AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246820185
220 pages
Éditeur : Grasset (26/02/2020)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 20 notes)
Résumé :
« C’est l’histoire de petits lynchages ordinaires, qui finissent par envahir notre intimité, assigner nos identités, et censurer nos échanges démocratiques. Une peste de la sensibilité. Chaque jour, un groupe, une minorité, un individu érigé en représentant d’une cause, exige, menace, et fait plier.

Au Canada, des étudiants exigent la suppression d’un cours de yoga pour ne pas risquer de "s’approprier" la culture indienne.
Aux États-Unis, la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  17 mai 2020
On découvre dans ce livre jusqu'où on peut aller au nom de l'antiracisme, de l'intolérance avec beaucoup d'exemples à la clé :
Par exemple, cette mère de famille qui se retrouve agonie d'injure pour avoir organiser un anniversaire japonisant pour sa fille ! inutile de préciser que les copines avaient adoré porter des kimonos et se maquiller en geishas !
L'auteure qualifie l'appropriation culturelle de nouveau blasphème. Il est devenu intolérable qu'une femme blanche aborde dans une BD le racisme contre les Noirs ou Madona dans son clip « like a prayer » se déhanchant façon Gospel ou encore que la chanteuse blanche, Katy Perry, ose se présenter au public, coiffée de tresses africaines, et qui a dû s'excuser …
La chanteuse s'est presque flagellée en direct pour avoir osé porter des tresse malgré ses « privilèges de femme blanche »
Camilla Jordana s'est vue attaquée car elle arborait des dreadlocks à la soirée de Césars, mais elle, elle a refusé de s'excuser.
Caroline Fourest explique la différence entre appropriation intellectuelle et appropriation culturelle, on n'est plus dans le pillage des oeuvres au temps de la colonisation.
En gros, on arrive à cette idée : seul un Noir peut comprendre le racisme ou encore, seul un Noir peut interpréter au théâtre au cinéma un Noir, un Blanc, un Blanc, une lesbienne, le rôle d'une lesbienne, idem si on est transgenre ou tant d'autres possibilités ce qui laisse pantois. On va vite être à cours d'idée au cinéma ou dans les conférences comme cela se passe déjà aux USA ou au Canada où les professeurs sont obligés de se censurer et risquent leur poste à tout moment.
On vit dans une époque où règne la victimisation : au lieu d'agir, on préfère se sentir offensé pour tout et n'importe quoi au lieu de chercher à trouver des solutions. On est loin de l'esprit de mai 68, de l'art de la discussion, du débat d'idées, on condamne et à l'heure des réseaux sociaux et clic décérébré et intempestif, faire le buzz est tellement plus simple que réfléchir par soi-même.
Je voudrais en profiter pour rappeler cette citation apocryphe De Voltaire :
Je ne suis avec ce que vous dîtes, mais je me battrais jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.
J'ai beaucoup aimé cet essai, car Caroline Fourest a fourni un travail important, étayé, elle fournit des preuves pour chaque sujet abordé. J'avais peur de me sentir un peu dépassée en le lisant en période de confinement mais il se lit très bien et son argumentation me plaît. J'ai toujours beaucoup de mal à rédiger une chronique sur un essai, je compte sur votre indulgence!
Heureusement, on n'en est pas encore là en France mais depuis Charly Hebdo, on flippe un peu quand même et on sent que cela va nous tomber sur la tête très prochainement. J'aurais pu dire encore beaucoup de choses sur ce livre foisonnant d'idées et de réflexions mais ne divulgâchons pas, comme disent nos amis canadiens. le titre est excellent et le sous-titre l'est tout autant.
Je suis Caroline Fourest depuis pas mal de temps, lorsqu'elle est invitée aux débats (28 minutes par exemple sur ARTE) et au départ elle me hérissait un peu car je la trouvais trop catégorique, mais ses mises en garde contre l'extrême droite et ses dangers, la montée des populismes, sa lutte courageuse vis-à-vis de Tarik Ramadan m'a permis de l'apprécier davantage et je vous invite vivement à lire cet essai.
Un immense merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m'ont fait confiance en me confiant cette lecture.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
FeyGirl
  10 mars 2020
C'est avec grand intérêt que j'ai entamé cette lecture, le sujet m'intéressant tout particulièrement.
Caroline Fourest a eu l'idée de cet essai à la suite d'un incident qui lui est arrivé. Elle voulait éditer une BD sur l'histoire de Clodette Colvin, première Noire américaine à avoir refusé de laisser sa place dans son bus, bien avant Rosa Parks. Cette BD est inspirée d'une biographie écrite par Tania de Montaigne, et les dessins sont réalisés par Emilie Plateau. L'acheteuse (blanche) de la filiale américaine de l'éditeur américain a appelé pour dire qu'il était impossible de titrer le livre « Noire » dans sa version anglaise car… la dessinatrice était blanche ! Selon une idée qui se répand, on ne peut écrire sur un sujet que si on est concerné à titre personnel.
