AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.9 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Narovchat , le 07/09/1870
Mort(e) à : Leningrad , le 25/08/1938
Biographie :

Alexandre Kouprine naît à Narovchat, à 300 kms au sud-est de Moscou, en septembre 1870 au sein d’une ancienne famille noble qui s’est appauvrie au cours du 19 ème siècle. Il perd son père alors fonctionnaire de province, il a 1 an . Il entre au pensionnat dès l’âge de 6 ans et finit son éducation par dix années d'études dans les écoles militaires de Moscou. Quittant l’armée à l’âge de 24 ans (1894), Kouprine cherche sa voie et s’essaye à de nombreux métiers. Il sera ainsi journaliste pour la presse locale, médecin, chasseur, pêcheur, chanteur en église,…

Ses expériences nourriront dès le début son travail d’écriture auquel il se livre depuis l’époque de sa vie militaire. Si sa première nouvelle, Le Dernier Début, fut publiée en 1889, Kouprine doit attendre la fin des années 1890 pour connaître les premiers succès avec sa nouvelle Moloch (1996) et surtout son roman Le Duel (1905). Tolstoï dira même de lui qu’il est le véritable successeur de Tchekhov. Vladimir Nabokov le qualifie de Kipling russe pour ses histoires pathétiques d'aventuriers déracinés, souvent névrotiques et vulnérables.

Bien que marié et père d’une fille née en 1903, Kouprine sombre alors qu’il est à l’apogée de sa carrière littéraire : ainsi, dès 1905, il délaisse la plume et se met à fréquenter avec assiduité les bars et les maisons closes. Expériences qui elles aussi serviront de base à son roman rapportant de manière crue la vie des prostituées et y dénonçant la prostitution, La Fosse aux filles (1915) qui fit scandale dans la pudibonde société impériale, mais c'est déjà l'époque trouble, insurrectionnelle qui a connu déjà une révolution qui a avorté, où cette société ne s'appartient plus.

