AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782841115860
96 pages
Editions Nil (13/09/2012)
4.17/5   41 notes
Résumé :
« A tout à l’heure mon petit chat », lance gaiement un père à sa fillette de neuf ans, qui ne le reverra jamais. Un mystère tombe et ne quittera plus la narratrice : la mort. Alors que les adultes font entendre leurs sanglots, un étrange silence se fait en elle, celui du bruit des clefs que son père lançait à l’entrée de la maison. Sans ce tintement familier qui rythmait l’enfance, il faudra donc faire résonner dans la vie une autre musique… Anne invente la sienne, ... >Voir plus
Que lire après Le bruit des clefsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 41 notes
5
8 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
"Je voudrais décrocher la lune
Je voudrais même sauver la Terre
Mais avant tout
Je voudrais parler à mon père
Parler à mon père" Céline Dion.


"Je n'ai jamais lu un Astérix du vivant de mon père", avouait Anne dans une interview pour "Lire". "De ton univers, tu es le seul mort. Moi j'aurais aimé être l'un de tes personnages : une enfance qui ne finit pas. Une bulle dans une case. C'est tout."


Anne avait 9 ans, quand son père disparait, sa maman Gilberte avait un cancer... Quelques années plus tard, elle lui a écrit, mais le temps ne compte pas quand on pense à nos parents, n'est-ce-pas?


"Aujourd'hui seulement, et grâce à cette lettre dont je veux penser qu'elle te parviendra, je rassemble des fragments. Tu es un puzzle qui ne sera jamais complet. J'examine les pièces et j'attends qu'elles me parlent de toi."


"Maman est rentrée seule à la maison ce jour-là. Vous étiez partis tous les deux. Un seul trousseau de clefs jeté sur le meuble de l'entrée. Tu étais mort. Mort. Voilà."...


"Quand meurt un humoriste, de quoi sont faites les larmes de ceux qui restent ?Cette lettre est la première et la dernière qui t'est destinée. Je t'ai mis en mots sans tricher. Sans inventer. Les souvenirs qui sont revenus sont maigres et peu nombreux mais ils constituent mon trésor le plus précieux. Maintenant, ils peuvent s'estomper, je les ai couchés, là.
Je continuerai à t'inventer. Tu auras encore d'autres visages et d'autres voix. Parce que vois-tu, de cet amour- là, on ne se défait pas."
Commenter  J’apprécie          912
C'est une petite collection des éditions NIL qui propose à des auteurs d'écrire LA lettre qu'ils n'ont jamais écrite.
Anne Goscinny écrit à son papa mort à 51 ans alors qu'elle en avait 6.
Au début elle parle du haut des six ans de la petite fille qu'elle était et qui demandait à sa mère :"mort jusqu'à quand ?"
Elle raconte sa vie avec ce papa qui l'adorait, celui qui disait oui à tout, qui lui a manqué tout sa vie. Celui qui ne l'a pas accompagnée pendant l'adolescence et qui ne lui a pas dit qu'elle devenait une belle femme. Alors les choses n'ont pas été simples avec les hommes.
Elle raconte aussi les origines juives de son père.
Elle reste avec sa mère qui lui parle beaucoup de son père et qui essayait de survivre au cancer qu'elle avait avant la mort de son mari.
Et puis ce jour où elle va menacer ce médecin négligent qui n'a pas écouté son père qui lui disait le jour de sa mort qu'il avait mal.
L' oeuvre, les personnages de Goscinny lui ont survécu , mais elle ne veut pas tout mélanger.
Voilà cette lettre est belle et émouvante, j'en lirai d'autres.
Commenter  J’apprécie          180
Ce petit livre 88 pages ; peu cher 7,50€ est, en plus d'être un opus d'une sympathique collection, très émouvant. C'est une lettre d'une femme, née en plein mai 68, à son père,.décédé d'un arrêt cardiaque le 5 novembre 1977. Elle avait 9 ans, lui 51.
Ce père n'est pas n'importe qui. Scénariste, dialoguiste, humoriste le ou l'un des plus connus, des plus reconnus des scénaristes de la Bande dessinée à travers le Monde (plusieurs millions d'albums vendus à travers le monde) : René Goscinny.
Pour ceux qui peuvent se souvenir : le choc de l'annonce de sa mort. Ce titre à la une de tous les médias « Astérix est orphelin », son papa nous a quittés. Ou encore ce très bel hommage du dessinateur Tabary montrant Iznogoud sortant du bureau de Goscinny « Pourtant, j'aurais bien aimé être calife à la place du calife » Et tous les témoignages à travers le Monde.
Et Anne, dans tout ça ? Elle a 9 ans. Elle est trop jeune pour réaliser. Elle va le faire en retournant en classe.
Ce grand bonhomme nous manque ; mais sûrement moins qu'à ses proches. Mais en le perdant on perdait énormément.
Avec beaucoup de pudeur et de courage Anne Goscinny nous parle de son parcours depuis ce 5 novembre 77. Sans complaisance. Sans sympathie pour elle-même. Elle nous livre son vécu, ses anecdotes qui …. nous font parfois sourire. « Mon Grand-Père est mort mas c'est pas grave, il est rigolo quand même ».
Franchement ça vaudrait presque toutes les biographies du Monde.
On ne sort pas aussi indemne que cela de ce petit fascicule. Et c'est moi a qui on demandait cette lettre…… j'allais dire posthume alors qu'elle est d'aujourd'hui pour un père qui est toujours vivant …. dans notre mémoire.

