AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.85 /5 (sur 986 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Czernowicz, Roumanie , le 16/02/1932
Mort(e) à : Petah Tikva, Israël , le 04/01/2018
Biographie :

Aharon Appelfeld est un romancier et poète israélien.

Il est né de parents juifs assimilés germanophones, parlant aussi le ruthène, le français et le roumain. Sa mère est tuée en 1940 alors que le régime roumain commence sa politique meurtrière envers les Juifs.

Aharon Appelfeld connait le ghetto puis la séparation d'avec son père et la déportation dans un camp à la frontière ukrainienne en Transnistrie, en 1941. Il parvient à s'évader à l'automne 1942.

Il se cache dans les forêts d'Ukraine pendant plusieurs mois au milieu de marginaux de toutes sortes. Il trouve refuge pour l'hiver chez des paysans qui lui donnent un abri et de la nourriture contre du travail mais il est obligé de cacher ses origines juives.

Il traverse l’Europe pendant des mois avec un groupe d’adolescents orphelins, arrive en Italie et, grâce à une association juive, s’embarque clandestinement pour la Palestine où il arrive en 1946.

Il est pris en charge par l’Alyat Hanoar et se retrouve dans un camp de jeunesse, puis dans une école agricole. Il doit faire ensuite son service militaire en 1949.

Diplômé de l'Université hébraïque de Jérusalem, il y renoue avec sa culture d'origine, en étudiant au département de yiddish.

À la fin des années 1950, il décide de se tourner vers la littérature et se met à écrire, en hébreu. Homme de gauche, membre de Parti travailliste, il a longtemps enseigné la littérature à l'Université Ben Gourion du Néguev.

Son livre "Histoire d'une vie" (1999), un récit autobiografique, reçoit le Prix Médicis étranger en 2004.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Aharon Appelfeld   (21)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Avec Valérie Zenatti et ses invités. Entretien animé par Olivia Gesbert au Mucem le 18 juillet 2021. Écrivaine, traductrice, scénariste, Valérie Zenatti possède à l'évidence toutes les qualités pour se prêter à l'exercice du grand entretien façon Oh les beaux jours !. Alors que reparaît son premier roman, En retard pour la guerre, elle reviendra sur son parcours riche et éclectique qui a démarré avec l'écriture d'ouvrages pour la jeunesse, notamment Une bouteille dans la mer de Gaza (L'École des loisirs, 2005) pour lequel elle a remporté une vingtaine de prix, qui a été traduit dans une quinzaine de langues et adapté au cinéma par ses soins et par le réalisateur Thierry Binisti. L'oeuvre de Valérie Zenatti est marquée par l'enfance, ses possibles et ses peurs, par la guerre, la dimension géopolitique des conflits, mais aussi par la place qu'occupent l'individu et son histoire intime dans la sphère collective. C'est ainsi que dans Jacob, Jacob (L'Olivier, 2014 ; prix du Livre Inter) elle a exploré la mémoire algérienne de sa famille à travers le portrait de Jacob, jeune juif de Constantine enrôlé en 1944 pour libérer la France de l'occupation nazie. Valérie Zenatti est aussi une grande traductrice de l'hébreu, particulièrement de l'oeuvre d'un des plus importants écrivains de notre temps, l'écrivain israélien Aharon Appelfeld (disparu en janvier 2018). Elle a relaté leur relation littéraire et amicale extrêmement forte dans un récit intimiste, Mensonges (L'Olivier, 2011), mais aussi dans un essai brillant, Dans le faisceau des vivants (L'Olivier, 2019). Depuis peu, Valérie Zenatti a élargi sa palette avec l'écriture de séries. Au Mucem, elle évoquera tout cela mais aussi son goût des autres, sa passion pour la musique et pour les langues. À ses côtés, la comédienne Agathe Bonitzer, qui interprétait le personnage principal d'Une Bouteille à la mer, et l'écrivaine Nathalie Kuperman dont elle dit qu'elle est la personne au monde avec laquelle elle a « le plus de bonheur à ne pas être d'accord…». Accords et dissonances : oh le beau programme ! _____ À lire Valérie Zenatti, En retard pour la guerre, L'Olivier, 2021 ; Dans le faisceau des vivants, L'Olivier, 2019 (prix France Télévisions). _____ À voir Thierry Binisti, Une bouteille à la mer, Diaphana, 2019. _____ En coréalisation avec le Mucem. _____ Replay et podcasts ohlesbeauxjours.fr

