AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.98 /5 (sur 373 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Aix-en-Provence , le 19/09/1975
Biographie :

Caroline Fourest est essayiste, journaliste, éditorialiste, scénariste et réalisatrice.

Co-fondatrice et rédactrice en chef de la revue ProChoix (féministe, antiraciste et laïque).

Elle a un DEUG d’histoire, une maîtrise de l’EHESS et un DESS de communication politique (Sorbonnes).

Elle a écrit de nombreux essais sur l’extrême droite, l’intégrisme (juif, chrétien et musulman), le multiculturalisme et l’universalisme. Dont les très remarqués : Tirs Croisés (2003), Frère Tariq (consacré au décryptage du double discours de Tariq Ramadan, 2004), La Tentation obscurantiste (2005), La Dernière utopie : menaces sur l’universalisme (2009) et Libres de le dire : conversations mécréantes (avec Taslima Nasreen, 2010).

Elle a reçu le Prix national de la laïcité en 2005, le Prix du livre politique et le prix Jean Zay en 2006, le Prix Aron-Condorcet en 2008 et Le Prix de la Licra en 2010.

Elle tient une chronique « Sans détour » tous les samedi dans Le Monde, ainsi qu’une « Carte blanche » tous les vendredis à 7h26 sur France Culture.

Elle enseigne sur « Multiculturalisme et universalisme » à Sciences-Po Paris. Et siège au Conseil de la Fondation Anne Lindh pour le dialogue entre les cultures (Euro-Med)

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Caroline Fourest   (29)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite — Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa — Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5 | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/ Invitée : Caroline Fourest - Journaliste et essayiste, directrice éditoriale du magazine “Franc-Tireur” • La culture sous la pression de la censure ? • Culture : faut-il retoucher les oeuvres qui peuvent choquer ? • Tollé après la réécriture des oeuvres de Roald Dahl

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (88) Voir plus Ajouter une citation
Si bien que nous vivons dans un monde furieusement paradoxal, où la liberté de haïr n'a jamais été si débridée sur les réseaux sociaux, mais où celle de parler et de penser n'a jamais été si surveillée dans la vie réelle.
Commenter  J’apprécie          281
Une meute d’inquisiteurs

Comme toutes les tempêtes, les vents mauvais de l’Inquisition moderne commencent toujours par se lever sur les réseaux sociaux. Lieu de liberté, Internet est aussi le lieu de tous les procès. On s’y déchaîne anonymement, on y lynche au moindre soupçon. Une meute de trolls furieux que la philosophe Marylin Maeso appelle « les conspirateurs du silence », tant ils parviennent à nous museler. Nous vivons l’avènement de ce « monde de silhouettes », ce monde de faux-semblants que redoutait Albert Camus. Partout, règne la tyrannie de l’offense, comme préalable à la loi du silence.
Commenter  J’apprécie          200
En France, le journaliste conçoit son métier comme un devoir : dire sa part de vérité, même si elle est difficile à entendre. C'est un journalisme souvent engagé, plus éditorialisé, plus idéologique aussi, parfois moins rigoureux. Le journalisme anglo-saxon est plus « factuel », plus précis, mais plus clientéliste. Il cherche avant tout à satisfaire ses lecteurs ou téléspectateurs, considérés comme des clients. D'où l'explosion de tabloïds et d'affaires exploitant la vie privée. Extrêmement choquants et jugés indignes du journalisme du point de vue français.
Les médias anglo-saxons qui ont fait la leçon à Charlie Hebdo pour sa couverture « offensante » sur Mahomet n'ont eu aucun scrupule à montrer les images du policier abattu par un terroriste juste avant sa mort, sans se demander si elles pouvaient « offenser » sa famille. Le client est roi. Le client veut du sang et des ragots sur la vie privée, pas qu'on insulte sa religion. Comme il y a peu de « clients » nord-coréens vénérant Kim Jong-un aux États-Unis, et bien plus de « clients » musulmans vénérant Mahomet, c'est donc Mahomet qu'il faut veiller à ne pas dessiner.
Commenter  J’apprécie          180
En mai 1968, la jeunesse rêvait d'un monde où il serait "interdit d'interdire". La nouvelle génération ne songe qu'à censurer ce qui froisse ou l'"offense".
Commenter  J’apprécie          192
Si bien que nous vivons dans un monde furieusement paradoxal, où la liberté de haïr n’a jamais été si débridée sur les réseaux sociaux, mais où celle de parler et de penser n’a jamais été si surveillée dans la vie réelle.
Commenter  J’apprécie          160
L'université doit rester un lieu ouvert à tous, où se croisent les idées. On ne peut pas y pratiquer la ségrégation, même inversée.
On rêverait de campus redevenant des "safe space" pour le débat d'idées et la transmission d'une culture commune. Des sanctuaires où l'on pourrait avoir des débats contradictoires et courtois impossibles à mener sur Internet. Ces débats deviennent de plus en plus difficiles à organiser.
Commenter  J’apprécie          150
Deux visions de la laïcité et de la liberté d'expression