Après une courte période de collaboration avec Maxime Gorki pour la maison d'édition Littératures du Monde, il décide de quitter la Russie en 1919 : opposé au nouveau régime, il s’installe alors en France. Il vécut essentiellement à Paris les 17 années suivantes, sombrant dans l’alcoolisme, sujet récurrent dans son œuvre. Kouprine malade décéda au printemps 1938 à Leningrad où se trouve sa tombe. Il dira en 1937 à son retour en pays qu'il est venu "pour y mourir" !..
+ Voir plus
Source : www.litteraturerusse.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandre Kouprine   (18)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Allily   26 septembre 2021
Le bracelet de grenats de Alexandre Kouprine
Ivan Vianorytch se rapprocha de la table, rajusta ses lunettes, croisa sa robe de chambre ouatée à ramages jaunes en forme de points d'interrogation, et commença une nouvelle lettre. Il écrivait tout de go, sans presque combiner ses phrases. Dans la longue pratique des lettres anonymes, il s'était forgé un style spécial, ou plutôt divers styles, car les missives aux autorités exigeaient d'autres tournures que celles aux maris trompés ; un style emphatique impressionnait les marchands ; les ecclésiastiques aimaient les citations des saints Pères.
Commenter  J’apprécie          10
chloe-nelson   29 novembre 2014
Le bracelet de grenats de Alexandre Kouprine
Certes, Vérotchka. Je dirai même qu'en amour, presque chaque femme est capable de l’héroïsme le plus élevé. Songe donc : elle embrasse, étreint, se donne, et la voilà déjà mère ! Pour une femme amoureuse, l'amour renferme tout le sens de la vie, tout l'univers ! Ce n'est pas sa faute si l'amour humain a pris des formes mesquines et s'est rapetissé jusqu'à devenir une commodité, une distraction. Les coupables sont les hommes, qui à vingt ans sont déjà blasés - corps et âmes de lièvres - incapables de puissants désirs, d'actions héroïques, de tendresse et d'adoration devant l'amour. On prétend que tout cela n'existait auparavant, tout au moins dans les songes des meilleurs esprits et des meilleures âmes de l'humanité, poètes, romanciers, peintres, musiciens. Je lisais dernièrement l'Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut...eh bien, crois-moi si tu veux, j'ai fondu en larmes. Voyons, ma chérie, dis-moi franchement dans le fond du cœur, toute femme ne rêve pas de semblable amour - un amour unique, discret, prêt à tous les pardons et à tous les dévouements ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
feanora   07 février 2012
Le bracelet de grenats de Alexandre Kouprine
D'un coup de ciseaux, Véra coupa la faveur qu'elle jeta dans une corbeille avec le papier portant son adresse. Elle découvrit alors un petit écrin de peluche rouge, qui semblait venir en droite ligne de chez un joaillier. Elle leva le couvercle doublé de soie bleu clair et aperçut, couché sur un fond de velours noir, un bracelet d'or ovale sous lequel reposait une lettre soigneusement pliée. Elle la déplia rapidement, l'écriture lui en parut familière, mais, en vraie femme, elle la rejeta de côté et se mit tout d'abord à examiner le bijou.
Commenter  J’apprécie          50
mh17   23 mai 2020
Paisible existence 1904. Traduction d'Henri Mongault, 1925. de Alexandre Kouprine
Fatigué, il se leva, prêt à s'étirer voluptueusement, mais, se rappelant que durant le carême c'était un péché, il se retint. Il se frotta seulement les mains l'une contre l'autre, puis il se rassit et ouvrit un vieux carnet dont un fréquent usage avait jauni le bas des pages. Après des listes de linge empesé, des adresses, des fêtes à souhaiter, les états des recettes et des dépenses, venaient des notes aide-mémoire, écrites à la hâte, avec des abréviations, mais de la même belle écriture de copiste.
Commenter  J’apprécie          50
Allily   24 août 2021
Olessia de Alexandre Kouprine
Je m'indignais parfois contre ma propre impuissance, contre la force de l'habitude qui m'entraînait tous les jours chez Olessia. Je ne soupçonnais pas moi-même les liens invisibles et puissants qui enchaînaient mon coeur à cette ravissante mais incompréhensible jeune fille. Sans songer encore à l'amour, je traversais déjà la période angoissante, pleine de sensations confuses, mélancoliques, qui en précède l'éclosion. Malgré mes efforts pour me distraire, l'image d'Olessia obsédait en tous lieux ma pensée ; tout mon être aspirait à elle ; au souvenir du plus insignifiant de ses gestes, de ses mots, de ses sourires, une exquise douleur me poignait.
Commenter  J’apprécie          30
Didisha   12 février 2015
Le bracelet de grenats de Alexandre Kouprine
Quand elle fut seule, elle tira d'une petite poche de côté une superbe rose rouge, qu'elle plaça de la main droite sur la poitrine du cadavre, tout en lui relevant la tête de la main gauche. À cet instant elle compris qu'elle avait côtoyé cet amour dont rêvent toutes les femmes. Elle se rappela les paroles presque prophétiques du général Anossov sur l'amour exclusif, éternel. Alors, écartant les cheveux du mort, elle lui serra les tempes entre les mains et embrassa d'un long baiser d'ami son front marqué de la froideur humide de la mort.
Commenter  J’apprécie          30
chloe-nelson   29 novembre 2014
Le bracelet de grenats de Alexandre Kouprine
Soit, j'y consens...c'est une exception...Mais dans la plupart des cas, sais-tu pourquoi les gens se marient ?...Les femmes ? Par honte de rester filles, surtout quand leurs amies ont déjà trouver preneurs. Par gêne de se sentir des bouches inutiles dans leurs familles. Par soif d'indépendance; désir d'avoir leur chez-soi, de devenir des "dames", des maîtresses de maison. Et puis par besoin, par pur besoin physique, d'être mères, de bâtir un nid. Les hommes se laissent guider par d'autres motifs. Tout d'abord, dégoût de la vie de garçon, du désordre et de la poussière dans leurs chambres, des dîners au restaurant, du linge déchiré et dépareillé, des dettes, des camarades par trop sans-gêne, etc. Ensuite sentiment bien net des avantages de la vie de famille pour la santé et la bourse. Puis envie d'avoir des enfants, illusion d'immortalité : "Quand je mourrai, je laisserai pourtant sur terre une parcelle de moi-même."
Commenter  J’apprécie          20
ADAMSY   17 juin 2020
Olessia de Alexandre Kouprine
- Oui, mon vieux, toute la vie humaine, de la naissance à la mort, consiste à se rencontrer et à se dire adieu les uns aux autres.
Commenter  J’apprécie          30
wellibus2   06 juin 2015
Le bracelet de grenats de Alexandre Kouprine
Depuis l'expédition de Pologne, Anossov avait pris part à toutes les campagnes, sauf à celle de Mandchourie.

Il eût, sans hésitation, participé à cette guerre, mais il ne reçut pas d'ordre d'appel et il avait toujours observé cette règle, fort belle en sa modestie : "ne cours pas à la mort sans y être appelé".
Commenter  J’apprécie          20
Natlab   02 février 2019
Olessia de Alexandre Kouprine
La séparation agit sur l’amour comme le vent sur le feu, étreignant les petites flammes et attisant les plus grandes...
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur cet auteur