AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Anne Bert (65)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées


Le tout dernier été
  23 mai 2020
Le tout dernier été de Anne Bert
Un livre qui change un peu la vision des choses concernant le choix de la fin
Commenter  J’apprécie          10
Le tout dernier été
  01 février 2020
Le tout dernier été de Anne Bert
Un témoignage émouvant et très digne sur les derniers instants d'un parcours de vie quand la maladie vient précipiter la fin. Une belle ôde aussi à tous ces moments de grâce qu'il faut savoir apprécier tels que la lente métamorphose de la nature aux changements de saison, les moments patagés en famille ou amis, les petites joies du quotidien...

Un acte militant aussi, véritable plaidoyer afin que la médecine ne soit plus seulement une injonction à soigner côute que côute, mais aussi un recours afin d'accompagner une fin de vie...Un récit fluide, sans faux-semblants, jamais larmoyant mais profondément touchant.
Commenter  J’apprécie          00
Le tout dernier été
  12 octobre 2019
Le tout dernier été de Anne Bert
Un très beau livre tout en pudeur pour évoquer la Maladie de Charcot et le choix de sa fin de vie
Commenter  J’apprécie          00
Le tout dernier été
  09 août 2019
Le tout dernier été de Anne Bert
en refermant ce livre,peu de mots me viennent,tant l'émotion m'envahit...

Il s'agit de la Mort,de sa propre mort racontée,organisée par l'auteur qui ne veut pas agoniser,dépérir se sachant condamnée,emprisonnée par la Maladie.

Elle va décider d'aller en Belgique où l'euthanasie active est légalisée.Elle parle de ses passeurs qui vont l'aider à passer sur l'autre rive,à fuir cette Maladie tout comme les Migrants fuient leurs pays car privés de leur liberté.

Des passeurs d'âme...

J'aime beaucoup sa lucidité,sa pudeur face à la Mort.Elle n'est pas pathétique et pourtant,elle chante l'hymne de la vie, l'amour des siens qu'elle veut préserver de cette image de souffrance,de déchéance.

Elle veut rester digne jusqu'à la fin,bravo, on en ressort humainement grandi!
Commenter  J’apprécie          231
L'eau à la bouche
  17 décembre 2018
L'eau à la bouche de Anne Bert
J’aime les textes d’Anne Bert. Elle fait naître la sublime débauche, la délicieuse descente vers le plaisir sexuel littéraire évocateur. Ces nouvelles sont polissonnes, offertes, généreuses, pleines de spasmes nécessaires. Pleines de belle envies, pleine de joies crues. Pleines d’images devenant des fantasmes et vice versa.

Des scènes courtes ou un peu plus longues, un décor simple, une urgence à voir, à savoir, à expérimenter, à lâcher prise, à aimer l’autre avec son exotisme à laisser de côté les tabous. L’intrigue de chaque nouvelle excite.

Que demander de mieux à la littérature ?

Je pense aimer d’autres textes d’Anne Bert.

Commenter  J’apprécie          150
Le tout dernier été
  13 décembre 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
"J'aime trop la vie pour me laisser mourir" Tout est dit dans cette citation. L'auteure est atteinte de la maladie de Charcot, quoiqu'il arrive elle en connait l'issue. C'est elle qui voudra en choisir la fin, elle nous raconte ce cheminement à travers son dernier été, tout en pudeur. Et avec ses mots, ses choix, cette séparation semble plus facile.

Ce témoignage a relancé le débat sur la fin de vie.
Commenter  J’apprécie          10
Le tout dernier été
  11 novembre 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Ce récit est le dernier écrit de Anne Bert, récit dans lequel elle nous livre son combat perdu d'avance face à la maladie.



Alors qu'elle est atteinte de sclérose latérale amyotrophique (SLA) plus connue sous le nom de la maladie Charcot, elle nous livre son ressenti face à son corps qui refuse de faire part unique et entière avec elle, mais surtout comment elle a décidé de vivre ses derniers mois auprès des siens, famille et amis, avant de choisir le moment où ce sera elle et non pas la maladie qui décidera du jour où elle rentrera la grande faucheuse.

