AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alphonse de Neuville (Illustrateur)Christian Chelebourg (Préfacier, etc.)
ISBN : 2253006327
Éditeur : Le Livre de Poche (2001)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 1522 notes)
Résumé :
Le professeur Aronnax, son domestique Conseil et le harponneur Ned Land, qui cherchaient à capturer un fantastique monstre marin, se retrouvent prisonniers du capitaine Némo, à bord de son sous-marin le Nautilus.
Quel lourd secret cache Némo pour vouloir les retenir ainsi à jamais ?
C’est alors que parallèlement au fabuleux périple maritime qu’ils entament, s’engage une lutte psychologique et culturelle entre Aronnax et Némo.
A l’envoûtement cré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
Nastasia-B03 juillet 2014
  • Livres 2.00/5
Au risque de heurter les fans, adorateurs et autres aficionados de Jules Verne, j'ose avouer — oui j'ose — que j'ai toutes les peines du monde à lire, et plus encore à m'enthousiasmer, pour ce livre célèbre, au style précis, si précis, — oh oui précis, combien précis ! — précis jusqu'à l'ennui total... Étonnant mélange de laxatif et de soporifique.
Ce ressenti ne semble pas être le reflet de la majorité (du moins de la majorité de ceux qui s'expriment, la nuance est d'importance) mais je me dis néanmoins que ce que j'éprouve, d'autres peuvent l'éprouver également et donc que cela pourra peut-être leur être utile ou profitable. Qui sait ?
Dans la première partie, j'ai souffert atrocement de cette espèce de catalogue, façon Quid de la haute époque, où l'on passe d'une litanie technique sur chaque rivet ou chaque tête de boulon du Nautilus à une litanie zoologique sur la classification des madrépores (et pourtant je suis biologiste marine de formation et je me suis mortellement ennuyée) puis à une litanie géographique où aucun degré de latitude ni de longitude ne vous sera épargné, pour enfin passer à une litanie historique où l'on vous énumère toutes les dates et tous les découvreurs de tel ou tel îlot perdu de la Micronésie sub-équatoriale.
Pouaahhoouuffff ! C'est éprouvant et, si je dois trouver quelque chose de positif à dire, il me faut louer l'immense somme de recherches et de travail qu'a dû représenter l'écriture de ce livre pour l'auteur, mais ça n'en fait pas, à mes yeux, un chef-d'oeuvre pour autant, bien au contraire.
Si j'ai hissé ce livre péniblement jusqu'à deux étoiles, c'est que j'ai malgré tout bien aimé la personnalité du capitaine Némo, un bon vieux misanthrope, père d'une maxime merveilleuse : " Ce ne sont pas de nouveaux continents qu'il faut à la terre, mais de nouveaux hommes ! "
La deuxième partie, sans être mieux écrite ni très différente (toujours aussi verbeux, toujours les mêmes listes interminables de noms latins auxquels l'auteur ne semble comprendre goutte, par exemple les phoques sont pour lui des cétacés) est un soupçon plus intéressante et laisse plus de place au suspense.
L'auteur s'y engage beaucoup plus avant dans l'imagination, laissant de côté la réalité et le plausible, avec par exemples son exploration de l'Atlantide, son passage secret entre la Mer Rouge et la Méditerranée ainsi que son avancée jusqu'au pôle sud à bord du Nautilus et presque en bras de chemise.
Ce livre fut pour moi une déception sur quasiment toute la ligne. Moi qui raffole de la littérature française du XIXème de type Balzac, Stendhal, Hugo ou même Dumas, j'ai bu ici mon calice jusqu'à la lie. Toute cette glose pas folichonne m'évoque davantage les traductions d'Edgar Poe par Baudelaire que les auteurs sus-nommés et que je considère être d'un tout autre calibre.
C'est vrai, il faut reconnaître ce qui est, ce livre a un intérêt historique d'anticipation. Mais ouille, ouille, ouille, que cela a trèèèèèès mal vieilli contrairement à d'autres romans d'anticipation et de science-fiction.
