AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.91/5 (sur 301 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-Billancourt , le 19/05/1968
Biographie :

Anne Goscinny est une romancière française.
Fille de René Goscinny, Anne Goscinny est l’unique ayant droit de son père, dont elle gère toute l’œuvre.
Elle a fait toute sa scolarité au lycée Molière (Paris) et est titulaire d'un DEA de lettres modernes.
Parolière, elle est notamment l’auteur de chansons interprétées par Serge Reggiani.
Critique littéraire, elle a collaboré à de nombreuses publications dont Paris Match, Le Figaro Littéraire, L'Express, Le Magazine littéraire...
Elle a publié six romans chez Grasset. Ses romans sont traduits à l’étranger, notamment au Portugal, à Taïwan, en Corée...
Pour "Le Père éternel", elle a reçu le prix de la WIZO en 2007.
Elle est mariée à Aymar du Chatenet, ex-journaliste à la télévision, qui dirige aujourd'hui les éditions Imav.

Parmi ses nombreuses activités, Anne Goscinny préside et organise le Prix René Goscinny, prestigieuse récompense attribuée à un scénariste de bande dessinée chaque année.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Anne Goscinny   (21)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecture de Anne Goscinny tiré du livre Figures d'écrivains, dirigé par Étienne de Montety. Découvrez un portrait inédit de la littérature française. La visage, la plume et la voix de 70 grandes figures des lettres réunies pour un cadavre exquis historique. Pour en savoir plus : https://www.albin-michel.fr/figures-decrivains-9782226436351


Citations et extraits (101) Voir plus Ajouter une citation
Aux morts on offre des fleurs. Des fleurs qui se fanent dès que s'éloignent les sanglots.
Commenter  J’apprécie          80
Au début, ce sera difficile, très difficile. Tu auras l'impression que tu ne sais plus marcher, plus parler non plus. Les premiers temps, tu seras paralysée. Un pied et puis l'autre. Tu marcheras jusqu'au Pont-Neuf. Et petit à petit tu rallongeras tes promenades, la rue de Buci, Saint-Sulpice, la rue du Regard. Et retour. Ce seront tes victoires. Tu devras apprendre à être Jeanne sans mère. Apprendre aussi à ne plus prononcer ce mot, maman. Deux syllabes si bêtes quand elles sont là, tout près. Deux syllabes interdites, comme ça, en moins de temps qu'il n'en faut pour mourir. Il faudra que tu découvres un nouvel alphabet. Tu t'apercevras qu'en te servant de l'ancien, personne ne te comprendra plus. Pour les gens que tu aimais et qui t'aimaient, tu ne seras plus que Jeanne qui a perdu sa mère. Ce deuil sera ta particule. Impossible à cacher. Moi je sais que tu apprendras.
Commenter  J’apprécie          50
J'aime bien quand on est tous les cinq dans la voiture. J'ai l'impression qu'on pourrait rouler vers l'infini, on arriverait toujours quelque part.
Commenter  J’apprécie          60
De ton univers, tu es le seul mort. Moi j'aurais aimé être l'un de tes personnages : une enfance qui ne finit pas. Une bulle dans une case. C'est tout
Commenter  J’apprécie          50
Tu es morte hier. Demain, on aura sur ton visage cloué le cercueil. Je t'ai aimée de cet amour fou qui ressemble peut être à celui qu'un jour j'éprouverai pour les enfants que je n'ai pas encore: un amour qui supporte tout,un amour qui ronge. Maman,tu ne prononceras plus jamais mon prénom:Solène.
Commenter  J’apprécie          40
Simon :
"Mon grand-père est mort mais c'est pas grave, il est rigolo quand même !"
Commenter  J’apprécie          50
Et puis, tu vois, Scarlett, j’ai ajouté, je suis très raisonnable parce que je ne veux pas de télévision dans ma chambre. Mon ordinateur, ma tablette et mon téléphone me suffisent.
Commenter  J’apprécie          41
Je ne vous ai rien dit de tout ça. Ni en mots ni en pensées. J'ai regardé votre main morte, j'ai enlevé de votre doigt l'alliance qui symbolisait cet amour fou dont vous ne vous êtes jamais remise. Votre annulaire était déjà raide.
J'ai dû forcer. Un peu seulement. La bague était trop grande pour votre doigt amaigri. J'ai mis l'alliance dans ma poche, à l'instant même où probablement vous retrouviez celui qui vous l'avait offerte.
Commenter  J’apprécie          30
Je n'ai plus peur. J'ai passé des nuits à trembler, terrifiée par l'idée du cercueil. Et puis là, je me dis que je suis mon propre cercueil avec cette maladie qui me grignote, me bouffe et m'aspire. Alors ce sera plus confortable ! Tu vois, j'ai tout aimé dans cette vie. Même le malheur qui me prouvait jour après jour que j'étais encore vivante.
Commenter  J’apprécie          30
Contrairement à l'aller, le trajet du retour a été silencieux, et tant mieux.... J'avais besoin d'écouter mes souvenirs.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Anne Goscinny (632)Voir plus

¤¤

{* *} .._..