Ce récit se veut être une porte sur le choix du malade : il partira quand il voudra. Actuellement en France le malade n'a pas la liberté de ce choix. Il doit pour cela  se rendre en Belgique ou en Suisse. Avant de faire le grand pas, le malade peut rencontrer des personnes que l'on nomme "passeurs". Ces personnes apporteront un soutien a ceux qui souhaitent mettre un terme à leur vie quand la médecine traditionnelle ne peut plus soigner le corps.

Ce court récit poignant est emprunt d'une grande humanité car effectuer cette démarche c'est aussi préparer ses proches au départ tout en préservant le bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le tout dernier été
  08 novembre 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
J'ai été touchée, attristée et également admirative de la force de vie qui émane de ces lignes. Anne Bert sait en des mots choisis nous faire partager sa détresse face à cette terrible maladie, sans pathos, simplement et posément. Un acte de courage et une force vive face à l'irrémédiabilité de la maladie et pour choisir de mourir dans la dignité.
Commenter  J’apprécie          100
Le tout dernier été
  15 octobre 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Dans ce petit roman qui est paru après sa mort, Anne Bert nous parle de sa vie entre l’annonce de sa maladie de Charcot jusqu’à son choix final. Elle ne pouvait pas supporter l’idée de voir son corps se dégrader, s’emmurer, ne plus répondre, il lui restait une ultime liberté : celle de choisir la façon dont elle va mourir. Pour cela, elle explique qu’elle a du se rendre en Belgique car en France, le suicide assisté est interdit. Son récit est tout en pudeur, il n’y a pas de colère, de haine. On est pas de le voyeurisme malsain en lisant ce livre (c’était un peu ma peur) car elle ne rentre pas dans les détails inutiles, qui ne nous regardent pas. Elle fait passer son message tout en dignité. On ressent son amour pour les mots, chacun n’est pas choisit au hasard. Que l’on soit pour ou contre, on ne peut pas rester insensible à son histoire.
Commenter  J’apprécie          120
Le tout dernier été
  25 juillet 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Question: faut il vivre l'indicible, même la mort pour écrire le livre ultime ?

Sans doute. Car au delà du légitime combat pour la dignité, A.Bert nous a légué un ouvrage poignant d'humanité, de vie et d'espoir.

Lire "Le tout dernier été" devrait être un incontournable en terme d'éducation et de réflexion sociale et morale...
Commenter  J’apprécie          10
Le tout dernier été
  24 juillet 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Anne Bert, atteinte d'une maladie incurable (la maladie de Charcot), décide de se faire euthanasier en Belgique. C'est une maladie invalidante qui fait que la personne se sent emmurée dans son propre corps. Avant d'être totalement dépendante, elle a fait son choix d'arrêter de vivre car "elle aime trop la vie pour se laisser mourir "..

Il est très difficile de parler de ce témoignage. En fait, ce n'est pas un plaidoyer pour ou contre l'euthanasie. Elle nous raconte ici son parcours et ses dernières fois.. La senteur des lilas, sa dernière conduite, ses derniers au-revoirs .. C'est parfois drôle, très émouvant, mais sans pathos et surtout avec une certaine pudeur...

C'est un récit qui parle de la maladie certes mais des rapports humains, des rapports soignant soigné. ..

Parler de coup de coeur pour ce témoignage serait déplacé, je ne peux que vous le conseillez grandement ..

Un livre qui vous fera réfléchir. .

A savoir que ce livre à été publié à titre posthume, elle a été euthanasiée la veille de la publication
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le tout dernier été
  09 juillet 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Pas très simple d’écrire cette critique, mais je pense que la lecture de ce livre et en parler est très important pour notre société, pour nous êtres humains.

