AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.86 /5 (sur 187 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 07/02/1974
Biographie :

Cynthia Fleury est une philosophe et une psychanalyste française.

En 2000, elle soutient à l'Université Paris-Sorbonne-Paris IV une thèse de doctorat en philosophie (métaphysique-ontologie) intitulée "La métaphysique de l'imagination".

Elle a été nommée en 2013 membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE). De 2006 à 2009, elle est chercheuse à l’Institut des sciences de la communication du CNRS et, de 2009 à 2014, chercheuse au laboratoire "Conservation des espèces, restauration et suivi des populations" (CERSP, devenu CESCO), au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN/CNRS).

Elle a longtemps enseigné la philosophie politique (en qualité de research fellow et associate professor) à l'American University of Paris.

En 2016, elle est titulaire de la chaire de philosophie à l'Hôpital Hôtel-Dieu. Depuis 2017, elle est professeure associée à l'École nationale supérieure des mines de Paris (Mines-ParisTech) et dirige également la chaire de philosophie à l'hôpital Sainte-Anne (GHU Paris - psychiatrie et neurosciences).

Ses travaux portent sur les conduites entropiques des démocraties, la réforme des institutions et des comportements, les outils de régulation démocratique et de gouvernance publique.

Elle a publié plusieurs livres dont "Reconquérir le courage" (2017), lauréat du Grand Prix du livre audio 2018 du CNL, et de "La Fin du courage" (2010), Prix Afci du livre décerné par l'Association française de communication interne.

Elle tient une chronique hebdomadaire, dans "L'Humanité" depuis 2003. Elle est souvent invitée à la radio et à la télévision, pour présenter ses livres et parler de thèmes tels que la résilience, la psychanalyse, la politique, la religion ou l'imagination.

Elle a également écrit "Dialoguer avec l’Orient" (2003), "Les pathologies de la démocratie" (Fayard, 2005) et "Le soin est un humanisme" (2019).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Cynthia Fleury   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (80) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans le cadre de la Journée « Que nous arrive-t-il ? » En association avec le Centre Hospitalier Princesse Grace et la Chaire de philosophie à l'hôpital Présenté par Robert MAGGIORI, membre fondateur Avec Cynthia FLEURY, philosophe Claire MARIN, philosophe Dr Valérie AUBIN, Chef du service de psychiatrie du CHPG On parle si couramment de corps social, qu'on n'aperçoit plus guère l'étrangeté qu'il y a appliquer à la société – qui aurait en plus une «âme» (psyché) – des notions issues de la biologie, de la médecine, de la psychologie, voire de la psychanalyse ou de la psychiatrie. Aussi cite-t-on les malaises sociaux, évoque-t-on des sociétés «traumatisées», en bonne ou mauvaise santé, en «crise de croissance», en dépression…

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (250) Voir plus Ajouter une citation
editionsecarts   12 septembre 2010
Métaphysique de l'imagination de Cynthia Fleury
Comment découvrir la porte d’entrée des êtres et des choses ? Comment accéder à l’autre, à tout ce qui n’est pas moi, à tout ce qui m’échappe et m’abandonne à la solitude ? Oui, je vais perdre ceux que j’aime. Oui, je vais mourir. Mais à cette certitude s’ajoute une grâce ou une énigme. Il existe des instants, des lieux à mi-chemin entre monde visible et monde invisible où le temps se suspend, où la dimension de l’un et de l’autre donne accès à une vérité plus belle et plus vraie. Seules ces rencontres inestimables avec l’autre nous aident à saisir le fait même de voir ou de penser.
Commenter  J’apprécie          370
Bouldegom   02 novembre 2015
Les irremplaçables de Cynthia Fleury
Les formes modernes de l'absence de pensée.



Tel est le nouvel âge du décervelage: la société de consommation et des "loisirs forcés"; la tutelle des puissances de divertissement. Derrière cette forme de "loisir", il n'y a pas de scholé, pas de lieu propre pour l'homme pour construire son processus d'individuation. "La majorité de ceux qui mènent une vie absurde ne sont pas encore conscients de ce malheur. C'est la vie qu'on les contraint à mener qui les empêche de percevoir qu'elle est absurde. Voilà pourquoi ils ne font rien contre elle. Mieux: même ce qu'ils font à côté de cette vie absurde est quelque chose qu'on fait à leur place, quelque chose qu'on leur livre. [...] puisqu'on les prive de leur autonomie, de la chance de devenir autonomes, ils restent aussi non autonomes pendant leur temps libre. Ils s'acquittent de leur plaisir servilement, tout aussi servilement qu'ils s'acquittent de leur job."

