AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-France Girod (Traducteur)
ISBN : 2253147850
Éditeur : Le Livre de Poche (17/10/2001)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 256 notes)
Résumé :
Chaque femme porte en elle une force naturelle, instinctive, riche de dons créateurs et d'un savoir immémorial. Mais la société et la culture ont trop souvent muselé cette " Femme sauvage" afin de la faire entrer dans le moule réducteur des rôles assignés. Psychanalyste et conteuse, fascinée par les mythes et les légendes, auteur également du Jardinier de l'Eden, Clarissa Pinkola Estés nous propose de retrouver cette part enfouie, pleine de vitalité et de générosité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
moijejoue
01 décembre 2010
C'est depuis quelques années mon livre de chevet. J'ai dû le recevoir 4 fois en cadeau d'amies et le donner encore plus! C'est un livre comme ça, les femmes se le donnent entre elles. Comme un cadeau de reconnaissance. Comme un cadeau d'initiation à un savoir précieux. Clara Pinkola Estes est une fabuleuse conteuse. Elle revisite les contes au plus près de leur source originelle. de façon à se rapprocher du soi instinctuel féminin -"la femme sauvage"- que des siècles de civilisation ont essayé de changer, de faire taire, d'aliéner. Chacun de ses contes est un passage vers la connaissance de soi. Clara Pinkola-Estes se sert de son expérience de psychanalyste pour nous amener à cet éveil de l'intérieur de la conscience. Les images que notre conteuse emploie sont extrêmement fortes, elles apprennent à mieux se souvenir de ses rêves... Ce livre a quelque chose de magique. Mais toutes ses images sont d'une grande clarté. Et son message d'une grande sérénité. Chaque lecture de ce livre est nouvelle. Comme le fleuve d'Héraclès. C'est un livre à ne jamais cesser de parcourir. C'est mon livre de chevet, donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501
dourvach
30 août 2016
Souvent cité comme "cadeau que les femmes se font entre elles", il s'agit d'un ouvrage dense et remarquable, qui restera durablement dans la mémoire de sa lectrice (et l'on peut regretter que son lecteur soit une "denrée trop rare"...). Il traite avec brio des profondeurs et sentiers mystérieux de la psyché féminine - telle un vaste clairière ou un continent englouti qu'il "nous" resterait à retrouver et explorer : à explorer, oui, et rarement de l'extérieur car il s'agit bien - visiblement - d'avoir accès à cette intériorité-là et à sa richesse si bien cachée... Accès qui donnera la force intérieure de modifier sa propre trajectoire de vie : ce qui n'est déjà pas rien, n'est-ce pas ? La fillette - même protégée par la plus haute des tours d'ivoire (telle la Raspunzel du conte) doit prendre le risque de devenir un jour "la femme sauvage" prudente et déterminée qu' elle SE doit d'être : fée ou sorcière, peu importe puisqu'il s'agira de la même "Femme Sauvage" triomphante et survivante : triomphante car enfin libre... Trouver l'accès à son imaginaire le plus personnel et "ensauvagé". Car il s'agit - souvent contre vents et marées - d'OSER suivre son instinct avec obstination, de braver et laisser là où ils sont paresseusement tapis ces "ogres" que sont conditionnements et sentiers battus (fauteurs de troubles et autres cuisantes souffrances dans les futurs individuels) et d'oser suivre SON chemin. Figure de la "Femme Sauvage" profitant de l'expérience immémoriale des autres femmes et de leurs epreuves surmontées, et s'appuyant sur l'energie secrète des symboles contenus dans les contes (la vieille Baba Yaga...). Riche et poétique en sa manière d' écrire profondement originale, l'ouvrage de Clarissa Pinkola Estes est un parcours initiatique devenu un remarquable "classique"' passionnant jusqu'en son intemporalité. . . Dès leur enfance, les princesses ont à decouvrir, à la fois enfouies et en germe en elles, des armes intérieures d'une efficacité redoutable (vectrices d'indépendance et et de liberté totales) qu''elles decouvriront en leur âge adulte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
faery
17 février 2010
S'il est un livre qui dépote nos vieilles habitudes et nous renvoie à la transformation et à l'abandon de vieux modèles de comportements destructeurs, c'est celui là.Admirablement écrit par Clarissa Pinkola Estes, il nous permet de retrouver la femme sauvage la vraie qui est en nous, la louve. Nous avons toutes en nous au moins un prédateur qui nous bouffe le cerveau et qu'il faut dégommer, ce livre vous y aidera…Divertissant, parlant à l'âme, j'ai lu ce livre comme un grimoire de vie et j'ai pris des notes, et rerepris des notes, il est truffé de phrases à méditer et qui vous parleront différemment selon où vous en êtes dans votre cheminement spirituel. Ne comptez pas le dévorer d'une traite, c'est impossible ! Il vous demandera réflexion, recherche et assimilation de ce qui doit vous toucher, de ce que cela fera résonner en vous, vous donnant ainsi accès à la guérison de certains de vos états d'âme.
