AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Colin Du Terrail (Traducteur)
ISBN : 2070386023
Éditeur : Gallimard (16/03/1993)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 1320 notes)
Résumé :
Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu'il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s'enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s'enfonce délibérément dans la nature.

Ce roman culte dans les pays nordiques conte les multiples et extravagantes aventures de Vatanen remontant au fil des saisons vers le cer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (148) Voir plus Ajouter une critique
Erveine
  27 août 2014
Si vous voulez fureter en forêt, respirer une saine bouffée d'air et d'oxygène, loin des fumées, des embouteillages et du concert des klaxons, faites comme Vatanen. Fuyez votre ordinaire et bifurquez en dehors de votre trajectoire habituelle. Vous y lèverez peut-être un bel animal... Oui, je sais ! Pour certains ce sera insuffisant, loufoque, niais ou délirant. Mais si la douce chaleur animale, les mimiques expressives et les grandes oreilles qui dépassent de la poche de Vatanen, petit abri sûr et de fortune pour animal blessé, si ces minis plaisirs ne vous agréent pas tant, qu'une oreille plus courte, une surface plus lisse, imberbe ou pas et une conversation plus soutenue, laissez-vous tenter quand même... En attendant ! Quand la solitude vous pèse et que la rencontre se fait attendre, n'oubliez pas qu'à la programmer si ardemment, elle n'est pas toujours à ce point envisageable, si ce n'est en dehors des sentiers battus. Ainsi en va-t-il tout autrement sur le chemin des neiges éternelles, ces étendues vierges et scintillantes où votre pas se dessine en laissant une empreinte, comme nulle part ailleurs. Un paysage nouveau où votre regard s'aiguise et se forge à la découverte, bien au-delà de vos espérances. Alors, vous aussi ! Claquez la porte et enfoncez-vous dans le paysage. Dame nature y pourvoira en vous donnant, sinon plus et au comptant, davantage que vous n'aviez acquis en traçant votre chemin de routine. Tandis que vous serez happé dans l'aventure, en Laponie Finlandaise, vers Rovaniemi, tout près du cercle polaire et juste à coté de la maison du Père Noël.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          902
joedi
  26 mars 2015
Vatanen est journaliste à Helsinki. En voiture, sur une route de campagne, son ami photographe au volant heurte un lièvre assis au milieu de la route, ébloui par les phares. Sans se préoccuper de son ami, Vatanen se lance à la poursuite du lièvre qu'il découvre, la patte blessée, dans les fourrés. Il lui pose une grossière attelle avant de se rendre chez un vétérinaire. C'est le début d'aventures pittoresques ; Vatanen quitte son employeur, fuit sa femme qu'il n'aime pas et prend la route du Nord avec son lièvre...
Un roman plein d'humour qui dénonce les dérives de notre société mais aussi l'accueil chaleureux et désintéressé des villageois devant un homme accompagné d'un lièvre. J'ai apprécié l'écriture d'Arto Paasilinna dans ce nouveau genre qu'il a créé, le roman d'humour écologique. À lire !
Commenter  J’apprécie          686
Yassleo
  26 mai 2016
Un lièvre. Un homme. Une rencontre.
Sans Meetic, ni Adopte un lièvre.com. Juste un banal accident de circulation qui fera se croiser et se rapprocher ces deux âmes que tout opposait. Un regard timide, une heureuse caresse suffiront pour que ces deux destins se lient, à la vie à la mort.
Purée de patates chaudes, mais que c'est beau! Pardon j'ai gâché.
Partant de cette rencontre accidentelle, Paasilinna nous construit un récit tiers-loufoque, tiers-tendre, tiers-satirique. le lièvre, personnage central de cette fable, est paradoxalement aussi omniprésent que discret. Tout à la fois symbole de liberté, de fragilité, de lutte contre la bêtise humaine et de communion avec une nature parfois hostile, il guide inconsciemment un Vatanen, égaré, en pleine fuite d'un quotidien déprimant. Malin Lapinou (faut bien le baptiser ce pauv' tit bonhomme). Ne dit-on pas d'ailleurs malin comme un lièvre? Ok, on ne le dit pas. Mais on pourrait.
Paasilinna nous offre ici un remarquable périple à travers sa chère Finlande, ses rivières, ses forêts, ses lacs, ses paysages enneigés et.. ses finlandais. du villageois débonnaire et serviable au rustre émêché et violent, de l'éleveur de renne aux hauts fonctionnaires, finalement le finlandais n'échappe pas à la triste règle de l'Humanité avec un grand U : l'Homme peut être aussi bon que pourri. de rencontres bienheureuses en calamiteux déboires, Vatanen et Lapinou luttent, fuient, triomphent, échouent.  Mais toujours solidaires et bienveillants, et sans jamais rien attendre d'autre que la paix.
Avec une écriture affectueuse mais résolument expressive, Paasilinna montre un (ou le?) chemin vers la liberté : renouer avec la simplicité et vivre en harmonie avec dame Nature et son prochain. Sous la légèreté de la plume sommeille donc une bien belle ode à la liberté.
Et bien qu'édité en 1975, le lièvre de Vatanen n'a pas pris une ride. Pas une oreille n'a bougé. Impérissable Lapinou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6115
Bernacho
  20 juin 2016
Vatanen par ci, Vatanen par là. Il n'y en a que pour Vatanen ! Est-ce que vous pourriez me dire ce que serait Vatanen sans moi ? Rien ! Vous n'en auriez même pas entendu parler !
Après qu'il m'ait presque tué, c'est moi qui, par pure bonté d'âme, le sauve de sa vie oiseuse de journaliste et de marin du dimanche, et décide de veiller sur lui. C'est moi qui à chaque étape attire l'attention des gens et lui permets de belles rencontres. C'est moi qui le fais inviter dans des banquets de diplomates, lui fais faire des tours d'hélicoptère gratis, le fais participer à des parties de pêches, à des beuveries mémorables.
C'est moi qui lui arrange ses coups, et lui fais rencontrer la femme de sa vie ! Vous croyez qu'en retour, il m'aurait organisé un rendez-vous galant avec une hase aux oreilles graciles ? Rien. le parfait ingrat.
Et puis toutes les fois où il ne m'a pas écouté, presque tous les jours en fait. Je lui avais pourtant bien dit, par exemple, de contourner la tourbière, de ne pas entrer dans cette église avec son prêtre fou, d'éviter l'appentis qui puait le cadavre. Il ne m'écoutait jamais ! Comme avec la cabane au fond des bois, les traces de l'ours étaient partout. Au lieu de m'écouter, il a été pris d'une frénésie de vengeance - typiquement humain - et ça s'est terminé en incident diplomatique en pleine guerre froide !
Non, vraiment, je vous le dis franchement, le titre de ce bouquin aurait dû être : L'Humain de Vyrkkokibrikkovala.
(oui, c'est mon nom, transcrit tant bien que mal en finlandais. Si vous trouvez le finlandais difficile, vous devriez essayer le lièvre)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5519
manU17
  12 août 2012

