AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 926 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Campbon, Loire-Atlantique , le 13/12/1952
Biographie :

Jean Rouaud est un écrivain français.

Il passe un baccalauréat scientifique, puis étudie les Lettres modernes à l'Université de Nantes. Après avoir obtenu une maîtrise, il occupe différents emplois provisoires, tels que pompiste ou vendeur d'encyclopédies médicales.

En 1978, il est engagé au quotidien régional "Presse-Océan" et, comme il le raconte dans son livre "Régional et drôle" (2001), après avoir travaillé à la sélection des dépêches de l'AFP, il est chargé de rédiger un "billet d'humeur" publié tous les deux jours sur la "une" du journal, avec la consigne de faire régional et drôle.

Il part ensuite à Paris, où il travaille dans une librairie, puis comme vendeur de journaux dans un kiosque du 19ème arrondissement. En 1988, il rencontre Jérôme Lindon, directeur des éditions de Minuit, qui va devenir son principal éditeur.

Son premier roman qui a pour trame la guerre de 14-18 est le point de départ de sa riche carrière. "Les Champs d’honneur", couronné en 1990 par le Prix Goncourt, rencontrera un immense succès populaire avec un demi-million d'exemplaires vendus en moins de quatre mois, de multiples traductions en plusieurs langues, et l’unanimité des critiques.

La saga familiale se poursuit les années suivantes avec "Des hommes illustres" (1993), roman consacré à son père, disparu brutalement le lendemain de Noël alors que Jean avait 11 ans "Le monde à peu près" (1996), récit de son adolescence puis "Pour vos cadeaux" (1998), et "Sur la scène comme au ciel" (1999), deux romans dédiés à sa mère.

En 2001, il quitte les éditions de Minuit pour les éditions Gallimard, qu'il quitte en 2014 pour les Éditions Grasset & Fasquelle. En 2014, il publie aux éditions Dialogues, "Éclats de 14".

Fin connaisseur des cultures de l’âge de la pierre, il a usé de sa liberté littéraire pour livrer de sensibles interprétations de l’art pariétal dans "La Splendeur escamotée de frère Cheval ou Le Secret des grottes ornées" (Grasset, 2018).

Depuis plusieurs années, Jean Rouaud tient une chronique hebdomadaire dans "L'Humanité".

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La vie poétique. Volume 5, KiosqueJean Rouaud Grasset, (janvier 2019) Résumé Cinquième volet de la série dans lequel l'auteur retrace son expérience de kiosquier de presse de 1983 à 1990. Alors apprenti écrivain, il voit défiler une foule de personnages : le gérant du dépôt, un anarcho-syndicaliste, un peintre maudit, un oracle autoproclamé, un rescapé de la Shoah... Tous ces personnages inspirent et inquiètent l'écrivain débutant de 36 ans à l'ambition encore obscure. ©Electre 2019
Podcasts (15) Voir tous

Citations et extraits (208) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   01 août 2013
Les champs d'honneur de Jean Rouaud
Quand le soir tombe, le jeune homme au teint blafard entre en agonie. Cette fois, le médecin major ne laisse plus d'espoir. La jeune promise passe régulièrement dans la pénombre, et doucement, pour ne pas gêner ceux qui dorment, pose un linge frais sur son front, remonte les draps sur sa poitrine, et, quand un accès brutal de toux le fait se dresser dans son lit, elle le prend comme un enfant dans ses bras et lui verse entre les lèvres une cuillerée de sirop.
Commenter  J’apprécie          420
araucaria   27 juillet 2013
Les champs d'honneur de Jean Rouaud
La pluie s'annonce à des signes très sûrs : le vent d'ouest, net et frais, les mouettes qui refluent très loin à l'intérieur des terres et se posent comme des balles de coton sur les champs labourés, les hirondelles, l'été, qui rasent les toits des maisons, tournoient, attentives et muettes, dans les jardins, les feuillages qui s'agitent et bruissent au vent, les petites feuilles rondes des trembles affolées, les hommes qui lèvent le nez vers un ciel pommelé, les femmes qui ramassent le linge à brassée (incomparables draps séchés au vent de la mer - cet air homéopathique d'iode et de sel entre les fibres), abandonnant sur le fil les épingles multicolores comme des oiseaux de volière, les enfants qui jouent dans le sable et que les mamans rappellent, les chats à leur toilette qui passent la patte derrière l'oreille, et trois petits coups d'ongle sur le verre bombé du baromètre : l'aiguille qui s'effondre.
Commenter  J’apprécie          372
araucaria   28 juillet 2013
Les champs d'honneur de Jean Rouaud
Avant toute chose, grand-mère ne voulait pas qu'on pensât qu'il était dans ses habitudes de faire les poches de son mari. Ce n'était pas son genre. Mais il fallait considérer les circonstances et, là, ces soi-disant aveux abracadabrants, il y avait de quoi nourrir des soupçons. Des soupçons entièrement justifiés d'ailleurs : elle montrait à Lucie un petit rectangle de carton rose, un billet portant date et destination et dénonçant sans discussion, un aller-retour pour - et plutôt que de prononcer là peine prononçable elle le donna à lire - l'île du Levant : le paradis des naturistes.
Commenter  J’apprécie          311
tamara29   11 novembre 2013
Les champs d'honneur de Jean Rouaud
Avec grand-père, on avait tout de la mouche du coche. On avait beau le mettre en garde, le prévenir en rapprochant les mains l'une vers l'autre que l'obstacle à l'arrière n'était plus qu'à quelques centimètres maintenant, il vous regardait avec lassitude à travers la fumée de sa cigarette et attendait calmement que ses pare-chocs le lui signalent. A ce jeu, la carrosserie [de la 2 CV] était abîmée de partout, les ailes compressées, les portières faussées. La voiture y avait gagné le surnom de Bobosse. Si grand-père l'apprit jamais, il faisait montre de suffisamment d'indifférence pour ne pas s'en émouvoir, et il est vraisemblable que ses pensées nous avaient catalogués une fois pour toutes : petits morveux, ou ce genre. Peut-être s'en moquait-il vraiment.
Commenter  J’apprécie          280
fanfanouche24   14 janvier 2016
La vie poétique. Tome 1 : Comment gagner sa vie honnêtement de Jean Rouaud
Ne t'inquiète pas, me disait Chardin. L'art se moque de ce qui brille. Fais comme moi. Fais la sourde oreille. Rends compte le plus honnêtement, le plus simplement, de ce que tu vois. Et si tu sais voir, ce qui implique de fermer les yeux, tu y verras des beautés qui valent largement celles des beaux quartiers. (p. 13 / Gallimard, collection Blanche, 2010)
Commenter  J’apprécie          230
salamanque   08 octobre 2011
Les champs d'honneur de Jean Rouaud
- On affirme souvent que « tout le monde peut écrire ».

