AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.39/5 (sur 354 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Rome , le 25/03/1972
Biographie :

Alessandro Piperno est un écrivain italien.

Son parcours d’écrivain commence en 2000 avec cet essai, intitulé en Italie "Proust antiebreo", à l’origine d’une polémique. Suivra son roman "Avec les pires intentions", véritable phénomène en Italie (200 000 exemplaires), paru en France en 2006 et réédité en Folio le 27 septembre 2007.

"Persécution", son roman suivant, dont le point de départ est une accusation de viol, est toujours provocateur, mais plus grave. Il obtient en France le prix du Meilleur livre étranger 2011. C'est le premier volet d'un diptyque, qu'il poursuit en 2012 avec Inséparables.

Alessandro Piperno reçoit le prestigieux prix Strega en 2012 pour "Inséparables".

"Là où se termine l'histoire" est sorti en 2016 en Italie et la traduction française en 2017, toujours chez Liana Levi.

"Di chi è la colpa" est sorti en 2021 en Italie et la traduction française "La faute" en 2023, toujours chez Liana Levi.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Alessandro Piperno   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Alessandro Piperno - Là où l'histoire se termine


Citations et extraits (237) Voir plus Ajouter une citation
Les choses graves, de par leur nature même, doivent être traitées avec tact et circonspection, elles ne doivent pas devenir le sujet de la énième bonne blague à partager avec ses amis et à déballer impunément devant des étrangers pour l’unique raison qu’aucune discrétion ne sera jamais aussi passionnante qu’une confession cocasse.
Commenter  J’apprécie          360
Pour leur lune de miel ils avaient fait le tour de la Scandinavie, où ils étaient arrivés en voiture. Rachel se rappelait ces heures avec emotion. Elle venait d'avoir vingt-cinq ans, c’était la premiere fois qu'elle mettait les pieds hors d'Italie. Et le faire accompagnée d'un mari de vingt-neuf ans dont elle était amoureuse, que toutes les femmes remarquaient pour sa stature imposante, sa beauté méditerranéenne et son coté professeur distrait... disons-le, ca faisait soudain ressembler la vie de cette jeune femme aux charmantes comédies avec Cary Grant dont elle raffolait. Elle avait enfin droit à un peu de romantisme elle aussi. C’était son tour. Il y avait eu des moments, au cours de ce voyage de noces, où elle s’était sentie comme sa chère Maria Calas, dont elle ne se lassait pas de suivre les vicissitudes dans les magazines féminins. Leo était tellement à l'aise dans le rôle inconscient d'Aristote Onassis - en moins riche, certes, mais mille fois plus maigre -, que, fidèle à un exhibitionnisme mégalomane de famille, il avait organisé les choses en sorte que tout soit digne du conte de fées; de la splendeur décrépite des hotels aux places réservées à l'opéra de Stockholm, de la mini-croisière dans les fjords à la robe du soir qu'elle avait trouvée sur la bergère Second Empire dans leur suite au Grand Hotel d'Oslo. Quelle merveille !
Commenter  J’apprécie          190
Ce qui est troublant chez des hommes comme lui, c'est que le triomphalisme avec lequel ils parlent de leur talent pour les affaires semble avoir contaminé tout ce qu'ils pensent sur quelque sujet que ce soit. Ils considèrent que le fait d'avoir si brillamment réussi dans leur métier les autorise à se prononcer sur le savoir humain tout entier. (...)
Il voulait simplement vous expliquer comment étaient les choses.
Il voulait que vous vous rendiez compte que quoi que vous puissiez penser sur un sujet, il en savait plus long que vous.
Commenter  J’apprécie          190
Elle avait emporté le 45 tours et avait pris possession du tourne-disque mis à leur disposition par le propriétaire. Et elle repassait continuellement cette chanson sur la platine depuis trois jours. Rien que celle-là. A très brefs intervalles. Constamment. Obstinément. Leo était expert de ce genre de compulsion infantile : Filippo, quand il s'entichait d'une chanson, la réécoutait jusqu'à la nausée. Toutefois l'obsession de Camilla était exclusive. Il s'agissait de cette damnée chanson (à présent entrée dans les annales) ou un George Michael imberbe - doté alors d'une coupe de cheveux digne d'un coiffeur de Rodeo Drive - n'en finissait pas de regretter je ne sais quel Noel d'autrefois.
Telle était la bande-son qui rythmait ce qui avaient été les bons moments de Leo dans la salle de bains. De la musiquette de pédés ! S'il y avait une chose sur laquelle Leo ne transigeait pas, c’était le mauvais gout musical. Autant dire qu'elle faisait tout pour le mettre en colère et se rendre pénible.
Commenter  J’apprécie          170