Les ficelles d'écriture sont grosses, malhabiles et deviennent des câbles assez costauds pour soulever le Nautilus ! le domestique Conseil est pathétique à souhaits (déjà rien que le nom dont Jules Verne l'affuble !), le harponneur Ned Land (n'en parlons pas !) est une bonne grosse et grasse caricature du bûcheron canadien, bref, vous avez compris, inutile d'en dire plus...
Voilà, ne m'en veuillez pas, je vous ai donné sincèrement mon avis, mon tout petit avis qui ne signifie pas grand-chose, maintenant, c'est à vous de voir et de juger en espérant que ce livre ne soit pas pour vous comme il le fut pour moi, vingt mille lieues sous l'éther !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          859
SabiSab28
SabiSab2822 avril 2016
  • Livres 4.00/5
Vingt Mille Lieues sous les Mers est un livre d'aventure maritime, que l'on peut qualifié même roman d'anticipation; un des tout premiers romans de science-fiction (je vais peut être heurter les puristes ... mais de mon côté, c'est le plus ancien livre que j'ai pu lire). 
En 1864, alors que sort ce livre, aucun voyage sous-marin n'avait été fait, relaté, Jules Verne se permet donc d'imaginer à partir de base scientifique pour certains faits (pression, température, ... des différentes mers et océans parcourus) et plus fantasmagorique pour les créatures croisées. 
On se dit quel avant-gardiste avec ce sous-marin tout électrisé, ses scaphandres autonomes et qui sont utilisés à des fins humanistes et non militaires !
Ce roman est un véritable tableau de bord où l'on suit nos quatre protagonistes, on plonge avec eux pour découvrir les splendeurs de la mer, et les magnifiques illustrations de de Neuville rajoute à cette part de fabuleux. Certes, certains passages sont très (trop?) précis, très (trop?)détaillés en classification d'espèces, en coordonnées maritimes mais il ne faut pas oublier que ce tableau de bord est tenu par l'imminent Professeur Oronnax.
On est fasciné par le Capitaine Nemo : Que lui ai-t-il arrivé pour avoir tant voulu s'écarter de la Terre à tout jamais ? Pourquoi tant de haine et rancoeur envers les hommes, au point de s'attaquer à leurs bateaux?
Peut-on lui en vouloir, sans connaître son passé et en sachant de quoi sont capable les hommes ? Est-il plus à blâmer que les hommes qui partent au début de roman traquer le "monstre" marin pour le tuer parce qu'il nuit aux navigateurs ?
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          371
Luniver
Luniver22 février 2013
  • Livres 4.00/5
1866. C'est la panique sur les océans : des témoignages de plus en plus nombreux parlent de l'apparition soudaine d'un gigantesque animal d'une force colossale, capable de provoquer de sérieux dégâts, même sur les navires les plus perfectionnés. Une chasse s'organise, à laquelle participe le scientifique français Pierre Aronnax, spécialiste du monde sous-marin.
Après de longues recherches, la confrontation a enfin lieu. Elle tourne rapidement à l'avantage du mystérieux monstre. Plusieurs hommes se retrouvent à la mer, dont Ned, harponneur renommé, Pierre Aronnax, et son serviteur Conseil, qui, voyant son maître à la mer, n'a pas hésité une seule seconde à plonger pour le rejoindre.
Les trois compagnons d'infortune atterrissent sur le dos du monstre... qui se révèle être un sous-marin, dirigé par le Capitaine Nemo. Misanthrope au possible, il a décidé de ne plus jamais remettre les pieds sur terre et vit entièrement des ressources de la mer. Il laisse la vie sauve aux trois rescapés, tout en leur faisant savoir qu'il ne les relâchera jamais. En échange, il sillonne tous les mers du globe et leur en fait découvrir toutes les merveilles.
