AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.22/5 (sur 182 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 19/08/1955
Biographie :

Cathy Borie est une écrivaine française.

Elle vit entre Ajaccio et la Dordogne, puisant dans ces lieux privilégiés le calme nécessaire pour nourrir ses récits.

Titulaire d'un Deug de psychologie et d'une formation au CNED, elle a enseigné plus de trente ans avant de se consacrer à ses activités d'auteure depuis 2007.

Elle a déjà publié des romans, des poèmes, et des recueils de témoignages, ainsi qu’une pièce de théâtre. Elle s’intéresse particulièrement aux parcours de vie, privilégiant une approche psychologique des personnages et de leurs comportements.

Après "La nuit des éventails" (Rémanence, 2015) et "Dans la chair des anges" (Carnets nord, 2017, prix Draftquest-Librinova), "Mille jours sauvages" (Rémanence, 20 novembre 2020) est son troisième roman publié chez un éditeur. "Ana", coup de cœur des clubs Hors Concours 2023, a été publié en janvier 2022 à L’Échelle du Temps.

Son roman "Mille jours sauvages" est le lauréat du Prix des Auteurs Inconnus 2020, dans la catégorie Imaginaire.

page Facebook : https://www.facebook.com/cathyborie.auteure?locale=fr_FR
Instagram : https://www.instagram.com/cathyborie.auteure/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Cathy Borie   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ana raconte l’histoire de la violence faite aux femmes, du consentement trahi, de la honte et de l’humiliation, mais aussi de l’espoir, du courage, de l’amour ou comment à travers le tragique il est possible de se transformer. Dans les violences de la vie, Ana trouve l’amour. Un roman poignant d’une grande beauté. Ana Cathy Borie ISBN 978-2-37622-234-7 Éditions L'Échelle du temps


Citations et extraits (129) Voir plus Ajouter une citation
Son rire ricochait dans la tête de Clémentine et l’émouvait étrangement. Elle se disait soudain qu’elle n’avait jamais rencontré une personne qui était aussi juste que Lise : elle ne trouvait pas d’autre mot pour décrire ce qui émanait d’elle.
Toute la soirée, cette impression dominante de justesse s’imposa à elle et colora les quelques moments qu’elle partagea avec le couple.
Commenter  J’apprécie          350
Au loin, le coucher du soleil n'avait plus les rougeoiements glorieux d'antan, pourtant les plaies dorées dont il entaillait le ciel grisâtre, à la lisière de l'eau, coloraient l'île et ses îlots d'une lumière d'albâtre, donnant à Jack l'illusion d'un pays posé sur les vagues, bercé par elles, refusant d'être englouti par la nuit.
Commenter  J’apprécie          322
Mais combien étaient-elles donc ? Après la cohorte des femmes qui abandonnaient leur bébé, voici que dans sa tête se déployait la foule de celles qui avaient été violées et qui ne le savaient pas, qui en doutaient, qui se taisaient et tremblaient de peur et de culpabilité.
Commenter  J’apprécie          300
Et ses yeux… Ses yeux toujours ouverts, que le père de famille n’osait pas fermer, non par peur de toucher ce corps inerte et sûrement froid, mais parce qu’il avait l’impression que rabattre ces paupières serait comme le faire mourir une seconde fois. Dans ces yeux se lisait encore un souvenir d’espoir, une trace étincelante, tout entière contenue dans les paillettes dorées posées juste au bord d’un des iris couleur châtaigne
Commenter  J’apprécie          290
Sentir battre son coeur, éprouver sa chair comme vivante, expérimenter le parcours des liquides sous sa peau, voilà qui revêtait aujourd'hui une importance bien plus grande que tout discours cohérent.
Commenter  J’apprécie          280
Même les oiseaux familiers paraissaient timides et retenus dans leurs trilles, quelques tourterelles posées sagement sur le toit d'en face se taisaient, l'oeil fixe et vigilant.
Commenter  J’apprécie          280
Mina sans doute avait transmis à ses filles des toiles d'araignée si fines qu'elles s'accrochaient imperceptiblement à leurs rêves, et chacune à leur façon elles eurent à se débattre pour les chasser, agitant les mains et secouant leurs cheveux, ou fermant les yeux pour ne plus les voir, pour rejeter cette peur qui ne leur appartenait pas mais qui les étreignait de ses fils subtils et soyeux.
Commenter  J’apprécie          270
Sans Jack, elle ne lit plus. Comme si la réalité l'avait rattrapée et l'empêchait de franchir le miroir, colmatait tous les interstices où aurait pu se glisser l'imaginaire, rabattait vers le sol ses envies d'envol. Et ce soir encore, après avoir relu dix fois le premier paragraphe, Camille renonce.
Commenter  J’apprécie          250
La perte d’une mère est sans doute, dans la plupart des cas, un déchirement, une douleur incommensurable, et le manque met toujours des années à s’estomper.
Commenter  J’apprécie          250
Les oreilles de Grégoire bourdonnent encore. On dirait bien que sa solitude recule doucement. Il ne sait pas s’il doit s’en réjouir. Il ferme les yeux et laisse les doigts d’or du soleil toucher son visage.
Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Cathy Borie (194)Voir plus

Quiz Voir plus

Jeu(x)🎲🎲

Miss Jane Marple séjourne chez son amie d'enfance Ruth Van Rydock. Ruth s'inquiète de la santé de sa sœur, Carrie Louise, qui vit à Stonygates, un manoir victorien transformé en centre de détention pour délinquants juvéniles, avec son époux, Lewis Serrocold, et sa famille. Miss Marple se laisse convaincre d'aller la voir.... Quel est le titre de ce polar d'Agatha Christie ?

Jeux victoriens
Jeux de glaces
Jeux de jeunesse
Jeux de miroirs

14 questions
209 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , jeux , musique , charadesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..