AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Clarissa Pinkola Estés (639)


charlottelit   21 janvier 2012
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
pour éviter de jouer les petites marchandes d'allumettes,
il faut impérativement effectuer un geste essentiel.
Il faut refuser de perdre votre temps avec ceux qui ne vous soutiennent
pas dans votre art, dans votre vie.
C'est dur mais c'est vrai.
Sinon, vous allez mener une vie réduite qui va geler toute pensée,
tout espoir, vos dons, l'écriture, la peinture, le théâtre, la danse.
Commenter  J’apprécie          1163
carmencita   04 novembre 2007
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
J'espère que vous allez laisser les histoires, c'est à dire la vie, vous arriver, que vous allez travailler avec ces histoires issues de votre existence -la votre, pas celle de quelqu'un d'autre- les arroser de votre sang et de vos larmes et de votre rire, jusqu'à ce qu'elles fleurissent et que vous fleurissiez pleinement à votre tour. C'est là la tâche, l'unique tâche.
Commenter  J’apprécie          990
charlottelit   27 janvier 2012
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Souvent ces femmes étaient des artistes
qui tentaient de se montrer raisonnables
en consacrant 80 % de leur temps
à des tâches qui tuaient dans l'oeuf, jour après jour,
leur créativité.
On retrouve une constante :
on leur a fait remarquer très précocement qu'elles étaient
différentes avec connotation péjorative.
En fait, elles étaient passionnées, curieuses, particulières
et dans le droit-fil de leurs instincts.
Commenter  J’apprécie          820
carmencita   04 novembre 2007
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Si tu ne vas pas dans les bois, jamais rien n'arrivera, jamais ta vie ne commencera. Va dans les bois, va.
Commenter  J’apprécie          650
charlottelit   02 février 2012
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
La SOLITUDE n'est pas, comme certains le croient,
une absence d'énergie ou d'action
mais plutôt une corne d'abondance sauvage
offerte par l'âme.
Dans les temps anciens, la solitude intentionnelle
était utilisée pour soigner l'épuisement et
prévenir la lassitude.: façon d'écouter son être intérieur ...
Commenter  J’apprécie          620
PiertyM   28 novembre 2014
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Nous mourons d'envie d'avoir une nouvelle vie. Nous brûlons de retrouver la mer. Nous vivons jusqu'au mois suivant, jusqu'à la fin du semestre, nous avons hâte que l'hiver soit fini pour revivre de nouveau, dans l'attente d'une date future où nous serons libres de faire des choses extraordinaires, nous sommes sûres de mourir si nous ne faisons pas telle ou telle chose. Il y a là quelque chose comme du deuil. Il y a une angoisse, une désespérance, une nostalgie, de longs séjours auprès de la fenêtre. Et ce n'est pas un malaise temporaire. Cela dure et cela croit avec le temps.
Commenter  J’apprécie          612
epra   15 mai 2013
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
"une femme doit choisir avec discernement ses amis et ses amants, car les uns et les autres peuvent devenir comme la mauvaise belle-mère et ses filles malveillantes. (...) Il faut éviter l'amant destructeur et préférer celui qui est fait de muscles psychiques durs et de chair tendre- et pour la Femme Sauvage, c'est encore mieux si l'amant est aussi un peu "médium", s'il peut "voit au-dedans" de son cœur." (p.161)

Sur le voile :

