AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Christian Guay-Poliquin (199)


Christian Guay-Poliquin
Un trait de notre époque consiste à être seuls tous ensemble par le biais des écrans et du monde virtuel.
Commenter  J’apprécie          482
Je rassemble mon courage et me retourne sur le dos, les bras en croix, les paumes vers le ciel. Autour de moi les ténèbres rôdent. La nuit a faim. Et les flocons sont carnivores.
Commenter  J’apprécie          400
La douleur est un oiseau de proie qui me tient dans ses serres.
Commenter  J’apprécie          403
Christian Guay-Poliquin
A mon âge, les tricheries ne me tourmentent plus. L'imagination, c'est une forme de courage. (" Le poids de la neige", Les éditions de l'Observatoire, décembre 2017, p. 53)
Commenter  J’apprécie          360
Le vent s’est levé avec la tombée de la nuit. Les rafales secouent la véranda. Il neige. J’entends les flocons se précipiter contre la vitre comme des oiseaux bernés par les reflets.
Commenter  J’apprécie          340
Nous sommes dans le ventre de l'hiver, dans ses entrailles. Et, dans cette obscurité chaude, nous savons qu'on ne peut jamais fuir ce qui nous échoit.
Commenter  J’apprécie          320
Le ciel gris est opaque et sans aucune nuance. Le soleil pourrait être n'importe où. Quelques flocons virevoltent dans l'air en s'accrochant à chaque seconde.
Commenter  J’apprécie          310
Personne ne peut survivre avec quelqu'un qui refuse de parler.
Commenter  J’apprécie          310
Regarde le réveil , observe le mouvement des aiguilles, écoute le tic-tac. Ce n'est ni la neige ni le froid, ni l'obscurité ni la faim. C'est le temps qui viendra à bout de nous. (p. 169)
Commenter  J’apprécie          300
La neige règne sans partage. Elle domine le paysage, elle écrase les montagnes. Les arbres s'inclinent, ploient vers le sol, courbent l'échine. Il n'y a que les grandes épinettes qui refusent de plier. Elles encaissent, droites et noires. Elles marquent la fin du village, le début de la forêt.[...] Le ciel gris est opaque et sans aucune nuance.
Commenter  J’apprécie          290
Je crois qu'il a neigé un peu durant la nuit, mais ce matin le ciel est bleu et dur. Pendus à la corniche, les glaçons scintillent.
Commenter  J’apprécie          290
Devant moi, cinq types me fixent comme s'ils venaient d'apercevoir un revenant. Je reconnais certains visages, mais le temps a fait son oeuvre. Avec les années, nous sommes tous redevenus des étrangers.
Commenter  J’apprécie          290
Quand on regarde par la fenêtre, on dirait qu'on est en pleine mer. Partout, le vent a soulevé d’immenses lames de neige qui se sont figées au moment même où elles allaient déferler sur nous.
Commenter  J’apprécie          280
Je n’ai même pas le courage de communiquer, d’interagir, de converser. Ni l’envie. Je préfère ruminer mon infortune en silence.
Commenter  J’apprécie          283
Il recommence à neiger. Les flocons sont si fins qu'on dirait qu'ils ont été broyés en poudre à l'intérieur des nuages.
Commenter  J’apprécie          280
On est pris au piège. Soit on attend que les jours et les nuits aient raison de nous. Soit on se fabrique des ailes et on s’évade par les airs.
Commenter  J’apprécie          250
J'écoute les secondes tourner en rond autour du réveil, comme si elles cherchaient à gagner du temps.
Commenter  J’apprécie          250
Les grands choix de ma vie ont été faits il y a longtemps, je dois composer avec eux.
Commenter  J’apprécie          240
Je suis comme tout le monde. Je suis incapable d'admette la possibilité de ma propre mort.
Commenter  J’apprécie          243
Mathias m'exaspère. Non seulement c'est un homme infatigable, mais il est aussi d'une agilité surprenante. Il se penche, se relève et pivote sur lui-même comme si son âge n'était qu'un déguisement. Quand quelque chose lui glisse des mains, il le rattrape souvent avant même que cela ne touche le sol. Ses gestes sont souples et énergiques. Lents parfois, mais toujours souples et énergiques.
Commenter  J’apprécie          230



Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Christian Guay-Poliquin (956)Voir plus

Quiz Voir plus

LNHI-21257: littérature - la seconde guerre mondiale en littérature

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique, celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé... Auteurs: Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates
Le petit soldat triste qui jouait de la lyre

10 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre mondiale , littérature , herosCréer un quiz sur cet auteur

{* *} .._..