L'auteure — et militante — nous dresse un constat marquant et parfois effrayant de la pensée et du militantisme aux États-Unis, qui peu à peu prend pied en France. J'avais entendu parler de certains de ces événements, mais ici nous découvrons la genèse d'une idéologie qui partait d'un bon sentiment et qui finit par détruire le débat d'idées ; ainsi qu'un système qui devient cohérent dans sa volonté de s'imposer par l'intimidation et le refus de débattre, voire dans la tentation de la censure.
Une pensée inquisitrice, particulièrement active sur les réseaux sociaux et dans les campus américains, qui est devenue très intolérante et n'a de cesse de faire plier ses « ennemis », même quand ceux-ci devraient être ses alliés naturels. Avec elle, vous avez forcément tort. Vous êtes essentialisé selon votre sexe, votre couleur de peau, votre culture d'origine, votre religion supposée… dans une concurrence entre celui qui sera le plus dominé et le plus victime des dominants. On ne comprend pas quelle société veulent construire ces gens-là.
Né d'une Histoire américaine très différente de la nôtre, ce mouvement favorise le « moi je », efface toute possibilité de se confronter à l'altérité, et ne voit aucun problème à ne pas venir à des cours de littérature obligatoires sous prétexte de « micro-agressions » dans les livres écrits avant leur naissance. D'ailleurs, l'auteure s'amuse à noter que bien souvent, ces harceleurs d'un nouveau genre ont une culture assez limitée sur les sujets qu'ils prétendent défendre, et qu'ils ont une vision très simpliste du monde. Pour des étudiants en supérieur ou des intellectuels, c'est assez déprimant. Mais ils réussissent à faire virer des professeurs, parce que les responsables ont abandonné ou sont eux-mêmes acquis à ces thèses.
Un point m'a particulièrement effrayé : Kate Parry fut violemment attaquée pour avoir publié une photo avec des tresses fines, qui sont proches de la tradition ukrainienne. Mais les militants antiracistes américains la traînent dans la boue en l'accusant de s'être approprié les tresses africaines ( !). Devant le scandale, sa maison de musique l'oblige à un acte de contrition publique, chaperonnée par un activiste de Black Lives Matter, où elle promet de « s'éduquer ». S'éduquer. Cela m'a fait penser aux systèmes totalitaires du XXe siècle où les « ennemis » du peuple étaient envoyés en rééducation. Ces exemples d'excuses d'artistes intimidés sont maintenant devenus légion.
Dérives de l'antiracisme, appropriation culturelle, meute sur les réseaux sociaux et dans la vie réelle… J'ai beaucoup apprécié lire ce court essai, qui nous offre un récapitulatif de ce qui pourrit la vie intellectuelle, artistique et universitaire aux USA, et qui est déjà chez nous.
J'apporterais cependant une nuance : Caroline Fourest parle de « la Génération Offensée », et il est vrai que l'on constate en France la même tentation totalitaire — il faut dire le mot — dans certaines facultés et sur une partie des réseaux sociaux. Pourtant, il existe — encore — une jeunesse qui sait nuancer, qui reste plus pragmatique et qui sait débattre avec des personnes ayant une opinion différente. Mais elle est moins visible. Espérons que cette jeunesse-là saura ne pas se laisser emporter.
Je remercie NetGalley et les éditions Grasset pour l'envoi de ce livre.

Lien : https://feygirl.home.blog/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
mariech
  09 mars 2020
Dans cet essai assez édifiant , Caroline Fourest évoque cette génération qui s'indigne pour un oui ou un non , qui se sent offensée alors qu'elle serait plutôt intolérante.
Des conférences qui n'ont pas lieu car les étudiants ne supportent pas la moindre contradiction ,interdisent les débats parce qu'ils se sentent atteints , ils sont devenus d'une susceptibilité maladive .
Ça se passe aux EU et certains passages donnent le vertige , les profs doivent donner des excuses publiques pour appropriation inadaptée de la culture d'autrui , comme ces ' blancs ' remis à leur place s'ils utilisent des signes distinctifs d'autres cultures .
Hélas , Caroline Fourest nous dit que ce mouvement commence à être présent en France .
Une lecture qui évoque un problème de société qui m'a fait un peu peur je l'avoue .
