AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.86/5 (sur 3958 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Manchester , le 02/12/1974
Biographie :

Anna Hope est une actrice et écrivaine.

Elle a fait ses études à la Royal Academy of Dramatic Art à Londres, au Wadham College de l'Université d'Oxford, et est titulaire d'un MA en écriture créative de Birkbeck College à Londres en 2001.

Elle commence à jouer dans de petites pièces qu'elle joue ensuite avec ses sœurs, avant de rejoindre le Octagon Youth Theatre à Bolton, à l'âge de 10 ans.

Elle est apparue dans plusieurs séries télévisée notamment "Doctor Who" (2006-2007), "Coronation Street" (2011-2012), "Meurtres en sommeil" ("Waking the Dead", 2011).

"Le chagrin des vivants" ("Wake", 2014), son premier roman, est suivi de "La salle de bal" ("The Ballroom", 2016), récompensé par le grand prix des lectrices de ELLE, catégorie roman, en 2018.

Après "La salle de bal", Anna Hope signe "Nos espérances" ("Expectation", 2019), un roman contemporain, une fresque générationnelle.

son site : http://annahope.uk/
+ Voir plus
Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Anna_Hope
Ajouter des informations
Bibliographie de Anna Hope   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez Anna Hope, écrivaine et actrice (Doctor Who) britannique. Son premier roman, "Le Chagrin des vivants", a été présélectionné pour le prix du meilleur écrivain de l'année 2014 aux "National Book Awards". Son deuxième roman, "La Salle de bal" (The Ballroom), publié en 2016, se déroule dans un hôpital psychiatrique anglais au début du XXe siècle. le Dr Fuller y organise des bals hebdomadaires pour ses patients, convaincu des bienfaits de la musique sur leur guérison. C'est dans ce contexte que John Mulligan, en proie à la dépression après la perte de sa fille, et Ella Fay, internée pour insubordination, tombent amoureux. L'histoire est inspirée par l'arrière-arrière grand-père d'Anna Hope, lui-même interné dans un asile du Yorkshire. Dans cette interview, Anna Hope partage son parcours d'apprentissage de l'écriture, sa méthode de travail et donne des conseils précieux aux écrivains débutants. Les sujets abordés : 00:00 Position sur l'enseignement de l'écriture créative 01:48 Durée d'apprentissage de l'écriture 03:11 Processus de travail sur les romans 04:42 Les agents dans le monde de l'écriture 08:29 le travail d'équipe dans l'écriture 09:33 Importance de la lecture pour écrire 10:57 Modèles littéraires 11:32 Importance de la recherche 15:26 L'organisation de son travail 16:59 Réécriture et ajustements 19:12 Conseils pour les jeunes écrivains 20:47 Impact de l'intelligence artificielle sur le travail des écrivains Cette interview a été réalisée lors du Littérature Live Festival le 12/05/2023. Interview : Julie Fuster - Caméra : Amoreena Winkler. Montage : Ryu Randoin. Chez les Artisans de la Fiction, basés à Lyon, nous prônons un apprentissage artisanal des techniques d'écriture. Notre objectif est de rendre nos élèves autonomes dans l'aboutissement de leurs histoires en se concentrant sur les bases de la narration inspirées du creative writing anglophone. Maîtrisez la structure de l'intrigue, les principes de la fiction et la construction de personnages grâce à nos ateliers d'écriture. Pour plus d'informations sur nos stages d'écriture, visitez notre site web : http://www.artisansdelafiction.com/