"Certains disent que le voile, c'est l'hymen, d'autres que c'est l'illusion. (...) Il est amusant de constater que si le voile a été utilisé pour dissimuler la beauté de la femme aux regards concupiscents, il fait aussi partie de la panoplie de la "femme fatale". Porter un voile d'un certain style, à un certain moment, avec un certain amant, d'une certaine manière, c'est exsuder un érotisme torride qui coupe littéralement le souffle. En psychologie féminine, le voile est symbolique de la capacité qu'ont les femmes d'être, en présence ou en essence, ce qu'elles veulent." (p606)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
PiertyM   02 décembre 2014
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Poser des questions, raconter des histoires, travailler de ses mains : tout cela participe de la création de quelque chose et ce quelque chose, c'est l'âme. A chaque fois que nous nourrissons l'âme, il est sûr qu'elle va croître.
Commenter  J’apprécie          590
annechev   03 mai 2015
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
La plupart des femmes sont sensibles, comme le sable est sensible à la vague, comme les arbres sont sensibles à la qualité de l'air, comme un loup entend un autre animal pénétrer sur son territoire à plus d'un kilomètre à la ronde. Elles ont le don extraordinaire de voir, d'entendre, de sentir, recevoir, transmettre des idées, des images, des sentiments à la vitesse de l'éclair, de deviner la moindre variation de caractère chez une autre personne, de lire sur les visages et sur les corps - on appelle cela l'intuition - et souvent, à partir de minuscules indices, elles savent ce que les gens ont en tête. Pour pouvoir exercer ces dons sauvages, elles restent ouvertes à tout. Mais en même temps, c'est cette ouverture qui rend leurs frontières vulnérables et les expose à des blessures de l'esprit.
Commenter  J’apprécie          530
charlottelit   21 janvier 2012
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Nous avons besoin de chaleur.
Le meilleur soleil du monde c'est celui de nos amis
qui nous aiment et offrent leur chaleur à notre vie créatrice.
Commenter  J’apprécie          380
BigDream   09 août 2016
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Le rire est un aspect secret de la sexualité féminine, un aspect physique, primitif, passionné, vitalisant et donc excitant. C'est le genre de sexualité dépourvue de but, au contraire de l'excitation génitale. C'est une sexualité joyeuse, une sexualité du moment, un véritable amour sensuel qui se libère, vit, meurt et revit de par sa propre énergie. Il est sacré parce qu'il a valeur de guérison. Il est sensuel parce qu'il réveille le corps et les émotions, parce qu'il excite et fait naître des ondes de plaisir. Il n'est pas unidimensionnel, car le rire se partage. C'est la sexualité la plus sauvage de la femme.
Commenter  J’apprécie          370
annechev   01 mai 2015
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
J'ai toujours pensé que le papotage autour d'une tasse de café était le vestige d'un très ancien rituel féminin, un rituel dans lequel les femmes se réunissent, parlent avec leurs tripes, ne se cachent pas la vérité, s'amusent comme des folles et se sentent revivre. Et quand elles retournent chez elles, tout va mieux.
Commenter  J’apprécie          350
ladyoga   10 mars 2014
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Les contes de fée se terminent au bout de dix pages. Pas notre vie. Après un épisode où tout s'est effondré, un autre nous attend, et un autre encore. Nous avons toujours la possibilité de redresser le cours de notre vie, d'en faire ce qu'elle doit être. Ne perdons pas de temps à pleurer un échec. L'échec est bien meilleur professeur que le succès. Tirons-en les leçons et allons de l'avant.
Commenter  J’apprécie          350
carmencita   04 novembre 2007
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
"...chaque fois que l'on raconte un conte de fée, la nuit s'installe. Quels que soient le lieu, l'heure, la saison, la narration d'un conte fait toujours se déployer au dessus de ceux qui l'écoutent un ciel constellé d'étoiles où vient luire une lune blanche. Quand l'histoire tire à sa fin, la pièce est parfois emplie des lueurs de l'aube, à moins qu'il n'y demeure un éclat d'étoile ou une effilochée de nuages issue d'un ciel d'orage. Et ce qui est ainsi laissé derrière, c'est le don qui va être utilisé, le don qui va servir à faire de l'âme".
Commenter  J’apprécie          310
ClaireG   31 juillet 2015
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Vous avez peur ? Peur de ne pas réussir ? Alors, allez-y. Si vous devez échouer, vous échouerez et recommencerez. Autant de fois qu'il le faudra. Ce n'est pas l'échec qui nous retient, c'est le courage de recommencer qui manque et fait stagner. Vous avez peur, et alors ? Réglez ce problème. Laissez votre peur bondir, laissez-la vous mordre. Quand ce sera fait, vous en aurez fini avec elle. Elle passera. Vous irez de l'avant.
Commenter  J’apprécie          300
ladyoga   14 mars 2014
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Les larmes sont une rivière qui conduit quelque part. Elles entourent de leur flot le bateau qui emporte la vie de notre âme, viennent le soulever et l'entraîner hors des rochers, hors du terrain sec, vers un lieu nouveau, un endroit meilleur.
Commenter  J’apprécie          301
charlottelit   25 avril 2012
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
Le complexe du dévouement à tous pousse la femme à agir comme si elle était la grande gérisseuse.
Or, on ne peut y parvenir mais les efforts qu'on déploie sont très éprouvants et destructeurs pour la psyché
Commenter  J’apprécie          272
dourvach   04 avril 2017
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
"Si tu ne vas pas dans les bois, jamais rien n'arrivera, jamais ta vie ne commencera."
– Ne va pas dans les bois, disaient-ils, n'y va pas.
– Et pourquoi donc ? Pourquoi n'irai-je pas ce soir dans les bois ? demanda-t-elle.
– Dans les bois vit un grand loup qui mange les humains comme toi. Ne va pas dans les bois, n'y va pas.
Bien sûr elle y alla. Elle alla malgré tout dans les bois et, bien sûr, comme ils avaient dit, elle rencontra le loup.
– On t'avait prévenue, fit le choeur. [...]
Mais le loup qu'elle rencontra était pris dans un piège. dans un piège était prise la patte du loup. [...]
– C'est bien le loup. Je prends le risque. Allons-y ! Et elle écarta les mâchoires du piège. [...] Et parce qu'elle avait lu trop de contes d'un certain type, le mauvais, elle s'exclama :
– Allons, finissons-en. Tue-moi. Maintenant.
Mais ainsi le loup ne fit-il pas. Pas du tout. Il posa la patte sur son bras.
– Je suis un loup qui vient d'ailleurs, un loup qui vient d'un autre temps, dit-il. Et il s'arracha un cil, puis le lui offrit en disant : – Sers-t'en avec discernement. Désormais tu sauras qui est bon et qui ne l'est guère [...]

[Clarissa Pinkola ESTES, "Femmes qui courent avec les loups" ("Women who run with the wolves"), 1992-1995 –ouvrage traduit de l'anglais par Marie-France Girod (Grasset, 1996) : chapitre 16, pages 632-633 de l'édition de poche]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ladyoga   15 mars 2014
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
C'est la force de l'esprit qui fait avancer dans la vie, gagner du terrain, se battre contre l'injustice et lutter contre vents et marées.
Commenter  J’apprécie          240
lesptitchats   01 novembre 2015
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés
C'est généralement quand les filles sont très jeunes -avant l ' âge de cinq ans- qu ' elles acceptent l ' idée d ' épouser le monstre. On leur apprend à fermer les yeux et au contraire à se livrer à des minauderies, qu ' elles soient jolies ou non. C'est cette éducation qui pousse la plus jeune des soeurs à dire : "Au fond, sa barbe n ' est pas si bleue que cela", cet apprentissage précoce qui demande aux femmes d '"être gentille" et finit par se substituer à leur intuition. En ce sens, on leur apprend purement et simplement à se soumettre au prédateur. Imaginez une mère louve qui apprendrait à ses petits à "être gentils" en face d ' un furet agressif ou d ' un serpent à sonnettes!
Commenter  J’apprécie          200



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Clarissa Pinkola Estés (959)Voir plus


Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..