AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4/5 (sur 25 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Dublin , le 28/10/1909
Mort(e) à : Madrid , le 28/04/1992
Biographie :

Francis Bacon était un peintre britannique.

Il est un enfant maladif, asthmatique, maltraité par son père, éleveur et entraîneur de chevaux. Il est rejeté par ce dernier lorsque son homosexualité est découverte. Il quitte la maison familiale dès l’âge de seize ans. Sa mère lui verse néanmoins une pension régulière qui lui permet de vivre à Londres.

Quittant l'Angleterre, Bacon passe plusieurs mois entre Berlin et Paris, où il mène une vie de bohème, exerçant différents métiers dont celui de peintre-décorateur d'appartements. Il réalise dessins et aquarelles. De retour à Londres, en 1928, il expose dans son atelier de Queensbury Mews. Il s'installe comme décorateur et peint ses premières toiles sous la forte influence du surréalisme.

Sa première exposition personnelle en 1934 ne reçoit pas un grand écho, il faut attendre 1945 et le scandale provoqué par la violence de son triptyque "Trois études pour des personnages au pied d'une crucifixion" pour que ses toiles soient remarquées et achetées par des musées.

En 1957, se tient sa première exposition à Paris et en 1962 il expose à la Tate Gallery de Londres.

La forme de triptyque devient son mode d’expression favori, de même qu’il produit souvent ses œuvres sous forme de séries autour de thèmes comme la crucifixion, l'autoportrait, ou bien des modèles d’amis (George Dyer, Isabel Rawsthorne).

Ces corps ou visages sont toujours représentés d’une façon mutilée, torturée, difforme comme déchirée mais sans verser dans l’abstraction.

Au long de sa carrière, Bacon affine son style, délaissant les images de violence crue de ses débuts pour préférer "peindre le cri plutôt que l'horreur".

Francis Bacon meurt en 1992 lors d’un voyage à Madrid.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Francis Bacon (II)   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Promotional Film by Feenish Productions for Francis Bacon A Terrible Beauty Centenary Exhibition 28th October 2009 - 7th March 2010 Dublin City Gallery The Hugh Lane


