AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nanterre, France , 1971
Biographie :

Fabrice Hadjadj (né en 1971 à Nanterre) est un écrivain français.
Né dans une famille de confession juive, de parents militant révolutionnaires maoïstes en mai 68, athée et anarchiste durant son adolescence, il se convertit brusquement au catholicisme en l'Eglise Saint-Séverin à Paris, et sera baptisé à l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes en 1998. Il se présente lui-même comme "juif de nom arabe et de confession catholique".
Il est marié à Siffreine Michel (actrice) et père de quatre filles et un garçon. 1.
Il est professeur de philosophie et de littérature au lycée privé Sainte-Jeanne-D'Arc, en faculté à l'Institut de philosophie comparée de Paris, et au séminaire à Toulon (Var).1.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Fabrice Hadjadj est venu présenter son dernier livre collectif : À moi la gloire, aux éditions Salvator. Avis de la Procure : Orgueil de l?époque, narcissisme des foules ou hurbis des puissants ? Avec son nouveau livre, au titre toujours provocateur, Fabrice Hadjadj diserte cette fois sur la question de la gloire. le philosophe réhabilite avec talent et ironie cette notion par ailleurs essentielle à la Révélation. Parce que la gloire du héros a besoin de celle du poète, elle implique vulnérabilité et humilité. Parce que la gloire est un don elle se réalise dans celui d?un père pour son fils. Dans celui du Père pour son fils sur la Croix. https://www.laprocure.com/moi-gloire-fabrice-hadjadj/9782706718847.html
Podcasts (1)


Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
ericlesapiens   01 mai 2018
Dernières nouvelles de l'homme de Fabrice Hadjadj
Un type qui achète des tonnes de soja, sans en rien manger, sans les avoir jamais vues, sans les faire acheminer vers ceux qui ont faim, mais, à travers une commande électronique, pour les revendre en faisant un gros bénéfice, un tel type n'est-il pas déjà mort, dans son rapport à la réalité ?
Commenter  J’apprécie          210
ericlesapiens   03 mai 2018
Dernières nouvelles de l'homme de Fabrice Hadjadj
Les effets de la "civilisation technologique" sont si démesurés, si "globaux", qu'on ne peut plus se contenter de se retirer dans son jardin pour revivre. L'île déserte est déjà recouverte de prospectus et de déchets toxiques. Aussi l'engagement est-il forcé d'avoir une dimension politique et internationale.
Commenter  J’apprécie          170
ericlesapiens   30 avril 2018
Dernières nouvelles de l'homme de Fabrice Hadjadj
La chaîne de montage est fille de la chaîne de dépeçage. C'est là, à Chicago, dans ces abattoirs, que s'opère la seconde révolution industrielle, celle qui conduit à la production de masse et à la nécessité de générer une masse capable de l'absorber. Le capitalisme connaît alors cette métamorphose que Marx n'avait pas prévue : le passage, via l'augmentation des salaires, de l'exploitation du travail à l'exploitation du travail et du loisir. Il fallait que le travailleur eût plus d'argent et de temps libre pour se changer en consommateur et acheter les produits du système. Il n'était plus un simple rouage : il devenait un rouage double, fonctionnant à la fois pour la fabrication et pour l'écoulement des marchandises.
Commenter  J’apprécie          160
Judithbou   23 juin 2015
La profondeur des sexes : Pour une mystique de la chair de Fabrice Hadjadj
Cette incorporation de l'humanité au Verbe fait chair, qui s'exprime par la relation des membres à la tête, se manifeste aussi par l'union de l'homme et de la femme. Le premier miracle du Christ - l'eau changée en vin- s'accomplit durant les noces de Cana. La décollation de Jean-Baptiste, le précurseur, est consécutive à son témoignage pour le mariage indissoluble : Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère, dit-il à Hérode provoquant la rage d'Hérodiade ( Mc 6, 18). La venue du Messie et l'union des sexes paraissent échanger leurs alliances. Le très charnel Saint-Paul l'explicite dans cet éblouissant passage de sa lettre aux Ephésiens : Nul n'a jamais haï sa propre chair; on la nourrit au contraire et on prend bien soin. C'est justement ce que le Christ fait pour l'Eglise : ne sommes-nous pas les membres de son Corps? Voici donc que l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux ne feront qu'une seule chair : ce mystère est grand, je le dis à propos du Christ et de l'Eglise ( Eph5, 29-32). Paul passe sans transition du Corps mystique à l'union nuptiale. N'être qu'un seul corps, faire une seule chair, les deux se rejoignent. La théologie découvre l'érotique suprême. On pourrait presque parler de divine pornographie. Par l'incarnation, le Verbe nous rentre dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ericlesapiens   05 mai 2018
Dernières nouvelles de l'homme de Fabrice Hadjadj
La machine de jadis pouvait être écrasante, cracher la fumée et le feu, broyer les hommes dans sa mâchoire. Elle avait au moins cette loyauté de se montrer comme telle. L'appareil est plus fourbe. Il paraît aussi inoffensif qu'un carnet de notes mais il nous lie à un dispositif global bien plus tentaculaire et bien plus monstrueux que les anciennes usines. Nous l'avons presque toujours dans la main, comme s'il était la perche qui nous sauve, le chapelet des temps posthistoriques.
Commenter  J’apprécie          120
ericlesapiens   30 avril 2018
Dernières nouvelles de l'homme de Fabrice Hadjadj
Nous multiplions les titres nominaux de propriété pour compenser une dépossession permanente.
Commenter  J’apprécie          130
Mimimelie   13 octobre 2015
Rien à faire : Solo pour un clown de Fabrice Hadjadj
Quel salut est-ce qu’on pourrait bien prêcher ?

