AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.54 /5 (sur 796 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Payerne, Vaud , le 01/03/1934
Mort(e) à : Yverdon-les-Bains , le 09/10/2009
Biographie :

Le poète et écrivain Jacques Chessex est aujourd'hui considéré comme l'un des écrivains les plus remarquables de Suisse romande.

Durant plusieurs décennies, ses poèmes, ses romans et récits, mais aussi ses «chroniques» et ses nombreux essais exercent un impact certain sur la littérature romande. Il possède également un public important en France.

Il est le seul écrivain suisse ayant reçu le prix Goncourt (en 1973 pour l'Ogre), mais également le prix Goncourt de la poésie en 2004.

En 2007, Jacques Chessex reçoit le Prix Jean Giono pour Le Vampire de Ropraz.

Le fonds d'archives de Jacques Chessex se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Payot - Marque Page - Jacques Chessex - Le dernier crâne de M. de Sade
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (175) Voir plus Ajouter une citation
Mahpee   23 septembre 2014
Le Désir de la neige de Jacques Chessex
Il est sept heures trente

La cloche de la chapelle sonne

Et déjà se dissout dans l'air



Ah ni ce bruit ni mon être

Longtemps ne résonnent

Des bruits du monde

Ainsi j'apprends

A être rien

A l'heure matinale où commencent à jaillir

Des cris d'oiseaux

Qui seront rien quelques secondes plus tard

Dans ce temps et cet espace

Où j'écris rien





(D'ailleurs plus tard n'a pas de sens

L'éblouissement est dans l'Instant

Hors de cette simplicité il n'y a rien)
Commenter  J’apprécie          210
wellibus2   15 décembre 2014
Le vampire de Ropraz de Jacques Chessex
..... Ancestralement tout est maléfique et dangereux dans ces campagnes perdues, l'orage qui gonfle les rivières, la foudre qui met le feu aux toits, la sécheresse qui tue les champs, grille l'herbe, rapetisse et racornit les fruits, la pluie qui pourrit la récolte et ravine les cultures .

.... On se méfie des vagabonds, des mendiants, des prédicateurs ambulants chapardeurs comme des romanichels. On chasse les gens du voyage, bohémiens, tsiganes, on fait fuir les colporteurs à coup de fourche.



.... Mais voilà le 20 février, voilà le règne du vampire qui résume toutes les craintes, les violences, la folie rentrée, et resserre sur l'insaisissable l'horrible secret du monde mauvais.
Commenter  J’apprécie          190
Mahpee   27 octobre 2014
Le Désir de la neige de Jacques Chessex
Tu entras dans mon rêve



Tu entras dans mon rêve et me rejoignis

L'air était brillant de fleurs autour de ta tête

Maintenant tu rejoins l'inivisible dont tu es venue

Le cours peu imaginable du non-vivant



Quand je t'ai vue au milieu des vives couleurs

J'étais inquiet de ta clarté trop certaine

A la portée de tous



Aujourd'hui

Je souhaite que ta voix gagne mon sommeil

Que la nuit s'ouvre à tout ce qui n'est plus toi

Pour le repos de mon corps et la paix de mon âme

Allant sans toi

Comme avant ton apparition dans la splendeur

Où je n'ai pas su te garder
Commenter  J’apprécie          190
wellibus2   14 décembre 2014
Le vampire de Ropraz de Jacques Chessex
23 février1903

La feuille de Lausanne



Cette triste affaire, écrit le journal, aura dans notre pays un douloureux retentissement. Jamais encore la chronique du crime n'avait eu à enregistrer en Suisse un acte aussi abominable. Il est vivement à désirer, pour la tranquillité de la conscience publique, que le coupable tombe entre les mains de la justice et reçoive le châtiment exemplaire qu'il mérite. Les hyènes ont l'excuse de la faim pour déterrer les cadavres. Pour lui, pour cet ignoble vampire, nous n'en trouvons pas.

Commenter  J’apprécie          190
ericlesapiens   24 janvier 2018
L'interrogatoire de Jacques Chessex
La littérature, c'est la guerre. Mon armée, ce sont mes livres.
Commenter  J’apprécie          200
araucaria   08 juillet 2017
L'Ogre de Jacques Chessex
C'en était trop. Jean Calmet, furieux, froissa la double feuille craquante, en fit une boule et la jeta vivement dans un coin de la véranda, derrière une colonie de plantes vertes.

- Qu'est-ce qui te prend? dit timidement Mme Calmet. Il y a quelque chose qui t'a blessé?