De l'influence d'un événement apparemment anodin sur le cours de la vie d'un homme.

Vatanen est un journaliste finlandais qui rentre de reportage avec un collègue. Quand soudain, leur voiture percute un petit animal. Il s'agit d'un lièvre. Vatanen descend de la voiture, se saisit du lièvre et lui bricole une attelle de fortune. Sa vie ne sera plus jamais la même.

Vatanen, à travers cet événement semble prendre conscience de la fragilité de la vie, du côté vain de son existence et de sa nouvelle responsabilité vis-à-vis de cet être vivant dont il se sent désormais responsable. Lassé d'un travail qui ne l'enthousiasme plus, d'une vie de couple totalement affligeante dans laquelle il se sent inutile, plus du tout à sa place, cet incident lui fait tout remettre en question en quelques minutes. Il s'enfonce dans la forêt avec son nouveau compagnon de route laissant son confrère dépité puis irrité par son comportement.

L'homme et l'animal semblent se comprendre sans même pouvoir se parler, une communion au-delà des mots. C'est alors que leur périple commence.

Nous allons donc, à leur côté, traverser la Finlande du Sud au Nord, Helsinki, Rovaniemi, Sodankyla... Un voyage plein de surprises, parfois agréables, parfois effrayantes, un voyage jalonné par une multitude de rencontres animales ou humaines mais chaque fois riches en émotions. Défile une galerie de personnages hauts en couleurs plus farfelus les uns que les autres. A travers Vatanen, c'est un peu de lui que nous parle Paasilinna. Il lui fait vivre des expériences dans des domaines qui lui sont familiers à travers, par exemple des professions qu'il a exercées notamment comme bucheron. le respect de la nature, l'écologie, la remise en question, le changement par le renoncement au matériel sont au centre du livre.