D'après l'approche anglo-saxonne, l'égalité consiste à respecter tous les totems et tous les tabous de chaque communauté pour qu'elles coexistent sans conflits. L'approche laïque à la française croit au droit de les briser tous... Pour pouvoir se parler, se disputer s'il le faut, et se mélanger.
Cette divergence de vues repose sur des siècles de divergences philosophiques et politiques. La France a bâti sa démocratie, son aspiration à l'égalité, sur le fait de séparer l’État des Églises. L'Amérique a été fondée par des puritains rêvant d'une plus grande liberté religieuse. Les totems religieux y sont plus sacrés que d'autres. Quant à l'Angleterre, elle n'est ni une république, ni laïque, mais une monarchie parlementaire liée à une religion d’État : l'anglicanisme. Cette religion privilégiée l'incite à manier avec précaution les susceptibilités d'autres religions, moins privilégiées. Quitte à respecter un interdit religieux qui n'existe pas.
Le Coran n'interdit pas la représentation de Mahomet. Il interdit l'idolâtrie. Précisément ce que font les fanatiques en tuant pour empêcher qu'on désacralise son image. En combattant ce fanatisme obsédé par la représentation de Mahomet, en le désacralisant, Charlie Hebdo se montre bien plus fidèle à l'esprit du Coran que les obscurantistes. Quand bien même le Coran interdirait de représenter Mahomet, cet interdit n'est évidemment pas valable pour un journal satirique écrit par des athées dans une démocratie laïque !
D'ailleurs, si le critère retenu est celui de ne pas « offenser », il faudrait retirer de l'espace commun tout ce qui peut froisser. Les dessins qui choquent Al Qaïda mais aussi les films hollywoodiens qui choquent Kim Jong-un. Cela revient à importer les lois des dictateurs et des fanatiques en démocratie. A placer leurs susceptibilités au-dessus de nos lois.
Commenter  J’apprécie          130
En revanche, c'est certain, Marine Le Pen est dans nos vies pour quelques décennies. Au nom du père. Quant à son Front National, il n'a pas fini de poser ses pièges dans le débat public. Au nom du pire.
Commenter  J’apprécie          140
Une part non négligeable de l'hystérie collective actuelle tient à l'épiderme, extrêmement douillet, des nouvelles générations. Et plus encore au fait qu'on leur a appris à se plaindre pour exister. (...) Les sociétés contemporaines ont placé le statut de victime tout en haut du podium. (...) L'excès commence lorsque la victimisation tend à faire taire d'autres voix, et non les dominants.
Commenter  J’apprécie          110
Trouver des excuses à ceux qui choisissent le terrorisme, c’est mépriser tous ceux que la misère, l’adversité ou l’ennui n’ont pas transformés en bourreaux. C’est dire aux assassins, continuez à tuer pour vous faire entendre. On vous comprend, on vous écoute. Quand d’autres leur crient d’apprendre plutôt à écrire ou dessiner.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

La nuit du renard

Quel genre de crises Neil Peterson peut-il avoir ?

Des crises d’asthme
Des crises d’épilepsie

8 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : La Nuit du renard de Mary Higgins ClarkCréer un quiz sur cet auteur