L’été dernier j’avais été touchée et bouleversée par l’histoire d’Anne Bert, auteure que je ne connaissais pas, mais qui faisait le tour des plateaux télé, avec beaucoup de courage je trouve, pour parler de sa vie, de sa maladie, la maladie de Charcot, actuellement incurable, et du livre qu’elle écrivait pour relater son tout dernier été avant son euthanasie en Belgique, puisque tel était son choix. En effet, cette saloperie de maladie qui provoque une paralysie progressive de l'ensemble de la musculature squelettique des membres, du tronc (y compris les muscles respiratoires) et de l'extrémité céphalique, et donc à terme, de manière assez rapide, la mort dans des conditions affreuses. En pleine conscience, Anne Bert a fait le choix de ne pas aller jusqu’au bout de son chemin de souffrance mais de demander une assistance médicale pour en finir avec la vie au moment où elle estimera que c’est le moment. Et ce moment s’est déroulé le 3 octobre 2017. Elle a dû se rendre en Belgique car en France, on impose aux malades d’aller au bout de leur agonie. J’ai admiré le combat d’Anne Bert pour que son expérience puisse réveiller les consciences et surtout les politiques pour qu’enfin la loi française laisse enfin le choix à toute personne sur la façon dont elle va mourir et quand. C’est le minimum des droits que devrait avoir tout être humain. Alors, voilà, lisez « Le tout dernier été » d’Anne Bert et réfléchissez sur le sujet et partagez…. C’est la moindre des choses que l’on puisse faire pour elle, pour nous… Car cela peut arriver à tout le monde.


Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le tout dernier été
  05 juin 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Anne Bert se sait condamnée par la Sclérose Latérale Amyotrophique. Elle refuse d'attendre que la maladie fasse son œuvre et qu'elle l'a laisse totalement grabataire et dépendante. Aussi, elle décide de mourir dignement tant qu'elle le peut encore. Elle va donc se rendre en Belgique.

L'auteur nous raconte ici son dernier été...

Un récit pudique où elle évoque ses renoncements, des dernières fois mais aussi encore une première fois !

Elle nous raconte cette déconnexion corporelle, cette trahison de son corps et cette mise à distance...

Un magnifique témoignage sur le corps, le vécu corporel dans la maladie.

Toujours avec beaucoup de pudeur, bien loin du pathos, Anne Bert aborde les au revoir avec les gens qu'elle aime...

Une écriture très poétique

Commenter  J’apprécie          00
Le tout dernier été
  30 avril 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Avons-nous vraiment conscience de ces choses toutes simples que l'on fait chaque jours sans y réfléchir ? Marcher, respirer, parler, manger, désirer... Autant de verbes qui qualifient des actes anodins pour nous inconscients mais pas pour Anne Bert.



Son nom ne vous dit peut-être rien, mais une fois que vous connaîtrez son histoire, vous ne pourrez pas l'oublier.



Amoureuse de sa vie, femme comblée et mère accomplie, Anne Bert savourait les petits plaisirs sans penser qu'ils pourraient être les derniers qu'elle vivrait pour certains.

Quand son corps va commencer à la faire souffrir, Anne va fermer les yeux le temps d'appréhender la réalité. Cette enveloppe qui renferme son énergie vitale va devenir son geôlier. Anne Bert est atteinte d'un mal incurable : la maladie de Charcot.



Jour après jour, son corps va emprisonner la femme vivante et passionnée qu'elle a été jusqu'à la transformer en coquille vide. Pendant deux ans, Anne Bert va se battre pour contrer cet ennemi qui s'est imposé dans sa vie. Mais malgré cette lutte, l'issue est inévitable et Anne ne peut se résoudre à accepter cette incarcération forcée dans son propre corps.



Pouvoir choisir sa fin de vie devrait être une chose possible dans notre pays. Qui a le pouvoir de vie ou de mort en dehors de soi-même ? Personne. Pourtant notre pays ne juge pas bon de remédier à cet état de fait.

Afin d'accéder à ses dernières volontés, Anne Bert va devoir s'exiler. Elle va devoir quitter ses terres, les siens pour aller à la rencontre de ses passeurs. Ces hommes et ses femmes vont accompagner Anne jusqu'à son dernier souffle.