Commenter  J’apprécie          320
ChatDuCheshire
03 août 2015
Lu il y a longtemps mais je conserve le souvenir d'un livre poétique et tonique, qui devrait être lu par toute sa femme qui se respecte et dont l'aspiration ne se limite pas à la soumission aux rôles archi stéréotypés conçus pour elle. Par son recours aux contes l'auteure emprunte une démarche qui me semble proche de celle de Carl Gustav Jung, un psychanalyste à mon sens bien plus recommandable que Freud car reconnaissant, sur pied d'égalité, les parts masculine et féminine de la psyché humaine, s'opposant à la misogynie crasse de Freud. Toutefois lorsque l'auteure évoque la "femme sauvage", je ne pense pas qu'elle évoque un être ayant vraiment existé sur le plan anthropologique mais qu'elle construit plutôt un stéréotype symbolique, évoquant pour les femmes l'ordre des possibles, tous les possibles. En ce sens ce livre est profondément inspirant et s'il n'échappe pas lui-même à quelques autres stéréotypes irritants (la femme qui "donne la vie", comme si donner la vie faisait partie de son ontologie en telle sorte qu'une femme sans enfants ne serait pas une vraie femme, discours sexiste entendu tellement souvent que l'auteure ne tient pas mais auquel son propos pourrait donner lieu), sa lecture nous donne envie de bomber le torse et d'appréhender, une fois de plus, la "guerrière" qui est en nous, une guerrière de vie et non pas de mort...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
ladyoga
15 mars 2014
Je ne sais pas comment Femmes qui courent avec les loups est arrivé dans mon pense-bête, mais j'en suis heureuse.
Ce livre, basé sur des contes relatifs à la vie intérieure, est une invitation à se connaître. Il est à lire lentement, à picorer, à fermer et rouvrir régulièrement. Il permet de restaurer sa vitalité, de s'enhardir, de se retrouver. On se laisse emporter par la belle plume de Clarissa Pinkola Estes, pour notre plus grand bien.
Commenter  J’apprécie          234
Citations & extraits (160) Voir plus Ajouter une citation
epraepra15 mai 2013
"une femme doit choisir avec discernement ses amis et ses amants, car les uns et les autres peuvent devenir comme la mauvaise belle-mère et ses filles malveillantes. (...) Il faut éviter l'amant destructeur et préférer celui qui est fait de muscles psychiques durs et de chair tendre- et pour la Femme Sauvage, c'est encore mieux si l'amant est aussi un peu "médium", s'il peut "voit au-dedans" de son cœur." (p.161)

Sur le voile :

"Certains disent que le voile, c'est l'hymen, d'autres que c'est l'illusion. (...) Il est amusant de constater que si le voile a été utilisé pour dissimuler la beauté de la femme aux regards concupiscents, il fait aussi partie de la panoplie de la "femme fatale". Porter un voile d'un certain style, à un certain moment, avec un certain amant, d'une certaine manière, c'est exsuder un érotisme torride qui coupe littéralement le souffle. En psychologie féminine, le voile est symbolique de la capacité qu'ont les femmes d'être, en présence ou en essence, ce qu'elles veulent." (p606)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
PiertyMPiertyM28 novembre 2014
Nous mourons d'envie d'avoir une nouvelle vie. Nous brûlons de retrouver la mer. Nous vivons jusqu'au mois suivant, jusqu'à la fin du semestre, nous avons hâte que l'hiver soit fini pour revivre de nouveau, dans l'attente d'une date future où nous serons libres de faire des choses extraordinaires, nous sommes sûres de mourir si nous ne faisons pas telle ou telle chose. Il y a là quelque chose comme du deuil. Il y a une angoisse, une désespérance, une nostalgie, de longs séjours auprès de la fenêtre. Et ce n'est pas un malaise temporaire. Cela dure et cela croit avec le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
charlottelitcharlottelit27 janvier 2012
Souvent ces femmes étaient des artistes
qui tentaient de se montrer raisonnables
en consacrant 80 % de leur temps
à des tâches qui tuaient dans l'oeuf, jour après jour,
leur créativité.
On retrouve une constante :
on leur a fait remarquer très précocement qu'elles étaient
différentes avec connotation péjorative.
En fait, elles étaient passionnées, curieuses, particulières
et dans le droit-fil de leurs instincts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
charlottelitcharlottelit21 janvier 2012
pour éviter de jouer les petites marchandes d'allumettes,
il faut impérativement effectuer un geste essentiel.
Il faut refuser de perdre votre temps avec ceux qui ne vous soutiennent
pas dans votre art, dans votre vie.
C'est dur mais c'est vrai.
Sinon, vous allez mener une vie réduite qui va geler toute pensée,
tout espoir, vos dons, l'écriture, la peinture, le théâtre, la danse.
Commenter  J’apprécie          573
carmencitacarmencita04 novembre 2007
J'espère que vous allez laisser les histoires, c'est à dire la vie, vous arriver, que vous allez travailler avec ces histoires issues de votre existence -la votre, pas celle de quelqu'un d'autre- les arroser de votre sang et de vos larmes et de votre rire, jusqu'à ce qu'elles fleurissent et que vous fleurissiez pleinement à votre tour. C'est là la tâche, l'unique tâche.
Commenter  J’apprécie          590
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Sujets du folklore: nature et monde physique (40)
autres livres classés : femmesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
249 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
. .