AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841115860
Éditeur : Editions Nil (13/09/2012)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 24 notes)
Résumé :
« A tout à l’heure mon petit chat », lance gaiement un père à sa fillette de neuf ans, qui ne le reverra jamais. Un mystère tombe et ne quittera plus la narratrice : la mort. Alors que les adultes font entendre leurs sanglots, un étrange silence se fait en elle, celui du bruit des clefs que son père lançait à l’entrée de la maison. Sans ce tintement familier qui rythmait l’enfance, il faudra donc faire résonner dans la vie une autre musique… Anne invente la sienne, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Pachy
  19 octobre 2012
Ce petit livre 88 pages ; peu cher 7,50€ est, en plus d'être un opus d'une sympathique collection, très émouvant. C'est une lettre d'une femme, née en plein mai 68, à son père,.décédé d'un arrêt cardiaque le 5 novembre 1977. Elle avait 9 ans, lui 51.
Ce père n'est pas n'importe qui. Scénariste, dialoguiste, humoriste le ou l'un des plus connus, des plus reconnus des scénaristes de la Bande dessinée à travers le Monde (plusieurs millions d'albums vendus à travers le monde) : René Goscinny.
Pour ceux qui peuvent se souvenir : le choc de l'annonce de sa mort. Ce titre à la une de tous les médias « Astérix est orphelin », son papa nous a quittés. Ou encore ce très bel hommage du dessinateur Tabary montrant Iznogoud sortant du bureau de Goscinny « Pourtant, j'aurais bien aimé être calife à la place du calife » Et tous les témoignages à travers le Monde.
Et Anne, dans tout ça ? Elle a 9 ans. Elle est trop jeune pour réaliser. Elle va le faire en retournant en classe.
Ce grand bonhomme nous manque ; mais sûrement moins qu'à ses proches. Mais en le perdant on perdait énormément.
Avec beaucoup de pudeur et de courage Anne Goscinny nous parle de son parcours depuis ce 5 novembre 77. Sans complaisance. Sans sympathie pour elle-même. Elle nous livre son vécu, ses anecdotes qui …. nous font parfois sourire. « Mon Grand-Père est mort mas c'est pas grave, il est rigolo quand même ».
Franchement ça vaudrait presque toutes les biographies du Monde.
On ne sort pas aussi indemne que cela de ce petit fascicule. Et c'est moi a qui on demandait cette lettre…… j'allais dire posthume alors qu'elle est d'aujourd'hui pour un père qui est toujours vivant …. dans notre mémoire.
Ah c'est sûr !! C'est pas du Christine Angot !!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Neneve
  15 juillet 2018
Mais quel beau texte ! L'ultime lettre écrite pour un père parti trop tôt, mais surtout trop vite ! Ces mots ont fait écho chez moi, ayant perdu mon père au même âge que la narratrice, je me suis reconnue dans sa douleur, dans son déni, dans son envie, dans sa peine, dans son creux au ventre... Un tout petit livre de même pas 100 pages, mais qui m'a fait pleurer, mais sourire aussi pour les souvenirs qu'elle raconte... Je suis encore chamboulée !!
Commenter  J’apprécie          120
pilyen
  21 septembre 2012
Les éditions Nil dans leur collection "Les affranchis" demandent à des auteurs d'écrire "la lettre qu'ils n'ont jamais écrite". Annie Ernaux, Yves Simon et beaucoup d'autres se sont déjà pliés à l'exercice. Paraît ces jours-ci, la lettre d'Anne Goscinny à son père, René, le créateur, faut-il le rappeler, du petit Nicolas, d'Astérix ou de Lucky Lucke.
"Le bruit des clefs" est un long courrier , foisonnant, d'une fille encore désemparée par la disparition de son père trente-cinq ans auparavant. Elle a tant de choses à dire que les mots se butent, s'entrechoquent, dans un déferlement d'anecdotes, de souvenirs plus ou moins heureux, tendres ou émouvants.