+ Lire la suite
Podcasts (17) Voir tous


Citations et extraits (324) Voir plus Ajouter une citation
Aharon Appelfeld
Eve-Yeshe   29 mai 2014
Aharon Appelfeld
Quand on rencontre quelqu'un, c'est signe qu'on devait croiser son chemin, c'est signe que l'on va recevoir de lui quelque chose qui nous manquait. Il ne faut pas ignorer ces rencontres. Dans chacune d'elles est contenue la promesse d'une découverte.





Adam et Thomas

Commenter  J’apprécie          600
carre   18 septembre 2012
Histoire d'une vie de Aharon Appelfeld
Dans le ghetto et les camps, j'avais vu des gens dans tout leur égoisme, leur bassesse, mais aussi dans leur générosité....

Ces instants rares ne faisaient pas qu' élever une lumière dans l'obscurité, ils ancraient en vous la foi en l'idée que l'homme n'est pas un insecte.
Commenter  J’apprécie          530
Aharon Appelfeld
HordeDuContreTemps   06 septembre 2021
Aharon Appelfeld
Nous devons accepter l’incompréhensible comme une part de nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          5311
HordeDuContreTemps   17 janvier 2022
Histoire d'une vie de Aharon Appelfeld
Chaque être qui a été sauvé pendant la guerre l'a été grâce à un homme qui, à l'heure d'un grand danger lui a tendu la main. Nous n'avons pas vu Dieu dans les camps mais nous y avons vu des justes.
Commenter  J’apprécie          500
HordeDuContreTemps   12 janvier 2022
Histoire d'une vie de Aharon Appelfeld
La séparation entre les vivants et les morts est une séparation fictive. Le passage est plus simple que nous ne l'imaginons. C'est juste un changement de lieu, et le gravissement d'un degré.
Commenter  J’apprécie          496
Aharon Appelfeld
kuroineko   19 avril 2019
Aharon Appelfeld
Seul l'art a le pouvoir de sortir la souffrance de l'abîme.
Commenter  J’apprécie          450
HordeDuContreTemps   13 janvier 2022
Histoire d'une vie de Aharon Appelfeld
La mémoire a des racines profondément ancrées dans le corps. Il suffit parfois de l'odeur de la paille pourrie ou du cri d'un oiseau pour me transporter loin et à l'intérieur. Je dis à l'intérieur, bien que je n'aie pas encore trouvé de mots pour ces violentes tâches de mémoire.
Commenter  J’apprécie          427
carre   05 août 2012
Histoire d'une vie de Aharon Appelfeld
Plus de cinquante ans passé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le coeur a beaucoup oublié, principalement des lieux, des dates, des noms de gens, et pourtant je ressens ces jours-là dans tout mon corps.
Commenter  J’apprécie          420
Sachenka   23 février 2016
Les eaux tumultueuses de Aharon Appelfeld
- La peur n'est qu'une ombre. Si on abat l'arbre, il n'y a plus d'ombre.

Elle fut choqué par la métaphore :

- Je ne comprends pas!

- La peur n'est pas réelle, elle est imaginaire.

- Toi, tu n'as pas peur?

- Une nuit, je me suis dit : la peur est inutile, il faut l'ignorer. Depuis, elle ne m'embête plus.
Commenter  J’apprécie          400
si-bemol   13 mai 2018
Histoire d'une vie de Aharon Appelfeld
La faim nous ramène à l'instinct, à la parole d'avant la parole. Celui qui vous a tendu un morceau de pain ou un peu d'eau alors que vous étiez effondré, terrassé par la faiblesse, la main qu'il a tendue, vous ne l'oublierez jamais.
Commenter  J’apprécie          382

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances : Surf Sisters de Michelle Dalton (facile

Qui sont les personnages principaux ?

Izzy, Lucas, Sophie et Nicole
Izzy, Ben, Sophie et Nicole
Izzy, Mo, Mickey et Ben
Izzy, son père, sa mère et Ben

15 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Surf sisters de Elizabeth LenhardCréer un quiz sur cet auteur