Le temps d'un été, Anne Bert va retranscrire ses émotions, ses dernières fois et ses peines dans un bouleversant témoignage. Tout en pudeur et en poésie, les mots s'égrainent et nous rapprochent inexorablement de cette femme amoureuse des mots.



Le tout dernier été est une ode à la vie qui entre les lignes nous révèle la frustration et la douleur de devoir s'éloigner des siens pour pouvoir quitter ce monde selon ses choix.



Anne Bert a vécu une unique et dernière fois le 2 octobre 2017. Deux jours plus tard, son livre paraissait aux éditions Fayard, qui l'ont accompagné dans le processus d'écriture et qui ont permis de faire entendre sa voix une ultime fois.

Anne Bert doit compter parmi les derniers exilés forcés qui n'avaient qu'une volonté : s'éteindre en leur âme et conscience près de leurs proches et dans leur beau pays qu'est la France.
Lien : https://lepuydeslivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le tout dernier été
  29 avril 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Anne Bert, bien qu'auteure prolixe, est surtout connue pour son dernier combat. A l'aube de ses soixante ans, le couperet tombe : maladie de Charcot. Dès lors, elle sait que son avenir se comptera en mois, en semaines, en jours. Elle a lutté de toutes ses forces mais son corps a fini par l'abandonner. Elle a donc décidé de médiatiser sa maladie, la déchéance de son corps, son désir de mourir sans attendre d'être enfermée dans ce corps qui ne lui appartiendrait plus.



Un livre merveilleux de pudeur, de profondeur. En aucun cas larmoyant. Je me suis même surprise à le lire avec une certaine distance, non pas pour me rassurer (ça n'est pas moi, ouf!), mais parce que les mots choisis sont si personnels, les lieux familiers me sont si étrangers. Ce livre est une ode aux souvenirs de la vie, à la beauté de la nature, à l'amour pour nos êtres aimés.



Interdire à quelqu'un, en pleine possession de ses moyens intellectuels, le droit de mourir... Et garder les bras croisés en le regardant implorer d'abréger ses souffrances "stop, je ne veux plus, laissez-moi partir, aidez-moi à partir car je ne le peux pas, physiquement, je ne le peux pas", c'est inhumain. Satan ne ferait pas pire. Qui sommes-nous pour imposer une double peine? Sous couvert de quel argument "bien-pensant" nous cachons-nous pour ne pas avoir à réfléchir ? Nous faisons plus preuve de bienveillance avec nos animaux chéris qu'avec nos êtres chers... N'y a-t-il pas une injustice et un manque de logique ici? Le débat ne mérite t'il pas d'être ouvert?



Anne Bert ne juge pas. Ce n'est ni un pamphlet contre, ni un plaidoyer pour.



C'est juste sa vie, son corps, sa souffrance, sa déchéance, sa solitude face à l'inévitable.



Un livre fort, unique, je vous le conseille fortement.
Lien : https://mespetitescritiquesl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Le tout dernier été
  24 avril 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Superbe livre écrit par l'auteure qui couche sur papier ses derniers mois, ses pensées, questionnements et derniers moments de vie avant son euthanasie. Souffrant d'une SLA, Anne se voit contrainte de se battre pour obtenir le droit d'avoir le choix de vivre son départ comme elle l'entend et de "mourir vivante" et non piégée dans un corps qui ne lui appartient déjà plus.

Pour y parvenir, elle devra quitter la france pour la belgique.

Poignant, authentique et fort. J'ai eu la gorge nouée à plusieurs reprises tant ce récit et profond et tellement la plume de cette auteure maintenant défunte est belle, réfléchie et poétique.

Un grand roman, une grande lettre de plaidoyer pour le droit de partir dignement.
Commenter  J’apprécie          30
Le tout dernier été
  08 avril 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Anne Bert aime tellement la vie qu'elle ne peut se résoudre à vivre à moitié c’est-à-dire dépendante des autres pour accomplir tous les actes de sa vie quotidienne. Elle est en effet atteinte de la maladie de Charcot. Alors comme la France ne lui permet pas de décider de mourir, c’est en Belgique qu’elle trouvera des passeurs de vie qui l’accompagneront dans ses derniers instants de vie.