(p.52/53, éd. Gallimard)
Commenter  J’apprécie          271
nath45   06 janvier 2021
Ci-gît l'amer de Cynthia Fleury
Il faut rester vigilant. Le ressentiment est un poison d’autant plus létal qu’il se nourrit du temps pour grossir et gagner en profondeur le cœur des hommes. (Page 40)
Commenter  J’apprécie          230
berni_29   24 octobre 2021
Ci-gît l'amer de Cynthia Fleury
Ce n'est donc pas le charisme du leader, son intelligence, son sens de l'histoire, qui lui confèrent un pouvoir sur la foule, ce sont les individus, décérébrés par leur éducation patriarcale et leur servitude volontaire - rien de nouveau depuis La Boétie - qui aspirent à être dirigés par celui qui leur donnera l'illusion de protection infantile dont ils ont besoin émotionnellement. Certes, le charisme du leader pourra aider et renforcer ce ravissement, mais il n'est pas obligatoire et l'Histoire a, du reste, prouvé que le leader était souvent un homme peu charismatique. C'est cette faiblesse charismatique que l'on a traduite en mystère charismatique pour expliquer son ascendant sur la foule, alors même que tout se jouait principalement ailleurs, précisément dans cette foule qui se dessaisissait de sa responsabilité, et de son éducation.
Commenter  J’apprécie          191
Cynthia Fleury
Jean-Daniel   13 novembre 2020
Cynthia Fleury
L’éthique nous permet d’être agents de nos vies, non pas au sens de toute puissance, mais d’implication. Et c’est précisément en s’impliquant dans le monde que nous protégeons ses sujets et notre démocratie.
Commenter  J’apprécie          200
berni_29   25 octobre 2021
Ci-gît l'amer de Cynthia Fleury
Il y a des failles auprès desquelles il n'est pas bon de rester car, tel un abîme, elles aspirent, attirent par l'ampleur de leur vertige.
Commenter  J’apprécie          201
Cynthia Fleury
Danieljean   04 juin 2018
Cynthia Fleury
Consoler, c’est œuvrer pour que l’autre reprenne le pouvoir sur le pouvoir de sa souffrance...
Commenter  J’apprécie          190
rkhettaoui   22 août 2015
Les irremplaçables de Cynthia Fleury
L’instant à saisir, c’est l’obligation éthique pour l’homme de l’engagement. Il ne suffit pas de l’espérer. Il faut le créer.
Commenter  J’apprécie          170
Pasoa   11 octobre 2021
Le soin est un humanisme de Cynthia Fleury
.

La prise de conscience de l'injustice sociale nécessite le langage pour la pensée. Sans les mots pour le dire, la conscience est comme paralysée, stoppée dans son éveil. Quant à la notion d'irremplaçabilité, je l'ai expérimentée par défaut, en clinique, avec mes patients : les individus qui ont un sentiment de remplaçabilité tombent malades et peuvent opérer des passages à l'acte contre eux-mêmes ou autrui. Ils sont victimes de désubjectivation. Il y a comme une détérioration du sujet en eux.



Il en est ainsi en politique : quand l'État de droit détruit ses citoyens, en leur donnant un sentiment de chosification, il se porte atteinte à lui-même car ses sujets, anéantis, réduits au Moi minimal, deviennent étrangers au sentiment d'engagement dans la sphère publique, ou traduisent politiquement leur ressentiment par des votes extrémistes.



p. 10
Commenter  J’apprécie          141
Cynthia Fleury
Helenkerr   21 mars 2020
Cynthia Fleury
J'ai perdu le courage comme on égare ses lunettes. Aussi stupidement...



Quelque chose m'est arrivé, je ne peux plus en douter. C'est venu à la façon d'une maladie, pas comme une évidence. Ca s'est installé sournoisement, peu à peu. Je me suis senti un peu bizarre, un peu gêné, voilà tout...



Je n'avais pas vu alors le lien entre le courage et la vitalité. je le reliais à la seule volonté. Mais la volonté est au final également organique.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3744 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur cet auteur