AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.66 /5 (sur 225 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Gourdinne , le 03/05/1946
Mort(e) à : Erezée , le 31/08/2011
Biographie :

André-Marcel Adamek, de son vrai nom Dammekens, est un écrivain belge d'expression française.

Il est né d’un père cheminot belge et d’une mère normande, fille de marin. Ce dernier trait instruit la thématique marine de son œuvre, d'où son roman, "Le plus grand sous-marin du monde" (2000), prix du Parlement de la Communauté française.

Sa vie d’errance le conduira vers cette mer, comme elle poussera son héros de cet autre récit fabuleux, "La fête interdite", paru en 1999 (et réédité en micro-roman chez Bernard Gilson en 1999).

Tour à tour steward sur la malle Ostende-Douvres, fabricant et commerçant de jouets (on lui doit l’invention de la crèche parlante et du porte-bouteilles superposable), grossiste en papeteries, éleveur de chèvres en Ardenne, ensuite nègre puis éditeur installé aux confins de l’Ardenne et la Famenne (les éditions Memory Press). Il a notamment édité Albin-Georges Terrien.

Il a écrit une vingtaine de romans et de recueils de poèmes. Ses romans ont été largement traduits et ont obtenu de nombreuses distinctions : prix Rossel 1974 pour "Le Fusil à pétales", le prix Jean Macé 1984 pour "Un imbécile au soleil", le prix triennal de la Communauté française 1997 pour "L’Oiseau des morts" (1995), le prix du Parlement pour le "Plus Grand Sous-Marin du monde" (2001), les prix des Lycéens 2005 et le prix Marcel Thiry 2004 pour "La Grande Nuit" (2003).

Il avait remporté plusieurs prix littéraires : en 1984, on lui a décerné le prix Jean Macé pour son livre "Un imbécile au soleil" (Luneau Ascot, 1983). Il a également été récompensé par le Prix Marcel Thiry en 2004 pour "La grande nuit" (La Renaissance du Livre, 2003).

Il a succombé à une longue maladie, à l'âge de 65 ans.
+ Voir plus
Source : wiki
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Alors que l'hiver approche, tout le village de Marselane attend l'arrivée des saltimbanques pour la traditionnelle fête de la Saint-Luc. Sadim, le montreur d'ours, arrive quelques jours avant l'ouverture de la fête et meurt en pleine représentation. La rumeur circule que les villageois de Marselane l'ont tué. de cette méprise va découler une terrible malédiction que les forains vont prononcer à l'encontre des habitants de Marselane. Les villageois, privés de la fête qui clôture la belle saison, envoient alors deux émissaires pour parlementer avec le prévôt des forains. Alban et Lauric partent pour un périple chargé d'aventures, d'amour et de morts. Les romans d'André-Marcel Adamek (1946-2011) ont remporté de nombreux prix et ont été largement traduits : "Le Fusil à pétales" (Prix Rossel), "Un imbécile au soleil" (Prix Jean Macé), "Le Maître des jardins noirs", "Le Plus Grand Sous-Marin du monde" (Prix du Parlement de la Communauté française), "Retour au village d'hiver", "La Fête interdite" ou encore "La Grande Nuit" (Prix des Lycéens).
+ Lire la suite
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92   22 septembre 2018
Le maître des jardins noirs de André-Marcel Adamek
Le seul remède pour conserver les regrets enlisés au fond de soi, c'est de s'abrutir de travail du matin au soir. Et quand la nuit vient, si on n'est pas encore tout à fait recru, il reste la télévision.

Commenter  J’apprécie          310
Nastie92   19 juillet 2018
Le maître des jardins noirs de André-Marcel Adamek
C'est fou ce qu'une lessive suspendue peut livrer comme détails sur l'intimité d'une famille. La petite, c'est à peu près sûr qu'elle fait pipi dans sa culotte ; son linge à elle occupe une bonne moitié des cordes. C'est de l'austère coton blanc sans fioritures, du bon marché qu'on remplace souvent. Lui, le Quentin, il doit transpirer des aisselles et changer de chemise tous les jours. J'en ai compté six, dont les manches interminables nagent dans le vent. Quant à elle, j'ai bien vu une rangée de slips multicolores, légers comme des fumées et tout juste assez grands pour couvrir un œuf, mais pas la moindre trace de soutien-gorge. J'en déduis qu'elle n'en porte pas et que c'est dans l'ordre des choses. Aucune chaussette ne présente la trace d'un raccommodage ; sans doute qu'ils les jettent dès qu'elles sont trouées. Pour le reste, ils doivent déjà s'être enrhumés parce qu'il y a bien quarante mouchoirs qui pendent.
Commenter  J’apprécie          230
Annette55   13 août 2018
Le maître des jardins noirs de André-Marcel Adamek
"Fin d'été , craquant orage

Ne cause pas grand dommage

Mais s'il vient en silence

Sans tambours ni lumières

Ses derniers coups de lance

Allumeront l'enfer. "
Commenter  J’apprécie          240
Nastie92   12 août 2018
Le maître des jardins noirs de André-Marcel Adamek
Pour venir à bout des petits travaux et entreprendre sans fatigue la construction des abris, Quentin fit l'acquisition d'un outillage spécialisé qui finit par occuper la moitié de la remise. Je pensais qu'avec un tel matériel, nous étions équipés pour le reste de nos jours, mais en matière de bricolage, c'était faire preuve d'une flagrante naïveté.