+ Lire la suite

Citations et extraits (595) Voir plus Ajouter une citation
"...Et quoi qu'on puisse en penser ou en dire, l'Angleterre n'a pas gagné cette guerre. Et l'Allemagne ne l'aurait pas gagnée non plus.
- Qu'est-ce que tu veux dire ?
- C'est la guerre qui gagne. Et elle continue à gagner, encore et toujours."
Il trace un cercle en l'air avec sa cigarette : c'est comme s'il dessinait l'ensemble des guerres, si innombrables soient-elles, l'ensemble des guerres passées et l'ensemble des guerres à venir.
"C'est la guerre qui gagne, répète-t-il amèrement, et celui qui ne partage pas cet avis est un imbécile."
Commenter  J’apprécie          562
Le dernier jour de la moisson, le ciel immobile était une jatte de bleu. Le matin, les hommes restèrent silencieux, assommés par la chaleur et l’épuisement qui lestaient leurs membres, mais en fin d’après-midi John chanta : la seule voix qui s’élevait au-dessus de ces champs fauchés, une chanson qu’il ne se rappelait même pas connaître. Une que son père fredonnait, là-bas sur les plages de varech quand John était petit, et quand il l’entonna il se rendit compte qu’il la connaissait si bien que c’était comme endosser un habit porté par son père, et le père de son père avant lui, et tous les pères de la lignée, et qui lui allait donc mieux que n’importe quel autre habit. 
Commenter  J’apprécie          470
Et puis j’ai peur.
- De quoi ?
- De tout. L’avenir, le changement climatique. La guerre. Je n’arrête pas de me demander quel genre de monde ce sera, quand il aura notre âge. (page 97)
Commenter  J’apprécie          470
Il y avait le vieux soldat qui ne parlait que des Pachtouns et passait des heures à cirer ses bottes en vue de la bataille. Un vieux de la vieille édenté dénommé Foreshaw, duquel on disait qu'il était là depuis l'ouverture de l'asile, près de trente ans plus tôt, et qu'il avait un jour bu le sang d'un mouton. Une poignée d'Irlandais, dont l'un, à entendre les pointes de son accent, venait forcément du même côté du Mayo que John. Et bien que John ne le connût pas d'avant, il reconnaissait la fêlure de son visage, les yeux agités - comme si le monde était un piège prêt à se refermer sur vous -, il l'avait vu sur tant de visages qu'il n'aurait pu les compter. Et puis chez la plupart d'entre eux, la même confusion, comme s'ils n'arrivaient pas à comprendre que c'était là qu'ils avaient atterri.
Commenter  J’apprécie          410
Tu sais bien comment c'est, poursuit Cate avec un haussement d'épaules. Les jeunes deviennent des vieux. Ils feront des compromis. On est tous pareils. On arrête de se battre. On capitule. On devient partie intégrante du problème.
Commenter  J’apprécie          401
Le dernier jour de la moisson, le ciel immobile était une jatte de bleu. Le matin, les hommes restèrent silencieux, assommés par la chaleur et l'épuisement qui lestaient leurs membres, mais en fin d'après-midi John chanta : la seule voix qui s'élevait au-dessus de ces champs fauchés, une chanson qu'il ne se rappelait même pas connaître. Une que son père fredonnait, là-bas sur les plages de varech quand John était petit, et quand il l'entonna il se rendit compte qu'il la connaissait si bien que c'était comme endosser un habit porté par son père, et le père de son père avant lui, et tous les pères de la lignée, et qui lui allait donc mieux que n'importe quel habit.
Commenter  J’apprécie          380
C'étaient les femmes, là-bas, qui le perturbaient : celles dont les visages surgissaient, terribles, dans la lumière de la lampe ; les femmes chétives qui gloussaient et serraient les bras contre elles comme des fillettes ; les femmes qui jacassaient comme des perroquets et avaient des yeux durs et brillants pareils à ceux des oiseaux. Les femmes à la peau jaune qui l'empoignaient trop fort, dont l'haleine aigre était un nuage toxique auquel il avait hâte d'échapper. Les femmes silencieuses recouvertes d'un voile pâle semblable à de la cire, si renfermées sur elles-mêmes qu'elles semblaient à peine se rendre compte de sa présence.
Elle était là aussi - la fugueuse -, pâle et vigilante au milieu de tout ça.
Commenter  J’apprécie          370
Je sais à peine comment t'écrire, car tu me sembles une créature au-delà de n'importe quels mots.
Il y eu un moment où je t'ai observée, avant que tu saches que j'étais là. J'ai observé ton visage quand tu étais sous l'arbre. J'espère que tu pourras me pardonner. Mais il n'y avait dessus aucune peur, même s'il faisait sombre et que la nuit était tout autour.
Je n'écrirai pas sur notre rendez-vous. Je ne peux pas. Juste pour dire, je crois que les arbres ont été nos seuls témoins. Les arbres et les champs et le ciel.
Commenter  J’apprécie          370
Contrairement à la musique, il a été démontré que la lecture pratiquée avec excès était dangereuse pour l’esprit féminin… si un peu de lecture légère ne porte pas à conséquence, en revanche une dépression nerveuse s’ensuit quand la femme va à l’encontre de sa nature. P 114
Commenter  J’apprécie          376
Le rocher blanc est là. Le rocher blanc. L’endroit où le monde est né.
Un bon endroit pour recommencer.
(page 91)
Commenter  J’apprécie          370

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Anna Hope Voir plus

Quiz Voir plus

Thérèse Raquin - Emile Zola

Comment se nomme le premier mari de Thérèse ?

Robert
Camille
Laurent

9 questions
1102 lecteurs ont répondu
Thème : Thérèse Raquin de Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..