AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 23 notes)

Nationalité : Ouzbékistan
Né(e) à : Tachkent , 1953
Biographie :

Dina Rubina est née en Ouzbékistan de parents juifs ukrainiens. Elle a publié sa première histoire en 1971 dans un magazine ouzbek. Elle a obtenu un diplôme du conservatoire de Tachkent et a ensuite travaillé au conservatoire de cette ville. En 1985 elle va à Moscou où elle se remarie. En 1990 elle s'installe en Israël. Ses livres y ont reçu deux prix.
Sesvingt livres ont été traduits dans douze langues européennes.

Source : http://www.eksmo-sale.com
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Dina Rubina : Le double nom de famille
Olivier BARROT présente un livre écrit par un auteur ouzbek inconnu : Dina RUBINA. BARROT évoque l'histoire et le style de ce livre édité chez Actes Sud : "Le double nom de famille".

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
mariechrist67   05 octobre 2020
Du côté ensoleillé de la rue de Dina Il'inicna Rubina
Et voici l'entrée en scène tempétueuse du mois d'avril !

Le battement de l'anacrouse : lentement et rêveusement...

Les branches ont revêtu leurs atours printaniers...

Les oiseaux se sont mis à chanter, les herbes ont poussé...

Par l'arrivée du printemps, le monde entier célèbre la naissance...

Le son s'accélère, les veines sur le cou de la chef de choeur se gonflent...

Du fiiils glorieux.... De la graaande teeeerre...

Et en avant la musique :

Léeeeenine...
Commenter  J’apprécie          110
nadiouchka   02 décembre 2020
Du côté ensoleillé de la rue de Dina Il'inicna Rubina
Une fois, dans un album de Stassik, elle avait du une reproduction de la fresque célèbre de Delacroix Orphée vient policer les Grecs encore sauvages, ce fragment où l’homme-cheval écarte les bras, appuyé sur un arc posé sur ses épaules.

P.83
Commenter  J’apprécie          90
MARINENKA   14 novembre 2020
Du côté ensoleillé de la rue de Dina Il'inicna Rubina
Ô Dieu Maternel, je t’envoie ma prière !

Aie pitié, par Ta Grâce, de mon sort.

Sauve-moi de la honte et de toute cette misère,

Offre-moi le combat et la mort.

Un retour en arrière est pour nous impossible…

(p.28)
Commenter  J’apprécie          80
MARINENKA   11 novembre 2020
Du côté ensoleillé de la rue de Dina Il'inicna Rubina
… la ville natale, pour un être, en quelque sorte, troublé, est toujours (…) quelque chose de très inhospitalier, un lieu de souvenirs, de mélancolie, de mesquinerie, de honte, de tentation et de mauvais emploi des forces.

Franz Kafka. Lettres à Minze E.

