AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.33 /5 (sur 1245 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Budapest, Hongrie , le 20/11/1930
Mort(e) le : 06/10/2015
Biographie :

Christine Arnothy, de son vrai nom, Irène Kovach de Szendrö, est une femme de lettres et journaliste française.

Née d'un père austro-hongrois, propriétaire terrien et professeur de latin et d'une mère germano-polonaise, elle est dès son enfance confrontée à trois langues : l'allemand, le français et le hongrois.

Après son départ clandestin de Hongrie en compagnie de ses parents, Christine Arnothy se réfugie en Belgique. Elle vient s'installer en France en passant la frontière à pied avec ses parents. Les seuls biens qu'elle emmène avec elle sont cousus dans son manteau. Il s'agit des feuilles sur lesquelles elle a écrit ce qu'elle vivait durant la guerre à Budapest.

En 1954, elle gagne avec son journal de guerre le "Grand Prix Vérité" parrainé par "Le Parisien libéré" et rencontre le directeur général du quotidien, Claude Bellanger (1909-1978).

Le récit est publié à Paris en 1955 sous le titre "J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir" et, en quelques mois, connaît un succès retentissant dans le monde entier.


Un second texte autobiographique, "Il n’est pas si facile de vivre" (Fayard), paraîtra en 1957.

Tout en poursuivant une carrière internationale, elle épouse en 1964 Claude Bellanger. Ils sont les parents de Pierre Bellanger (1958), le fondateur de la radio Skyrock.

Auteur de nombreux romans, Christine Arnothy a également écrit pour le théâtre, la radio et la télévision. De 1966 à 2004, elle est journaliste littéraire au Parisien. De 1982 à 1994, pour le journal La Suisse, Christine Arnothy écrit des billets hebdomadaires.

Elle était proche du président François Mitterrand, qui fut l'un des compagnons de Claude Bellanger dans la Résistance.

Christine Arnothy publie également, durant les années 1980, trois romans noirs sous le nom de plume de William Dickinson.

site : http://www.arnothy.ch/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview avec Christine Arnothy sur France Culture
Citations et extraits (200) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   23 février 2015
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir / Il n'est pas si facile de vivre de Christine Arnothy
Les montres continuaient, cependant, de marquer l'heure avec sérénité, les aiguilles couraient sans hâte autour du cadran : y avait-il deux semaines ou deux ans que nous vivions comme des taupes?

Y aurait-il un "aujourd'hui", un "demain", ou bien une éternité de caves obscures et enfumées?
Commenter  J’apprécie          300
Christine Arnothy
ladesiderienne   03 août 2014
Christine Arnothy
J'aime la vie, profondément, elle se mérite, la vie. Nous devons tous, êtres humains ou animaux, nous libérer des cages.
Commenter  J’apprécie          220
pacaa   27 mai 2020
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy
" - Etes-vous là encore après-demain ? questionna-t-elle.

- Hélas ! oui, répondit mon père machinalement. Où serions-nous ?

- Vous êtes courageux dans votre situation. Bien courageux, ... admira la serveuse.

- Il était plus difficile de traverser la frontière que de vivre ici", expliqua ma mère.

La serveuse hocha la tête.

" - Vous êtes quand même très courageux... "

Papa perdit patience.

" - D'accord, nous le sommes. Mais pourquoi le répéter ?

- Parce que, à partir d'après-demain, nous serons dans la zone russe, déclara la fille. Pendant un mois."

Papa laissa tomber son cigare.

" - On change les zones ?

- Tous les six mois..."



Il n'est pas si facile de vivre
Commenter  J’apprécie          10
ladesiderienne   30 août 2014
La Piste africaine de Christine Arnothy
- Vous êtes kikuyu ? demandai-je.

- Non. Masaï.

J'aurais dû le deviner ; cette haute taille, cette dignité sévère empreinte d'humanité, appartenaient aux anciens nomades, jadis maîtres de la savane.

- Avez-vous des enfants ?

- Beaucoup.

Comme c'était simple. L'homme ensemençait la femme, celle-ci accouchait les enfants grandissaient, il en restait toujours un pour aider les vieux parents.
Commenter  J’apprécie          170
pacaa   27 mai 2020
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy
Toutefois, il est très difficile de voyager quand on ne possède pas la chose la plus naturelle au monde : une nationalité. Et surtout une future mère qui peut accoucher n'importe où, dans le train, en avion ou dans l'entrée solennelle d'une ambassade et qui, par l'accouchement, peut devenir la mère apatride d'un nouveau-né français, allemand ou américain !



Il n'est pas si facile de vivre
Commenter  J’apprécie          00
pacaa   27 mai 2020
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy
Jamais ils ne parlaient de la Hongrie perdue, ni de ma vie de réfugiée. Ils écoutaient mes paroles chargées d'accent ; nous parlions de Balzac et de Roger Martin du Gard. Ils étaient étonnés de ce qu'en Hongrie nous connaissions bien la littérature française, mais cet étonnement n'était pas exprimé, je l'apercevais seulement dans leurs regards.



Il n'est pas si facile de vivre
Commenter  J’apprécie          00
pacaa   27 mai 2020
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy
Les enfants peuvent boire un verre de vin par repas. Il parait que c'est bon pour leur santé, tandis que nous, à la cuisine, nous sommes condamnés au robinet. Madame est très économe, mais aussi, elle a un sens des responsabilités fort développé. Elle ne veut pas exposer son personnel à ce vice éventuel de l'ivrognerie.



Il n'est pas si facile de vivre
Commenter  J’apprécie          00
pacaa   25 mai 2020
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy
" - Comme mademoiselle a grandi ! " m'avait-il dit.

Je m'étais alors étonnée d'apprendre que, dans notre cave, j'avais grandi au lieu de mourir.
Commenter  J’apprécie          20
pacaa   25 mai 2020
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy
" - Le chemin pour aller chercher de l'eau est libre à présent, mais il y a plus intéressant : les Allemands ont amassé d’innombrables objets de valeur dans le bâtiment du Tribunal. Les portes ont été forcées et tout le monde peut emporter ce qu'il veut !

- Nous irons chercher de l'eau, dit doucement mon père, car elle nous est indispensable. Le reste ne nous intéresse pas, nous ne sommes pas devenus des voleurs.

- Voleurs ? fit la femme du banquier, piquée au vif. Ne pensez-vous pas que le terme est un peu trop fort, monsieur le professeur ? Je crois que, vraiment, après trois mois passés dans de telles conditions, il nous est permis de chercher un dédommagement. "
Commenter  J’apprécie          00
pacaa   25 mai 2020
J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy
C'est alors que mon regard tomba sur le cadavre, au fond du bassin. Il flottait, les yeux vitreux, la bouche ouverte, à la surface d'une eau vert-de-gris. L'humidité avait à tel point abîmé ses vêtements et les avait si bien moisis qu'il était impossible de distinguer si il avait été Hongrois ou Allemand, civil ou militaire. Exemple éclatant de la grande justice exercée par la mort qui ne fait pas de distinction entre les principes ni entre les nationalités.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "j'ai 15 ans et je ne veux pas mourir"

Comment s'appelle la jeune fille ?

Christine
Carole
Jeanne

10 questions
125 lecteurs ont répondu
Thème : J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine ArnothyCréer un quiz sur cet auteur
.. ..