La profane que j'étais imaginait que pour le sciage, par exemple, il suffit d'une lame dentée montée sur un manche et, dans le meilleur des cas, actionnée par un moteur. Quand j'entendis pour la première fois parler de scie sauteuse, je crus que cette machine allait se mettre à bondir sur l'établi, mais Quentin m'affirma que l'engin était parfaitement inoffensif. Les lames interchangeables, dont il avait acheté une vaste panoplie, devaient lui permettre la découpe du zinc, du plastique, des agglomérés mais en aucun cas des bûches, car pour débiter notre bois de chauffage, il fallait recourir à une autre scie, qualifiée de circulaire. Celle-ci étant montée sur une table d'acier, elle s'avérait totalement inutile dans le déboisement ou l'élagage, opérations qui exigeaient l'achat d'une tronçonneuse, encore que cet outil pétaradant et par ailleurs inadéquat au nettoyage des haies n'excluait pas la possession d'une débroussailleuse à essence, ni d'un sécateur sur batteries. De belles planches ne pouvaient être obtenues qu'au moyen d'une scie à ruban et il n'était pas question de mettre une pierre ou une brique à la bonne mesure sans l'intervention d'une disqueuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
latina   19 décembre 2019
Le plus grand sous-marin du monde de André-Marcel Adamek
A chacune de ses visites à l'agence de mannequins, on lui trouvait toujours trop de chair sur les os. Le directeur la prenait à part en examinant les photos.

- Vous n'y êtes pas encore. Trop d'arrondis, trop d'ovales. La mode en est aux angles purs, à la spiritualité absolue...
Commenter  J’apprécie          160
sabine59   12 novembre 2018
Le maître des jardins noirs de André-Marcel Adamek




Autour de la lampe que le vent du soir faisait trembler, les projets et les rêves dansaient, pareils aux papillons qui venaient s'étourdir à la flamme.
Commenter  J’apprécie          140
krzysvanco   03 janvier 2020
La fête interdite de André-Marcel Adamek
Pour son repas quotidien, le tigre Ulysse dévore à l’ordinaire une tête de mouton ou une panse de bœuf qu’il termine par deux tonnelets d’eau fraîche mais, depuis que Farah partage sa cage, il veille à laisser intacte la moitié de sa pitance. Bien qu’elle se nourrisse devant lui de salades et de lentilles, il lui réserve obstinément une part de son repas qu’il pousse vers elle du bout de sa patte. Soucieuse de ne pas attrister son compagnon, la femme-serpent plonge les crocs dans les lambeaux sanglants et feint de les grignoter avec plaisir. Elle doit aussi être la première à lapper l’eau des tonnelets, sans quoi Ulysse se laisserait mourir de soif.
Commenter  J’apprécie          110
dedanso   18 octobre 2016
Le maître des jardins noirs de André-Marcel Adamek
Il fallait à tout prix que je dissimule mes appréhensions, sous peine de détruire un rêve que nous avions entretenu pendant des années et qui nous donnait la force de vivre dans l'espérance. (...) Un avenir paisible nous était apparu, porté par des saisons belles et fortes, dans le parfum des fleurs et l'amitié des animaux. Ici, nous avions dessiné l'image de notre bonheur. Je ne me sentais pas le droit d'en ternir l'éclat, et la crainte de céder à l'abattement fit renaître en moi des forces insoupçonnées.
Commenter  J’apprécie          110
JunoR   06 mai 2017
Le fusil à pétales de André-Marcel Adamek
L'été s'évanouissait doucement: les premier brouillards s'étaient élevés de la terre et chaque matin, un écran de vapeur déformait le profil des collines. Vers neuf heures, le veut du sud surgissait de l'horizon invisible. Il roulait dans les feuillages, aspirait la rosée, pourchassait les brumes. Et alors le soleil apparaissant comme une lanterne dans l'air trouble. Et puis, le vent du Sud prenait un nouvel envol. Il passait en sifflant sur les crêtes de la forêt et s'élevait à la verticale. Bientôt, le ciel était lavé et c'était comme un grand lac tranquille, sans remous, avec des rivages d'arbres musiciens et de prairies désertes.
Commenter  J’apprécie          60
mosaique92   05 janvier 2020
Le maître des jardins noirs de André-Marcel Adamek
On ne sème pas l’épeautre sur un ossuaire de pestiférés. (…) Sur cette terre noire et putride ne poussent que les fleurs de la mort : la belladone, la jusquiame et la lauréole y abondent. On y trouve aussi, à l’automne, les amanites les plus vénéneuses et des bolets satans pansus comme des outres. » (…)

Combien étaient-ils mes frères des jardins noirs, quand s’est éteint le souffle de leurs espérances ? Trois cents, quatre cents peut-être ? La peste qui les a emportés leur a couvert le corps de bubons. Celle qui me conduit parmi eux, au détour des sentes traversées de serpents, me ronge lentement.
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de André-Marcel Adamek (215)Voir plus


Quiz Voir plus

LNHI-24745: littérature - les familles dans 'Le trône de fer'

La famille ARRYN est l'une des grandes maisons des Sept Couronnes et gouverne la région du Val. Son blason est un faucon blanc sur ciel de lune blanche, et sa devise est « Aussi haute qu'honneur ». Quelle type d'habitation est la forteresse des Eyrié, siège de cette famille?

une haute tour en bord de mer
un petit château situé au sommet d'une montagne
une caverne labyrinthique aménagée dans une falaise

9 questions
72 lecteurs ont répondu
Thème : Le Trône de Fer, Intégrale 1 : A Game of Thrones de George R.R. MartinCréer un quiz sur cet auteur
.. ..