Ah c'est sûr !! C'est pas du Christine Angot !!!!!
Commenter  J’apprécie          110
La collection "Les affranchis" demande aux auteurs d'écrire la lettre qu'ils n'ont jamais écrite. Très intéressée par le genre épistolaire, j'ai choisi de découvrir cette collection avec ce "Bruit des clés" d'Anne Goscinny.

La question du deuil est évidemment centrale dans cette lettre, car Anne écrit à René, son père trop tôt disparu. Si accepter le départ de son père est difficile, cela devient impossible quand il est encore si présent dans les médias et dans la mémoire des gens. D'autant que parallèlement, Anne doit faire face au cancer de sa mère. Que d'épreuves pour cette petite fille !
Pourtant, il n'y a pas d'auto-apitoiement dans cette lettre. Juste un constat : grandir sans papa, c'est grandir comme on peut, souvent de guingois, en le cherchant constamment dans les hommes rencontrés.
Elle évoque aussi l'origine juive de sa famille paternelle et la question du survivant qui l'a perturbée enfant.

Partager son papa vivant avec Astérix, Obélix, le petit Nicolas ou Iznogoud ne semble pas avoir pesé à Anne Goscinny. Mais partager son papa mort avec des millions de lecteurs est une autre affaire. En écrivant cette lettre, elle donne l'impression de se réapproprier son histoire. Et c'est très touchant.
Commenter  J’apprécie          130
Mais quel beau texte ! L'ultime lettre écrite pour un père parti trop tôt, mais surtout trop vite ! Ces mots ont fait écho chez moi, ayant perdu mon père au même âge que la narratrice, je me suis reconnue dans sa douleur, dans son déni, dans son envie, dans sa peine, dans son creux au ventre... Un tout petit livre de même pas 100 pages, mais qui m'a fait pleurer, mais sourire aussi pour les souvenirs qu'elle raconte... Je suis encore chamboulée !!
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (1)
LaPresse
07 février 2013
Cette lettre écrite 35 ans plus tard se lit d'un trait. Tout en nuance, elle est empreinte d'émotion et de tendresse. C'est à la fois un hommage au papa et au créateur d'Astérix et du Petit Nicolas.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Aujourd'hui seulement, et grâce à cette lettre dont je veux penser qu'elle te parviendra, je rassemble des fragments. Tu es un puzzle qui ne sera jamais complet. J'examine les pièces et j'attends qu'elles me parlent de toi.
p.86
Commenter  J’apprécie          30
De ton univers, tu es le seul mort. Moi j'aurais aimé être l'un de tes personnages : une enfance qui ne finit pas. Une bulle dans une case. C'est tout
Commenter  J’apprécie          50
Aux morts on offre des fleurs. Des fleurs qui se fanent dès que s'éloignent les sanglots.
Commenter  J’apprécie          80
Moi, je me trouvais forte et lucide. Progressivement j’ai compris. Compris que je n’avais rien compris. Aussitôt mort, aussitôt ressuscité. De transfert en transfert, j’avais commencé par nier ta mort, puis toi.
Commenter  J’apprécie          20
Simon :
"Mon grand-père est mort mais c'est pas grave, il est rigolo quand même !"
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Anne Goscinny (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Goscinny
Lecture de Anne Goscinny tiré du livre Figures d'écrivains, dirigé par Étienne de Montety.
Découvrez un portrait inédit de la littérature française. La visage, la plume et la voix de 70 grandes figures des lettres réunies pour un cadavre exquis historique.
Pour en savoir plus : https://www.albin-michel.fr/figures-decrivains-9782226436351
autres livres classés : deuilVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (123) Voir plus



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
290 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..