AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.58 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Turin , le 11 mars 1946
Biographie :

Carlo Maria Ossola est philologue et critique littéraire.
Il a enseigné la littérature italienne à l'université de Genève jusqu'en 1982, à l'université de Padoue jusqu'en 1988, puis il est revenu dans sa ville natale comme professeur de littérature italienne à la Faculté de lettres de l'université de Turin, où il a enseigné jusqu'en 1999.
Il est, depuis 2000, professeur au Collège de France, où a été créée pour lui la chaire de Littératures modernes de l'Europe néolatine. Il a néanmoins gardé jusqu’en 2016 une autre responsabilité pédagogique, celle d'un master spécialisé dans la conservation des biens culturels et l'histoire du livre à l'Université de la Suisse italienne de Lugano.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Carlo Ossola   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les Lundis du Collège de France à Aubervilliers 2007-2008 Conférence du lundi 19 mai 2008 : Rabelais Intervenant(s) : Carlo Ossola, Collège de France Retrouvez toutes les conférences : https://www.college-de-france.fr/site/conferences-exterieur/Les-conferences-a-Aubervilliers.htm Le Collège de France est une institution de recherche fondamentale dans tous les domaines de la connaissance et un lieu de diffusion du « savoir en train de se faire » ouvert à tous. Les cours, séminaires, colloques sont enregistrés puis mis à disposition du public sur le site internet du Collège de France. Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/College.de.France Instagram : https://www.instagram.com/collegedefrance Twitter : https://twitter.com/cdf1530 LinkedIn : https://fr.linkedin.com/company/collègedefrance

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Carlo Ossola

- Ces vertus du quotidien trouvent-elles leur fondement dans la religion ?

- La prévenance et la générosité sont présentes dans l’Évangile. Et on sait que le discours des Béatitudes valorise ceux qui ne visent pas à obtenir le pouvoir, en promettant le bonheur éternel aux persécutés, aux humbles et aux oubliés. Mais les vertus communes s'inscrivent en fait dans une très longue histoire qui commence avec "L'Ethique à Nicomaque" d'Aristote et s'enracine dans la tradition stoïcienne transmise par Cicéron, Sénèque et Marc-Aurèle. En substance : l'homme ne compte pour rien sur la terre, et le peu dont il est capable, il doit essayer de le faire sans blesser les autres.

(dans Télérama 3643 du 6 novembre 2019, à propos de son livre "Les Vertus communes")

Commenter  J’apprécie          70

C'est pourquoi, bien qu'ayant souhaité intituler ma traversée du quotidien "Les petites vertus" (sur le modèle du petit traité de Giovan Battista Roberti), j'ai préféré proposer en définitive "Les Vertus communes", celles qu'il convient d'exercer chaque jour où nous devons faire l'effort de vivre en société, vertus qui ne sont "petites" que parce qu'elles sont perçues comme telles, alors qu'elles exigent une application personnelle permanente, une présence d'esprit, consciente de ses propres limites et de celles d'autrui.

Ce ne sont pas ces manières prudentes qui nous font renoncer à donner de façon désintéressée, mais la prise de conscience de notre propre "difficulté" à remédier aux lacunes d'un ego appelé non pas à donner dans un élan d'oubli, dans l'immédiateté de l'impulsion, mais à plaindre et à adoucir la nature d'êtres "indigens et necessiteux au dedans, nostre essence estant imparfaicte", comme le disait Montaigne.

Commenter  J’apprécie          50

Tel est l’Enfer : un trait fugace qui émerge à peine, entre la poix, le feu, la glace ; l’étincelle d’un seul geste, d’une ombre aussitôt saisie « comme fétu dans le vert » (Enfer, XXXIV, v. 12). Non pas un théâtre de réalité, mais une ténébreuse galerie de mannequins, dont – dans un cauchemar sans fin – se détachent des grappes de paroles « pâles et nues » (Enfer, XXX, v. 25) qui plongent – comme les « mazzerati » (« noyés ») – au fond du néant.

Commenter  J’apprécie          50

Au fil du temps, et finalement en commentant les chants, la Commedia m’a apporté une paix sereine, [...] : "Dans le monde de Dante, il n’y a pas d’intériorité fermée, mais seulement une intériorité qui s’exprime. La sphère de l’au-delà est la sphère de l’ouverture. Tout vient à la vérité, non seulement parce que les mensonges et l’apparence tombent, mais aussi parce que tout est révélé et que l’essentiel devient visible"

(Introduzione alla Divina Commedia - Nuova ediz. 2021)

Commenter  J’apprécie          30

C'est ainsi que l'avait déjà compris le poète Victor Hugo, qui voit dans la Commedia l'accomplissement même de l'évolution des âges et des espèces dans la nature humaine et, en son sein, la prise de conscience de la dignité de la libre pensée. Aucune célébration, consacrée au poète de l'éternel, n'a jamais reconnu dans son « poème sacré » une nécessité aussi solennelle et fatale.

Écrit sur un exemplaire de la Divine Comédie :

Un soir, dans le chemin je vis passer un homme

Vêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,

Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.

Ce passant s’arrêta, fixant sur moi ses yeux

Brillants, et si profonds qu’ils en étaient sauvages,

Et me dit: «J’ai d’abord été, dans les vieux âges,

«Une haute montagne emplissant l’horizon;

«Puis, âme encore aveugle et brisant ma prison,

«Je montai d’un degré dans l’échelle des êtres,

«Je fus un chêne, et j’eus des autels et des prêtres,

«Et je jetai des bruits étranges dans les airs;

«Puis je fus un lion rêvant dans les déserts,

«Parlant à la nuit sombre avec sa voix grondante;

«Maintenant, je suis homme, et je m’appelle Dante»

V. Hugo, Écrit sur un exemplaire de la «Divine Comedie», daté Juillet 1843

(Introduzione alla Divina Commedia - Nuova ediz. 2021)

Commenter  J’apprécie          20

Le meilleur biographe de Dante n'est autre que Dante lui-même qui de définit souvent dans l'en-tête de ses épîtres comme un "Florentinus et exul inmeritus" ("Florentin injustement exilé")

Commenter  J’apprécie          30
Carlo Ossola

Ne pas se laisser distraire par le bruit du monde, être disponible à l'autre et accepter que certains de nos actes soient gratuits, sans récompense. Voilà l'essentiel (...)

La gratitude consiste à admettre que ce que l'on a obtenu, on ne le doit pas tant à ses propres mérites qu'à la bienveillance d'autrui. C'est un retour vers celui qui nous a fait du bien. Une manifestation de reconnaissance vis-à-vis de la personne qui nous a aidé.

(dans Télérama 3643 du 6 novembre 2019, à propos de son livre "Les Vertus communes")

Commenter  J’apprécie          10

La cime et le fondement : le poème dantesque est, de fait, "absolu" et "choral", il fonde et il accomplit. Il fonde une langue , une littérature, la représentation de l'éternel.

Commenter  J’apprécie          20

Parce qu'elle est son la parole s'exprime par les sens ;

parce qu'elle se sert d'arguments pour signifier, elle s'adresse à la raison.

Commenter  J’apprécie          20

La franchise, c'est bien plus que la sincérité ; c'est cet arôme intact que l'on obtient que si le vin est pur.

Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Dans quelle région du Royaume Uni se passe l'enquête ?

"L'affaire Prothero" de Agatha Christie. Miss Marple originaire de St Mary Mead, village fictif...

Angleterre
Ecosse
Irlande du Nord
Pays de Galles

16 questions
74 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , anglais , humourCréer un quiz sur cet auteur