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Le plus important reste de regarder de la peinture,de lire d la poésie ou d’entendre de la musique. Non pas pour comprendre ou connaître, mais pour ressentir quelque chose.
Commenter  J’apprécie          361
Francis Bacon (II)
Oui, c'est vrai j'ai le sentiment d'avoir passé la plus grande partie de ma vie seul mais, en réalité, cela dépend des circonstances. Si je travaille, je n'ai pas envie de voir des gens, je n'ai aucune envie de recevoir des visites. C'est pour ça que la sonnette de mon atelier ne marche pas. On peut sonner, je n'entends pas. C'est bien sûr beaucoup mieux pour moi de ne pas être dérangé dans des moments comme ceux-là. La seule exception que je ferais, peut-être, ce serait au cas où je serais très amoureux mais, bien sûr, ce sont des situations exceptionnelles, surtout quand on devient vieux.
Commenter  J’apprécie          273
..... beaucoup de gens confondent la psychanalyse avec la confession. Ils vont un peu chez leur analyste comme on va chez son directeur de conscience , et l’analyse devient une sorte de démarche religieuse. C’est un peu comme si on allait à l’eglise. Vous savez , les gens adorent parler d’eux et de leurs petits problèmes.
Commenter  J’apprécie          200
Francis Bacon (II)
Je ne dessine pas. Je commence à faire toutes sortes de taches. J’attends ce que j’appelle “l’accident” : la tache à partir de laquelle va partir le tableau. La tache c’est l’accident. Mais si on tient à l’accident, si on croit qu’on comprend l’accident, on va encore faire de l’illustration, car la tache ressemble toujours à quelque chose. On ne peut pas comprendre l’accident. Si on pouvait le comprendre, on comprendrait aussi la façon avec laquelle on va agir. Or cette façon avec laquelle on va agir, c’est l’imprévu, on ne peut jamais la comprendre : “It’s basically the technical imagination” : l’imagination technique. J’ai beaucoup cherché comment appeler cette façon imprévisible avec laquelle on va agir ; je n’ai jamais trouvé que ces mots-là : imagination technique.
Commenter  J’apprécie          180
Cela peut sembler paradoxal, mais c'est une évidence en art: on atteint son but par l'emploi du maximum d'artifice, et l'on parvient d'autant plus à faire quelque chose d'authentique que l'artificiel est patent. Prenez par exemple les poètes grecs ou classiques, leur langue était très artificielle, très construite. Tous, ils travaillaient à l'intérieur d'un cadre très contraignant, cela représentait une soumission considérable, et c'est pourtant ainsi qu'ils ont donné leurs plus grands chefs d'oeuvre, qui nous donnent à nous cette impression de liberté et de création maximales.
Commenter  J’apprécie          110
Francis Bacon (II)
"Si on peut le dire, pourquoi s'embêter à le peindre?"
Commenter  J’apprécie          130
« J’ai toujours trouvé que Shakespeare avait exprimé bien mieux et d’une façon plus juste et plus puissante ce que Beckett et Joyce avaient cherché à dire. Pour parvenir à montrer le maximum de choses avec le minimum de moyens, il faut être très fort. Avoir un instinct très sûr, être très inventif, même Shakespeare n’y est pas toujours parvenu. Il y a des longueurs terribles chez lui. Beckett a cherché, je crois, à dire beaucoup en éliminant au maximum pour se dégager de tout superflu. La démarche est intéressante. En peinture, on laisse toujours trop d’habitude, on n’élimine jamais assez, mais chez Beckett j’ai souvent eu l’impression qu’à force d’avoir voulu éliminer, il n’est plus rien resté, que ce rien en définitive sonnait creux, et que tout cela devenait complètement vide. Il a voulu rendre simple quelque chose de très compliqué, l’idée était peut-être bonne, mais je me demande si le cérébral chez lui n’a pas trop pris le pas sur le reste. (…) Je me demande si les idées de Beckett sur son art n’ont pas fini par tuer sa création. Il y a quelque chose à la fois de trop systématique et de trop intelligent chez lui, c’est peut-être cela qui m’a toujours gêné. »
Commenter  J’apprécie          90
Francis Bacon (II)
Si on peut le dire, pourquoi s'embêter à le peindre ?
Commenter  J’apprécie          100
"Je suis sûr que chaque artiste se situe quelque part, travaille à partir d’un certain héritage et se trouve placé sur une certaine trajectoire. De même d’ailleurs qu’il s’ingénie à enfoncer avec obstination le même clou, mais cela est une autre histoire."
Commenter  J’apprécie          50
C'est vrai, j'ai le sentiment d'avoir passé la plus grande partie de ma vie seul, mais en réalité cela dépend des circonstances. Si je travaille, je n'ai pas envie de voir des gens, je n'ai aucune envie de recevoir des visites. C'est pour ça que la sonnette de mon atelier ne marche pas. On peut sonner, je n'entends pas. C'est bien sûr beaucoup mieux pour moi de ne pas être dérangé dans des moments comme ceux-là. La seule exception que je ferai, peut-être, ce serait au cas où je serais très amoureux, mais bien sûr, ce sont des situations exceptionnelles, surtout quand on devient vieux.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Francis Bacon (II) (74)Voir plus

Quiz Voir plus

QUIZ TAQUIN

Qui est l'auteur du livre Hypnose mode d'emploi publié aux éditions Stock.

Gérard Moncomble
Gérard Filoche
Gérard Mordillat
Gérard de Cortanze
Gérard de Nerval
Gérard Miller
Gérard Tixier
Gérard Philipe
Gérard Macé
Gérard Depardieu

1 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : moravieCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}