C'est un peu foutraque mais derrière chaque phrase, une émotion difficilement contenue suinte au fil des pages, donnant au lecteur un sentiment de vide intense. A cause de l'héritage laissé par René Goscinny et des nombreux hommages auxquels elle se doit de participer, ce père qui a quitté l'auteur quand elle avait neuf ans, hante littéralement sa vie. Il est toujours présent, faisant perdurer ce manque d'une enfance escamotée et volée doublement, sa mère ayant été atteinte d'un cancer dans les années qui ont suivi. Entourée des héros immortels créés par son père, Anne Goscinny vit, survit peut être, grâce au génie de son père qui la porte, année après année, comme un ange bienveillant.
Quand elle écrit : "De ton univers, tu es le seul mort. Moi j'aurais aimé être l'un de tes personnages : une enfance qui ne finit pas. Une bulle dans une case. C'est tout.", on ressent fortement le chagrin qui l'accompagne. Nous, lecteurs, notre enfance (et notre âge adulte aussi) a été bercée, enchantée par l'humour de son père. Elle, n'a eu que quelques petites années d'un amour formidable et partagé qui s'est brusquement arrêté en 1977.
la fin sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mmek
  15 février 2013
Très très beau récit, court et poignant sur la mort du père et le manque, le vide laissé face la brutale disparition. Anne est la fille du célèbre dessinateur René Goscinny. Elle a 7 ans quand son père meurt brutalement, et elle se souvient précisément du bruit des clés quand sa mère est rentrée, seule, ce soir là. Elle devra grandir sans ce père que tout le monde connait ou croit connaître, être une adolescente et devenir femme sans ce regard masculin... Un grand manque évidemment...Bouleversant!
Commenter  J’apprécie          20
manue42
  21 janvier 2014
Anne Goscinny rend hommage à son célèbre père dans cette lettre touchante. Elle décrit le manque et l'absence , la colère et le déni. le besoin de remplacer ce père parti trop tôt. Elle entretient son souvenir, imagine qui elle aurai été s'il avait vécu, ce père célèbre qui n'appartient pourtant qu'à elle.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
LaPresse   07 février 2013
Cette lettre écrite 35 ans plus tard se lit d'un trait. Tout en nuance, elle est empreinte d'émotion et de tendresse. C'est à la fois un hommage au papa et au créateur d'Astérix et du Petit Nicolas.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PachyPachy   18 octobre 2012
De ton univers, tu es le seul mort. Moi j'aurais aimé être l'un de tes personnages : une enfance qui ne finit pas. Une bulle dans une case. C'est tout
Commenter  J’apprécie          50
pilyenpilyen   21 septembre 2012
Aux morts on offre des fleurs. Des fleurs qui se fanent dès que s'éloignent les sanglots.
Commenter  J’apprécie          70
AbbylyAbbyly   05 février 2018
Aujourd'hui seulement, et grâce à cette lettre dont je veux penser qu'elle te parviendra, je rassemble des fragments. Tu es un puzzle qui ne sera jamais complet. J'examine les pièces et j'attends qu'elles me parlent de toi.
p.86
Commenter  J’apprécie          10
PachyPachy   19 octobre 2012
Simon :
"Mon grand-père est mort mais c'est pas grave, il est rigolo quand même !"
Commenter  J’apprécie          40
PachyPachy   19 octobre 2012
"Quand je lis, je ris aux larmes. Qui vient d'abord des larmes ou du rire ?
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Anne Goscinny (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Goscinny
Lucrèce, elle, a onze ans, entre au collège et pourrait bien être la cousine du Petit Nicolas. Rien d?étonnant. Son auteur s?appelle Goscinny, Anne Goscinny. Avec la dessinatrice Catel, la romancière met en scène cette jeune fille qui observe, avec curiosité et espièglerie, le monde qui l?entoure. Découvrez « le monde de Lucrèce », tome 2, chez Gallimard Jeunesse.
autres livres classés : lettre ouverteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre