AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.86/5 (sur 50 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Haïfa , le 23/11/1963
Mort(e) à : Haïfa , le 27/11/2015
Biographie :

Amir Gutfreund est né à Haïfa en 1963. Après des études de mathématiques au Technion de Haïfa, il s’engage dans l’armée de l’air où il poursuit une carrière d’officier. Il a aujourd’hui le grade de lieutenant-colonel de l’armée de l’air.

Il a publié en 2002 un recueil de nouvelles Ahuzat hahof aux éditions Zmora Bitan. Les gens indispensables ne meurent jamais est son premier roman pour lequel il a reçu le prestigieux prix Sapir en 2003. Roman épique, ce livre constitue une prouesse littéraire tant par l’ambition du projet que par son innovation. Jamais le thème de la Shoah n’avait été abordé avec autant d’originalité. En grandissant, Amir et Efi, les protagonistes enfants, veulent comprendre ce qui s’est passé « là-bas », pendant la guerre. Mais comme personne ne veut raconter, ils inventent mille astuces et stratagèmes pour faire parler les oncles et les grands pères. Petit à petit, les barrières cèdent et les récits des survivants apparaissent dans toute l’horreur et l’atrocité de ce qu’ils ont vécu.
+ Voir plus
Source : http://www.centrenationaldulivre.fr/?Amir-Gutfreund
Ajouter des informations
Bibliographie de Amir Gutfreund   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
« Vous parlez de Benny ou de Nissim ? demanda-t-elle. —On parle d’affaires d’hommes. —Ça me rappelle, Papa, qu’il existe une nouvelle sorte de mariage arrangé utilisant l’hypnose. Peut-être pourrions-nous envoyer Nissim ? —C’est quoi, ça, le mariage arrangé par hypnose ?! —On hypnotise la fiancée à vie pour qu’elle veuille de Nissim, gloussa-t-elle, tandis que ses seins ondulaient sous son tee-shirt. —Qu’est-ce qui ne va pas chez Nissim ? s’irrita Moshe Abadi. —Un homme avec une belle situation, lui vint en aide Mikhal. —Oui, répondit Moshe Abadi, surpris de sa collaboration. —Un homme sérieux qui ne pense qu’à épouser une femme respectable. —En effet ! —Un homme calme, avec un bel avenir, une tête bien remplie. Traditionaliste. De bonne famille. —Exactement. —Qui gagne bien sa vie, joue au Loto. Responsable. Et qui deviendra millionnaire. —Amen ! dit Moshe Abadi, tout attendri. —Un homme qui a de la graisse dans les oreilles et des poils même sur les joues. —Eh ! Qu’est-ce que tu… —Papa, écoute, je suis une femme, je sais ce que les femmes sont capables de supporter. Nissim, c’est une mission. Comme aller sur la Lune. —Qu’est-ce que… Tu n’as que quinze ans… Va vite te changer et mettre une tenue plus décente ! s’énerva Moshe Abadi.
Commenter  J’apprécie          393
De toute son existence, Papa ne lut qu’un seul livre de la première à la dernière page, comme il n’acquit qu’un seul disque. Cette glorieuse période culturelle se déroula sur un laps de temps très court et durant la seule année 1975. Le disque était celui de Mike Brant. Quant au livre, il s’intitulait L’existence rationnelle, du prophète de l’égoïsme, le professeur Moshe Kroy. ......Nous n’avions pas de tourne-disques. Papa disposa le disque sur l’armoire du salon pour qu’il trône devant lui quand il serait assis dans son fauteuil. Mike Brant beau, vivant, observait Papa fatigué, à moitié mort. Lorsque Mike Brant fut inhumé à Haïfa, Papa partit de la chocolaterie au beau milieu de son service, annonçant aux Frères Zetski qu’il devait sortir, et se rendit ainsi à ses obsèques.
Commenter  J’apprécie          372
J'étais fatigué, mais mes yeux ne quittaient pas un instant ce qui était en train de se passer alentour. De l'entrée A sortit Tsvika Gazlan en uniforme avec un grand sac. Dans le bloc d'en face, je vis le nouveau voisin bondir dans la cage d'escalier équipé lui aussi d'un ballot. Je continuai de jouer. Je ne connaissais pas encore le poème de Yehuda Amichai, " La mort dans la guerre commence par un jeune homme dévalant les escaliers ". Je regardai encore le nouveau voisin puis baissai la tête sur le baby-foot. Il serait tué au Sinaï, sur la route d'Akavish.
Commenter  J’apprécie          310
Comment c’est à l’armée ? —Très bien ! —Tu es dans une unité d’élite ? —Oui… —L’unité de parachutistes ? Où on fait des choses ? —Oui… —Des choses… secrètes ? —Oui… —Veux-tu que je vienne te rendre visite à ta base ? —Me rendre visite à moi ? —Seulement le shabbat, quand tu ne sors pas. Je rends bien visite à Benny. —Benny, c’est ton frère. —Alors tu ne veux pas ? —Que ferons-nous si tu viens me voir ? —Que tu es bête ! Tu as les idées mal placées ! Je n’ai que treize ans ! Je viendrai te distraire, t’apporter des bonbons et te parler. Tu verras, je peux parler de tout, j’ai déjà treize ans.
Commenter  J’apprécie          302
Des terroristes s'étaient emparés de la maison des enfants au kibboutz Misgav Am. Ils avaient tué le secrétaire de l'exploitation venu rendre visite à son bébé. Ils avaient retenu en otages bébés et enfants durant toute une nuit. Au petit jour, l'assaut avait été donné. Les terroristes avaient été liquidés. Ils avaient néanmoins eu le temps de supprimer un enfant, Eyal Glouska, trois ans. Quinze ans ont passé depuis et je me souviens encore de ce nom. Eyal Glouska, trois ans.
Commenter  J’apprécie          291
Le soir, je parlai à Tohar*et à Moriah*de mon père. « Peut-être avez-vous entendu parler de lui. Israel Agasi… Il a une entreprise de fabrication de trampolines. En sautant, tu parviens à apercevoir le mont du Temple. —Qu’est-ce que tu inventes encore ! —Tu vois le mont du Temple et tu cesses alors de voir tout ce qui se trouve en bas, les Palestiniens, leurs terres…
* Tohar et Moriah deux jeunes colons des territoires occupés par Israël.
Commenter  J’apprécie          270
A quatre ans, pendant la cérémonie de l'allumage des bougies de Hanoucca, tandis que tout le monde entonnait Ma'oz tsour, il s'était approché des mèches, qu'il avait éteintes ensuite en soufflant dessus comme s'il s'était agi de bougies d'anniversaire; puis il avait fermé les yeux et exprimé un voeu. A six ans, il s'était perdu sur la plage et, de la guérite du maître-nageur, un porte-voix avait annoncé: 'Un petit garçon très gros portant un maillot de bain noir et qui ne se souvient plus de son nom a été retrouvé!". Moshe Abadi, rouge de honte, s'était approché en catimini pour venir le chercher. Chaque année , d'autres histoires venaient s'ajouter, mais aucune ne laissait présager que Nissim Abadi s'érigerait un jour en prophète.
Commenter  J’apprécie          200
Nous savions qu'elle chantait sur Salonique, sa ville. Presque dans chaque chanson, nous l'entendions la nommer. Lorsque sa voix commençait à sourdre des tréfonds de la maison, de derrière les volets, le petit public des bohémiens gémissait à l'unisson, y comprit les Turcs. Saloniqui mi ciudad, es une photografia vieja, chantait tante Batia, la même rengaine, indéfiniment, tel un coureur solitaire dans un stade, un tour puis encore un autre tour, sa chanson attirant les souvenirs de toutes les fenêtres, de Varsovie, de Bagdad, de Fez... Les têtes dans l'herbe se soulevaient pour saisir sa voix qui flottait dans l'air, Saloniqui mi ciudad, es une photografia vieja, de madré isbalta y hermosa...
Commenter  J’apprécie          200
Mais dans le miroir, je continuais de voir de grandes oreilles, des yeux saillants, des joues rebondies. Très, très loin de Mike Brant. Je regardais le poster sur le mur et je voulais être comme lui, exactement. Il était beau. Il était au hit-parade, non seulement en Israël, mais également en France. Il avait chanté à l'Olympia à Paris. Papa pâlissait d'émotion: "Moshe Brant, fils de rescapés de la Shoah !..." Il était certain de connaître Fichel Brant, le père de Mike, qui travaillait pour la municipalité de Haïfa. "Il y a un certain Fichel, employé...Combien sont-ils avec un nom pareil à travailler à la mairie?!" La première fois que j'entendis à la radio Mike Brant chanter Laisse-moi t'aimer, je me sentis tout bizarre. Je ne savais pas encore qu'il venait de Haïfa, qu'il était des nôtres, que si lui pouvait, alors moi aussi! Sa voix claire, articulant chaque syllabe en français, me remuait les tripes. Je ne comprenais pas les paroles, mais je savais qu'au-delà des champs, s'élevait un monde immense. Et, dès l'instant où ma bar-mitsva s'acheva avec l'acquisition de mon magnétophone- petit et rudimentaire, mais bien à moi- le français de Mike Brant me porta aux nues tel un dragon céleste. Tsion me construisit un amplificateur et j'acquis de grands baffles pour diffuser à l'envi Laisse-moi t'aimer, afin que le dragon s'envole de la fenêtre jusqu'au soleil, voire au-delà.
Commenter  J’apprécie          184
Le film égyptien du vendredi soir montrait des danseuses le nombril à l'air, de belles filles se pâmant d'amour, des femmes accablées de tristesse, des veuves à l'inégalable beauté, des femmes qui sautillaient, des femmes spirituelles, des femmes mystérieuses, des femmes de mauvaise vie qui riaient fort. Elles inoculaient dans mon bas-ventre quelque chose qui aspirait à jaillir et asperger le monde de ses gouttes. Dans chaque film, j'étais attiré par le personnage vedette de l'ingénieur, toujours jeune, rasé de près, la moustache soignée, et le seul à avoir le pouvoir de facilement côtoyer ces femmes. L'ingénieur agissait à sa guise. Je voulais lui ressembler, jouir de son pouvoir. Telle fut ma première volonté virile- être ingénieur.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Amir Gutfreund (84)Voir plus

Quiz Voir plus

La première fois (Littérature)

Qui fut la première femme à être élue à l' Académie Française ?

George Sand
Colette
Marguerite Yourcenar

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , édition , culture générale , caractères , Vie intellectuelleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}