C'est très drôle, toujours surprenant et plein de bon sens. Je préfère ne pas trop entrer dans les détails pour vous garder l'effet de surprise qui fait tout le sel de ce roman. le cadre finlandais contribue bien évidemment au dépaysement et m'a vraiment donné envie d'en découvrir ses magnifiques paysages.

Ce livre acheté dans un vide-grenier était dans ma PAL et c'est l'excellente critique d'Ellcrys qui m'a convaincue de le lire et je l'en remercie chaleureusement. Par contre, j'ai eu un moment d'hésitation en constatant sur la couverture de mon exemplaire qu'un film avait été adapté avec Christophe Lambert dans le rôle-titre. Christophe Lambert, le pire acteur au monde avec Timothy Dalton selon moi… Passé ce moment de doute, je l'ai commencé et je ne le regrette pas. Je jetterai même un oeil sur l'adaptation si l'occasion se présente un jour, je pense.

Conquis par l'écriture d'Arto Paasilinna, je me suis procuré Prisonniers du paradis qui m'attend sagement dans ma PAL.

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Citations & extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
TREMAOUEZANTREMAOUEZAN   11 août 2017
L'ecclésiastique se dépêcha vers l'allée centrale. Là, il s'arrêta et sortit des replis de sa robe un mauser. Il vérifia la position du chargeur et ôta le cran de sûreté. Les yeux de l'homme brillaient dans la pénombre de l'église, il cherchait le lièvre du regard.
Le lièvre était pelotonné près de l'autel. L'apercevant, le pasteur leva son arme et tira. Le lièvre épouvanté boula hors d'atteinte, un peu de fumée plana dans l'allée. Le pasteur s'ébranla lourdement à la poursuite du lièvre, on entendit dans la nef latérale deux coups de feu. Les balles sifflaient dans l'église. Vatanen baissa la tête à l'abri des bancs, comme un patron de saloon du Far West.
Le pasteur fit encore deux fois le tour de l'église, trottant derrière le lièvre, tirant à chaque tour. Courant encore une fois dans l'allée centrale vers l'autel, il s'arrêta pour regarder le retable et se figea horrifié : une balle de mauser s'était fichée dans la peinture d'autel. Elle représentait le sauveur accroché à sa croix : la balle avait transpercé la rotule du Christ.
Le mauser cracha une fois encore, vers le sol et visiblement par erreur. Le pasteur gémit et leva le pied droit. L'arme fumante lui échappa des mains, il se mit à pleurer. Vatanen courut à lui, ramassa l'arme tombée à terre.
La balle avait traversé la chaussure vernie noire du pasteur par le milieu du pied. (...)
"Je suis le pasteur Laamanen", pleurnicha l'homme en équilibre sur un pied en tendant la main à Vatanen. Vatanen lui serra la main, faisant attention de ne pas renverser le pasteur.
"Vatanen."
Laamanen sautilla à cloche-pied jusqu'à la sacristie, à chaque bond du sang coulait de la chaussure sur le sol. Vatanen essuyait avec son mouchoir le sang sur le plancher de l'église ; frais, il partait facilement.
"Je me suis laisser emporter en voyant ce lièvre. J'ai cette arme depuis 1917, j'étais dans les chasseurs, lieutenant dans les chasseurs. Mais qu'est-ce qui m'a pris ? Une balle s'est perdue dans le retable. Dieu pourra-t-il jamais me pardonner d'avoir tiré dans le genou de son fils unique, et dans sa propre maison, encore."
(10 - "Dans l'église" - pages 100-102)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
clarinetteclarinette   15 janvier 2009
"Deux hommes accablés roulaient en voiture. Le soleil couchant agaçait leurs yeux à travers le pare-brise poussiéreux. C'était l'été de la Saint-Jean. Sur la petite route de sable, le paysage finlandais défilait sous le regard las des deux hommes ; aucun d'eux ne prêtait la moindre attention à la beauté du soir.
C'étaient un journaliste et un photographe en en service commandé, deux êtres cyniques, malheureux. Ils approchaient de la quarantaine et les espoirs qu'ils avaient nourris dans leur jeunesst étaient loin, très loin de s'êtrre réalisés. Ils s'étaient mariés, trompés, déçus, et avaient chacun un début d'ulcère à l'estomac et bien d'autres soucis quotidiens.
Ils venaient de se quereller pour savoir s'ils devaient rentrer à Helsinki ou s'il valait mieux passer la nuit à Heinola. depuis ils ne se parlaient plus.