Commenter  J’apprécie          274
Meps
  02 mai 2020
Je connais Fourest à travers les plateaux télés. Au départ, je reconnais que j'ai eu envie qu'elle soit tout bonnement censurée. J'ai trouvé qu'elle soutenait des thèses « islamophobes ». En tout cas, ses confrontations avec Tariq Ramadan en donnaient l'impression. Mais avec le temps, les faits et les lectures, j'ai admis que ce sentiment qui nous incite à vouloir censurer un auteur est juste pervers. C'est ce que Caroline Fourest veut démontrer dans son ouvrage Génération offensée. Si en France le mouvement de censure venant d'une meute d'inquisiteurs entretenue par et dans l'université de la peur n'en est qu'à ses débuts, aux Etats-Unis, cette politique fondée sur l'humiliation des artistes au nom de « l'appropriation culturelle » semble être devenue la norme. Professionnelle dans sa déconstruction de toutes les idéologies extrêmes, l'auteure observe que, même dans le temple du savoir qu'est l'université, on s'offusque à la moindre contradiction : « le droit de dire, lui-même, est soumis à autorisation, selon le genre et la couleur de peau. ». Cette intimidation va jusqu'au renvoi de professeurs.
En effet, si en France les études supérieures sont ouvertes à tous, aux Etats-Unis, les étudiants sont des « clients tyranniques » qui en veulent pour leur argent. Quand on sait le prix à payer pour étudier aux États-Unis (ça peut dépasser les 60 000 dollars par an à comparer à 400 euros en France), l'auteure en déduit que comme des clients rois, les étudiants américains exigent des diplômes qui ne les obligent pas à bousculer leurs certitudes. Elle cite Isshad Manji, une enseignante à l'université d'Hawai qui a été alarmée par la susceptibilité de certains étudiants : « Au moment où de plus en plus d'écoles enseignent aux jeunes à ne pas être offensants, elles doivent également enseigner à la nouvelle génération comment ne pas être aussi facilement offensée. ». Par ce cri d'alarme, Fourest met en garde ses lecteurs contre cette nouvelle forme de censure qui semble menacer la lecture et la création littéraire, scientifique, corporelle (la danse), capillaire, musicale, théâtrale… créations nous dit l'auteure fondées sur le droit au blasphème. Si l'art et la science sont menacés par une meute d'inquisiteurs qui s'offusquent d'une création en fonction de la couleur de son auteur, c'est qu'on tombe dans le racisme inversé. Ce qui est contreproductif pour l'antiraciste radicale qu'est l'auteure.
Ce livre m'aura permis de mieux découvrir l'auteure que quelques minutes de passages télés forcément réducteurs. le temps du livre permet de mieux exprimer une pensée de façon plus aboutie. le confinement et ce livre nous apprendrons donc au moins cela, le temps est le meilleur allié d'une opinion éclairée. Les emportements rapides des réseaux sociaux contre tel ou telle pratique censément offensante ne prennent donc pas le temps d'éclairer leur lanterne et restent confinés dans l'obscurantisme.
Merci en tout cas à NetGalley et aux éditions Grasset d'avoir fourni l'essence pour ma lanterne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
Matatoune
  11 mars 2020
Ce n'est pas que dans la coiffure (le port de dreadlocks) mais aussi dans l'art (seuls les musiciens noirs pourraient jouer de la musique jazz) et la culture (les étudiants canadiens font supprimer un cours de yoga pour ne pas « s'approprier » la culture indienne) que les inquisiteurs en « appropriation culturelle » envahissent les réseaux sociaux pour imposer leur vision d'un monde ségrégationniste et identitaire.
Le nouvel essai de Caroline Fourest « Génération offensée » dénonce ce phénomène qui a démarré en Amérique du Nord et que certains voudraient voir importer dans les pays francophones.
Qu'est-ce que c'est ? L'utilisation d'éléments de culture par un groupe dit dominant est sujet à controverse puisque ce groupe est supposé avoir une attitude oppressive et d'expropriation. Il est accusé de pillage des cultures des minorités. Dans son analyse, Caroline Fourest décrit toutes les nuances et les implications de ce phénomène.
Les exemples sont nombreux : La marque Zara est obligée de retirer une chaussette aux dessins ethniques. Polémique autour du spectacle d'Ariane Mnouchkine qui aurait pu être annulé car il ne présentait pas des comédiens des membres des communautés dont il parlait (2018 – Kanata). La conférence de Sylviane Agazinski est annulée à la faculté de Bordeaux pour jugement possiblement homophone par rapport à ces positions contre la PMA ( Octobre 2019). Organisation en Seine-Saint-Denis d'ateliers en non – mixités par Sud Éducation. Et l'affaire Mila (2020) évidemment pas citée par Caroline Fourest, trop récente. Cette affaire a déchaîné non seulement les réseaux sociaux mais aussi le monde politique et social.