Jean Rouaud : - Je l’ai moi-même cru longtemps, et j’ai été plutôt enclin

à inciter à écrire tous ceux qui en manifestaient le désir. On est tous,

tout le temps dans l’écriture – d’un rapport, d’une carte postale, pour

laquelle on essaie de trouver une tournure un peu fine, un peu drôle.

Et on est tenté de se dire qu’il suffirait d’allonger la phrase pour lui

faire porter une histoire, et que, ma foi, de la carte postale au roman,

il n’y aurait qu’une question de temps et d’énergie.

En fait, je crois de plus en plus que ce saut de la carte postale au livre,

c’est l’engagement de toute une vie. Ce n’est pas quelque chose qui

se fait impunément. Il y a un prix très lourd à l’écriture, qui consiste

à abandonner, en fait, quasiment toute ambition sociale."
Commenter  J’apprécie          190
gavarneur   19 novembre 2018
Souvenirs de mon oncle de Jean Rouaud
Mais enfant, l'expression « vieux garçon » m'intriguait. J'essayais d'imaginer un bébé avec des rides et une moustache blanche. J'ai compris plus tard qu'un vieux garçon est un petit garçon qui se refuse à vieillir.

Page 18
Commenter  J’apprécie          201
cicou45   31 janvier 2013
Pour vos cadeaux de Jean Rouaud
"Il apparaît que c'est un talent de savoir cajoler un enfant, le bercer, inventer pour lui une foule de diminutifs, lui chantonner des chansons douces, attendre patiemment qu'il ait fini de mastiquer avant de lui tendre une nouvelle cuiller, c'est un don, comme le dessin, la poésie ou l'art d’accommoder les restes."
Commenter  J’apprécie          190
fanfanouche24   19 février 2019
Kiosque de Jean Rouaud
C'est un sentiment que je connaissais bien, ce besoin de rectifier sa position dans le miroir de l'autre. Une façon de dire ne vous méprenez pas sur moi, ne tirez pas de conclusion à partir de ce que vous percevez. Tentation de se démarquer de la fonction à quoi les gens vous réduisent. Et vous réduisent longtemps quand bien même elle n'est plus d'actualité. J'avais beau avoir quitté le kiosque depuis des années, il se trouvait toujours des gens qui me renvoyaient au marchand de journaux. Ce qui ne partait pas toujours d'une intention bienveillante. Ce qui traduisait dans ce cas, en cherchant à me rabaisser, le peu d'estime qu'ils avaient pour la fonction. (p. 72)
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24   18 février 2020
La vie poétique. Tome 1 : Comment gagner sa vie honnêtement de Jean Rouaud
N'ayant aucun talent de ce genre, je savais bien quelles fiches on sortirait à mon intention : OS, autrement dit ouvrier spécialisé, ce qui contrairement à sa dénomination signifiait un homme sans qualification. (Gallimard, 2010,p. 89)
Commenter  J’apprécie          180
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Petit hommage au chanteur Christophe

Christophe, né ...

Lucien Ginsburg
Claude Moine
Daniel Bevilacqua
Hervé Forneri

8 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , biographie , Chansons françaisesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..