Au fond, ce que je voudrais, un jour, c’est d’entrer sur scène et de pouvoir juste dire : « Bonjour les petits enfants », sans hypocrisie, sans aucun mensonge…

Le mensonge n’est pas dans le fait que je vous appellerais « petits enfants ». Petits enfants, nous le sommes, même avec une prothèse de hanche, même avec un prix Nobel de physique, petits enfants devant toutes ces choses qui nous dépassent, devant même un seul grain de poussière qui contient plus d’énigmes que n’en peut résoudre toute la philosophie… Le mensonge, ça serait plutôt dans le fait de dire : « Bonjour ».

Pourquoi donc, depuis le temps qu’on meurt, pourquoi donc est-ce qu’on s’obstine à se redire « Bonjour »…

« Bonjour », est-ce que ça n’est pas une prière ça aussi ? Est-ce que ça n’est pas appeler sur nous un jour absolument bon ? Est-ce que ça n’est pas réclamer le Jour du Jugement où la bonté triomphe et les morts se relèvent ?



« Bonjour »… « Shalom »… j’entrerais comme ça sur scène, toutes portes closes, et je dirais seulement cette parole : « Bonjour les petits enfants », et nous serions guéris… ou encore je dirais « Shalom aleikhem », comme entre ces gens qui pouvaient partir en train pour partir en fumée dès le surlendemain, « Shalom aleikhem », même si les sales hommes sont les mêmes, « La paix soit avec vous », même si c’est la guerre partout, oui, voilà l’incroyable événement que j’imagine : un type entre, comme ça, toutes portes closes, et dit simplement la paix soit avec vous », et voilà que pour la première fois cette parole est complètement vraie, voilà que la paix descend dans nos cœurs comme la colombe se pose sur la branche pour y chanter sa chanson, oui, juste cela, j’entre sur le plateau, et avec une audace folle, avec une prétention exorbitante, avec une hardiesse surhumaine, je vous lance comme ça : « Bonjour », mais pour de vrai, pour de bon, que tout le jour tienne enfin sa promesse de bonté, qu’est-ce qu’il pourrait y avoir de plus fabuleux ?

Mais je dois vous dire au revoir, maintenant …

Au revoir !

Qu’est-ce que j’ai dit ?

« Au revoir », encore une prière qui se prie malgré moi, avec ma propre langue !... Comme si j’avais l’espérance de vous revoir encore, de vous revoir toujours, comme s’il était impossible qu’il n’y ait pas quelque part revoyure et retrouvailles…

Et si on ne devait se revoir jamais, qu’est-ce que je devrais dire ?

Adieu ?

Adieu ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Judithbou   21 juin 2015
Jeanne et les posthumains ou Le sexe de l'ange de Fabrice Hadjadj
C'est beau à voir,

Les feuilles.

Chacune est différente,

Vous avez remarqué ?

Leur vert d'abord,

Toujours plus que du vert,

Puis le dessin unique des nervures

Comme des mains levées vers le soleil,

Des mains qui de leurs doigts retressent ses rayons

J'écoute leur murmure.

Laisse monter en moi cette odeur de la terre

Et qui n'est pas que de la terre,

Qui rappelle bien autre chose.

Le ciel, peut-être.

La sève qui se souvient du ciel et n'en finit pas de monter vers lui
Commenter  J’apprécie          90
Judithbou   27 juin 2015
La Foi des démons ou l'athéisme dépassé de Fabrice Hadjadj
On se souvient des démons qui s'installent dans l'âme balayée et rangée. Sept plus un, huit, c'est le nombre des béatitudes. Satan étant " singe de Dieu", j'imagine la parodie :



Heureux les riches de leur propre esprit, les principautés de ce monde sont à eux.

Heureux les durs, ils posséderont la terre conquise.

Heureux ceux qui pleurent, pourvu qu'ils se disent que le méchant c'est toujours l'autre.

Heureux ceux qui ont faim et soif de leur propre justice, ils sauront toujours revendiquer.

Heureux les miséricordieux, ils pratiqueront l'euthanasie.

Heureux les coeurs qui se sentent purs, car ils verront le diable.

Heureux les pacifistes, ils signeront d'autres Munich.

Heureux ceux qui se targuent d'être persécutés en retour, les principautés de ce monde sont à eux.
Commenter  J’apprécie          80
Judithbou   27 juin 2015
La Foi des démons ou l'athéisme dépassé de Fabrice Hadjadj
En tant qu'il nie l'existence de Dieu, ou la divinité de Jésus, l'athéisme n'est pas le pire refus de Dieu possible. Pascal y voit même, quand cet athéisme est une inquiétude et non un contentement, un état qu'il faut plaindre plutôt que blâmer : " Plaindre les athées qui cherchent, car ne sont-ils pas assez malheureux ? Invectiver contre ceux qui en font vanité."

L'athée qui cherche n'est pas satisfait de son athéisme. Il devine que cet athéisme, à devenir trop confortable, se changerait lui-même en un fétiche domestique. C'est qu'il n'est pas facile d'être athée pour de bon. On brise une idole, soit ! mais que ce ne soit pas aussitôt pour en construire une autre : l'argent, la volupté, l'art, la science ... Que ce ne soit pas non plus pour sacraliser ce geste du brisement : il y a un intégrisme de la transgression, et ses prêtres sont d'autant plus féroces qu'ils sont persuadés d'être les thuriféraires de l'absolue liberté.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La Bible: le Nouveau Testament

Combien y a-t-il d'évangiles dans le Nouveau Testament?

1
2
3
4

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : religion , christianisme , bibleCréer un quiz sur cet auteur

.. ..