AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.53 /5 (sur 1723 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Zurich , le 29/02/1948
Biographie :

Martin Suter est un écrivain suisse alémanique d'expression allemande.


Après avoir travaillé dans le domaine de la publicité, période pendant laquelle il était déjà l'auteur de reportages pour des magazines (notamment GEO) et la télévision, il a décidé de se consacrer à l'écriture (de romans) dès 1991.


De 1992 au début 2004, il a signé la chronique Business Class dans l'hebdomadaire sur papier journal Die Weltwoche, colonne qui, depuis, a été transférée dans le supplément hebdomadaire Das Magazin du quotidien Tages-Anzeiger. Pour ces textes, dont certains ont été publiés sous forme de recueil en allemand, il a reçu en 1995 le Prix autrichien de l'industrie.

Pour son roman Small World, il a reçu, en 1997, le Prix du canton de Zurich et, en 1998, le Prix du premier roman étranger.

Son succès international – de très nombreuses traductions – lui a permis d'aller vivre de manière permanente à Ibiza et au Guatemala avec son épouse Margrith Nay Suter, qui est architecte.

En 2007, il écrit trois textes pour Stephan Eicher sur son album Eldorado: Weiss Nid Was Es Isch, Charly et Zrügg Zu Mir.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Martin Suter parle de Montecristo .
Martin Suter parle de son roman Montecristo, thriller remarquablement documenté sur le monde banacaire suisse. Entretien réalisé par Dominique Conil et Sophie Dufau.
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (149) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   27 juin 2013
Le temps, le temps de Martin Suter
C'était une autre des milles choses qui manquait tellement à Taler depuis la mort de Laura : cette coexistence silencieuse qui pouvait durer des heures. Aucun des deux ne s'était jamais senti obligé de parler s'il n'en avait pas envie. Pouvoir se taire ensemble, avait un jour remarqué Laura, témoignait d'une plus grande harmonie que parler ensemble.
Commenter  J’apprécie          340
luocine   23 juin 2010
Le cuisinier de Martin Suter
- Je croyais que les castes avaient été abolies ?

- Exact. Mais tu dois faire partie de la bonne caste abolie.

Commenter  J’apprécie          210
kathel   21 février 2010
Le dernier des Weynfeldt de Martin Suter
Weynfeldt passa à la salle de bains, prit une douche et mit un pyjama frais. Comme chaque soir. Il en possédait quatorze, tous fournis par son tailleur de chemises, tous pourvus d'un monogramme, six bleu clair pour les jours pairs, six blancs à rayures bleues pour les jours impairs, deux blancs pour les dimanches. L'une des petites marottes qu'il s'autorisait et qui lui permettaient d'apporter un peu de luxe et de régularité dans sa vie. Car il croyait à la régularité comme à une vertu prolongeant l'existence.

Mais la théorie inverse existait aussi: la régularité rendait les journées uniformes, or plus les évènements et les habitudes se répétaient, plus les jours se ressemblaient, et avec eux les années. Jusqu'à ce que la vie vous donne un jour l'impression de n'être qu'une seule et même journée.

Weinfeldt était convaincu du contraire. Plus on faisait le même chose, plus on fréquentait les mêmes lieux, plus on rencontrait les mêmes gens et plus les différences étaient réduites, plus le temps passait sans se faire remarquer, Une personne que l'on voit chaque mois plutôt que chaque année a toujours le même âge. Et l'on donne aussi à l'autre l'impression de ne pas vieillir.

La régularité ralentit de cours du temps. Weynfelt en était fermement persuadé. Les distractions peuvent certes rendre la vie plus riche en évènements, mais elle la raccourcissent aussi à coup sûr.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LUKE59   29 mai 2012
Le cuisinier de Martin Suter
Le pachadi aux fleurs de nîm était déjà prêt. Il l' avait préparé à l' ancienne, avec les fleurs amères du margousier, le nectar suave des fleurs de palmier de Palmyre mâles, le jus acide des fruits du tamarinier, la chair de fruit fraîche de la mangue et l' enveloppe piquante des piments. Car un pachadi aux fleurs de nîm devait avoir le goût de la vie : amer, sucré, acide, frais et épicé.(p 72)
Commenter  J’apprécie          170
le_Bison   04 juillet 2013
Le temps, le temps de Martin Suter
Taler but une gorgée. De toutes les boissons qu’il connaissait, la bière frappée était sa préférée. La sensation qu’elle procurait à la bouche, la manière dont elle descendait dans la gorge, les précautions avec lesquelles elle déployait son effet – tout cela était admirable et rien ne le valait.
Commenter  J’apprécie          170
Shan_Ze   22 décembre 2017
Small World de Martin Suter
- Un triste adieu.

- Mais n'est-ce pas aussi une délivrance ?

Il réfléchit.

- Quand celui qui avait été condamné à vie quitte la prison, c'est aussi un adieu.
Commenter  J’apprécie          170
chrisantem   07 juillet 2020
Éléphant de Martin Suter
Quels noms portent les éléphants ? Il n’en connaissait qu’un : Sabou. C’était celui du pachyderme qui, quelques années plus tôt, s’était évadé d’un cirque à Zurich, avait pris le temps d’un bon bain dans le lac et était ensuite allé se promener dans la rue de la Gare. Le nom lui était resté en mémoire parce que l’éléphant l’avait impressionné. Comme lui, l’animal avait fichu le camp et abandonné une vie confortable.
Commenter  J’apprécie          10
le_Bison   01 juillet 2013
Le temps, le temps de Martin Suter
Debout à la fenêtre, Peter Taler tenait sa bouteille de bière à deux doigts, par le goulot, afin que sa main n'en réchauffe pas le contenu. Comme s'il avait jamais laissé à la bière qu'il prenait à son retour du travail le temps de tiédir.
Commenter  J’apprécie          150
Readingintherain   05 mai 2011
Allmen et les libellules de Martin Suter
Allmen était un toxicomane de la lecture. Cela avait commencé dès ses premiers pas dans le livre. Il avait rapidement constaté que lire était la manière la plus simple, la plus efficace et la plus belle d'échapper à son environnement.
Commenter  J’apprécie          150
Tandarica   22 mars 2016
Montecristo de Martin Suter
Soudain, Mme Knezevic lança :

— Ce n'étaient pas des Serbes.

— Pourquoi pas ?

— Des Serbes auraient pris ordinateur. Et caméra. Et chaîne. Tout.

— La police dit que c'étaient des Albanais, des Roumains ou des Marocains.

Mme Knezevic y réfléchit un bref instant. Puis elle agita la tête avec détermination.

— Eux aussi auraient tout pris.

(p. 59)
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ennio Morricone

Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois la Révolution... Comment se nomme le réalisateur de ces films, complice d'Ennio Morricone?

Francis Ford Coppola
Sergio Leone
Martin Scorcese

8 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : films , filmographie , cinema , compositeur , bande originale , adapté au cinéma , littérature , polar noir , romans policiers et polars , Musique de filmCréer un quiz sur cet auteur

.. ..