Et des merveilles, il y en a ! Car la mer est la véritable héroïne de ce roman, avec ses poissons, ses méduses, et ses forêts sous-marines. Jules Verne en donne une description très détaillée (et même trop détaillée parfois, j'avoue avoir passé plusieurs passages de classification fastidieuse). On sent bien qu'il s'est beaucoup appuyé sur les connaissances scientifiques de l'époque.
Ces passages scientifiques sont interrompus par Ned et Conseil, qui viennent rajouter une touche d'humour au récit de temps en temps. On peut cependant regretter que ces deux personnages n'aient pas été plus développés : leur principale occupation est de rester patiemment dans leur cabine en attendant qu'Aronnax vienne leur raconter quelque chose de neuf.
Je découvre Verne tardivement, mais je dois dire que j'ai été plutôt conquis. Quelques uns de ses livres vont rejoindre mon pense-bête, qui n'en finit plus de grandir.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          341
gill
gill06 juillet 2012
  • Livres 5.00/5
Paru initialement en deux tomes, l'un en 1869 et l'autre en 1870, ce livre est le chef-d'oeuvre de Jules Verne.
Pierre Aronnax - scientifique français, son domestique Conseil et le harponneur Ned Land sont recueillis après que leur frégate l' "Abraham Lincoln" ait sombré et retenus prisonnier à bord du submersible "Nautilus" dont le commandant est le terrible capitaine Nemo.
Cette histoire formidable, à la fois voyage à travers les océans, récit épique et anticipation moderne, est la grande oeuvre de Jules Verne, nantais attiré par la mer et vulgarisateur tourné vers les découvertes scientifiques de son temps.
Il nous offre, en outre, des descriptions fabuleuses, notamment du fond des océans, qui sont autant de toiles de maître.
L'imaginaire collectif s'est emparé de son roman et je me souviens, qu'enfant je restai admiratif devant une superbe affiche qui annonçait l'adaptation de "20000lieues sous les mers" par Richard Fleischer avec un casting prestigieux emmené par Kirk Douglas et James Mason.
Ce roman est une prodigieuse source de littérature.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          270
MarcoPolo85
MarcoPolo8519 juin 2015
  • Livres 4.00/5
En lisant "vingt mille lieues sous les mers", j'ai souvent pensé que je visitais un cabinet de curiosités ou un Muséum d'Histoire Naturelle.
En effet, que de descriptions qui peuvent paraitre ennuyeuses sur les types de poissons, de cétacés, de mollusques, de coraux... Un livre pour aider à s'endormir si vous voulez.
On est comme un poisson rouge dans son bocal, on est prisonnier tels ceux du Nautilus au fond des océans. Avec un capitaine Nemo taciturne, on sent le retour précipité du livre vers un coin perdu de la bibliothèque, en ayant à peine lu 50 pages.
Et pourtant...
Pourquoi suis-je allé jusqu'au bout? Il faut être un peu fou pour emmagasiner une telle somme de noms de bestioles sous-marines qu'on est bien incapable de garder en mémoire le lendemain.
Toutefois, et il faut le reconnaitre, je crois que j'ai vite été subjugué par l'immense connaissance de Jules Verne. J'ai l'impression qu'il a vécu la moitié de sa vie sous l'eau. Son Monde océanographique, qui m'était particulièrement obscur m'a éveillé l'esprit.
Ensuite, j'ai été attiré par l'aspect visionnaire de l'auteur; les évolutions techniques qu'il imagine pour l'homme comme ce sous marin doté de la force électrique, et qui file à une vitesse étonnante.
Enfin, j'ai aimé son inventivité dans son récit : le passage sous la mer Rouge, l'Atlantide, les calmars géants.
Certes, le Professeur Arronax, son second et Ned le Canadien ne me semblent pas des plus futés qu'il soit quand il s'agit de déguerpir de ces endroits...