Et c’est durant son dernier été qu’elle rédige ce récit qu’elle décrit comme « des fragments de ce face à face avec la finitude, une histoire qui échappe à la chronologie. » 17 chapitres pour découvrir qui elle est, ce qui la fait vibrer, la terrible annonce de sa maladie, ses souffrances, sa famille, son entourage familial.

Malgré la gravité du sujet, j’ai trouvé qu’Anne Bert nous donnait à voir son goût pour la vie et ce qui en faisait le sel pour elle à travers de brefs moments qui pourraient être comme piochés sur le vif. Je n’ai pas lu ce livre comme un acte militant pour le droit à mourir mais comme le témoignage d’une femme qui choisit en conscience de cesser de vivre une vie qu’elle juge insupportable pour elle. J’ai bien aimé et en même temps j’ai préféré En souvenir d’André de Martin Winckler et Tout s’est bien passé d’Emmanuèle Bernheim. Deux livres qui traitent aussi du choix de la fin de sa vie.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Le tout dernier été
  25 mars 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Un émouvant témoignage sur le dernier été d'Anne Bert.

Je m'attendais à lire un plaidoyer sur l'euthanasie, mais pas du tout.

Anne Bert raconte sa vie depuis la nouvelle de l'atteinte de sa maladie, sa décision et les derniers moments avant la fin.

Ce qui m'a marquée dans ce récit, ce sont tous les moments où elle explique que c'était le dernier.

A travers ce livre, elle espérait sans doute pouvoir faire avancer le débat à sa manière et je l'espère aussi.



Commenter  J’apprécie          40
Le tout dernier été
  16 mars 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Ce récit est un témoignage. Ce n'est ni un plaidoyer, ni un acte militant, ce n'est même pas une explication, c'est un témoignage. Quelques pages du quotidien d'Anne Bert, qui, à l'annonce de la maladie et de la certitude d'une mort lente et terriblement douloureuse, décide de ne pas attendre la déchéance et d'aller mourir en Belgique, là où la loi autorise l'euthanasie. La SLA, aussi appelée Maladie de Charcot, va peu à peu l'emmurer vivante dans ce corps qui se paralyse jour après jour. Vient alors le questionnement de ce qu'elle est prête à accepter ou non, elle qui aime tant la vie, la vraie, active, indépendante, énergique. Ce livre nous rappelle qu'il n'y a, évidemment, pas de réponse toute faite à la question des limites que chacun est prêt à se fixer avant de dire "c'est inacceptable pour moi de continuer à vivre dans ces conditions". Il nous rappelle aussi qu'en France, au 21ème siècle, celles et ceux qui font ce choix de l'aide active à mourir ne peuvent pas le faire dans leur pays, et sont contraints à l'exil, épreuve supplémentaire. Serait-il si terrible d'accéder aux demandes éclairées des mourants qui, en conscience, souhaitent dire "stop, je veux partir, puisque je le dois" ?

Le livre d'Anne Bert ne s'adresse pas à des militants d'une cause ou d'une autre, il s'adresse à chacun de nous, humains, empathiques, pour essayer de comprendre une décision, avec l'éclairage de son terrible contexte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le tout dernier été
  03 février 2018
Le tout dernier été de Anne Bert
Récit poignant, écrit avec pudeur et courage.
Commenter  J’apprécie          00




Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-32791: littérature - romans libertins et leurs auteurs

Le roman 'Le sopha, conte moral' (Claude P. de Crébillon, 1737) est une série de rencontres amoureuses narrées par un certain Amanzéï. Comment ce narrateur a-t-il appris toutes les histoires qu'il raconte au sultan Schah-Baham?

Il les a simplement vécues lui-même avec 7 femmes, en 7 ans.
Transformé en divan, il a participé en tant que meuble à ces histoires.
C'est son grand-père, grand amateur de femmes, qui les lui a racontées.

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman léger , libertins , érotismeCréer un quiz sur cet auteur