P.7
Commenter  J’apprécie          60
Squirelito   29 janvier 2021
Le syndrome de Petrouchka de Dina Il'inicna Rubina
Assis sur son petit tabouret dans la remise du théâtre, Petia dévorait des yeux Youra qui jouait Pierrot, la marionnette brisée, et il repensait à son père. C’était lui, en tous points. Romka avait exactement, et de la même façon, coupé un à un tous les fils de la vie, les fils de l’amour familial qui le liaient à sa femme, à son gamin, en se laissant balloter uniquement sur le fil d’or, le dernier fil ténu qui lui restait (…) Le petit garçon savait déjà que le monde des marionnettes est aussi varié, vaste et peuplé que le globe terrestre, avec tous ses pays, ses peuples, ses fleurs et ses arbres, ses animaux et ses oiseaux, ses nuages, sa neige et sa pluie. Il savait que s’y cachait le secret de la vie, d’une autre vie, et que ce secret, il fallait sans relâche chercher à le découvrir, à le faire sortir.
Commenter  J’apprécie          30
Allily   24 juin 2020
Du côté ensoleillé de la rue de Dina Il'inicna Rubina
C’est sans doute un trait particulier de l’Homme, cet attachement que ce dernier éprouve pour les lieux de son enfance et de sa jeunesse…Sans doute parce que ceux-ci reflètent, tel un miroir, son image de ces années-là, lorsqu’il était heureux, comme la refléteraient également les eaux d’un lac…Mais qu’advient-il si ce miroir n’existe plus ? Si ces rues et ces bâtiments, si ces arbres et ces gens qui se souvenaient de toi ont disparu de la surface de la terre ? Une telle situation est, selon moi, anormale…Les villes devraient vivre longtemps, plus longtemps que leurs habitants en tout cas. Elles doivent changer lentement et d’une manière solennelle, se construire solidement et pas à la hâte.
Commenter  J’apprécie          20
ChezLaurette   31 janvier 2021
Le syndrome de Petrouchka de Dina Il'inicna Rubina
Plus tard, quand j'ai dû devenir le médecin traitant de Liza, après tout ce qui s'est passé, et que la moitié de notre vie s'est envolée, j'ai longuement réfléchi à eux deux. Que signifiait, ou plutôt, que signifie ce lien douloureux à mourir, à pleurer, qui les unit ? Et je n'ai compris que récemment que nous tous, qui nous moquions de cet attachement "larmoyant" de Petia, qui le charriions, qui tournions notre index sur la tempe –, nous avons eu la chance dans notre jeunesse d'être témoins, dans l'ombre, d'un amour élevé, et je dirais aujourd'hui, d'un amour tragique.
Commenter  J’apprécie          10
Tempsdelecture   04 janvier 2021
Du côté ensoleillé de la rue de Dina Il'inicna Rubina
Bon, donc, je parlais de Cheikhantaour… Il y avait tout sur place : salons de coiffure, écoles, institut de droit, cabinet dentaire, marché… Il y avait même un studio de cinéma, dans lequel on avait tourné des films muets ! Et tous vivaient à l’étroit, comme entassés… Dans le voisinage, il y avait des koulaks russes dépossédés, des vieux-croyants, et l’on trouvait également des Tatars, des Arméniens et des Juifs… Pendant la guerre, les évacués avaient même trouvé refuge dans la mosquée qui, plus tard, a été transformée en entrepôt. Et après le mouvement de renaissance nationale, qui s’est manifesté au moment de l’indépendance… je ne sais plus car je n’étais plus là…



Il y avait également des tchaïkhanas à tous les coins de rue… L’homme ouzbek ne peut se passer de tchaïkhana – c’est l’équivalent du club pour les Anglais. Les Ouzbeks passent leur temps dans les tchaïkhanas, vêtus de tchapans – principalement bleus et rayés – et coiffés de turbans ou de calottes… Ils boivent du thé toute la journée ; coiffés de turbans ou de calottes…. Ils boivent du thé toute la journée, et transpirent au calme…. Pour eux, la sueur sert de ventilation, et le tchapan conserve la température du corps tout le jour… Une tradition centenaire – pour se protéger de la chaleur… Et puis – autre tradition centenaire !- on respire inévitablement l’odeur caractéristique du haschisch dans la pénombre de la pièce, de l’anasha, comme ils l’appellent… L’Orient sans drogue, disait mon père, c’est comme un avare sans poche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MissMarple160   19 février 2020
Du côté ensoleillé de la rue de Dina Il'inicna Rubina
Où donc ma vie s'est-elle enfuie ?

... Et pourquoi est-ce que j'égrène , avec cette absurde tendresse, les souvenirs que j'exhume de ma mémoire d'enfant ?

Je me sens tel un plongeur, un sauveteur ... Ma ville sombre dans les eaux de l'océan avec tous les gens que j'ai connus, les arbres, les rues, les maisons ... comme un bateau s'enfonce dans les profondeurs avec tous ses passagers ; et moi seule suis capable de faire remonter, de ces profondeurs, quelques épisodes de la vie passée, quelques visages, quelques scènes, quelques objets ...
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature russe

Comment Alexandre Pouchkine (1799-1837) est-il mort ?

suicidé
dans un duel
à la guerre
dans son lit

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur cet auteur