AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.72 /5 (sur 113 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bangui, République centrafricaine , 1977
Biographie :

Estelle Nollet est un écrivain français.

Née en Centrafrique, elle a rejoint la France quelques années plus tard. Après des études d'arts appliqués à Paris, elle devient conceptrice rédactrice dans la publicité, en France, en Nouvelle-Zélande et en Australie, avant de faire, en 2007, de la plongée sous-marine, un deuxième métier.

Son premier roman, "On ne boit pas les rats-kangourous", publié chez Albin Michel en 2009 a été salué par la critique et a obtenu de nombreux prix littéraires.

Elle a reçu la Bourse Thyde Monnier (prix d’encouragement pour jeune auteur) de la Société des Gens de Lettres, le double Prix littéraire du premier roman de Chatou (soit le prix des jurés et le prix du public), et le prix Obiou.

Depuis 2009, elle a mené de front l'écriture, la plongée, la publicité et les voyages : partie au Mexique et à Bali, elle en revient avec un second roman "Le bon, la brute, etc." (2011), lui aussi primé et plébiscité par la presse.

Pour écrire son troisième roman, "Quand j'étais vivant" (2015), elle obtient une bourse du CNL et est en même temps lauréate du programme Mission Stendhal. Ce qui lui permet de passer presque une année en Afrique du Sud et à Madagascar.

En 2016 elle est lauréate de l'Atelier des Ailleurs qui la fait embarquer à bord du célèbre navire "Marion Dufresne" en direction des Terres Australes Françaises, pour 4 mois sur la base de l'île d'Amsterdam.

Elle y commence son quatrième roman, "Community" (2018), tout en s'inspirant aussi de ses années passées en Nouvelle-Zélande.

son site : http://www.estellenollet.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/Estelle-Nollet-%C3%A9crivain-831224753583392/
+ Voir plus
Source : www.lemonde.fr et babelio
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Estelle Nollet - Le bon, la brute, etc.


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
PerdreUnePlume   08 juin 2011
Le bon, la brute, etc. de Estelle Nollet
La chance n'est qu'un putain de mot qui a été inventé pour remplacer le talent.
Commenter  J’apprécie          120
LiliGalipette   08 août 2013
On ne boit pas les rats-kangourous de Estelle Nollet
« Putain, comment j’ai fait pour naître ici ? On dirait que c’est un endroit qui n’existe pas. Pourtant, merde, c’est bien là que je vis. » (p. 10)
Commenter  J’apprécie          100
PerdreUnePlume   08 juin 2011
Le bon, la brute, etc. de Estelle Nollet
C'est dur de se dire que le temps qu'il nous en reste ou non, passe toujours de la même façon. L'horloge elle se fout bien de nos peurs, alors que sur son cadran on suit le tic-tac de nos angoisses et puis un jour il se fatigue.
Commenter  J’apprécie          90
Marsup   17 mai 2010
On ne boit pas les rats-kangourous de Estelle Nollet
Alors j'ai essayé de savoir si elle pouvait lire dans mes pensées,j'ai pensé bleu. Elle ne l'a pas su. Elle ne peut pas lire dans mes pensées. Pourtant on dirait qu'elle y habite.
Commenter  J’apprécie          80
LiliGalipette   11 août 2011
Le bon, la brute, etc. de Estelle Nollet
« Ils se tenaient par la main les doigts tressés et tricotés, ils s’accrochaient l’un à l’autre mais c’était pour ne pas tomber, comme quand on fait dix nœuds à une corde trop usée qui un jour ou un autre, fatalement, irait lâcher. » (p. 99)
Commenter  J’apprécie          70
gabb   28 juillet 2020
Community de Estelle Nollet
J'ai toujours trouvé ça dingue de voir des files de gens devant les Apple Store attendre des heures ou des jours pour pouvoir acheter le dernier smartphone qui leur permettra de pianoter sur internet de l'exacte même façon que le précédent. J'ai toujours trouvé ça dingue de perdre son âme pour un bout de plastoc et de métaux rares qui polluent les rivières et le corps des enfants. Je me demande d'ailleurs quel genre d'âme c'était. Et comment le lavage de cerveau peut encore fonctionner. J'ai toujours trouvé ça dingue et puis je suis toujours passé à autre chose, dans le dinguerie à notre époque il y a le choix.
Commenter  J’apprécie          62
PerdreUnePlume   08 juin 2011
Le bon, la brute, etc. de Estelle Nollet
Elle se pencha pour l'embrasser, la voiture fit une petite embardée de tendresse.
Commenter  J’apprécie          80
balooo   06 juin 2010
On ne boit pas les rats-kangourous de Estelle Nollet
On est la lie de l'humanité. Des fions dans le trou du cul du monde. Pas moyen de partir, et de toute manière l'envie que se carapate chaque jour un peu plus.

On ne vit pas, on attend. Et on n'attend rien. Et quand on sort en crabe comme si on n'avait plus qu'une patte, on traverse la route sans regarder en riant ivres morts et en se tapant dans le dos mais c'est pour se donner du courage, pour qu'on se revoie demain, et tous on espère qu'elle va passer, la bagnole. Celle qui n'aura pas le temps de freiner.

Mais il y a pas de bagnoles par ici. Des camions pour la décharge juste. Ils vont, ils viennent, et eux et leurs chauffeurs il partent très vite pour oublier encore plus vite. Parce que le reste du monde doit-être fait de gens bien. Et qu'il n'y a que les connards qui s'échouent ici. Ceux qui n'ont pas de bol. Ou ceux qui y sont nés.

Putain, comment j'ai fait pour naître ici ? On dirait que c'est un endroit qui n'existe pas. Pourtant, merde, c'est bien là que je vis.
Commenter  J’apprécie          50
LiliGalipette   11 août 2011
Le bon, la brute, etc. de Estelle Nollet
« En cet instant précis, il se dit qu’il suivrait jusqu’au bout du monde non la personne avec qui il aimerait vivre, mais celle auprès de qui ça ne le dérangerait pas de crever. » (p. 24)
Commenter  J’apprécie          60
nathalie_MarketMarcel   18 mai 2013
Le bon, la brute, etc. de Estelle Nollet
Dans les rues il marchait toujours la tête baissée et il se demandait si l’attraction terrestre allait finir par les aspirer, ses yeux, s’ils allaient se décrocher dans un petit cri et tomber, deux globes d’un blanc laiteux sur le bitume, leur cornée s’y éraflant et leurs iris bleus trempant dans une flaque de boue, roulant dans le liquide terreux, piétinés par mille semelles, explosant comme des raisins. Mais ils ne tombaient pas.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..