Mais, n'empêche. J'ai quand même lu un Voyage Extraordinaire. Si aujourd'hui, le livre peut paraitre un peu désuet, j'imagine qu'au XIXème siècle, ce dut être un roman très novateur.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          220

Les critiques presse (2)
Lexpress23 décembre 2014
Tout au long de ces 500 pages, on suit l'écriture étonnamment régulière et dépourvue de ratures de Jules Verne, qui a consacré trois années de sa vie à la rédaction de ce chef-d'oeuvre. On admirera aussi les extraordinaires gravures signées Hildibrand, bien servies par le grand format de l'ouvrage.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro19 décembre 2014
En 1868, le romancier, angoissé, écrit à Hetzel: «Si je ratais ce livre-là, je ne m'en consolerais pas. Je n'ai jamais eu un plus beau sujet entre les mains.»
Le résultat est à la hauteur de ses espérances. Et, à l'heure des liseuses, de la littérature électronique, il est tout simplement magique de pouvoir relire cette histoire fantastique avec l'écriture de Verne.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations & extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
KanelbulleKanelbulle04 avril 2011
La mer est le vaste réservoir de la nature. C'est par la mer que le globe a pour ainsi dire commencé, et qui sait s'il ne finira pas par elle ! Là est la suprême tranquillité. La mer n'appartient pas aux despotes. À sa surface, ils peuvent encore exercer des droits iniques, s'y battre, s'y dévorer, y transporter toutes les horreurs terrestres. Mais à trente pieds au-dessous de son niveau, leur pouvoir cesse, leur influence s'éteint, leur puissance disparaît ! Ah ! Monsieur, vivez, vivez au sein des mers ! Là seulement est l'indépendance ! Là je ne reconnais plus de maîtres ! Là je suis libre !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          500
ClaudeChenozClaudeChenoz08 mai 2015
Mark Twain, parlant d'un roman de Fenimore Cooper, le décrit comme un "delirium tremens littéraire", par le nombre d'incohérences qu'il y a trouvées. C'est un peu la caractéristique de beaucoup de classiques. Stevenson, par exemple, reprochait à Walter Scott de ne pas avoir pris le soin de consulter une carte de la région avant de lancer à bride abattue deux jours durant sans s'arrêter ses cavaliers sur une distance tout à fait ridicule. Les exemples abondent sur les perles de la littérature, et pas seulement chez Ponson du Terrail, qui pouvait écrire sans que l'on sût si c'était de l'art ou du cochon : "Elle vit le lit vide et le devint". Et Dumas qui fait traverser à ses mousquetaires un champ de pommes de terre ou ressuscite dans "Le Vicomte de Bragelonne" un personnage tué en duel dans "Vingt ans après". Quant à Jules verne, j'aimerais savoir si quelqu'un a réussi à ne pas devenir fou en voulant rétablir la chronologie de la trilogie constituée par les romans "Vingt mille lieues sous les mers", "L'Ile mystérieuse" et "Les Enfants du Capitaine Grant" ? Là aussi on peut parler de delirium tremens littéraire. Attention, ne vous y trompez pas, je suis un vernien presque aussi fanatique que Raymond Roussel. Seulement, j'aimerais comprendre comment Jules Verne a pu s'emmêler les pinceaux à ce point. Il y a même certains auteurs de SF américains qui vont y chercher des explications qui frisent l'ésotérisme, pour ne pas dire l'hystérie. L'action de "Vingt mille lieues sous les mers" se situe entre 1867 et 1868. Celle de "L'Ile mystérieuse" entre 1865 et 1869. Dans le premier roman, Nemo apparait comme un homme jeune (on va dire qu'il a autour de quarante ans). Dans le second, soit un an après, c'est un homme de soixante-dix ans qui meurt dans la grotte de l'île. Cyrus Smith prétend connaître le capitaine Nemo par le récit qu'en a fait Aronnax dans "Vingt mille lieues sous les mers". Cela n'est pas possible, puisqu'ils sont arrivés sur l'île en 1865, en pleine guerre