Ils traversaient en crabe la splendeur du soir, la tête rentrée, butés, l'esprit tendu, sans même s'apercevoir de tout ce que leur course avait de misérable. Ils voyageaient blasés, fatigués."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PenelopePenelope   27 avril 2009
Une nuit encore, Kurko se soûla, et l'aventure faillit mal tourner: quand Kurko voulu prouver son adresse de flotteur de bois et courut sur la chaîne de rondins de la rive, il tomba dans le fleuve et manqua de se noyer, car il ne savait pas nager. Vatanen tira le vieillard ivre du fleuve glacé et le porta dans la tente. Au matin, l'homme rudement éprouvé s'éveilla le crâne emperlé de douleur, ouvrit la bouche pour laisser échapper une plainte. On constata alors que son dentier était tombé le soir précédent dans le fleuve. La vie est parfois bien déprimante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
art-bsurdeart-bsurde   21 décembre 2013
De l'autel, le vieil ecclésiastique fit un bond terrifiant vers le lièvre à la porte de la sacristie. Ses bras grands ouverts se refermèrent sur l'animal qui resta coincé sous l'homme. Le lièvre poussa un cri de petit enfant, aigu et pitoyable. Puis il parvint à se libérer de l'étreinte du vieillard et se rua à l'aveuglette par le porte de l'église.
"Bordel de Dieu."
Le pasteur gisait sur le ventre à la porte de la sacristie, une touffe de poils de lièvre dans la main.
Le temps que Vatanen se précipite, le pasteur s'était relevé et était sortit en courant de l'église ; par la fenêtre, Vatanen vit l'homme sauter sur sa bicyclette et pédaler frénétiquement vers le presbytère. Quelques instants plus tard, le pasteur remontait à coups de pédale rageurs la colline de l'église. Vatanen eut à peine le temps de se cacher entre les bancs que le pasteur entrait en coup de vent.
L’ecclésiastique se dépêcha dans l'allée centrale. Là, il s'arrêta et sortit des replis de sa robe un mauser. Il vérifia la position du chargeur et ôta le cran de sûreté. Les yeux de l'homme brillaient dans la pénombre de l'église, il cherchait le lièvre du regard.
Le lièvre était pelotonné près de l'autel. L’apercevant, le pasteur leva son arme et tira. Le lièvre épouvanté boula hors d'atteinte, un peu de fumée plana dans l'allée. Le pasteur s'ébranla lourdement à la poursuite du lièvre, on entendit dans la nef latérale deux coups de feu. Les balles sifflaient dans l'église. Vatanen baissa la tête à l'abri des bancs, comme un patron de saloon au Far West.
Le pasteur fit encore deux fois le tour de l'église, trottant derrière le lièvre, tirant à chaque tour. Courant encore une fois dans l'allée centrale vers l'autel, il s’arrêta pour regarder le retable et se figea horrifié : une balle de mauser s'était fichée dans la peinture d'autel. Elle représentait le sauveur accroché à sa croix ; la balle avait transpercé la rotule du Christ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gouelangouelan   21 avril 2015
Vatanen accomplissait son travail de force sans se préoccuper de l'heure, s'endurcissait, oubliait de plus en plus sa vie mollassonne dans la capitale [...]
N'importe qui peut mener ce genre de vie, à condition de savoir renoncer d'abord à son autre vie.
Commenter  J’apprécie          320
Videos de Arto Paasilinna (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arto Paasilinna
Beaucoup de nouveautés de fantasy dans ce point lecture, mais aussi un livre contemporain !
Pour plus de vidéos lectures : https://www.youtube.com/user/Lanylabooks
Les livres cités : - Déracinée de Naomi Novik publié chez Pygmalion - Arkane, tome 1 : la Désolation de Pierre Bordage publié chez Bragelonne - Sénéchal, tome 1 de Gregory Da Rosa publié chez Mnémos - La forêt des renards pendus d'Arto Paasilinna publié chez Folio
Contact mail : lanylabooks[at]gmail.com
Suivez-moi : http://twitter.com/Lanylabooks http://instagram.com/lanylabooks http://www.facebook.com/lanylabooks
Wish list Amazon : http://amzn.eu/9qPvqDv
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des autres langues>Littératures ouralo-altaïque, paléosibériennes, finno-ougriennes (hongroise, finnoise), dravidiennes (137)
autres livres classés : littérature finlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La douce empoisonneuse, de Arto Paasilina

Quel animal de compagnie avait Linnea ?

un chien
un chat
un hamster

14 questions
80 lecteurs ont répondu
Thème : La Douce empoisonneuse de Arto PaasilinnaCréer un quiz sur ce livre
. .