Importer cette lutte des États-Unis est un non sens puisque les bases du racisme ne sont pas les mêmes, comme le rappelle Caroline Fourest. Dans ce pays, la référence à la religion et à l'ethnicité est ouvertement annoncée et revendiquée et le mot race est affiché. Ce n'est pas le cas en Europe. Aux États-Unis, l'appropriation culturelle va très loin en créant même des « Safe Space », des lieux communautaires pour se remettre des offenses présumées ressenties.
Plus les personnes, souvent jeunes, entrent dans ce schéma, plus leurs réactions sont médiatisées et plus elles se trouvent conforter dans ce processus de victimisation. Caroline Fourest démontre que cette génération Y n'a pas connu les esclavages, les déportations, les colonisations et le fascisme de gauche comme de droite et à tendance pour se vivre libre à se ressentir comme victime.
Les universalistes ont perdu. Les identitaires sont partout. On pense au roman de Philip Roth, La Tache, où la fiction rejoint la réalité avec le triomphe de la pensée sectaire. Nos banlieues, souvent abandonnées, sont des exemples édifiants. Une génération qui considère que la couleur de peau ou la religion ou une idée donnent stricto-facto accès à plus, puisque sensée subir une différence négative depuis longtemps, même si elle entraîne une rupture du principe d'égalité républicaine.
Ce qui est intéressant c'est que Caroline Fourest donne des pistes pour lutter contre ce mouvement identitaire. Il faut apprendre aux jeunes à faire la différence entre protester et censurer. Il faut aussi leur faire comprendre comment ne pas être « offensés » et aussi facilement « offensables ». Il faut veiller à créer des espaces où tout le monde peut parler de tout, quitte à offenser. Tout ceci pour ne plus laisser des tyrans individuels faire la loi !
Je n'avais jamais lu d'essai de Caroline Fourest. Facile d'accès, avec des exemples précis, « Génération offensée » est un essai agréable à découvrir, assez court, qui permet à la fois de comprendre ce qu'est l'appropriation culturelle et de veiller à la combattre dans ses accès identitaires.
Ne laissons pas la lutte des races, des ethnies, des minorités affirmée son aspect identitaire en remplacement de la dimension universaliste qui fonde notre histoire ! Voulons-nous une société de la protestation ou une société de la censure ? Soyons vigilant pour qu'une poignée de personnes, jeunes en général, élevées dans le cocon du capitalisme libéral entraine la société dans cette dérive sectaire. Ce livre peut nous y aider !
https://vagabondageautourdesoi.com/2020/03/11/generation-offensee-caroline-fourest/
Lien : https://vagabondageautourdes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
LucilliusLucillius   19 mai 2020
Au cinéma comme dans l'édition, il devient courant de faire "approuver" des scénarios ou des manuscrits par des sensitivity readers, des lecteurs censés posséder la bonne sensibilité de par leurs parcours ou leur identité.
Commenter  J’apprécie          20
Eve-YesheEve-Yeshe   17 mai 2020
Si bien que nous vivons dans un monde furieusement paradoxal, où la liberté de haïr n’a jamais été si débridée sur les réseaux sociaux, mais où celle de parler et de penser n’a jamais été si surveillée dans la vie réelle.
Commenter  J’apprécie          110
LucilliusLucillius   19 mai 2020
Les films, les œuvres possèdent une âme propre. Ils sont le fruit d'un engendrement. Ils valent parfois mieux que leur créateur. Ils ont donc le droit d'être jugés pour eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          00
LucilliusLucillius   19 mai 2020
Est-ce l'avenir du théâtre ? Réécrire les pièces, les personnages et l'Histoire par peur d'offenser ? C'est l'étape qui suit logiquement l'intimidation.
Commenter  J’apprécie          02
MatatouneMatatoune   08 mars 2020
Une part non négligeable de l'hystérie collective actuelle tient à l'épiderme, extrêmement douillet, des nouvelles générations. Et plus encore au fait qu'on leur a appris à se plaindre pour exister. (...) Les sociétés contemporaines ont placé le statut de victime tout en haut du podium. (...) L'excès commence lorsque la victimisation tend à faire taire d'autres voix, et non les dominants.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Caroline Fourest (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Caroline Fourest
L'intégralité de l'interview https://bit.ly/2K9WznT L'idéologie est entrée dans le débat scientifique et le « virus de la défiance » menace notre société selon Caroline Fourest. 
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous !  https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5  | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
autres livres classés : pesteVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
473 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
.. ..