de Sécession. Quand bien même il aurait déjà été publié, ce qui semble chronologiquement impossible, où aurait-il pu se procurer le livre en question sur l'île ? Il est également impossible de déplacer l'action de "l'Ile mystérieuse" trente ans plus tard, ce qui ne serait après tout qu'une histoire de dates à rectifier. Seulement l'action démarre en pleine guerre de Sécession et c'est cette fuite qui justifie que les personnages se retrouvent sur l'île. Ce n'est plus une simple histoire de chronologie mais bien toute la construction du roman qui est à revoir, tâche impossible. Je n'irai pas comme certains exégètes de l'oeuvre chercher un deuxième Code Da Vinci dans les intentions de Jules Verne. Certains ont pensé voir dans le personnage du Prince Dakkar un capitaine Nemo numéro 2. Pourquoi pas aussi un drame spatio-temporel. Et Nemo fait preuve d'ubiquité puisqu'il se trouve en 1868 à deux endroits différents, dans son Nautilus en pleine mer et prisonnier de la grotte de l'île sans son équipage. J'y vois plutôt un embrouillamini incompréhensible de la part d'un auteur habituellement pointilleux quant à sa documentation.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          35
LuniverLuniver10 février 2013
Conseil était mon domestique. Un garçon dévoué qui m'accompagnait dans tous mes voyages ; un brave Flamand que j'aimais et qui me le rendait bien ; un être flegmatique par nature, régulier par principe, zélé par habitude, s'étonnant peu des surprises de la vie, très adroit de ses mains, apte à tout service, et, en dépit de son nom, ne donnant jamais de conseils – même quand on ne lui en demandait pas.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          220
PavlikPavlik02 août 2014
-Il est puissant, votre capitaine ; mais mille diables ! il n'est pas plus puissant que la nature, et là où elle a mis des bornes, il faut que l'on s'arrête bon gré mal gré.
-En effet, Ned Land, et cependant j'aurais voulu savoir ce qu'il y a derrière cette banquise ! Un mur, voilà ce qui m'irrite le plus !
-Monsieur a raison, dit Conseil. Les murs n'ont été inventés que pour agacer les savants.
Commenter    J’apprécie          220
joedijoedi04 juillet 2014
Ne voyez-vous pas que ces gens-là ont un langage à eux, un langage inventé pour désespérer les braves gens qui demandent à dîner ! Mais, dans tous les pays de la terre ouvrir la bouche, remuer les mâchoires, happer des dents et des lèvres, est-ce que cela ne se comprend pas de reste ? Est-ce que cela ne veut pas dire à Québec comme aux Pomotou, à Paris comme aux antipodes : J'ai faim ! donnez-moi à manger ! …
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          210
Videos de Jules Verne (101) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Supersonic - Anne-James Chaton "Vie de Christophe Colomb d'après Jules Vernes" .Anne-James Chaton, poète sonore, est l'un des invités de Supersonic sur France Culture, le 5 mars à 23h. Il se prête au jeu des hors-séries "Machins/ Machines" : celui du "son en 3D", un son qui entoure et immerge l'auditeur qui écoute au casque ou avec des oreillettes, et qui s'enregistre autour d'un micro en forme de tête. Anne-James Chaton partage des extraits de "Vies des hommes illustres d'après les écrits des hommes illustres" (éd. Al Dante) et de son dernier livre "Elle regarde passer les gens" (éd. Verticale), où 13 figures féminines du 20e siècle se succèdent, sans que leur nom soit prononcé. Les 5 et 6 mars, c'est un week-end poésie sur France Culture. http://www.franceculture.fr/medias/bip-10-semaine-du-5-au-11-mars
+ Lire la suite
autres livres classés : aventureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur 20 000 lieues sous les mers

Quelle est la date de parution de ce roman ?

1849
1869
1889
1909

12 questions
136 lecteurs ont répondu
Thème : Vingt mille lieues sous les mers de Jules VerneCréer un quiz sur ce livre
. .