qu'il m'a appris la vie dans la Chine des années 1970. Je ne connaissais pas la révolution culturelle de Mao. le style de l'auteur est facile à lire et souvent plein d'humour, surtout quand il se moque du chef du village. Cette histoire ressemble à un conte moderne, c'est plein de poésie, de sagesse et on a l'impression de rencontrer les personnages réellement.

Grâce à ce livre, on découvre l'importance de la littérature : elle peut aider à grandir, à se faire ses propres opinions, à s'éduquer. Grâce aux livres, on peut sortir de l'enfermement, quel qu'il soit, on peut penser et on peut s'évader. L'intérêt de ce livre c'est qu'il nous révèle le pouvoir des livres. Cette histoire m'a aussi fait penser à Nelson Mandela, ancien président de l'Afrique du Sud qui a été enfermé durant 27 ans et a supporté la prison grâce à la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Corail54
30 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Le récit de 2 jeunes garçons qui ont le malheur de naître dans la Chine maoiste... leur problème c'est d'être "intellectuels" : ils savent lire et leurs parents sont eux-même des "sachants" donc des ennemis... Ils sont donc envoyer en "rééducation" au milieu des montagnards! Heureusement pour eux, c'est également ce don, leur savoir-faire qui va les sauver! Un film, un livre, l'art de raconter et voilà comment ils arrivent à vivre! Mais ils ne s'arrêtent pas là : leur but ultime est d'instruire cette jolie jeune tailleuse... C'est un joli livre mais j'ai eu du mal à entrer complètement dans l'histoire, il ne m'a pas "saisi"...
Commenter  J’apprécie          90
LeGrandLecteurDu8Z
26 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          24
Givry
20 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Livre rafraîchissant, drôle et bien plus profond qu'il n'y paraît. Sur fond de rééducation chinoise de deux jeunes garçons, ce récit est une ode à la littérature, l'amitié, la simplicité des sentiments, la beauté de la nature. le cadre est magique, merveilleux. Il donne envie de connaitre les plantes, leurs vertus, les sorcières qui guérissent ...

Une histoire facile à lire, accessible à tous et définitivement positive, une leçon de nature.

Lien : http://objectif-livre.over-b..
Commenter  J’apprécie          10
Clecle234
11 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
C'est, je crois, le plus beau livre que je n'ai jamais lu. J'ai complètement accroché à l'histoire et je vous le conseille ! Je ne trouve aucun autre mot pour décrire ce livre... Donc si vous êtes fan d'histoire d'amour et d'aventure à la fois, alors ce livre est fait pour vous !
Commenter  J’apprécie          10
Yuean
30 décembre 2016
★★★★★
★★★★★
Cultissime, ce roman est un magnifique témoignage générationnel pour tout un pan de la population chinoise. La beauté de l'écriture, l'intérêt du récit et les personnages aboutis font de cette oeuvre un must que je recommande. Cultissime je vous dis !
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Balzac et la petite tailleuse chinoise

Combien de livres se trouve dans la valise bien ficelé ?

10
4 ou 3
5 ou 6
pas précisé

8 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Dai SijieCréer un quiz sur ce livre