Son histoire (Nanni) était captivante, mais elle avait le mérite de ne pas virer au fantastique et de revenir toujours dans les limites de l’inépuisable machine narrative qu’est le capitalisme du XXe siècle. Une de ces histoires capables de transformer un morveux mordu d’ordinateur en homme le plus riche de la planète, ou un jeune juif russe ayant fui le stalinisme en producteur de cinéma le plus important d’Hollywood. P 176
Commenter  J’apprécie          170
Les années de la prime jeunesse, celles où l'aspect physique fait tout. Où le monde, à ses premières lueurs, semble encore divisé entre dieux et parias. Où les hiérarchies sociales se décident davantage sur la douceur de deux yeux et la délicatesse de pommettes hautes que sur un quelconque critère moral ou la valeur intellectuelle. L'âge où votre apparence dit sur vous tout ce que les autres veulent savoir.
Commenter  J’apprécie          170
1
Le Grand siècle de Bepy
Plusieurs heures après avoir encaissé le diagnostic de tumeur à la vessie, Bepy sentit qu’il n’avait aucune échappatoire lorsqu’il sélectionna parmi le nombre infini de questions glaçantes : Est-ce que je pourrai encore baiser ou est-ce que c’est foutu ? Quoiqu’un tel dilemme puisse apparaître comme une inversion pathologique des priorités, le spectre de sa virilité compromise se révéla pour lui, dans cette situation extrême, plus effrayant que l’horreur du néant : sans doute parce que, dans son imaginaire, impuissance et mort coïncidaient, même si la seconde était préférable à la première, ne serait-ce que par le réconfort de l’absence éternelle... Ou alors le saut dans l’obscurité qui avait conduit cet homme prospère à la faillite avait été trop foudroyant pour ne pas entamer l’intégralité de ses émotions. Mais pourquoi empêcher le funambule du sexe adultère – partisan de la déportation des homosexuels de la moitié du monde dans une île « pour eux tout seuls » de s’exprimer pleinement ? Pour la dernière fois, sa bite mûre et hypercompétitive était prête à briller de l’éclat d’une ancienne flamme : Giorgia Di Porto, modiste, et maîtresse semi- clandestine au temps des vaches grasses, allait déchirer l’obscurité des dernières années de Bepy Sonnino. Tout était tombé à l’eau entre eux le jour où Ada,épouse lunaire de Bepy, à la peau couleur dragée, avait trouvé la modiste de dix-sept ans – aussi espiègle et hau-taine que la Catherine Spaak du Fanfaron – en train d’uriner sur les moustaches de son conjoint, qui buvait l’ammoniaque dorée avec la gloutonnerie d’un bébé. Le reste est inévitable coup de théâtre : le cri d’horreur d’Ada, l’ordre de renvoyer la petite pute, et l’achat compensatoire d’un collier de corail de Buccellati qui avait consacré la fin de cette relation dissolue.
(incipit)
Commenter  J’apprécie          150
Mais lui aussi avait un point faible.
Rita, sa femme. Que Flavio aimait plus que les mathématiques et que ces idées politiques empreintes d'un pragmatisme de façade et velléitaires dans leur contenu. Une femme grande, aux cheveux frisés, anguleuse, toujours au bord de la crise de nerfs, dont la maigreur cruelle était en totale contradiction avec une gourmandise vorace. Les cigarettes fines qu'elle avait tout le temps entre les mains étaient esthétiquement assorties à ses doigts osseux et pointus. Certaines fois, en la regardant à contre-jour, on aurait dit un squelette fumant. D'autres fois, sous une lumière trop jaune, elle pouvait ressembler à une tenancière de bordel de Toulouse-Lautrec.
Commenter  J’apprécie          150
Les nazis voulaient me tuer pour des raisons que je ne connais toujours pas. Je m’en suis tiré. Ne me demandez ni comment, ni pourquoi. Je ne suis pas un type qui a des réponses toutes prêtes. Je crierai mon bonheur. Je sanctifierai ma bonne foi. Je gratifierai matériellement ma progéniture. Ensuite, ce sera son tour. P 31
Commenter  J’apprécie          130
«  Mais bien que tout s’oppose à cette union ,elle avait une raison de prendre cette décision : combien de fois dans la vie les DÉSIRS coïncident - ils avec les POSSIBILITÉS ? .

Elle avait associé intentionnellement les deux mots , sachant que dans le vocabulaire usuel de son père il n’y avait place ni pour l’un ni pour l’autre , et que le plan sur lequel il fallait le défier était celui de la provocation idéologique ……. »
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Alessandro Piperno (427)Voir plus

Quiz Voir plus

BD, les ennemis de nos héros (facile)

Accompagné d'Azraël, il chasse sans relâche les Schtroumpfs...

Gargantua
Gargamel
Gare St-Lazare
Gabriel
Gare aux gorilles

10 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , aventure , coupleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}