A quoi bon répondre? Il était humilié de son geste. Il regardait la vieille femme courbée avec colère, il souffrait qu'elle fût sa mère, qu'elle dût mourir, qu'elle fût réduite en cendres elle aussi avant qu'il pût lui dire au moins une partie de ce qui l'écrasait depuis des années. S'était-elle doutée de quelque chose? Avait-elle deviné, dans le fond de son coeur, l'angoisse de son benjamin, ses terreurs, son besoin de tendresse, cette faim qui lui martyrisait l'âme et la fibre? Alors Jean Calmet fit un geste qu'il n'avait jamais accompli, qu'il n'avait même jamais imaginé qu'il ferait : il se leva, il marcha vers sa mère, il la souleva de son fauteuil et il l'étreignit, la pressa contre lui, fluette, osseuse, il serra dans ses bras ce petit être dérisoire qui ne se débattait pas, qui ne réagissait pas, simplement elle se laissait enlacer jusqu'à l'oppression, elle soufflait plus fort, Jean Calmet pensa au halètement de Thérèse sous le couvre-lit d'or. Toi aussi tu a été Ophélie, songeait-il en enlaçant le corps décharné, toi aussi tu as enchanté, bercé, choyé, tu étais Circé, Mélusine, tu étais Morgane, tu étais toutes les fées des contes et maintenant tes os saillent et les rides lacèrent ton visage!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ericlesapiens   12 mai 2018
Revanche des purs de Jacques Chessex
Faire-part



Je vous envoie mon faire-part

Sans cri sans regret ou larmes

Maintenant j'ai la paix pour penser

A mon peu de vertu ou d'armes



Maintenant je tiens peu de place

Juste un invisible espace

Entre mon ancienne vie et moi

Je n'habite même plus un corps

Où voulez-vous que ma voix parle

Si je n'ai plus de tête ou de langue

Et ma cendre est déjà poussière

Dans l'enclos où viendrait l'accord



Maintenant l'air se ferme

Ni aucune chair ni même

la lumière où j'attendais

Le sens d'avant et d'après
Commenter  J’apprécie          170
araucaria   03 juillet 2017
L'Ogre de Jacques Chessex
Assis dans un fauteuil d'osier au milieu de sa petite boutique, M. Liechti lisait un magazine italien. Il s'épanouit, se leva et Jean Calmet éprouva un rassurant sentiment de tranquillité à revoir les longues dents écartées, les joues creuses et le haut front dégarni du vieux coiffeur. Un peigne blanchâtre sortait de la pochette de sa blouse bleue. D'un geste théâtral il invita Jean Calmet à prendre place dans l'un de ses deux fauteuils de cuir usé. Jean s'assit, se renversa légèrement, sa nuque rencontra la fraîcheur de l'appuie-tête. Aussitôt l'envahit un plaisir annonciateur d'une félicité plus complète. Mais il ne fallait rien presser. M. Liechti avait des gestes lents, méticuleux, et Jean Calmet s'enchanta de ces préparatifs dans la boutique silencieuse où flottaient les effluves acides des eaux de Cologne.
Commenter  J’apprécie          160
ericlesapiens   12 avril 2018
Revanche des purs de Jacques Chessex
Pâques 2005



Sur l'os la primevère

Née de la nuit charnelle

Des siècles elle ouvre l'air

Je la veux en moi



Non pour m'approprier Ton ciel !

Ou vaincre à ma façon la mort

Pauvre infirme à croire

Lutter contre le vide avec Ton nom



Sur le vide et la mort la primevère

A quoi rien ajouter ni enlever

Je vois sa splendeur emplir l'air

En moi braise maternelle à me porter
Commenter  J’apprécie          160
Nanne   26 avril 2010
Le dernier crâne de M. de Sade de Jacques Chessex
- [...] Premièrement, j'interdis que mon corps soit autopsié. Je sais trop que c'est l'usage ici, on pratique l'autopsie de façon systématique, dans les heures qui suivent la mort. Pour moi, pour mon propre corps, je l'interdis absolument. AB-SO-LU-MENT, vous m'entendez ! Doucet approuve d'un hochement de tête. Mais il est demeuré silencieux. - Jurez, docteur Doucet ! Jurez-moi qu'il n'y aura pas d'autopsie ! Au besoin que vous vous y opposerez par la force. ou par la désobéissance ! Doucet jure. Il est livide. - Deuxièmement, poursuit M. de Sade d'une voix forte - il crie presque - j'interdis qu'aucune croix, ni aucun signe religieux, soient dressés sur ma dépouille. Aucune saloperie de croix, ni aucun signe religieux ! Vous m'entendez, docteur Doucet, aucune croix ! Aucune cochonnerie de croix !
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LES LIVRES DE JACQUES CHESSEX

Un ...........pour l'exemple

camarade
suicidé
fusillé
juif
prêtre
allemand

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques ChessexCréer un quiz sur cet auteur